Honda S2000 : il faut la cravacher

Découvrez la Honda S2000 du petit observateur Anthony. Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à ParisPour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à : lequipe@poa.tv Si votre voiture retient notre attention, vous aurez 15 mn pour nous convaincre que c’est la plus belle et le tout sera diffusé sur POA.

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Honda S2000 : il faut la cravacher »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre_

    Quelque soit l’auto c’est la passion qui compte, et Anthony nous le démontre.
    Ma première auto brillait de 1000 feux, et fut revendue comme neuve. Une fierté.
    Et comme Marc B, la suite ne fut pas du même tonneau. Allez savoir pourquoi.
    Merci Anthony.

    Répondre
  2. Marc B

    Merci pour cette présentation…un moteur, un volant et des pédales, de quoi s’assoir près du sol, un toit en tissu découvrable. Ca me fait rêver, c’est finalement tout ce qu’il manque à la grande majorité de la production actuelle…

    Bravo pour l’état général…J’ai été maniaque dans une première vie de bagnolard mais ça c’était avant.

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Anthony, permettez que je vous adresse au nom de tous les POA, un immense merci pour être venu de loin si j’en juge à votre plaque, nous présenter ce monstre sacré en passe de devenir mythe, qu’un humble et jeune constructeur de cinquante ans révolu, devenu entre-temps le plus grand producteur de moteurs thermiques au monde (tondeuses à gazons itou), réalisa par pure passion pour l’automobile à l’aube de ce présent millénaire… Comment ne pas tomber en pâmoison ?

    Possesseur d’un modèle 2003 (lunette arrière en verre, phares à coques chromées, jantes polies…), gris Lunaire métallisé tout comme vous mais intérieur noir, je pensai tout savoir sur la belle ou presque, mais vous m’en avez appris beaucoup ce soir…

    Esthétiquement cette bagnole n’a pas pris une ride. Sa ligne demeure fine et racée. Un capot interminable sous lequel officie le bouilleur 4 en ligne Vtec reculé derrière le train avant, un parebrise assez relevé qui s’ouvre sur un cockpit qui enchâsse les occupants de part et d’autre d’un imposant tunnel de transmission et un coffre arrière très court duquel émerge le troisième feu stop donnant l’illusion d’un becquet d’appui aérodynamique. Dieu qu’il est bon d’entendre que des boxtéristes nous envient…

    A bord, la position de conduite est idéale, dès les premiers tours de roues on a de suite ce sentiment d’être assis sur les roues arrière qui piaffent d’impatience, le train avant posé loin devant semble se placer au doigt et à l’œil, le court levier de vitesse ferme dans la main droite, l’avant-bras posé sur le tunnel et son petit volant dans la main gauche, tout est une invite à redessiner la route…

    Elle accomplira bien des tâches quotidiennes sans rechigner, mais en effet elle ne demande qu’à ce qu’on lui tape dedans juste pour hurler son plaisir, son plus grand défaut sans-doutes, mais quel mal peut-t ‘il y avoir à se faire du bien ?

    Certes l’hiver je pourrai m’en servir comme d’une luge, elle fait ça malheureusement très bien.
    Sachons raison garder, j’ouvrirai les portes du paddock après la fonte, au début de mai. En face sur 180°, se découvriront les alpes et leurs serpentins d’asphalte. Plus aucuns bouts droits, le terrain de jeu rien que pour nous deux. Nous bondirons alors de virages en virages les cheveux dans le vent, enlacés dans les lacets endiablés du Léman jusqu’à Sospel où nous épinglerons les sommets les plus prestigieux, l’Iseran, le Galibier, l’Izoard, Vars, la Bonnette… Puis, comme assoiffés d’espace et jamais rassasiés, nous repartirons le coeur battant gravir les pentes du mythique Stelvio jusqu’à celles toutes aussi envoutantes du Grossglockner aux limites du Tyrol et de la Carinthie…

    Euh, désolé si je ne suis partageur qu’en mots car moi non plus je ne suis pas vendeur.
    😉
    Nabuégoïste

    Répondre
  4. Georges Piat

    Magnifique la Honda !
    C’est marrant mais maintenant, quand je vois du plastique moussé dans une voiture, je pense tout de suite à Cédric et à son sens parfait de la finition. Et je ne dois pas être le seul…

    Répondre
  5. chapman

    Je ne peux dire qu’une chose, j’aime énormément cette auto, mais vraiment énormément. J’ai raté le coche, il y a quelques années où l’on pouvait en trouver à moins de dix mille euros. La cote monte aujourd’hui, de façon bien méritée et n’est probablement pas près de s’arrêter.
    Je ne suis pourtant pas vraiment client de ce type de voiture, je serais plutôt berline confort et luxe. Mais avec la petite Mazda, elle fait partie d’un vrai « must have » dans le garage du bagnolard joyeux et décontracté….. Et pas prétentieux 😉

    Répondre
  6. GUILLAUME

    Très belle auto :j’en veux une depuis qu’elle est sortie mais il y en a très peu en aussi bon état ,avec pas trop de kilomètres et en conduite à gauche!
    Mais si je comprends bien Anthony n’est pas vendeur!
    Bravo à lui en tout cas pour l’entretien de son auto!

    Répondre