Retromobile 2019 : 50 Nuances de Grey

POA vous emmène aujourd’hui à la rencontre de quelques-unes des icônes de la vente aux enchères de la maison Artcurial Motorcars de Retromobile 2019 (vente du vendredi 8 février) en vous faisant découvrir quatre magnifiques automobiles présentées en avant-première sous le hangar Eiffel du tarmac d’Orly. Pierre Novikoff, directeur adjoint de la maison Artcurial Motorcars organisant la vente, nous les présente ; quatre voitures issues d’une même collection, témoins d’une même histoire, celle d’un collectionneur et homme d’affaires parisien ne tolérant qu’une robe grise pour habiller ses autos.

Elles sont donc quatre alignées, reflétant mutuellement la beauté de leurs silhouettes élancées. Unité de teinte pour ces voitures, un gris « titane » comme l’appelle Pierre Novikoff. Rappelant le « Grigio Flemington » proposé par Maserati dans les années 60 et 70 sur la première Ghibli, la profondeur de ce « Grigio Ferro » permet de faire ressortir les lignes des autos.

Trois italiennes frappées du cheval cabré en sont revêtues, la plus rare d’entre elles étant l’une des trois voitures dans le monde à avoir un châssis estampillé 275 GTC. Sans doute ces trois GTC ont elles été préparées pour des proches d’Enzo Ferrari et se révèlent encore plus aptes à courir sur circuit que leurs cousines GTB/C. Elle est d’ailleurs homologuée par la FIA pour participer à des compétitions, ce que son ancien propriétaire, gentleman driver de son état, faisait assurément.

La seconde se nomme 250 GTL, pour Lusso. Si le carrossier italien Pininfarina s’est penché sur son berceau pour lui donner une ligne élégante et intemporelle, la vie n’a pas épargné cette berlinette aussi luxueuse que sportive. Vendue en Suisse puis expédiée et volée aux Etats-Unis, elle sera retrouvée quatorze années plus tard sans sa caisse, et restaurée à deux reprises, ce qui explique peut-être « son prix très raisonnable estimé entre un million et un million et demi »… Toujours est-il que les sièges fauve de son intérieur font magnifiquement ressortir les deux compteurs se trouvant au centre du tableau de bord, fait unique chez la firme de Maranello, et se marient à merveille ici encore avec le Grigo Ferro de la carrosserie.

La dernière transalpine est une 512 TR, digne héritière de son aînée la Testarossa qu’elle surpasse quant aux qualités dynamiques selon Pierre Novikoff. Une GT agréable à mener, dont l’intérieur fauve se marie encore parfaitement avec la teinte Grigo Ferro de l’extérieur et de surcroît encore abordable, elle est estimée entre 120 et 150 000 euros.

Vient enfin une Anglaise, une Aston Martin DB4 Serie V pour achever ce quatuor. Modèle très rare, en conduite à gauche et avec le moteur le plus préparé, celui de la Vantage, c’est la seule qui a gardé sa teinte grise d’origine, le Silver Smoke Grey, notre collectionneur ayant considéré qu’elle était tout de même admissible dans sa collection… Préfigurant le DB5 notamment dans la face avant, elle a pour particularité d’avoir été vendue neuve en France par le Garage Mirabeau à Paris et son élégance vaut tant pour sa ligne que pour l’intérieur.

 

Une dernière folie nous est présentée par Pierre Novikoff ; l’une des 90 motos Agusta vendues par Artcurial. Toutes issues d’une même collection, ces motos méconnues sont attachantes tant par leur histoire, celle du Comte Dominico Agusta, un vendeur d’hélicoptères devenu constructeur de motos dont la mise au point n’est motivée que par la beauté des moteurs, des carrosseries et la recherche de la performance. Une élégance datée à l’époque mais qui en font des machines terriblement attachantes aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Retromobile 2019 : 50 Nuances de Grey »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Patrick

    Superbe, c’est le mot. Cependant, je me demande si, à des prix espérés de ce calibres, de réels amateurs se porteront acquéreurs de ces sculpturales beauté.
    Pas encore taxée par un pouvoir avide de finances, ce genre de voitures n’est-il pas une valeur refuge pour des spéculateurs qui laisseront ces engins dans un coffre fort jusqu’à une juteuses revente ?

    Répondre
  2. Patrick Godillot

    Magnifique! Perso je regrette qu’elles ne soient pas en intérieur rouge, ma combinaison préférée. Mais je m’en contenterais bien volontiers.

    Répondre
  3. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Cà c’est un beau cadeau de Noël !!!!
    Il n’y a pas de mots , mais c’est spendide avec une une petit faible pour la 250 GT LUSSO.
    Cela me donne l’envie de me rendre au salon Rétromobile en février prochain.
    Merci POA
    Pascal

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Passé un certain chiffre, on n’est plus dans le joujou.
    Pour mettre la main sur ces merveilles, à part tirer la loterie ou collectionner les jetons de présence, j’vois pas…
    Et le père Noël, j’y crois plus.
    D’ailleurs, il était sur un rond-point l’autre matin, sa hotte semblait vide, il avait l’air déNabusé…
    Ce qui me fascine en revanche c’est le hangar.
    Son ossature en porte-à-faux constituée de poutrelles d’acier tridimensionnelles ménageant cette gigantesque porte coulissante en façade pour accueillir les coucous en maintenance.
    Il doit être le fruit de l’Architecte-Ingénieur Vicariot et de ses sbires à la croisée des années 50 et 60, lorsque le développement d’Orly battait son plein et que les Constellations ou les Starliners y déversaient leur flots de V.I.P.
    C’est décidé, pour Noël, je suivrai les conseils de Gilbert, ♪♫ oui j’irai, dimanche à Orly, sur l´aéroport, on voit s´envoler des avions pour tous les pays. Pour toute une vie, y a de quoi rêver, un jour, de là-haut, le bloc vingt et un, ne sera qu´un tout petit point ♫♪.

    Joyeux Noël à tous les Petits Observateurs ainsi qu’a notre gouvernement préféré.
    #GoPOA
    😉

    Répondre
  5. Jean-Francois BERTRAND

    Encore de belles trouvailles pour le duo de choc Novikoff et Lamoure! Chapeau !
    Les téléphones vont fondre, les chéquiers s’autodetruire, les cartes de crédits passer directement de l’état solide à l’état gazeux…

    Répondre
  6. Huiledecannes

    Il manque seulement une Facel dans une splendide livrée grise et je sors mon chéquier pour les 5 !!!
    C’est beau de pouvoir rouler avec ces merveilles, et bravo au propriétaire, faire le tour auto avec cette sculpture, je ne pense que le nouvel acquéreur va plutôt la mettre sous cloche…

    Répondre
  7. Francois

    Bonjour,
    Du très bon, de l’excellent…c’est du POA…
    Dans ce hangar avec toutes ces merveilleuses machines…cet avion mythique….je les voudrais toutes… Pour le moment je n’ai que ce même gris pour mon carrosse et une énorme passion de bagnolard..
    Francois

    Répondre
  8. Stéphane.nc

    Du bon POA « canal historique », avec de sublimes classiques ( oulala cette DB5!!!!!!)
    Une petite madeleine de Proust pour vieux « Poiste », et le souvenir que les Ferrari ont été terriblement belles et désirables quand il y avait encore des designers au service du cavallino rampante.

    Répondre
  9. chapman

    Moi c’est le DC3 dans le fond qui fait battre mon cœur. J’ai une passion irraisonnée pour cet avion.
    Je redescend sur terre. Pour moi ce sera la « Lusso » et son sublime tableau de bord.

    Répondre