Bristol 409 (épisode 1) : Plus luxe qu’une Bentley, plus rare qu’une Aston

L’avis des Petits Observateurs !

31 commentaires au sujet de « Bristol 409 (épisode 1) : Plus luxe qu’une Bentley, plus rare qu’une Aston »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pascal DeVillers

    bonjour,
    Superbe voiture que cet exemplaire de BRISTOL , j’avoue que je ne connaissais pas la marque .
    Elle a le charme typiquement des anglaises et je lui trouve un petit air de famille avec les ROVER P5 coupé qui étaient également à leur époque de vrais salons roulants concurrentes des grandes marques du luxe à anglaise .
    https://goo.gl/images/APDtp4
    Oui ça c’est du pur POA , merci pour ce petit instant de bonheur automobilistique tres réalise , la vraie vie ….
    Je me permets une petite proposition au gouvernement ; pourquoi pas un reportage avec le propriétaire d’une ROVER P5 ou P6, c’est une belle marque oubliée et dont les modèles sont encore abordables en collection.

    Pascal

    Répondre
  2. Pierre_

    L’occasion nous est donnés par ces émissions de découvrir, pour ma part, des véhicules rares, uniques.
    Et alors, comme vous Dubby, s’engage une recherche assidue des meilleurs documents et meilleurs moments d’histoire de la marque. Vient ensuite une discussion à la machine café à la boîte avec de rares intéressés. Nous déciderons alors de rechercher la Belle sur le prochain salon de Lyon (EpoqAuto) et compléter ainsi un formidable Dossier d’Autos.
    Des reportages enrichissants et ‘déclencheurs d’idées’ !

    Répondre
  3. Dubby Tatiff

    En allant faire quelques recherches sur Bristol – à l’occasion de ce reportage – je suis tombé sur un texte qui ose un très joli parallèle, un lien poétique, presque qu’une filiation entre les trappes dans les ailes avant de la Bristol et les trains d’atterrissage des avions d’avant guerre.

    L’idée m’a plue et je voulais vous en faire part.

    Répondre
  4. Hondaman

    Voiture étonnante quel profil, quel empattement ! Je trouve qu’elle a des faux airs de Volvo 123 Gt. Merci encore à l’équipe pour cette vidéo en direct de la France éternelle ! ça nous manquait un peu !

    Répondre
  5. John Steed

    La mention :
    « Véhicule momentanément en panne »,
    laconiquement manuscrite sur le petit carré de Bristol jaune que l’on devine au centre derrière le parebrise.
    La grande Classe.

    Répondre
  6. Guirao Alexandre

    Le client : « Est ce normal qu’elle cale à chaque arrêt? »
    Le commercial : « normal, Monsieur elle est encore en rodage .. »
    Le client :  » En rodage, elle a pourtant 51 ans! »
    Le vendeur :  » Une Bristol se mérite Monsieur! »

    (Extrait de l’argumentaire client Bristol, sixième édition, 1967)

    Répondre
  7. Pierre_

    Une très belle émission. Back to the roots.
    Une belle introduction, ‘comme il faut pour le sujet’. Renaud vous nous invitez dans votre reportage. Nous vous emboitons le pas aussitôt, et sur une petite musique de chambre, s’il vous plait.
    Nous rencontrons Alexandre en chemin, visite des lieux, puis arrivons auprès d’Antoine et de sa Bristol.
    On ne peut s’empêcher d’observer les lieux. Nous entrons maintenant dans le vif du sujet.
    L’auto est belle, rare, racée. Un modèle de choix, c’est évident. Antoine discret, nous parle de l’histoire automobile de la famille. Un passé riche qu’il serait intéressant de développer un jour.
    En route pour la ballade dans la Belle… et c’est alors que l’Auto s’arrête, puis refuse encore et encore de redémarrer.
    Dans un calme olympien Antoine nous annonce la panne.
    Un très grand moment. Merci Renaud.

    Répondre
  8. Ju44

    Quel bonheur que cette vidéo. Toujours un plaisir de découvrir l’un des joyaux de la Couronne. D’autant plus un si rare et si bel exemplaire !

    Cette voiture j’en ignorait presque tout, hormis le nom et je suis agréablement surpris de constater qu’une marque anglaise ait un jour pensé la fiabilité de l’un de ses modèles à la conception et non lors du SAV! Je taquine, j’adore l’automobile et encore plus les anglaise, qui ont un charme et une élégance inégalable à mes yeux!
    En parlant d’élégance, comme Le Président je trouve à cette Bristol un je ne sais quoi de Volvo P1800, aussi bien dans la naissance des ailerons arrières que dans les phares et le regard qui s’en dégage.

    Je remarque également sur la conception qu’elle a été véritablement bien pensée. Les trappes sur les ailes avant contenant la batterie et la roue de secours sont une idée de génie. D’une part la batterie n’est pas stockée dans la chaleur étouffante dégagée par le V8, d’autre part la roue de secours est accessible simplement à tout moment. On a l’air fin au 21ème siècle, d’être obligé de vider les 500 litres de bagages du coffre sur le bas côté à chaque crevaison pour pouvoir atteindre la roue de secours qui se cache au fond!

    Le train avant repoussé vers l’avant doit procurer des sensations de conduites agréables, et j’émet l’hypothèse qu’en cas de crash (c’est pas le but me direz-vous!), cela maintien l’habitacle dans de meilleurs conditions de sécurité. Simple supposition mais peut-être que pour l’époque cela permettait de faire la différence par rapport à la concurrence?

    Mais quel essai en tout cas, une sonorité moteur à donner des frissons et les aléas du direct, du grand POA ! C’est à ça qu’on remarque les gentlemans : conduire une anglaise avec classe et distinction, c’est d’abord savoir attendre la dépanneuse avec élégance ! 🙂

    Répondre
  9. Frankreich

    A ma courte honte, j’admets n’avoir jamais entendu parler de cette marque avant votre reportage. Brillante vidéo comme toujours, bravo.
    Son architecture à empatement long avec le train avant déporté loin de l’habitacle lui donne une élégance (et sans doute un comportement) de GT inimitable… si ce n’est par la type E ou plus récemment la SLS AMG.

    Répondre
    1. Commissaire Juve

      Yes my Lord. Yes my Lord. Yes my Lord…
      But I beg your pardon my Lord.
      In my opinion, I am sure, mais alors I am tout à fait sure que c’est un coup de Roubaudas.

    2. Inspecteur Bourrel

      Dites, ces ailes escamotables sous les flancs….
      Bon sang mais c’est bien-sûr Commissaire Juve, c’est la voiture de Fantomas !

  10. Jean-Francois BERTRAND

    Mais que c’est bôôôôô une Bristol !!!
    The gentleman express !
    Marque préférée du plus britisho-londonien des stylistes de mode, j’ai nommé Sir Paul Smith !
    Il possède une 405… A tomber de son chesterfield !
    C’est vrai dans l’exotisme britannique, Bristol tient le haut du pavé, Bentley, Aston et même Alvis pourtant très rare est battu à plate couture.
    Ce sont des voitures fascinantes, des voitures d’ingénieurs, au luxe sobre si je peux me permettre cet oxymore.
    Vite que ce petit soucis de vapor lock soit résolu pour que l’on découvre la suite !
    Poade pur jus !
    Et quel lieu aussi ma foi ! Magnifique, romantique à en mourir, on ne serait pas surpris de croiser le jeune Werther.
    Mystérieux au point de ce demander, mais là Bristol aide beaucoup, si nous ne sommes pas plutôt dans la lande aux pieds de Baskerville plutôt que dans notre belle campagne éterrrrnelle !
    C’est une voiture qui aurait certainement plu à ce cher Sherlock ou tout du moins à Sir Conan Doyle, grand amateur en son temps de la chose automobile.
    J’adore !

    PS : https://bristolcars.co.uk/bullet/

    Répondre
  11. PhareOuest

    Malgré un moteur américain et une carrosserie suisse, c’est une vraie anglaise, volant dans la boite à gants et qui aime tomber en panne au plus mauvais moment.
    Très belle, très classe, bref so british

    Répondre
  12. Hervé91

    Comble de la classe ou comble du snobisme ?
    J’ai un gros faible pour le clavier qui commande la boîte auto
    Merci pour ce magnifique reportage

    Répondre
  13. chapman

    Je ne voudrais pas ramener ma science mais cette petite panne ressemble à s’y méprendre à du « vapor lock ». Ça arrive parfois sous les capots bien chaud. On attend gentiment que la température redescende et hop elle repart au quart de tour.
    J’ai eu le cas sur ma première déesse, une ID19 de 1963. Quand elle avait un peu chaud, plop plop plop elle ratatouillait et si on insistait, elle calait.
    Ça m’a valu une aventure qu’il faudra que je vous raconte un jour.
    Bravo pour le flegme britannique. Cette voiture est vraiment épatante et tout à fait exclusive.
    Une poade historique bravo !

    Répondre
  14. Marc B

    Sympa…en vert british vintage je préfère le coupé jaguar 12 cylindres, je l’ai connu…C’est sans doute là que ce joue la différence. Sinon il y a la mini BRG de chez BMW au millésime 2019 avec apple car play… bon ok…je sors…

    Répondre
  15. Nabuchodonosor

    Quelle merveille et quelle splendeur ! Il me semble dans mes souvenirs d’enfance en avoir vu quelques-unes rouler, et puis forcément, avec le temps…

    Ce qui me fascine c’est ce lien très fort entretenu avec l’aviation. Les choix techniques retenus comme l’aluminium, ce V8 fiable et éprouvé, ces instruments de commande et de mesures disposés sur la planche de bord verticale en bois… Ce « tail » au bout des ailes comme pour dessiner les volutes d’air qu’elle laisse dans son sillon, jusqu’à ces trappes à l’avant de ces mêmes ailes, qui justement paraissent en être le reliquat atrophié d’un passé tellement plus glorieux. Une émotion soudaine m’envahit, mes pensées vont vers Saab (Un ange passe…).

    Bristol, Filton airfield, l’aérodrome de la RAF qui vit décoller, atterrir et où repose le dernier concorde si je ne dis pas de bêtises, l’histoire est là sous nos yeux… Nom de D…

    Mais dites-nous Antoine de Vaujours, votre grand-père, ne répondait-il pas au nom d’un certain Théodore Pilette ?

    Quant à vous, Président, soignez-vous. Le vibrato dans la voix ne vient pas que de l’émotion, on sent fort bien que ça racle au fond. Et au fond, c’est de saison…

    Merci aussi au Ministre des autos de collections que nous avons toujours, malgré qu’il se fasse rare, grand plaisir à écouter.
    😉
    Nabuconquis
    « A nous les vieilles anglaises »

    Répondre
    1. Antoine

      Bonjour,

      Oui mon arrière grand-père est Théodore Pilette, son fils André fut agent Bristol à Bruxelles.
      Pour la panne, elle se produit à froid et à chaud sur une petite pente, elle avait aussi calé en retour de révision la semaine dernière en montant sur un dos d’âne.
      Je vais faire un plein d’essence fraîche et on va régler ceci chez Gérard, qui a eu aussi son reportage sur POA.

      Bonne journée,

      Antoine

    2. Nabuchodonosor

      Merci de votre franchise et de votre simplicité Antoine.
      Nous sommes tous en admiration devant votre collection.
      #GoAntoine #GoPOA

  16. Grégoire

    Une belle anglaise, livrée verte, que nous découvrons dans un coin de belle campagne,

    L’entrée de la propriété est elle aussi assez particulière et vaut le détour,
    Le gravier hurle de plaisir sous les pneus, le v8 fume comme un lord dans son fumoir, tout un programme, qu’en bonne anglaise et pour être fidèle à son image , elle écourte en créant un stop au stop…
    Les anglais étaient fort dans la création d’émotion automobile, en quelques images, ronce de noyer, compteurs ronds, cuir avec surpiqûres, moquette épaisses, ligne tendue et voilà!

    Merci poa

    Répondre
  17. Oliver

    Voilà pourquoi je suis fan de POA.
    Pour ce genre de reportage. Vieille voiture anglaise à l’honneur( en panne, quel chic!)
    Mon cher Renaud, continuez à nous faire rêver en nous faisant partager ces délicieuses et exquises rencontres britanniques.

    Répondre
  18. Arnaud

    Merci ! Une voiture rare et décalée, rien de mainstream.
    Après le batracien dopé à l’apple Car play, j’etais prêt à vous laisser tomber pour turbo.

    Répondre
  19. Francois

    Bonjour,
    Que du bonheur avec cette très intéressante Bristol. Bravo POA on en redemande.
    Voiture en très bon état, même si en pinaillant un peu, il y a quelques manques par ci, par là..( la batterie sur des cales en bois, des interrupteurs orphelins de leur embouts… ) mais qu’importe cette voiture est un petit joyau bien séduisant qu’il est intéressant de découvrir en compagnie du Ministre ad hoc.
    On a bien compris que son heureux propriétaire n’est pas un passionné de la technique mais aime les rares et belles voitures. Un petit tour ou la vedette du jour nous a fait un petit caprice que tous les collectionneurs et bagnolards ont vécus au moins une fois, c’est ça la vie…( j’espère surtout que pour éviter ça on ne va pas lui mettre un moteur électrique…Sacrilege !!!!!!)
    Merci Monsieur le Président pour cet authentique moment de plaisir partagé par tous j’en suis certain.
    GO POA GO
    Francois

    Répondre
    1. Collomp

      Bonsoir,
      Bravo POA je ne savais pas qu’il y en avait en France. Elle a un moteur Chrysler « hémisphérique » comme nos Facel et les Monteverdi suisses.
      En Angleterre AC, Gordon Keeble, Jensen et d’autres plus rares encore avaient adopté des V8 US. La Bristol est vraiment le summum du
      raffinement de l’anglaise GT. A côté la Rolls est inconvenante.
      Bizarre cette panne peut être aurait il suffi de garder l’accélérateur enfoncé …enfin facile à dire derrière son clavier.
      Décidément cette chaîne est incontournable. Continuez.
      Jean