Pourquoi la bagnole n’est pas morte aux USA, par Cédric Faiche de BMF TV

POA rencontre Cédric Faiche, correspondant de BFM TV à New York depuis trois ans. Journaliste de talent et bagnolard dans l’âme, il se décrit lui-même comme le Rouletabille du XXI siècle. Cédric Faiche est un homme orchestre qui a lui seul réalise, monte et diffuse ses sujets en direct sur BFM TV. Une approche similaire de POA qui nous  réunit pour cet entretien à propos du rapport viscéral qu’entretiennent les Américains avec leurs bagnoles. C’est également l’occasion de monter à bord d’un bus impérial au coeur de la circulation New Yorkaise. Une image qui vaut plus qu’un long discours sur la place de l’automobile en ville.

 

Découvrez les photos de Ronan Rocher, photographe officielle officiel de POA  http://www.lesphotosderonan.fr

L’avis des Petits Observateurs !

30 commentaires au sujet de « Pourquoi la bagnole n’est pas morte aux USA, par Cédric Faiche de BMF TV »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Subarbu

    Merci POA pour cette escapade outre océan. Les USA, pays de la bagnole c’est sûr. Que l’on fustige ici, mais rouler sur de longues distances hors agglomération avec un V6 essence qui reste toujours à bas régime avec la boîte auto n’est pas forcément horrific. De l’autre côté, la majorité des voitures qui roulent en diesel dans nos villes, en boîte mécanique qui fait monter dans les tours sur les premiers rapports, est-ce beaucoup plus rationnel ?

    Répondre
    1. Gérald

      Pour la montée dans les tours c’est l’inverse, une boite auto optimise beaucoup plus les possibilités du moteur. Une accélération avec boîte automatique va bien au-delà de la limite que l’on s’impose à l’oreille avec une boîte mécanique.
      Après il est aussi bon de rappeler qu’un diesel brûle beaucoup moins de carburant qu’un moteur essence…

  2. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Donc si je comprends bien le Lt COLUMBO était finalement peu être un français envoyé par PEUGEOT pour faire discrètement de la veille avec sa 403 cabriolet …..
    Maintenant je vais regarder les épisodes d’un autre regard.
    Pascal

    Répondre
  3. Georges Piat

    Vision d’autant plus intéressante qu’on a pas beaucoup d’info sur le sujet.
    Interview très POA, les bonnes questions mais le ton léger. Merci pour ce beau moment.

    Répondre
  4. Pierre_

     » Voyage dans l’oxygène rare*** « , sur le toit d’un bus.
    Points de vue intéressants de notre ami Cédric sur les sujets abordés.
    Il me parait intéressant de réaliser ce format d’émission dans un autre pays, et oublions un temps les américains.
    (***PierreBéghin)

    Répondre
  5. Frankreich

    Très intéressant et belle rencontre
    Et le culturiste à selfie qui fait sauter ses pecs m’a bien fait marrer : il regarde que dalle sauf son mobile

    Répondre
    1. Fils de Pub

      Vous êtes certain qu’il n’a pas été placé en arrière champ par la prod. pour illustrer les propos sur l’Amérique profonde ?
      🙂

    2. Pierre_

      En même temps ya pas grand chose a voir. Ces 2 chippendales américains sont bien à leur place, et je parierai même qu’ils ont voté Trump. Mais je m’emporte.
      Bien à vous Franckreich.
      Pierre_ (qui a bossé 1an là-bas.)

  6. Learch

    Non en effet la voiture n’est pas morte aux USA. Car elle est morte sur toute la planète. Comme tous les transports utilisant des énergies fossiles. Il s’agit juste d’une question de temps… avant que l’effondrement en cours (oui il a commencé) ne se concrétise plus… concrètement :o) Que les américains et les occidentaux en profite bien. Je rappelle qu’un ministre d’état (et de la transition écologique) a récemment démissionné en France en affirmant que la seule raison était son impuissance pour empêcher la crise mondiale majeure qui se profile à l’horizon. Il est entouré depuis des années par les meilleurs spécialistes dans ce domaine. Je rappelle que cet été, des records de températures dans l’hémisphère nord ainsi que dans les eaux des mers et des océans ont été battus. Après à chacun de voir… on peut pratiquer le déni à l’échelon national (entretenir le rêve) mais c’est comme lorsque l’on fait des emprunts sans se soucier des remboursements, un jour ou l’autre… plus dure est la chute.

    J’ai conscience que je ne propose aucune solution. Et pour cause il n’y en a pas. Pour l’instant. Ou pour toujours.

    « Messieurs, ce fut un plaisir de jouer avec vous » :o)

    PS : les incendies en Californie de cet été auraient-ils modifié le point de vue des « américains de la campagne » ?

    PPS : Personne ne sait pour Musk ? C’est une blague ? Il y a quelques mois il a renfloué les caisses de Tesla avec son argent propre…. pas besoin d’avoir fait HEC pour déduire… Croire à Tesla c’est du domaine de la religion, j’ai l’impression :o)

    Répondre
    1. Thrasibule

      Il fallait que ce soit dit. mais je ne crois pas que BFM (et son journaliste (agréable) qui trouve « communiste » un projet de taxe commerciale…) en parle beaucoup, de la théorie de l’effondrement énergétique. Cela dit, l’interview est chaleureuse et agréable à regarder, c’est du POA.

    2. Learch

      Vous exagérer, on ne peut quand même raisonnablement pas dire « J’adore » alors que l’avant du Titanic sur lequel on se trouve commence à être sous l’eau… je veux bien croire en l’optimisme mais quand même… ;o)

    3. Jean-Francois BERTRAND

      Ce que j’aime c’est votre propos sur le fond et sur la forme.
      Les questions environnementales me touchent, la voiture est un facteur parmi tant d’autres, je je n’en reste pas moins bagnolard quitte à accepter des mutations au quotidien si celà me permet d’utiliser de manière raisonnable et pour le plaisir nos voitures 1.0!

    4. Learch

      Tout à fait, les transports ne sont pas le plus gros pourcentage de rejet de CO2… Mais ils sont le plus visible donc ils sont la vitrine du combat contre l’effet de serre, malheureusement pour eux/nous. Ils sont aussi la résultante la plus visible de l’évolution de la société qui nous a fait passer des premières habitations du néolithique aux clapiers à lapins du XXIe siècle, toutes visions politiques confondues et essayées, pour le meilleur, parfois le pire et au final le pire.

      Je suis et resterai bagnolard aussi (je suis tombé dedans étant petit, comme tous ceux qui commentent ici ou qui créent « en haut » , je parle de notre gouvernement :o) … donc la vie actuelle m’oblige à faire avec une schizophrénie imposée : j’aime entendre de bons gros Weber se gaver de 98 mais dans la même seconde j’angoisse pour mes enfants… et futurs petits-enfants éventuels (qui j’espère ne verrons pas le jour, je ne vois vraiment pas l’intérêt, vu ce que nous sommes en train de leur léguer ce sera loin d’être un cadeau).

      Mais bon, tels les musiciens du film Titanic, restons gentlemen, l’humanité ne va disparaître en pleurnichant, un peu de tenue et de classe voyons, personne ne nous regarde mais restons dignes, n’ayons pas l’air de rien, le mieux est d’en sourire ou de se distraire avec de superbes poades, God save the Président !! (du coup je ne sais plus s’il faut le souhaiter ou pas ;o). Et le dernier qui s’en va éteint la lumière, merci ! (Je crois qu’au Pentagone ils espèrent que ce sera un néon sur la 5e Avenue :o)

      Ah bien sûr, il reste, pour les romantiques, les fleurs bleues, les jeunes tombés de la dernière pluie, les canards sauvages, les soeurs du couvent des Ursulines et les moines du monastère du Dalaï-Lama, l’éventualité d’un espoir. Comme par exemple un début de commencement d’accord de principe vers une convergence d’opinions favorables à la signature d’un décret ouvrant des négociations pour la signature d’une modification d’un article permettant de commencer à discuter des vrais problèmes lors de la COP29… ou par exemple la sortie, d’on ne sait d’où, d’un génie de la physique nucléaire capable de faire en sorte que les règles qui régissent la vie des oxydes partout dans l’univers visible et au-delà soient modifiables via je ne sais quel procédé qui fera passer la théorie de la relativité générale pour une note de courses d’une ménagère de moins de 50 ans.

    5. Renaud Roubaudi

      Bonjour Learch. Ne pensez pas que POA ne soit pas au courant de la théorie de l’effondrement et des ses multiples apôtres. Pour faire court, disons que nous suivons quotidiennement Jean Marc Jancovici, Ingénieur Conseil en Energie Climat, qui est actuellement l’un des meilleurs pédagogue sur le sujet. Je recommande de suivre plusieurs conférence sur youtube (il suffit de taper son nom) et en un week-end vous êtes au parfum. Ceci posé, je l’ai déjà dit à un petit obsrevateur, je constate que Monsieur Jancovici tweete et re tweete plusieurs fois par jours toutes nouvelles apocalyptiques qui annoncent notre fin. Jamais, je dis bien jamais, il ne retweete une éxpérience, un fait,une solution positive. Je vous encourage à suivre Paul Hawkew et son projet Drawdown : lui, climatologue reconnu et 70 scientifiques font le même constat et alertent la communauté depuis des années. Mais leur état d’esprit est différent : Ils ont récemment lister les 100 solutions qui combinées peuvent inverser le cours du réchauffement planétaire. Chacune des solutions a fait l’objet de calcul précis en terme de coute de mise en oeuvre et économie de CO2. D’ou un classement de 1 à 100 et vous verrez les résultats sont étonnants. Bien sur nous savons vous et moi que le CO2 dans l’atmosphère (et don le réchauffement) ne se dissipera pas avant des centaines d’années) et qu’une partie du mal est fait, cependant lisez ce document (je le fait tous les jours et je suis sérieux) et votre point de vue passera de futur condamné de l’humanité à celui d’homme libre, pensant et agissant. Ce n’est pas le lieu ici, pour le moment, d’aborder frontalement ces sujets mais le trio mobilité/énergie/climat nous impose d’y réfléchir activement. Dans les années à venir POA va aborder de façon précise ces enjeux qui sont les nôtres en tant que citoyens du monde. Vous verrez nous les traiterons à la POA et nous deviendrons la plateforme la plus active sur le sujet pour relayer et donner la parole tous ceux qui agissent. Gardons espoirs, le pire n’est pas toujours à venir. Comme le dit Jancovici à nous de choisir notre décroissance plutôt que de la subir.

    6. Learch

      Bonjour Président !

      Je connaissais J-M. Jancovici, son livre et ses conférences, bien sûr, ainsi que quelques autres mais pas le sieur Hawkew et son projet… je m’en vais chercher tout ça sur la toile, merci beaucoup pour le conseil… Bon maintenant tous ces spécialistes sont bien gentils mais j’ai mes spécialistes à moi : des amis d’enfance agriculteurs, les anciens de mon village natal. Et leurs constatations se rejoignent sans connaître les travaux des uns et des autres (je ne vois d’ailleurs pas en quoi le carré de patates de Mr XXXXX pourrait intéresser The Shift Project, le think tank de Mr Jancovici ;o)) et l’inverse est valable :o)

      Je ne doute pas qu’il y ait des projets ambitieux et de bonnes idées, ici ou là… Mais la plupart du temps elles restent des utopies (plus ou moins proches de la faisabilité) car il y a deux problèmes fondamentaux, strictement et totalement insurmontables :
      1 – Tous les habitants de cette planète veulent la même vie qu’un américain (ou qu’un français, un anglais, un allemand etc). Je ne leur jette pas la pierre, évidemment !
      2 – Quasiment aucun pays n’arrivent à s’entendre entre eux pour mettre en oeuvre les bonnes idées (voir même à s’entendre à l’intérieur du pays – cf. la démission d’Hulot), tout simplement parce que cela remettrait en cause ce qui permet à tous les habitants de la planète d’avoir envie de vivre comme un occidental (et si l’URSS avait gagné la guerre froide, cela ne changerai rien au problème, tous les habitants de la planète auraient envie d’avoir une Trabant ou une Moskvitch, une datcha sur la mère noire et envie de faire une croisière jusqu’à Vladivostok pour voir Vlhollywood ;o) etc. Mon constat n’est pas du tout d’ordre politique, mais plutôt d’ordre philosophique ou sociétal, je ne sais pas… un truc dans le genre).

      Partant de là, j’ai bien peur que les meilleures idées, même appliquées dans quelques pays, ne suffisent pas (nous l’avons constaté avec les nuages de Tchernobyl et de Fukushima, l’atmosphère n’a pas de frontière).

      On peut, il faut, bien sûr essayer, tester toutes les idées ! Qu’est-ce qu’on risque ? Comment ? La ? La disparition de l’humanité ? Ah… oui… bah faut être joueur ! ;o)
      M’enfin, avant de tester des nouvelles idées, il faudrait déjà arrêter les conneries en cours : quel(s) pays obligera le Brésil et le Cameroun a stopper la déforestation ? Quel(s) pays obligera les USA et la Chine a stopper leur centrales électriques à charbon et/ou à gaz ? Bon courage…

      Bien à vous !

  7. Nabuchodonosor

    Excellente interview d’un expat’, très fin observateur de la société américaine, Président.
    Dorénavant je dresserai une oreille attentive lorsque j’entendrai prononcer le nom de Monsieur Fraiche.

    La minute de philo du Poafesseur Nabu :
    Dans leur globalité les cités moyenâgeuses de notre vieille Europe n’ont jamais su s’adapter au déferlement industriel de la bagnole depuis le début du XXème siècle. Elles ont pourtant rapidement réussies leur métamorphose pour s’y laisser pénétrer par les transports publics (train, tramways, métro…etc.). Et aujourd’hui, un siècle plus tard, sous des prétextes fumeux, leurs tribuns veulent la vomir… Du moins sous sa forme thermique, dévoreuse de combustibles fossiles que d’autres extraient, ailleurs, comme il en va de toutes les ressources dont la ville a besoin et qu’il faut ma foi bien ravitailler… Curieux.
    Elles sont moins regardantes sur toutes les autres pollutions… Écueils inéluctables de la concentration urbaine.

    Quid par exemple, de leur vision d’avenir quant à la transformation de la voirie, sur le statut de cette infrastructure publique, ce cordon de respiration censé être un lieu d’échange et de socialité et pas seulement d’irrigation que s’accapare l’ensemble du trafic ?

    De leur côté, les cités U.S au plan à damier prévu pour digérer les flux, telle celle de la grosse pomme, sont loin d’avoir tout résolu, loin de là, mais du moins sur ce point-là, les ricains restent cohérents avec eux-mêmes.

    Nabu#etpafdanstagueule

    Répondre
    1. Jean-Francois BERTRAND

      Et le problème dans nos cités et notre société, c’est que nos politiques font qu’au final ces artères vitales à cohésion sociale et au transit des biens dont elles sont dépendantes finissent par ne servir ni l’une ni l’autre de ces vocations.
      First of all, business is business ? Vous avez raison mon cher Nabu, leur cohérence est patente.

  8. Jean-Francois BERTRAND

    Pour en revenir sur Tucker et sur le film de Coppola, ce dernier est un passionné de la marque et de cette aventure automobile. Il possède d’ailleurs un des rares exemplaires. Et c’est son admiration pour cet homme et ses voitures qui l’on pousse à lui rendre hommage avec ce film.
    Comme Cédric, je fais souvent le parallèle entre Musk et lui. Ce sont l’un comme l’autre des individus qui veulent aller au bout de leur idées et de leur rêve.
    On peut dire quoi que ce soit sur Elon Musk d’un point de vue financier, et d’ailleurs je trouve toujours très réducteur de le regarder uniquement sous cet angle là. C’est peut être à cause du fait que l’on s’est habitué à ce que les sociétés, l’industrie ne soient plus que gérer par des financiers. Mais les financiers ne sont que des gestionnaires, pas des concepteurs, des idéalistes.
    C’est la même chose pour les états, les technocrates on remplacer les meneurs de foules, les visionnaires.
    On a besoin de gens comme Musk pour faire avancer et bouger les choses.
    Quoi qu’on en disent, cet homme est un vrai capitaine d’industrie, qui n’hésite pas à réinvestir tout ce qu’il a pour concrétiser de nouveaux concepts et prendre des risques. Après avoir vendu PayPal il aurait très bien pu en rester là et couler des jours tranquille sur la côte ouest. Et bien non.
    Est ce ça formation d’ingénieur plutôt que de gestionnaire qui veut ça ? A mon avis oui.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      J’aime et rejoint votre analyse sur les gestionnaires et autres comptables qui étaient (y?) leurs connaissances sur ce qui est connu mais ne s’en servent jamais pour imaginer l’avenir.
      Et cela manque cruellement dans nos sociétés aujourd’hui.
      😉

    2. Jean-Francois BERTRAND

      C’est clair mon cher Nabu, quid de l’esquisse du début de l’idée d’un nouveau business model que nous aurait soit disant promis une certaine révolution… Ou plutôt un hold-up comme beaucoup de média aiment le qualifier ?
      Certe « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent », mais de la part de quelqu’un qui a biberonné au lait ENAtier et dont la « poupou » était préparée par Mamie Rotschild, même si les qualités de l’individu sont evidentes, il ne faut pas s’attendre à grand chose…
      Pour en revenir à ce cher Elon, même si l’aventure Tesla pourrait paraître aux yeux du monde comme un échec commercial ou un coup de bluff, à mes yeux il en ressort un succès: celui d’avoir fait peur aux institutionnels du secteur et les avoir sorti de leur léthargie comptable.
      Il voulait faire bouger les lignes, il y est déjà arrivé, et même s’il finit une main devant une main derrière, son satisfecit est ailleurs.

  9. Arnaud T

    Une promenade bien agréable. On ne sait pas rachètera Tesla, en attendant, Apple embauche quelques-uns de ses anciens cadres. Les voitures de demain n’ont pas fini de nous surprendre. Je crois que les prochaines années seront celles d’une gigantesque cohabitation technique guidée par les usages (essence, hybride, diesel, électrique, hydrogène, GPL, bio-carburant, solaire, air comprimé…). Non, la voiture n’est pas morte. Ni aux USA ni ailleurs.

    Répondre
  10. Gérald

    En visite il y a quelques jours à New York je peux que confirmer les paroles de Cédric, sauf peut-être sur la limitation de vitesse tout le monde roule au dessus des 65 miles règlementaire sur l’autoroute.
    Ce reportage confirme aussi ma remarque sur les klaxons à New-York !!!

    Répondre
  11. chapman

    Oui, je ne suis pas sur que le campagnard américains soit prêt à se séparer de son auto…. Un peu comme le campagnard auvergnat en fait, sauf que le campagnard français ne pourra pas opposer son 44 magnum au législateur qui voudra lui faire renoncer à ses déplacements d’homme libre :))
    Merci pour cette conversation passionnante.

    Répondre