Voiture autonome : Ce que l’on ne vous dit pas !

POA rencontre Guillaume Devauchelle, vice-président responsable de l’innovation et du développement scientifique chez Valeo, pour faire le point sur les avancées de la conduite autonome et ses conséquences sur notre rapport à la mobilité en ville. Plus qu’une révolution technologique c’est une révolution sociétale qui s’annonce face aux enjeux colossaux de la pollution, de la congestion et de nos besoins croissants de mobilité.

Une voiture autonome, connectée et partagée est-elle l’une des solutions ?

C’est que pense Guillaume Devauchelle. Il nous explique pourquoi. Son point de vue est celui d’un homme au cœur du réacteur de la voiture autonome. En effet, Valeo est un acteur majeur du secteur de la mobilité dans le monde ( 18,6 milliards d’euros de CA en 2017) et l’un des partenaires privilégiés des constructeurs automobiles. Cette pépite française a décidé il y a quelques années d’axer son développement sur la conduite autonome, la connectivité à bord et les motorisations électriques. C’est aujourd’hui 19 000 ingénieurs qui travaillent sur ces sujets et 1,9 milliard d’euros annuel consacré à la recherche et développement.

L’avis des Petits Observateurs !

27 commentaires au sujet de « Voiture autonome : Ce que l’on ne vous dit pas ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. eric

    tres interessant.

    On en revient aux films de science fiction !
    Dans l’espace (sans strucure d’organisation ou autre) les vaisseaux sont en pilote manuel sauf pour les grands trajets ou ils sont en automatique.
    Et qd ils arrivent pret d’une planete ou d’un vaisseau amiral, ils sont prit en charge !

    Je pense que ce sera pareil.
    A la campagne manuel, autoroute, regulateur autonome de la voiture et agglomeration pilotage automatique obligatoire !
    Nous aurons interdiction de conduire en agglomeration.

    C’est du bon sens
    Apres bien ou mal, on aime ou pas………….

    Répondre
  2. Marc B

    Très intéressant. Il ne faut pas oublier qu’on peut se faire conduire depuis toujours, que cela ne coûte pas forcément plus cher…voire moins cher…Le sujet de fond c’est la possession, c’est l’image, la différenciation, la liberté, le plaisir de diriger autrement que via une tablette…

    J’aime bien les trajets en taxi (enfin en général), une rencontre humaine, un échange, un emploi. La voiture autonome ce sont aussi des emplois, 19.000 ingénieurs chez Valeo dont au moins 1% à fond sur la voiture autonome. Plus de 50.000 taxis en France, je ne compte pas les bus etc.

    Une ville sans voiture c’est aussi le bonheur, qu’elles soient autonomes, conduite par des singes (ou leur descendance), électriques ou à essence.

    En ville, j’aime bien le vélo sans voitures, le cabriolet sans voitures diesel devant…être piéton pour aller chercher sa Porsche, être piéton tout court…

    Bref les bagnoles en ville c’est bientôt la fin, tant mieux…Mais le Véhicule particuliers autonome ne me fait pas rêver, je prends déjà le TGV ou le taxi de temps en temps…

    Répondre
  3. Arnaud T

    Cette petite promenade avec Guillaume Devauchelle est éclairante. Je la découvre le jour où la SNCF annonce qu’elle envisage de mettre sur les rails des trains sans conducteur d’ici 2023. Cette analyse sur la « mobilité par habitant » qui va aller crescendo sur une planète de plus en plus peuplée va nécessairement impliquer une rationalisation des usages. L’idée d’une voiture pour chacun, demain, est-elle encore viable ?

    Répondre
  4. Learch

    En parlant de l’automobile du futur, j’aimerai dire que les allemands sont un grand peuple.
    Je ne parle pas de la taille de Dieu (Walter Rörhl pour ceux qui ne serait pas allé au catéchisme), je ne fais que répéter les mots de notre Grand à nous (le mari d’Yvonne).

    Un grand peuple car ils construisent les meilleures grossEUH voiturEUHs au monde mais dans le même temps (mon Dieu – non pas cuilà l’autre – j’ai écrit ça) ils ont tout compris à l’avenir de l’automobile et à la Déconstruction que nous allons obligatoirement emprunter, faute de solutions : j’ai reçu la dernière newsletter de Microlino, ils ont atteint les 8000 réservations (avec versement d’un acompte de 1000 euros), dont les répartitions par pays sont :
    Allemagne : 3257
    Suisse : 1657
    USA : 550
    Grande-Bretagne : 315
    France : 293
    Japon : 200
    Italie : 161
    Autriche : 143
    Espagne : 121
    Autres : 1295.

    Je ne pense pas que ça soit dû uniquement au fait que la Microlino est une version moderne de l’Isetta-BMW…

    https://www.micro-mobility.com/en/experience-micro/microlino/#reservation-container

    C’est une électrique, mais légèrement plus petite que le dernier SUV i-Truc ou Q-Truc… je ne pense pas que ça sera suffisant mais ça va quand même mieux dans le bon sens, ce n’est pas une voiture qui fait un bras d’honneur à nos enfants et petits-enfants… enfin, qui essaie…

    Répondre
  5. Fred 04

    Les bonnes questions avec la conduite autonome sont étiques : Je m’explique …Si deux piétons traversent en même temps un gamin de 10 ans et une mamie de 80 ans, dans tout les cas vous ne pouvez pas vous arrêter, mais vous devez faire un choix trés compliqué entre les deux personnes en face de vous , un choix étique , mais à coup sûr avec la voiture autonome n’en fera aucun…Je sais ma reflexion est peût-etre sordide , cela va arriver forcement ,et les questions se poser… Et la conduite B….L !!!!

    Répondre
  6. martin

    On ne peux que souscrire à cette idée de la fin de « la voiture couteau suisse ». C’est une évidence que de rouler en ville avec un véhicule de 150 ch et 1t500 n’est pas très rationnel. Mais cette idée de petit véhicule n’est pas neuve, la smart, elle même sortie il y a vingt, n’a pas vraiment fait d’émules.

    Répondre
  7. Farnaby

    M. Duvauchelle dit que c’est la fin de la voiture couteau suisse et que, pour la ville, une Giulia ou une Série 3 seront remplacées par une sorte de Twizzy ou au mieux une Blue Car avec des freins de mobylette : pas besoin de mieux pour rouler à 15 km/h sur le périphérique. Ok. Mais il ne dit pas ce qui va remplacer les autres usages du couteau suisse : pour aller dans sa maison de campagne en Normandie ? Ou pour traverser la France ? Deux solutions : rien, donc transports en commun obligatoires. Ou une seconde voiture adaptée à cette « mobilité » pour reprendre l’atroce jargon du jour. Dans les deux cas, c’est l’enfer : l’enfer collectiviste ou l’enfer écologique (deux voitures au lieu d’une).
    Plus généralement, ce que l’on (je) commence à comprendre, c’est que les constructeurs et les Etats sont en train de transformer la voiture en simili métro : réduire la vitesse (Duvauchelle parle de 20 km/h pour ne tuer aucun piéton), réduire la puissance et les capacités du véhicule et collectiviser son usage par la connexion, le régulateur (de périph par exemple) et l’autopartage. C’est ni plus ni moins transformer une route en simili RER avec wagon (plus ou moins) privatifs. Or, et c’est là le coup de génie ou l’arnaque du siècle : si je veux prendre le RER, je n’ai qu’à payer 2 euros et non 15000 ou 20000… Double processus : collectivisation du transport ET privatisation des coûts. Je paye une somme énorme non plus pour avoir la liberté d’être seul et libre (de mes mouvements et choix), mais pour pouvoir faire ce qu’un RER m’offre, m’offrait, pour rien. Et hop. Sublime !

    Répondre
    1. martin

      Avec une efficience forcément moindre par rapport aux transports en commun.
      En même temps, selon la tendance actuelle, allant vers toujours plus de confort et de sécurité, il n’apparaît pas saugrenue de penser qu’à l’avenir les transports en communs actuelles (avec la promiscuité forcée qu’ils offrent) deviendraient totalement anachronique.

  8. Frankreich

    C’est vraiment passionnant. Ce M. Devauchelle est très « POA compatible », limpide et clair. Merci à lui et à vous.
    Je suis vraiment convaincu de la rapidité du changement qu’il annonce. Le problème me semble être le fantasme médiatique autour de mots tels que « conduite autonome » ou « Intelligence artificielle ». Ces mots hystérisent le débat et imposent de se projeter dans un futur aussi fictionnel que les voitures volantes promises dans les années 60 pour l’an 2000. Or personne ne compte lancer un modèle sans volant avec des fauteuils dos à la route du jour au lendemain. De ce point de vue, je trouve que les constructeurs participent aussi à cette excitation autour du sujet à force de mettre en avant des concepts futuristes qui extrapolent des applications potentielles futures et lointaines sur la base de technologies balbutiantes.
    M. Devauchelle démontre que le régulateur adaptatif ou « lane assist » déjà très répandus et parfaitement admis sont les premières étapes, auxquelles viennent déjà s’ajouter la connexion des deux, freinages d’urgence, vision nocturne et consort. On peut déjà faire 300km d’autoroute presque entièrement en autonome, une main sur le volant mais l’esprit plus apaisé. Les étapes suivantes permettront ces usages assistés sur les axes secondaires puis en ville à mesure que la technologie se perfectionnera.
    Pas à pas certes, mais il suffit de regarder les modèles neufs proposés il y a seulement 5 ans pour mesurer les progrès en la matière. Je crois donc que ce n’est pas pour demain mais qu’on y est déjà et que comme les grenouilles dans les casseroles d’eau qui chauffent doucement, on ne s’en rend pas bien compte qu’on est déjà dedans.

    Répondre
  9. François

    Bonjour;
    Vraiment très interessant, je pense que les générations futures seront totalement en accord avec cet univers de la mobilité. Maintenant que je roule presqu’exclusivement pour le plaisir je reste attaché a la conduite a » l’ancienne » c’est trop tard pour changer
    .La conduite autonome permettra de faire autre chose pendant les trajets….possible… mais pour faire quoi ? On peut déjà faire mille choses sans avoir a se déplacer alors ça me semble superflu …mais pour le coté sécurité c’est sans doute un plus…. et a l’extrême limite plus besoin de savoir conduire…. Pour tout ça il y a déjà les taxis.. non ?
    En tout cas c’est une belle évolution de la technologie mais a quel prix…

    Bon on verra tout ça bientôt…mais j’ai bien peur que l’ennui me gagne

    Merci POA pour ce tres bon reportage

    François

    Répondre
  10. Frédéric à Montréal

    Propos très intéressants sur un sujet vraiment d’actualité.
    Mais est-ce que je me trompe ou le chauffeur a quand-même souvent les mains sur le volant? En l’occurrence, la Golf n’a pas l’air vraiment autonome. Ce qui n’est évidemment pas étonnant.

    Répondre
  11. San Francesco d'Assisi

    Enfer ou Paradis ?
    L’on ne peut que s’en réjouir !
    Je ne voudrai pas donner l’air de profiter de la situation mais quoiqu’il advienne, mon Arche ou ma porte vous restera ouverte…
    In Nomine…

    Répondre
  12. John Steed

    Un homme averti en vaut deux.
    Aussi doit-on voir le signe avant coureur d’une grande dépression dans l’abandon de la XJ40 Présidentielle avant-hier ?

    Répondre
  13. Nabuchodonosor

    Oui, formidable interview Président et un grand merci à Mr Devauchelle pour sa dédiabolisation et ses explications limpides..
    Dans ses propos, j’ai retenu un grand scoop, la fin du couteau Suisse signifie probablement LA FIN DU SUV !
    🙂

    Je ne suis pas inquiet pour l’avenir de l’automobile qui ne portera donc jamais aussi bien son nom, du moins tant que le législateur permettra aux deux mondes de coexister.
    Cela ne donnera que plus de piquant à la circulation des anciennes, youngtimer et collections.

    Ma crainte se situe plus au niveau des autres automates, notamment ceux de contrôles (avant sanction) qui, évolueront eux aussi pour se faire drones et vérifier tout un tas de choses que l’on croit aujourd’hui appartenir à notre vie privée…

    Question subsidiaire : Compris pour les piétons, mais comment vont-être géré les deux roues ?

    Répondre
  14. Learch

    Très intéressante vidéo, de qualité. On ne verrai pas ce genre d’interviews dans une émission de bagnoles sur les grandes chaines TV… elles en sont encore à essayer la énième Ferrari ou à montrer deux américains torturer une pôv’bagnole pour en faire un chef d’oeuvre, en trois jours…. Donc bravo à toute l’équipe de POA.

    Néanmoins, j’ai un sentiment de vertige… car j’ai eu l’impression de visionner l’interview d’un scénariste qui parle du prochain film de Spielberg… alors que non, c’est une tête pensante d’un des plus important acteur des transports dans le monde…

    Avant tout, il faut vraiment arrêter de dire que la voiture électrique est « propre », ce n’est pas sérieux. Quelle ne rejette pas de CO2, ok, mais pour la fabriquer il faut rejeter énormément de CO2, autant que pour une auto à moteur atmosphérique, voir plus (voir encore plus si elle a le poids et la taille d’un SUV).

    Ensuite les prévisions qui dirigent les 19.000 ingénieurs de Valeo (gasp) et qui utilisent 1,9 milliard d’euros (gasp) sont :
    — Contradictoires avec les récentes décisions politiques envers les transports routiers en général et l’automobile en particulier (voir vidéo sur la suite du Cycle WLTP) : à l’avenir moins de famille pourrons posséder une auto pour des raisons pécuniaires (puisque c’est le moyen choisi par nos politiques pour agir sur la pollution des transports personnels), donc même si la démographie explose, il n’y aura pas de villes plus encombrées que maintenant… voir moins.
    — Non compatibles avec le fait que la planète ne possèdent pas assez de minerais de base pour pouvoir construire autant de batteries qu’une production généralisée de voitures électriques générerait (avec en plus les batteries des smartphones, des outils sans-fil, les vélos électriques etc). Je pense bien sûr au lithium, mais pas que…
    — Basées sur une vision très particulière du transport en commun : le réseau ferré est saturé, oui… mais le nombre de km de voies ferrées a été énormément diminué depuis 50 ans… Si il y a un re-développement des voies ferrées (avec des trains électriques sans batteries), il n’y aura plus d’encombrement.

    Enfin, désolé, mais je ne ferai jamais confiance à une machine et à un programme informatique, sans une double sécurité, humaine. Question de bon sens. Vous monteriez dans un Airbus sans pilote ? Ma réticence vient certainement aussi de vingt années passées à travailler sur des ordinateurs…

    Conclusion : comme il n’y a pas de solution au désastre annoncé, on croit aux chimères, on espère que ce que l’on fait servira, on avance quand même, parce qu’il le faut… sinon quoi ? Je ne pensais pas que ça touchait aussi des ingénieurs, les personnes les plus cartésiennes qui soient… mais bon il faut bien que Valeo fasse quelque chose, sinon, quoi ? Disons, pour positiver, que tout ceci est de la recherche théorique et que les annonces de dates sont de la bonne promotion…

    Répondre
    1. Yann69

      Un commentaire sur la « propreté » du véhicule électrique. Rien que pour la production de la batterie, il faut compter 200kg de CO2 par kWh (la production mondiale d’électricité de faisant majoritairement au charbon)
      Soit pour les 70kwh d’un Mercedes EQC400,
      14 000kg. Et sachant par ailleurs qu’il y a 2.6kg de CO2 par litres de gasoil, je vous laisse calculer combien d’années vous pourriez roulez avec un véhicule plus petit, plus léger ne consommant que 2l au 100km…

    2. PhareOuest

      L’électrique, plus écologique sur le long terme, de par sa conception,son efficience, une voiture électrique va demander moins d’énergie pour développer les mêmes performances (vitesse, autonomie…) qu’une voiture à essence ou diesel. Plus économe, son bilan carbone va avoir tendance à diminuer au fil de son utilisation.
      La voiture électrique n’en est qu’à ses débuts. Une équipe de chercheurs australiens est en train de développer une batterie rechargeable sans lithium. Ce métal, à la fois rare et cher, serait remplacé par deux éléments qu’on trouve en abondance dans la nature : l’eau et le carbone. Il y a également le remplacement des batteries lithium-ion par des supercondensateurs, malgré le fait qu’ils n’offrent actuellement qu’un dixième de leur densité d’énergie, pourrait se généraliser à l’avenir.

    3. Learch

      @Yann69 : j’avais en tête des chiffres moins abracadabrants… si vos chiffres sont exacts c’est encore pire que ce que je pensais…

      @Phareouest : vous êtes dans le ton de la vidéo : vous croyez aux découvertes géniales… je veux bien y croire… quand elles seront mises en application… pour l’instant elles sont dans le domaine de la recherche pure voir dans le domaine de l’annonce publicitaire (le père Musk est un as dans le genre).
      La voiture électrique n’est absolument pas écologique sur le long terme car elle a (actuellement) un gros souci : la gestion de ses batteries en fin de vie (facturé actuellement 6000 euros la tonne).
      https://e-rse.net/batteries-voitures-electriques-impact-environnement-27293/#gs.iC9izVU
      et une pensée pour les futurs employés chargés de ce recyclage qui devront travailler avec combinaison et masque à air (pour cause de présence de produits très toxiques).

      Avec tout ça j’ai bien peur que certains trouvent plus facile et rentable de balancer les batteries à la décharge ou dans la rivière proche de chez eux…

    4. pcur

      @Yann69 vos chiffres me paraissent complètement fantaisistes (une étude sérieuse de l’Ademe donnait un avantage de 40% à la voiture électrique en prenant en compte l’ensemble du cycle fabrication inclue).
      « Rien que pour la production de la batterie, il faut compter 200kg de CO2 par kWh (la production mondiale d’électricité de faisant majoritairement au charbon) » => cette phrase ne veut absolument rien dire vous mélangez production de la batterie et production de l’électricité pour l’alimenter. Enfin dans les grands pays qui se mettent à l’électrique (en dehors de la Chine) il est faux de dire que l’électricité est produite majoritairement à partir du charbon.

    5. Yann69

      Pour les chiffres sur l’impact carbone de la fabrication des batteries :
      http://www.automobile-propre.com/voiture-electrique-impact-carbone-batteries/
      Pour le chiffre sur la quantité de CO2 dans un litre de diesel :
      https://www.econologie.com/emissions-co2-litre-carburant-essence-diesel-ou-gpl/

      @PCUR, ces chiffres donnent l’impact de la fabrication de la batterie, donc les émissions à km 0.
      ensuite au fil du temps la voiture électrique émet peu de CO2 (surtout en france) ci dessous l’étude de l’ADEME sur la voiture électrique
      vous noterez les 44% d’origine charbon de l’électricité allemande…
      https://www.ademe.fr/elaboration-selon-principes-acv-bilans-energetiques-emissions-gaz-a-effet-serre-autres-impacts-environnementaux

      Et le lien vers le site de la banque mondiale pour la source de l’électricité (>40% charbon et >66% charbon + petrole + gaz)
      https://donnees.banquemondiale.org/indicator/EG.ELC.COAL.ZS

  15. chapman

    Merci M. Duvauchelle pour votre science et votre pédagogie. Merci monsieur le président pour ces rendez vous avec des intervenants de la mobilité future…..ça ferait presque envie à un dinosaure comme moi.
    M’enfin, c’est tonton Chapman qui avait raison il y a déjà bien longtemps…. Light is right même dans le futur.

    Répondre
    1. Learch

      Oh que oui ! Light is right ! C’est quoi l’inverse ? Fat is bad ? (j’allais écrire Fat is Touareg mais non quand même, le pôv en a assez reçu ;o))