Honda CR-V Hybrid : Accord parfait

Par Patrice Vergès. Honda n’est pas un constructeur comme les autres. Lorsqu’il dévoile le CR-V hybride, il n’utilise évidemment pas la même technologie que tous les autres.

C’est sur des routes enneigées suisses que nous avons conduit le nouveau Honda CR- Hybride Silhouette inédite proche de l’ancienne mais en plus dynamique sur un empattement allongé et des voies élargies

La 5eme génération de Honda CR-V emprunte la technologie hybride. Cette version devrait représenter 90 % de ses ventes en France par rapport au 1,5 l VTEC essence trop pénalisé par son gros malus. Avec seulement 45 ou 75 euros de malus normes WLTP, du coup, l’Hybrid devient moins cher que l’essence.

Pas de diesel disponible

Le diesel qui représentait plus 90 % des ventes de l’ancienne version n’est plus importé chez nous. Une transition écologique assez brutale au niveau des esprits bien qu’à mon humble avis, le diesel n’est pas encore enterré surtout pour les grosses cylindrées

Les feux horizontaux élargissent la silhouette haute de 1,68m

Un moteur thermique, un moteur électrique, un générateur.

Décrire en peu de lignes la complexité du fonctionnement du Honda CR-V Hybrid est au dessus de mes capacités. Très grosso modo, c’est un moteur électrique riche de 184 chevaux qui en l’entraînant fait office, par là même, de boîte de vitesses. Pas de transmission CVT comme certaines initiales dont Honda abuse pourrait le laisser croire. Ce moteur est alimenté par une batterie rechargée par le freinage et la décélération via un générateur qui puise également son énergie dans le moteur thermique ; un 2 litres 4 cylindres à cycle Aktinson de 145 ch.

Un moteur thermique 2 litres de 145 ch, un électrique de 184 ch qui supprime la boite de vitesse et un générateur électrique avec un embrayage qui déconnecte le moteur thermique quand le besoin s’en fait sentir

3 modes disponibles

Soit en 100 % électrique sur une petite dizaine de kilomètres jusqu’à 100 km/h, soit en mode couplé avec le thermique ou uniquement ce dernier. Le conducteur n’a pas à choisir car c’est un ordinateur qui décide la plupart du temps en préférant les modes d’alimentation selon le type de conduite avec un passage imperceptible d’une énergie à l’autre.

5,3 l à 7 litres aux 100

Par exemple, en utilisation extra-urbaine (50/90 km/h), le CR-V fonctionne en utilisant seulement 35 % de son moteur thermique. Sur autoroute où le moteur thermique grimpe à 75% d’utilisation, la consommation atteint environ 7 à 8 litres aux 100 pour descendre à moins de 5 litres en ville dans des conditions, il est vrai, extrêmement favorables. En conduisant calmement sur 150 km avec des pointes à 110 km/h quand même et en utilisant donc les deux types d’énergie, j’ai lu 5,3 l sur l’ordinateur de bord ce qui est peu pour un SUV de 2 litres qui pèse pas loin de 1700 kilos en ordre de marche.

La finition est en net progrès comparé à l’ancienne version

Se poser les bonnes questions

Bien sûr, cette hybridation exige quelques contraintes notamment celle de se poser les bonnes questions sur l’utilisation de ce véhicule avant son achat. Quel va être son usage principal ? Dans tous les cas, le CR-V demande évidemment une conduite plus apaisée. Si on profite trop des deux puissances cumulées (0 à 100 km/h en 8,8 s) la consommation grimpe assez brutalement et autant prendre un diesel thermique. Le montage de la batterie lithium-ion à l’arrière à supprimé la 3eme rangée de sièges proposée sur la version 1500 VTEC essence. Enfin, il faut que l’oreille s’habitue parfois au régime constant du moteur lorsqu’il est sollicité en complément de charge ou entraînement du générateur (comme la Chevrolet Volt) dont la rumeur se perçoit dans l’habitacle malgré l’excellente insonorisation en faisant songer à une CVT qui mouline.

Pas de compte-Tours

Pour ce faire le CR-V n’est pas équipé d’un compte-tours ce qui est un choix philosophique signifiant que le moteur thermique est secondaire. Je pense que c’est une erreur, car par son fonctionnement, un compte-tours témoignerait des diverses sources d’énergie. Cela dit, il est possible d’afficher les divers flux d’énergie mais leur lecture n’est pas très visible. C’est certainement un tic de journaliste car un possesseur de CR-V se satisfera plus de sa faible consommation que de la façon dont il l’obtient.

Conso moyenne de 5,3 l en roulant plutot cool mais sans rechercher un record de consommation

Plus de commande de boîte sur la console

Plus de commande de boîte sur la console centrale mais quelques touches, marche avant, arrière et mode. Des palettes situées derrière le volant permettent de mieux décélérer la voiture genre blocage de rapports de boîte.

Outre une nouvelle esthétique plus dynamique, la CR-V bâti sur un empattement légèrement allongé (4,60 m) et élargi, offre un nouveau train avant et un arrière inédit multi-bras. Le progrès est évident comparé à l’ancien avec une direction plus précise (malgré des pneus neige sur le véhicule essayé) et moins de prise de roulis que naguère. Autre grosse évolution avec l’amélioration de la qualité de la finition et des matériaux bien plus valorisants autant au toucher qu’à l’œil. Que le CR-V hybride provienne du Japon et non pas de Grande Bretagne comme le précédent en est peut être la raison. Les sièges sont confortables, l’habitacle vaste et lumineux et les rangements sont nombreux.

La finition est en net progrès comparé à l’ancienne version

Quatre finitions et 2 ou 4 roues motrices

Proposé en 4 finitions, ses prix s’articulent de 34 600 euros pour l’Hybrid en 2 roues motrices (339 euros par mois) jusqu’à 45 970 euros en 4 roues motrices version Exclusive richement équipée (toit ouvrant panoramique, hayon mains libres, sellerie cuir, sièges électriques, affichage tête-haute, etc) dont  2000 euros de supplément pour la transmission intégrale. L’essai qui avait lieu sur des routes suisses enneigées m’a conforté dans la sécurité supplémentaire offerte par la transmission intégrale et surtout par la facilité pour se garer dans des emplacements pentus enneigés en mode électrique où une musique céleste extérieure avertit les piétons que le silence peut être source de danger.

Cette technologie I-MMD (Multi-Mode-Drive) n’est pas nouvelle pour Honda qui l’utilise déjà depuis 6 ans aux USA sur la Honda Accord. Il faut savoir que le CR-V est le SUV le plus vendu au monde puisque rien qu’aux USA, Honda en a vendu 380 000 l’année dernière. Plus modestement, la France en vendra 3 000. Cherchez l’erreur ?

Toit ouvrant électrique sur la version haut de gamme Exclusive

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Honda CR-V Hybrid : Accord parfait »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Serge

    j’aime les Honda dont j’ai possédé une dizaines de modèles dont la robustesse est proverbiale. Dommage que vous ne l’évoquiez pas dans votre article car c’est un plus en matière de ventes

    Répondre
  2. Philippe

    L’usine à gaz pour faire 5 litres en ville en conduisant avec un oeuf sous le pied et 9l sur autoroute à 130. Je ne comprends pas. Prenez un break familial vous consomerez moins sur autoroute et en ville si vous ne faites que ça achetez une petite électrique mais pas un machin de 1800 kg. Et puis avec un break vous avez des chances d avoir plus d espace dispo car pas de batterie partout et plus d agrément de conduite car poids plus faible et plus bas.

    Répondre
    1. Mat Ador

      Parfaitement d’accord avec vous mais ce progrès est celui voulu par le législateur.
      Le sujet est : Ou vous payez plein gaz ces putains de taxes, ou vous acheter une usine à voile et à vapeur.
      Il est vrai que vous pouvez opter pour une autre carrosserie que le SUV qui n’est pas des plus efficients.
      Mais comme ici bas tout est relatif, ce n’est pas celui qui chante mais celui qui paie qui a raison.
      Les markéteux appellent cela le marché.
      Mat Ador
      pour vous servir.

    2. PhareOuest

      Entièrement d’accord, il n’y a pas à crier au miracle pour la consommation, mais les suv et crossovers sont à la mode (véhicules mondial), ils sont très très rentable pour les constructeurs, la plupart des constructeurs grâce à ces véhicules ont une santé financière remarquable.
      La prise de conscience des enjeux environnementaux et secondaire face au développement et enjeux économiques.
      Tout le monde veut sauver la planète, mais personne ne veut (faire les efforts nécessaires) descendre les poubelles.

    3. Philippe

      Il n’y a qu’à voir les électriques la plupart sont des véhicules haut. Jaguar Mercedes, Tesla, quasi pas de berline basse. Pourtant ils gagneraient au moins 100 kg d’acier à faire une voiture basse donc de l’autonomie et du scx donc de l’autonomie aussi. Finalement ils font des parpaings électriques qui font 2t5 alors qu’ils pourraient faire des break ou berline avec 300 kg de moins et plus d’autonomie pour la même quantité de batterie.

    4. saguet

      usine a gaz je ne suis pas sur que l’ensemble soit plus compliqué qu’un Diesel moderne a boite auto double embrayage surtout quand on voit tous les Equipements qu’on lui a rajouté pour qu’il soit plus propre et plus agréable à l’usage. Ensuite effectivement un break consommera nettement moins que cette boite a chaussure. Mais s’il faut comparer avec un engin équivalant j’aimerais savoir qu’elle modèle consommera en moyenne moins que ce véhicule hybride, ben j’attends de voir. Je pense qu’il faut plutôt saluer ce type de véhicule hybride que de les critiquer car il vont dans le bon sens même si tout n’est pas parfait.

    5. Iaka

      Il n’y a pas de batteries partout. C’est un hybride non plug-in avec une petite batterie de moins de 2Kw (soit l’équivalent de 4 batteries de vélo électrique). En gros on perd le 3e rang de sièges, rien de plus. Et je connais peu de breaks qui offrent plus de 5 places (enfin 4 plutôt) aujourd’hui.

      Le break c’est cool mais c’est de moins en moins utilitaire. Je me vois mal transporter famille et vélo dans un break moderne.

      Et niveau usine à gaz cet hybride est sans doute assez loin de ce que peut être un diesel ou même une essence « moderne ». Pas de turbo, pas de double FAP avec AdBlue, pas de boîte à 7 ou 8 rapports avec double embrayages, etc…
      Non juste un atmo économique et un ensemble électrique qui remplace la boîte.
      Le prix étant tout à fait comparable à un diesel équivalent.

  3. damien

    Il me semble que La parole de Patrice VERGES vaut adoubement, argument et loi. Après avoir défendu ardemment l’honneur d’Opel, Maître Vergès poursuit son œuvre pédagogique sur tous ces véhicules pour lesquelles il convient un peu d’être diplômé es sciences.
    Là, on est dans le dur, le vrai : quoi acheter comme bagnole ?
    Go poa.

    Répondre
    1. Mat Ador

      Vous pensez vraiment que l’Homme au 1500 et quelques essais s’offrirait encore au vent portant ?
      Détrompez-vous, depuis sa retraite de Normandy Shores, oncle Pat’ flotte sur son petit pécule et n’a nul besoin de faire la manche pour survivre.
      Écrire ce qu’il pense suffit à sa peine chaque jour.
      Mat Ador
      Pour vous servir.

  4. Diab

    Merci pour cet essai, vraiment dommage que cette belle marque reste trop confidentiel (en terme de ventes) en France, enfin un vrai concurrent au Toyota Rav4. Il serait intéressant de savoir si, quand vous allez essayer le Rav4, vous retrouverez les mêmes consommations et aussi comparer le choix de Honda de quitter la CVT avec le maintien de celle-ci sur le Toyota (peut être plus bruyant ? ).
    Quand on voit comme Toyota a capitalisé sur l’hybride on ne peut que regretter qu’Honda est quitté ce « marché » alors qu’ils avaient à l’époque déjà des véhicules efficaces.

    Répondre
  5. Didier

    Merci pour cet essai qui montre que l’avenir est probablement aux véhicules hybrides.

    Reste pour moi une question fondamentale : à 130 kms /h sur autoroute combien consomme un CRV, le nouveau RAV 4 Toyota et l’outlander qui propose, à budget équivalent, un hybride rechargeable ?

    Répondre
  6. Francois

    Bonjour,
    Voila un véhicule qui m’intéresse sur le plan technique et qui est il me semble assez en adéquation avec les attentes et certainement plus utilisable que les tout électrique dans leur configuration classique.. Honda a une très bonne réputation de motoriste et de fiabilité mais leurs autos ne sont pas toujours très fun ( sauf les sportives) mais ça donne envie d’essayer pour ce modèle.. Par contre le coté bruit genre boite CVT qui mouline est assez insupportable sur longs trajets, mais d’après oncle Pat’ c’est beaucoup mieux, a voir donc. Et puis c’est un SUV , pas trop mon truc, j’espère qu’ils sortiront une berline avec la même mécanique…sans les 4 roues motrices dont je n’ai pas besoin ce qui fera encore gagner quelques décilitres d’un précieux carburant.
    Francois

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    ‘Tain, les roasbeefs doivent se les bouffer d’avoir brexité.

    Souhaitons à ce CR-V hybride tous le succès qu’il mérite. En innovant sans cesse, Honda n’hésite pas à mettre sa réputation de fiabilité en jeu. Après avoir sorti, je pèse les mots, le meilleur diesel de sa catégorie il y a six ans (1.6 l 120-150-160 cv), puis probablement le meilleur moteur essence (1.5 VTEC 173-182 cv) plus récemment, voilà que ses ingénieurs remettent le couvert avec l’hybride, ce malgré le relatif échec de l’Insight de seconde génération (la première étant devenue collector).

    Seulement attention, elle se vend peut-être comme des petits pains chez l’oncle Sam (un lointain cousin de l’oncle Pat’) où les bouts droits sont religion, elle doit affuter son châssis si elle veut pénétrer l’Europe. Il se trouve que j’ai essayé les deux générations précédentes décrites plus haut et que chaque fois j’ai été freiné par le manque de vivacité du bestiau. Et puis, pardon de le dire, mais mis à part pour quelques sportives de renom, le VTEC manquant de couple est généralement assez mou à la relance. Si vous l’affublez d’une CVT et que lui demander de tracter un lourd SUV haut perché, vous n’arrangerez rien du point de vue dynamique.

    Maintenant si vous dites que ces défauts appartiennent au passé sur ce nouveau modèle, je vous crois sur paroles Oncle Pat’. Car pour le reste elle est parfaite.
    😉
    Nabu

    Pas tout à fait impartial pour le coup car qui aime bien châtie bien.

    Répondre
  8. Dominique

    Super cet essai, les hybrides semblent un bon compromis entre le côté écologique et les tarifs. Il serait surement intéressant de le comparer au Mitsubitchi Outlander PHEV 2019 dont les prix et la technologie sont comparables.
    A bientôt

    Répondre
  9. Georges Piat

    Bel engin en effet. Un essai pointu et bien fait. Et puis, j’ai envie de dire : Une bagnole qui se recharge toute seule parce qu’après l’épopée dantesque de Renaud et Julien, on apprécie le fait de ne pas avoir à galérer avec les bornes récalcitrantes !
    Encore bravo d’ailleurs pour ce morceau de vraie vie dans la neige, le vent et le froid et pas la vie des bureaux du genre « pourtant c’est très fiable, je ne comprends pas… » (!!!)

    Répondre