Peut-on moderniser une ancienne ?

Par Patrice Vergès. La question fait débat dans le petit monde des collectionneurs. Peut-on moderniser une voiture ancienne ? Certains sont farouchement hostiles à ce qu’on appelle « le restomod », d’autres, au contraire, y sont favorables. Vaste débat.

La Jaguar XK150 coûtait 3 millions anciens correspondant au prix d’un coupé Jaguar F V8 neuf soit un peu plus de 100 000 euros. C’est sensiblement le prix d’un beau coupé XK150 entièrement restauré d’aujourd’hui

La tendance « restomod » va souvent bien plus loin que d’adapter des accessoires d’aujourd’hui à une voiture d’hier puisqu’elle consiste parfois à la rajeunir aussi esthétiquement en mixant du design actuel à celui d’avant comme l’ont imaginé les Américains. Ce n’est pas le sujet aujourd’hui avec la très belle Jaguar XK150 d’Alain. Dans POA, nous avons déjà essayé ce coupé sportif il y a quatre ans. http://www.petites-observations-automobile.com/2014/09/la-jaguar-de-florence-portrait.html et nous ne reviendrons pas sur son histoire.

Rappelons que la XK150 a été produite de 1957 à 1961 à seulement 9 382 exemplaires en coupé ou en cabriolet dont la majorité a été vendue aux USA. Son fameux 6 cylindres en ligne de 3,4 l qui délivrait de 190 à 210 chevaux selon les modèles, a permis à la firme anglaise de s’imposer cinq fois aux 24 Heures du Mans entre 1951 et 1957. Comparée à la XK120/140 dont elle reprenait les dessous, la 150 embourgeoisée offrait surtout une meilleure habitabilité au prix d’un tempérament moins sportif générant une conduite plus lourde à cause de son moteur avancé.

02 La XK150 dérivée de la XK120 était proposée autant en cabriolet qu’en coupé. Plus large, elle était bien plus habitable mais en avait conservé la silhouette générale

« J’ai toujours aimé les Jaguar « 

Alain a toujours roulé en ancienne puisqu’à 15 ans, sans permis de conduire, il avait déjà acheté une Citroën Traction 15-6 qui valait à l’époque une bouchée de pain. Elle a été suivie d’une longue ribambelle d’anciennes, de la Vedette en passant par une Talbot 4 litres Major, Panhard sans soupapes, Amilcar, Packard et quelques autres pas banales aujourd’hui. Cet amoureux de l’automobile roule au quotidien en coupé Jaguar 4,2 l XK V8 en aluminium, digne descendante de la XK150 et se souvient avoir possédé une Volvo V70 avec laquelle il a parcouru sans aucun ennuis 750 000 km en la vidangeant seulement tous les 50 000 km !

Rouler en Jaguar moderne l’a incité à acheter une ancienne de la même marque.  » J’ai toujours aimé les Jaguar car ce sont des voitures qui me correspondent. Je trouve qu’elles ne se démodent pas et sont généralement très agréables à conduire. Je rêvais d’une Jaguar E mais comme je souhaitais la garder longtemps, j’ai pensé qu’une XK150 plus haute, plus habitable, serait plus facile à utiliser lorsque je serai plus vieux. C’est en Suède que j’ai déniché cette Jaguar datant de fin 1958. Importée des USA en 2001, elle avait été restaurée autant mécanique (moteur changé et adapté à l’essence sans plomb) que carrosserie et c’est sa couleur qui m’a séduit » .En effet, la XK150 d’Alain est d’un fascinant bleu nuit qui fait ressortir ses chromes épais.

Direction assistée, boîte synchronisée

Malgré tout le respect qu’on porte à une XK150, aujourd’hui c’est un véritable camion à conduire avec une direction à boitier Burman en béton et une boîte de vitesses Moss qui fait office de chauffage, hiver comme été. D’où le choix d’Alain de la moderniser sans altérer son esthétique ni sa philosophie avec des modifications réversibles.  » Je veux une voiture qui marche et donne du plaisir pas seulement en la regardant mais en roulant ». C’est un des ses amis spécialiste des anglaises, Thierry dit « l’ingénieur  » qui dirige le garage  » L’atelier des anglaises  » à Châteauneuf en Vendée qui s’est chargé de moderniser sa voiture.

Alain a monté un volant en bois d’un diamètre plus petit que celui d’origine en bakélite

Pour faciliter le démarrage, il a adopté un allumage électronique, un alternateur à look de dynamo à la place de celle-ci et un démarreur moderne bien plus puissant et un circuit électrique plus sûr Pour améliorer son éclairage, il l’a fait équiper d’ampoules H4 et de clignotants à leds. Pour aider son refroidissement, un gros ventilateur électrique a été posé devant le radiateur d’origine épaulé par un circuit d’eau sous pression avec un vase d’expansion. Enfin une boite entièrement synchronisée avec overdrive de Jaguar XJ-6 a remplacé la trop fameuse boîte Moss qui était l’accessoire qui avait le plus vieilli dans la XK150.  » Les vitesses   passent en douceur avec deux doigts dans une grille et plus précise avec un régime moteur abaissé de 600 tours liées une vitesse de pointe accrue » expliqua Alain en avouant que tout est rentré au millimètre.

Le levier de vitesses d’origine commande une boîte de XJ-6 entièrement synchronisée avec un overdrive abaissant son régime moteur

Plus sûre, plus agréable aussi

Pour la rendre plus sûre et aussi plus facile à conduire, il l’a équipée de ceintures de sécurité, d’un lave-glace électrique et aussi d’une direction à assistance électrique qui la rend bien moins lourde surtout en manœuvre que la Burman d’origine. Direction dont il peut modifier l’assistance et qui a imposé un volant au diamètre plus réduit que celui d’origine.

Sous une livrée identique à une XK 150 full origine, sa Jaguar est plus agréable à conduire, plus économique, plus fiable, plus sécurisante et plus performante. Parmi les possesseurs de Jaguar de collection, nombreux effectuent ce rajeunissement. D’ailleurs, de nombreuses officines spécialisées modernisent des anciennes au niveau moteur pour rouler au sans plomb, freinage, allumage. Ce sont les organes qui ont le plus vieilli. C’est assez fréquent chez les marques où il y a une filiation entre les modèles successifs comme chez Mercedes, Alfa Romeo, Ford Mustang, Land Rover, Porsche ou Renault sportives notamment Alpine.

XK150 signifiait 150 miles à l’heure (240 km/h), ce qui était très exagéré surtout en version 190 chevaux

Dans cette cylindrée de 3,4 l, le long 6 cylindres alimenté par deux carburateurs délivrait 190 à 210 chevaux. Certaines versions à 3 carburateurs annonçaient 265 chevaux en 3,8 l

Un crime pour les puristes

Bien que cette modernisation n’altère pas le caractère de la voiture, certains puristes sont farouchement contre en hurlant au sacrilège. Ils arguent qu’une ancienne doit rester strictement dans son jus et être identique à la fiche d’homologation de l’époque. Ils argument que c’est illégal au niveau de la loi et qu’en cas d’accident, un expert ne la remboursera pas à sa juste valeur. C’est surtout le cas depuis que les vocables « Matching numbers  » et « Matching color » se sont popularisés. Argumentaire de plus value pour des officines spécialisées dans l’ancienne et de commissaires priseur qui autorise à vendre bien plus cher des voitures de collection full origine en prétextant une historique plus limpide ce qui n’est pas toujours une évidence.

Derrière la calandre, devant le radiateur, on devine le gros ventilateur électrique.

Un sacrilège ou mieux partager la route ?

Ce n’est pas ma vision, pratiquant l’auto ancienne depuis l’âge de 17 ans à une époque où on les appelait encore tacot et coûtaient trois fois rien. Si les modifications n’altèrent en rien l’esthétique et la philosophie d’une voiture en permettant de l’utiliser plus souvent et plus agréablement et avec davantage de sécurité autant pour soi que pour les autres usagers avec lesquels nous partageons la route, pourquoi pas ? Même s’il fait chuter le prix de celle-ci. J’ai souvent remarqué lors d’essais que le prix d’une voiture ancienne est souvent inversement proportionnel au bonheur qu’elle apporte surtout depuis que certains commissaires priseur au verbe emphatique le laissent imaginer. Est-on plus heureux au volant d’une voiture « Matching numbers » à la batterie 6 volts qui ne démarre pas qu’une autre pas tout à fait d’origine qui démarre grâce à sa batterie 12 volts et son démarreur moderne ? Comme partout, en ancienne, l’argent est souvent la fausse monnaie du bonheur.

La colonne de direction est reliée à une assistance électrique variable

Ampoules à iode H4 pour les phares, leds pour les clignotants pour offrir un éclairage plus sécurisant

Alain a possédé près d’une cinquantaine d’ancienne et roule en Jaguar moderne

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Peut-on moderniser une ancienne ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. leparisien17

    Comme sur d’autres sujets, il existe une forme d’intégrisme automobile qui consiste à ne rien vouloir changer.
    Petite histoire personnelle. J’ai eu de 2012 à 2014 une superbe BMW targa bleu clair métal . Je m’en suis séparé car le freinage était vraiment d’époque… et je me faisais peur en la conduisant. Mon mécano ne souhaitait pas monter des disques ventilés.
    Dommage car c’était une superbe voiture que je regrette aujourd’hui.
    En plus, je me suis privée d’une superbe plus value car la cote s’est envolée depuis.

    Répondre
  2. Alexandre Guirao

    Les modifications faites ici le sont avec bon sens pour une utilisation plus aisée. Attention quand même aux organes mécaniques. Les conversions par exemple de JAGUAR MK2 avec des moteurs et BVA plus récents certes d’origine Jaguar dont sont spécialisées certaines officines outre Manche : sans conformité avec le type Mines vous n’êtes plus couvert par votre assureur en cas de gros pépin.. et je ne suis pas sûr que l’auto en sorte valorisée le jour de la revente…

    Répondre
  3. Pierre_

    Des modifications s’imposent si on veut rouler serein, plus loin, plus longtemps et par tout temps. La longévité de l’auto en dépend également.
    La réponse est dans -le véritable usage- que nous souhaitons faire de notre auto. Evidence.
    Être en permanence à l’écoute de la machine lors de chaque sortie, attendre la panne (et tomber en panne.. c’est du vécu) est très ennuyeux, n’a rien de rassurant, et en clair « m’emmerde proprement! ».
    Quelques amélioration bien ciblées sont bénéfiques au plaisir de rouler.

    Répondre
  4. COMMANDANT CHATEL

    Merci Oncle Pat, cette Jag est sublime et elle doit être très agréable à conduire.
    Quant aux modifications, invisbles de l’extérieur, chacun fait ce qu’il veut avec son pognon, non ?
    Moi, par exemple, je n’aime pas tellement les Hot-Roads… mais si ça fait plaisir à leurs propriétaires…. quelle importance ?
    Roulons dans des belles, dans des moches, dans des aimées, dans des mal-aimées, dans des petites sportives ou des grosses américaines…
    Mais restons groupés, amis bagnolards…
    En haut lieu on nous en veut tellement…
    Le 17 novembre, soyons solidaires. Matching numbers ou pas.

    Répondre
  5. COMMADANT CHATEL

    Merci Oncle Pat, cette Jag est sublime et elle doit être très agréable à conduire.
    Quant aux modifications, invisbles de l’extérieur, chacun fait ce qu’il veut avec son pognon, non ?
    Moi, par exemple, je n’aime pas tellement les Hot-Roads… mais si ça fait plaisir à leurs propriétaires…. quelle importance ?
    Roulons dans des belles, dans des moches, dans des aimées, dans des mal-aimées, dans des petites sportives ou des grosses américaines…
    Mais restons groupés, amis bagnolards…
    En haut lieu on nous en veut tellement…
    Le 17 novembre, soyons solidaires. Matching numbers ou pas.
    😉

    Répondre
  6. Vincent

    Soyons clairs :

    Peut-on moderniser une ancienne ? Oui !

    Doit-on le Faire ? Non !

    Bon, ben, sur la mienne, j’ai quand même mis un allumage électronique ( faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fait ).

    Répondre
  7. Rahan

    Rahan avoue n’entraver que dalle sur problématique de conservation des chevaux de feu de sorciers fous…
    Rahan observer lune croître et décroître régulièrement comme cycle de femme.
    Rahan, bon observateur.
    Rahaaaa !

    Rahan
    Fils des âges farouches, fils adoptif de Craô

    Répondre
  8. Tom

    En tant que restaurateur de mobilier le maître mot est la réversibilité de toute action et l’utilisation au possible des méthodes d’antan quand elles sont connues. Il existe une éthique de la restauration, variable d’un atelier à l’autre bien qu’un consensus existe et certains ouvrage font référence ( L’ ébéniste restaurateur François Germon, par exemple. ) Et de même il existe une charte de la restauration auto pour ceux que ça intéresse ( que j’admets avoir seulement survolé…) : https://www.fiva.org/wp-content/uploads/Charte-de-Turin.pdf

    Mais un meuble n’a pas les mêmes contraintes qu’une auto dans son utilisation, et à mon sens tout dépends de l’utilisation qui en est faite, une enquête de la ffve nous informe que les véhicules de collection en France roulent en moyenne 1324km/An. ( https://www.am-today.com/sites/default/files/articles/30706/dp-ffve-fev-2018-resultat-enquete.pdf )
    Donc d’un point de vue de restaurateur ( de meubles ), modifier un véhicule qui sort uniquement le w.e et quand il faut beau est une hérésie… Cependant je comprends que pour une utilisation régulière dans le trafic actuel des améliorations tant du freinage ( flexibles avia, master vac…) que de l’éclairage ( passage en 12v ) etc… bref des modifications qui concerne la sécurité de l’utilisateur et des autres usagés soient tout à fait envisageables. Mais il faut rester dans la mesure, je ne crois pas qu’une direction assisté ou qu’un allumage elec soient autre chose que du confort d’utilisation ou d’entretien. Forcément entretenir et régler un allumage classique ou changer les charbons-nettoyer une dynamo ça demande du temps et des compétences.
    Après ce qui est chouette avec la « bagnole » c’est qu’on fait ce qu’on veut avec la sienne…

    Répondre
  9. Jean-Michel KAGAN

    Parmi mes voitures je possède toujours ma première depuis 45 ans, une Traction 11 B de 1955 héritée de mon grand-père. J’ai commencé à la moderniser il y a 8 ans en la faisant passer en 12 v, ainsi je suis sûr qu’elle démarrera, j’ai toujours cette batterie alors qu’en 6 v elle devait être changée tous les 2 ans avec enlèvement du capot.
    Je viens de la faire équiper de la direction assistée électrique , quel plaisir. Je viens aussi de rajouter un ventilateur devant le radiateur. Je la sors sans appréhension de la circulation , et le plus souvent possible.
    Cette voiture n’est pas un objet inerte de collection. Elle roule et procure du plaisir.
    Les purs et durs m’ont toujours impressionnés par leurs jugements et leur certitudes. Les chiens aboient, la Traction passe.

    Répondre
    1. Viggo

      Tiens j’ai aussi une Traction 11B de 1955, mais donnée par mon Beau-père ! Passage en 12 volts fait. Je suis en train de changer le moteur et j’en profite pour monter un embrayage (de Peugeot 505 apparemment) à diaphragme au lieu des linguets … on verra si il est plus agréable ! Tant que cela ne se voit pas je suis pour les améliorations…

  10. Nabuchodonosor

    Deux réponses nous avaient, si ma mémoire est bonne, été fournies il y a peu par des gens pour le moins pertinents :

    L’une par Richard Keller, le conservateur du musée Schlumpf à Mulhouse qui disait tout mettre en œuvre pour que chaque auto de la collection soit en état de rouler. De fait, plus l’auto était ancienne, plus les pièces de rechanges, les fluides, les consommables d’origines, se raréfiaient et se devaient d’être remplacés par de plus récents, certaines pièces trop usées ou endommagées exigeaient qu’elles soient fabriquées à nouveau…

    L’autre par le directeur de collection « Architecture & Design » au Moma Paul Galloway je crois, qui lui voyait l’objet figé comme œuvre témoin de son époque en termes de design et de technologie à mettre en perspective et resituer dans le contexte parmi les autres œuvres…

    Il y a donc probablement autant de réponses que de passion que l’on peut y investir. Tout dépend de l’objet, de son histoire et du désir de son dernier propriétaire, qui sait vous, moi, demain…

    Une Allanté peut-être ? Mmmh ?
    🙂

    Le débat reste ouvert, mais en attendant batterie 12 volts ou pas la WK150 d’Alain est bien désirable. Elle fait « matcher » tous mes sens à la fois. Quelle merveille !
    Encore une fois mille merci Oncle Pat’ d’avoir déniché pour nous cette pépite incroyable.

    Nabudebeauténenuitpoint.

    Répondre
    1. Bobby Ewing

      J’aurai volontiers craqué pour l’Allanté de votre frenchie Président autoproclamé, si ce n’est pour ce foutu troisième feu stop activé sur la malle arrière qui n’est pas d’origine….
      Damn, quelle faute de goût !

    2. Maître Folace

      Laisse pisser Bobby.
      Le maniement de la capote est de toutes façons imbuvable.
      T’as toutes les chances de te retrouver mouillé à chaque fois que l’éternel pleure….

  11. chapman

    Je resterais assez détendu sur le sujet n’allant pas jusqu’à dire que je m’en fout mais tant qu’il ne s’agit pas de tuning….
    En tous cas cette « 150 » me fait rêver.

    Répondre
  12. Dubby Tatiff

    Tout est affaire de curseur et de bon goût et chacun le positionnera où il pense avoir raison.

    Le propriétaire d’une Type E qui ajoute un ventilateur pour lui éviter de chauffer dans les embouteillages parisiens afin de sortir sa voiture de Paris en toute sécurité pour aller se balader en campagne commet-il un crime de lèse-majesté ?

    Est-ce que mettre des plaquettes de freins modernes est une hérésie au regard du gain en sécurité qu’elles amènent ? Peut-on remplacer des pneus diagonaux par des radiaux ?

    Soyons jusqu’au boutiste. Doit-on utiliser des huiles synthétiques modernes ou bien les huiles minérales d’époque ?

    Autre manière de voir les choses : est-ce que le propriétaire de la fameuse Volvo P1800 aux millions de miles parcourues utilise t-il encore des pièces d’époque où bien, opérations de maintenance aidant, son véhicule s’est-il modernisé, fiabilisé à son corps défendant ? On peut imaginer que les pompes à eau, les joints spi, les bougies, les filtres, les huiles, les plaquettes, les amortisseurs, les pneus que le propriétaire utilise actuellement sont plus performants que ceux utilisés lors de la construction de la voiture, il y a 50 ans. On rejoint alors un argumentaire développé par d’autres petits observateurs : selon la destination que l’on fait de son véhicule de collection, patrimoniale ou utilisation régulière, le point de vue changerait quand à ces modifications de l’état d’origine.

    Pour ma part, j’admire autant une TR4 refaite strictement d’origine, comme une capsule temporelle, qu’une TR4 dont l’intérieur a été refait en cuir fauve (ce qui n’existait pas à l’époque) avec une peinture d’un beau vert BRG métallisé hors catalogue et une fiabilisation de l’allumage, du refroidissement et du freinage pour rouler sereinement avec la classe à Dallas. Ce qui ne signifie pas pour autant que là où je place mon curseur d’acceptation et de mon bon goût, soit trop éloigné de cette seconde description.

    Répondre
  13. PhareOuest

    Malheureusement c’est la nouvelle tendance. Je suis farouchement contre, ça n’a aucun intérêt. Moderniser une ancienne c’est la dénaturer, enlever une bonne partie de son charme et tuer son âme.
    Lorsqu’on veut rouler en ancienne, il faut accepter ses avantages et ses inconvénients!!

    Répondre
  14. Guillaume D.

    Je suis bien d’accord avec l’analyse de l’Oncle Pat, d’autant plus qu’on parle ici de modifications réversibles: où peut bien être le problème?
    Même Jaguar propose de faire d’une E-type une électrique et ce de manière officielle et totalement réversible!

    Répondre
  15. Georges Piat

    Si la voiture ancienne est achetée pour » jouer » avec, on peut modifier tout ce que l’on veut. Si, par contre, on tient à sa valeur de cotation, on ne touche strictement à rien. Seules modifs possibles, l’ajout d’accessoires qui étaient en vente au moment de la production de la voiture. Et les experts sont pointus sur le sujet. Je tiens cela d’un commissaire priseur. Après, on fait ce qu’on veut mais on est prévenu !

    Répondre
  16. Learch

    Peut-on moderniser une ancienne ?
    A mon avis, oui ! A la seule condition que les transformations n’empêchent pas un retour au « strictement d’origine ».

    Répondre
  17. DELAHAYE

    Bonjour à tous. En fait tout dépend de quelle manière l’on considère sa voiture ancienne. Si c’est un placement financier, ou une démarche de musée personnel il est préférable de la laisser matching number. Mais pour le bagnolard, qui veut jouir de son auto au quotidien, qui veux faire rêver les passants, les piétons, les passionnés le restomods est le plus appropriés. C’est cette tendance vers laquelle je penche. Je pousserais même un peu plus loin le raisonnement, en mettant en avant aussi, le plaisir de conduire au volant d’une réplique de qualité pour les petits budgets.

    Répondre
  18. Huiledecannes

    C’est évident que c’est la solution ! Je préfère voir rouler des anciennes qui roulent que des Matching numbers qui sortent uniquement pour les ventes aux enchères.
    D’ailleurs il n’y a pas de mal puisque tout est interchangeable, on peut aussi revenir à l’origine si on est puriste pur et dur !
    Je remarque souvent, dans les rencontres entre passionnés, que les voitures qui roulent le plus sont loin d’être des bêtes de concours, elles ont les stigmates du temps et sont jamais dans un état de carrosserie parfait, mais freins, moteurs, radiateurs, ça fonctionne !
    Donc pour se faire plaisir, il n’y a pas de mal à se faire du bien ! et surtout pour rentrer de nuit sous la pluie autant y voir mieux, le but c’est de la ramener, non ?

    Répondre
    1. Pascal DeVillers

      Bonjour?
      100% d’accord et rien à ajouter .
      A si juste pour rigoler un peu; pour les puristes du matching number , je préconise que même le propriétaire devrait être d’origine pour la revente .
      Pascal .

    2. SIL

      Bonsoir à tous,
      La réponse est je pense dans ce que nous faisons de nos autos,
      si c’est pour rouler (but principal d’une automobile), pourquoi se priver des équipements plus performants.
      Un petit parallèle avec l’Architecture, il y a quelques années lors de la restauration d’un bâtiment de Le Corbusier (de son vivant), un confrère (en charge de la rénovation) à demandé à Le Corbusier si on pouvais remplacer les menuiseries bois abimés par des menuiseries aluminium (plus performantes, plus pérennes…),
      réponse de Le Corbusier:  » Bien sur, je n’ai pas utilisé l’Aluminium parce que cela n’existait pas »….

      Si c’est pour collectionner …..

      Personnellement sur ma youngtimer (Audi TT 2001, et oui 17 ans), je ne reviendrais pas en arrière (Nouveaux disques, plaquettes, châssis ) c’est invisible et réversible, mais surtout efficace.

      Superbe cette Jaguar et quel bonheur de pouvoir rouler avec ( et d’en faire profiter les gens da la rue), Merci pour l’article.