Pourquoi je roule à l’E85

Gontran roule à l’E85 ( carburant à 85% composé d’éthanol ) en Hummer H3 ( à découvrir demain en détail sur POA). L’occasion de revenir sur les conséquences de ce carburant et de rencontrer un spécialiste qui re-programme les moteurs pour qu’ils acceptent le bio carburant.

L’avis des Petits Observateurs !

31 commentaires au sujet de « Pourquoi je roule à l’E85 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. alexis

    Bonjour à tous,

    En pleine période de gilets jaunes et polémique tarifaire sur le prix des carburants, moi je me réjouis de rouler 100% à l’E85 (même en hiver lorsqu’il fait froid…).

    J’ai une Lexus IS 200 de 2000, qui a 240 000 km au compteur et avec laquelle je fais entre 500 et 600km par semaine, ce qui représente un plein de moins de 40 euros hebdomadaire (0,599e/L). Je l’ai simplement équipé avec un boitier E85 à 500 euros, sans reprogrammation.
    Alors oui effectivement, je mets (en ce moment parce qu’il fait froid) 2 coups de clef avant que ca démarre, ca chauffe un peu plus dans les bouchon aussi et je peux constaté une surconsommation de 20%… mais vraiment, la satisfaction de moins pollué et de ne pas être plumé financièrement à chaque passage à la pompe est vraiment satisfaisant.

    Je n’arrive pas à comprendre la raison pour laquelle l’état ne promotionne pas ce carburant et que si peu de modèles acceptent l’E85 d’origine (environ 10 modèles sur le marché français)

    Répondre
  2. David

    Salut les gars!

    Je suis très content de voir que vous intéressiez à ce sujet!
    Je me permets de vous faire un petit retour d’expérience… J’ai été propriétaire de plusieurs Saab dont une 9-3 sporthatch 2.0T Aéro Biopower de 2008. J’ai eu ce véhicule entre les années 2010-2015 et ai parcouru un peu plus de 120000 km. Une merveille cette voiture! Un break sportif-famillial et éco-lo-no-mique.
    Une rapide fiche technique:
    Moteur de 2.0 litres, 4 cylindres, 16 soupapes Turbo compressé. Boite Auto 5 vitesses.
    175 ch – 5500 tr/min et 264 Nm – 2500tr/min SP 95
    200 ch – 5500 tr/min et 340 Nm – 2500tr/min E 85.
    Accélération (0 à 100 km) : 8.8 s SP 95
    Accélération (0 à 100 km) : 7.4 s E 85
    Rejet de Co2 : 164 g/km en SP 95 rabatu à 133 g/km en E85. Carte grise non payante dans certain départements.
    Réservoir: 64 litres.
    Saab avec Volvo, Ford, Citroen font parti du peu de constructeurs à avoir ou a encore vendre des véhicules en Europe, permettant d’ accepter le mélange d’origine Végétal. Pour m’a part j’ai toujours eu un faible pour les Suédoise…
    En question pratique.
    J’ai toujours évité de rouler en ville pour des raisons de surconsommation et de chauffe, surtout en été.
    Avec une utilisation route et autoroute la consommation moyenne se situait entre 9,6 et 11,4 L/100km en roulant coulé avec le E85 et un prix moyen à la pompe de 0,65 €/L ( à l’époque). En revanche, en SP 95, La consommation variait plutôt entre 7,4 et 9,8 L/km avec un prix à la pompe de 1,25 €/L. Moitié moins cher pour le E 85! Bien qu’il y ai une surconsommation d’ environ 20% ce carburant est nettement plus économique que celui d’origine fossilifère. Je ne faisait le plein en SP 95 que lorsqu’il n’y avait pas d’autres choix et de temps en temps en hiver.
    Il est vrai que l’éthanol nécessite une préchauffe et aime moins le démarrage a froid. Paradoxe pour une nordique!
    Bref, je ne vais pas m’épencher plus, mais quel dommage que ce constructeur n’ai pas survécu.
    J’aime a penser que Saab aurait tenter de créer des moteurs hybride éléctrique/éthanol ce que nous ne voyons toujours pas…
    ++ et bonne route.
    David

    Répondre
  3. Theodoric

    Le Site POA est encore plus haut dans mon intérêt et mon estime; En Effet, sur quel site d’automobiles voit-on des discussions de ce niveau, sur un sujet aussi clivant et anxiogène, discussions tolérantes et courtoises de plus ? je n’en connais pas.

    Répondre
  4. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Je trouve très interressantes toutes ces discutions sur des problèmes de fond consacrés à l’avenir automobile.
    On arrive avec une idée de la situation parfois préfabriquée sur le sujet et ensuite on tempère son point de vue après lecture des differents argumentaires exposés par chacune et chacun .
    Lectures qui au fur et à mesure nous permettent de cultiver nos connaissances automobilistiques voire techniques et scientifiques.
    Enfin pour paraphraser Jean GABIN une de ses chansons ; sur ce sujet précis je dirai : je sais une chose , c’est qu’on ne sait jamais .
    Je rejoins la remarque de Renaud ROUBAUDI , on trouve tout et son contraire sur internet , difficile de faire la part du vrai et du faux .
    Il faut faire le tri et avoir du bon sens sans voiloir forcement rester sur ses positions de départ.
    Je pense que c’est ce mélance d’opignons et d’échanges qui donnes tout son sens au fait que POA est différent , un leitmotiv : PAS DE LANGUE DE BOIS.
    Pascal

    Répondre
    1. Mat Ador

      Ce sujet a suscité ma curiosité.
      Et après avoir farfouillé un peu je me rends compte que cela fait douze ans que j’aurai pu rouler à l’E85 sans modification quelconque de cartographie ou autre…
      A raison d’une consommation moyenne autour de 10 litres aux cent et de 330 000 km au compteur, j’ai donc dépensé + de 26 000,00 € de trop (soit près de 180,00 € / mois), principalement dans des taxes, et brûlé du CO² d’origine fossile inutilement…
      La planète ne me dira pas merci.
      🙁

    1. Saint-Ofer

      Cher Stéphane, en tant qu’atterré, et en plus de l’aspect écologique, pour votre santé, je vous déconseille très fortement de manger tout aliment qui a dans sa composition de l’huile de palme (en gros, vous allez devoir éviter une grande partie des rayons de votre grande surface préférée, je le déplore, je n’ai rien contre les grandes surfaces). Je rappelle que l’huile de palme a le plus fort pourcentage de graisses saturées (mais c’est une graisse très difficilement assimilable) plus quelques cochonneries bien à elle, après, à vous de voir (méfiez-vous de ce qui est écrit sur la toile à ce sujet, les lobbys, dont certains pétroliers connus font partie, tentent de faire passer l’huile de palme pour une graisse « normale », en particulier aux Etats-Unis où elle peut être utilisée désormais comme graisse de substitution aux autres graisses végétales et animales… comme si les américains n’avaient pas assez de souci de santé comme ça…).

      Pour ce qui est des bio-carburants n’utilisant pas de sources destinées à l’alimentation, je vais attendre d’être dans le futur pour voir si elles entreront réellement dans la fabrication desdits carburants…

      Je ne suis pas un écolo en tongues et cheveux longs gras qui rêve de vivre dans une ZAD, je suis un type normal et banal comme vous, un bagnolard, un peu curieux néanmoins 🙂

  5. Hervé91

    Ayant une famille (très) nombreuse, je n’ai guère d’autre choix que de rouler dans un grand monospace, donc pas très économique.
    Je fais donc régulièrement tourner mon Espace 4 2.0 Turbo au E85, sans aucune adaptation, et sans inconvénient notable depuis 7 ans (hormis une augmentation de la conso de 10 à 15%).
    Est-ce plus ou moins « moral » que si j’avais choisi un gros diesel et ses diverses émissions ?
    Le débat est légitime et je ne sais pas s’il y a une bonne réponse.
    Dans tous les cas le carburant le plus propre et/ou le plus vertueux reste celui qu’on ne consomme pas.
    J’essaie (modestement) d’appliquer ce précepte en groupant mes déplacements et en prenant le vélo quand c’est possible.

    Répondre
  6. Clem

    Bonjour à tous, je suis propriétaire d’une SAAB 9-3 SportHatch de 2009 fonctionnant à l’E85. C’est une voiture formidable, très confortable, bien qu’elle consomme 15,5l/100km en ville, je fais principalement de la grande route et de la campagne, ce qui baisse ma consommation à 12,5 _ 13l/100km. 55 centimes, c’est ce que me coûte l’E85 en Bretagne (Plélan le Grand). SAAB était la seule marque lorsqu’elle était en activité à favoriser l’ethanol à l’essence, ainsi ma SAAB développe 200ch lorsque je suis à l’E85 et 175ch lorsqu’elle détecte du sans plomb. Pour ce qui est de l’esthétique, chacun ses gouts, moi je préfère jouer la carte de l’originalité, même à 21ans. Bientôt 300 000km et toujours aussi robuste, je recommande SAAB!

    Répondre
  7. Yves

    Bonjour à tous , rouler au 85 semble intéressant à la vue du reportage et des commentaires , mais qu’ en est t’ il des performances : toujours les mêmes ou dégradées ? Et concernant l’ installation y a t’ il un kilométrage limite , une contre indication à l’ installer sur un véhicule déjà très kilometré ? Merci et bonne journée à tous

    Répondre
  8. Saint-Ofer

    Je suis atterré.
    Mais je ne vous lance pas la pierre. Je comprends que vous vouliez faire la promotion d’un carburant moins cher permettant de faire rouler des voitures plus « intéressantes », ça part d’un bon sentiment de passionnés de bagnoles (dont je suis) mais…
    Pourquoi suis-je atterré ? J’explique :

    – Les réserves de nourriture pour les 7 milliards d’habitants de cette planète sont environ de 7 mois maximum (2e article sur cette pages : http://fao.org/worldfoodsituation/csdb/fr/ ). On est pas loin du flux tendu, au moindre problème climatique sérieux, il y aura pénurie de ressources de bases (ce qui est arrivé à la Russie en 2008/2009 : récoltes de céréales en diminution car moins de pluie sur une longue période, approvisionnement du magrheb – gros client – baissé car hausse du prix, pénurie d’aliments de bases en Afrique du Nord, résultat : révoltes, une des principales raisons du Printemps Arabe).

    – Vouloir promouvoir le bio-éthanol c’est vouloir promouvoir le remplacement des terres cultivables pour faire pousser de la nourriture par des terres cultivables pour faire pousser de quoi fabriquer du biocarburant. Une folie ! Ou alors c’est promouvoir la déforestation pour agrandir les terres cultivables (cf. http://lefigaro.fr/sciences/2017/07/19/01008-20170719ARTFIG00301-deforestation-comment-l-homme-detruit-il-la-planete.php) une folie encore plus folle (cf. déforestation en masse de la jungle équatoriale américaine, augmentation du C02 car moins d’arbres sur la planète pour l’ingurgiter, augmentation du réchauffement climatique). Heureusement que pour l’instant le bioéthanol ne représente qu’un tout petit pourcentage de consommation, imaginez un monde ou la majorité des véhicules roulent au E85…

    Je rappelle aussi qu’un être humain sur huit ne mange pas à sa faim sur notre belle petite planète :
    https://tdg.ch/monde/humain-huit-mange-faim/story/26715422

    Le biocarburant est un scandale humain ! Selon moi il devrait être interdit.

    L’avenir de l’automobile (et de l’humain), ce ne sont pas les Hummer !!!! On peut le déplorer, mais c’est inévitable et inexorable (à moins de créer un Hummer motorisé par autre chose qu’un moteur à explosion).

    Maintenant on peut faire le gros (…) <–[remplacer les points de suspensions par le mot que vous voulez : nom d'oiseau, habitant d'un pays etc], s'en foutre complètement, ne regarder que les kms que l'on fait avec sa grosse caisse et crier par la vitre baissée la phrase qu'aiment tous les traders très-haut placés : MOF ! (Mort Aux Faibles). On peut… mais je suis sûr que l'équipe de POA et leurs fans ne sont pas comme ça… Qui plus est, un jour où l'autre cette attitude aura un effet boomerang (les habitants des pays où l'on meurt de faim viendrons nous brûler notre jolie grosse caisse amoureusement entretenue, normal, mettez-vous à leur place).

    Pourquoi ne pas parler du GPL ? (bon ce n'est pas la panacée non plus, le gaz est aussi une énergie fossile… mais il y en a plus que du pétrole, son pic n'a pas été encore dépassé…)

    POAmicalement !

    Répondre
    1. Photobruno

      Bravo Saint Ofer,
      Je n’aurai pas dit mieux et surtout des commentaires éclairés avec les liens correspondants.
      E85: la honte écologique !

    2. Pascal DeVillers

      Bonjour,
      je suis totalement en accord avec ce qui est écrit plus haut.
      la promotion de l’éthanol par le gourvernement français c’est de la pure hypocrisie politique .
      Oui pour rentabiliser des terres laissées en jachères dans le cadre de la politique agricole européenne par exemple , non pour prendre sur des terres vouées à produire des ressources alimentaires ou des terres boisées captatrices de CO².
      S’il suffit que la matière première soit verte pour y mettre le logo écologique , on se trompe totalement , c’est comme dire si ça vient de la nature c’est forcément bon . A ce rythme le pétrole sera bientôt label vert puisqu’il est le résultat de la longue putréfaction de micro-organismes naturels.
      Bien sûre, je comprends l’utilisateur lambda qui ayant une grosse cylindrée essence souhaite allégé la facture ; jusqu’à ce que nos chers politiciens ne fassent marche arrière comme pour le diesel et le taxe à mort .
      Encore un bel exemple du grand n’importe quoi sur la question de la de la gestion des énergies de substitution .
      Enfin voyons le bon coté des choses , ça fait causer sur POA .
      Pascal

    3. Renaud Roubaudi

      commentaire interessant de Jean Savard lu sur YouTube (plus de 215 commentaires sur le sujet en moins de 10h…)

      Pour mettre ma pierre à l’édifice :
      L’E85 distribué en France est normalement de production française, donc aucune déforestation en Amazonie ou autre pour le produire. Il y a 2 voir 3 E85, celui été (85% éthanol) et celui Hiver (environ 75% d’éthanol dedans) et un mi saison.

      L’E85 à une combustion bien plus propre que le Sans plomb (plein de vidéos sur le net ou la comparaison est faite), un indice d’octane plus élevé (si mes souvenirs sont bon autours de 105) entrainant une combustion de meilleurs qualité. Sa combustion rejette moins de polluants et de CO2. Si l’on considère uniquement la combustion dans le moteur, l’E85 à un bilan carbone très avantageux, car le CO2 relâché est quasiment en circuit fermé (seul la part du sans plomb intervient), c’est-à-dire qu’il n’y a pas ajout de CO2 dans l’atmosphère car le CO2 relâché est celui que la plante a capturé pour grandir. Si l’on prend la chaine du début à la fin le bilan reste encore en faveur du E85, par rapport au traitement, extraction, modification du pétrole pour l’essence. La chaleur latente de vaporisation est également bien supérieur que le sans plomb, le moteur est largement mieux refroidit qu’avec l’essence (jusqu’à – 50°C en sortie de pot constaté, pouvant entrainer d’autre problème sur les catalyseurs par exemple). On sait également qu’en terme de lubrification le meilleur est le SP95-E10>SP98>SP95>E85. L’E85 ne se retrouve pas dans l’huile comme on peut le lire parfois. Ayant un indice d’octane plus élevé, faire cliqueter son moteur est alors beaucoup moins risqué.

      L’E85 a par contre pour moi deux gros défauts : la surconsommation qu’il entraine car sa combustion produit moins d’énergie que le sans plomb donc besoin de plus de carburant pour arriver à la même énergie délivré. L’E85 est également hydrophile, l’eau se mélange très bien dedans. Donc faire de l’éthanol maison (distillation) comme certain ont pensé est une très mauvaise idée, car il restera toujours plus ou moins 5% d’eau dedans. Il faut d’autre procédé pour arriver à de l’éthanol très pur. Donc pour une utilisation quotidienne et vu la qualité de l’éthanol français zéro problème, mais si la voiture doit rester longtemps inactive, remplir le réservoir au maximum pour éviter de la condensation dans l’E85.

      Concernant son aspect corrosif, il est très difficile de se faire une idée, on entend tous et n’importe quoi et surtout n’importe quoi. Il est par contre avéré que l’E85 est corrosif sur le magnésium, l’aluminium, le caoutchouc et le liège. Elément qui normalement ne se retrouve plus en contact direct avec le carburant depuis 1988, et encore plus depuis 2000 ou les véhicule sont homologué pour supporter 10% d’E85. En plus de la corrosion, il peut y avoir un risque d’usure prononcée en utilisant plus de 10% d’éthanol dans un véhicule standard et dans le cas de la présence d’eau dans le réservoir. En effet, pour une proportion de 1% d’eau dans de l’E85, il y a un risque que l’essence et l’éthanol (dilué d’eau) se séparent. De plus, la combustion d’éthanol+eau et essence (surtout lorsque le moteur est froid) produit une grosse quantité d’acide formique (HCOOH ou CH2O2), également appelé acide méthanoïque) et, en quantité moins importante, de l’acétaldéhyde (CH3CHO) et de l’acide acétique (C2H4O2). L’acide formique provoquerait une rapide usure du moteur. Mais avoir plus de 1% d’eau dans l’E85 est très rare, voir impossible a avoir en France.

      L’E85 a par contre un fort pouvoir nettoyant, donc lors du passage à l’E85 bien pensé à changer filtre à essence après environ 1000 à 1500 km.

      Sinon de ma propre expérience ayant deux voiture marchant à l’E85, la reprogrammation est bien meilleur si bien faite. Elle est totalement invisible. Le boitier se voit et entraine à mon gout un petit temps de latence lors de l’appui sur l’accélérateur.

    4. Pascal DeVillers14

      Bonsoir,
      Un complément d’informations qui recoupe celles transmises par le Président mais qui aussi soulève de vrais problèmes et des interrogations sur le concept mondial de la production et de l’utilisation du bio ethanol au niveau mondial.
      Certes l’émission de CO2 est moindre mais les éléments nocifs pour l’humain seraient pires que l’essence ou le diesel ?????….
      Bref on n’a pas encore trouvé le saint graal .
      A lire c’est instructif sur le sujet :
      http://tpeethanol.e-monsite.com/
      https://www.lci.fr/sciences/les-biocarburants-a-l-ethanol-au-colza-ou-a-l-huile-de-palme
      Pascal

    5. Pascal DeVillers14

      Excusez moi ,avec les liens qui fonctionnent
      https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://tpeethanol.e-monsite.com/pages/iii-avantages-et-inconveniants-du-bioethanol.html&ved=2ahUKEwiqqIuiv7jcAhWpCsAKHa26BOEQFjAAegQIARAB&usg=AOvVaw2Obos9rJZf4k9CuOdkjnnl
      https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.lci.fr/sciences/les-biocarburants-a-l-ethanol-au-colza-ou-a-l-huile-de-palme-c-est-bon-ou-c-est-mauvais-pour-l-environnement-2090105.html&ved=2ahUKEwjN8IDVwbjcAhUTSsAKHdljBroQFjAAegQIAhAB&usg=AOvVaw1LibT5QgPTu0fnATw_By3Y
      Pascal

    6. Dubby Tatiff

      Sur les 450000 tonnes raffinées par Total dans sa raffinerie de Mède, 300000 tonnes seront des importations d’huile de palme. Ce qui fait râler la FNSEA qui voit sa filière colza, risquer d’être déséquilibrée. Les deux simples enjeux énoncés ici, nous font bien comprendre à quel point malheureusement les questions environnementales sont reléguées au second plan en matière d’énergie.

      Je vous invite à regarder les vidéos de Jean-Marc Jancovici sur Youtube.

      Sinon, plus sérieusement, j’étais persuadé que Gontran prenait un D à la fin. Les deux orthographes existent et c’est l’autre info importante de cette poade.

    7. Renaud Roubaudi

      Je respecte beaucoup Jean-Marc Jancovici que je suis régulièrement sur Twiter mais si vous le suivez vous savez que pour lui il n’y a pas de bonnes solutions. vous devriez tout simplement ne plus rouler, le pétrole étant à bannir aussi. Il a peut être raison, son travail de messager est nécessaire, et j’entend bien la théorie de l’effondrement, que tous les voyants sont au rouge. je constate seulement qu’en deux ans, jamais Jean-Marc Jancovici n’a tweeté une information positive, un début de solution, un message d’espoir, relayer l’info de ceux qui agissent pour le bien de la planète. A sa façon il a fait de son fond de commerce la fin du monde. C’est dommage car je pense qu’au bout d’un moment sonner le toxin en permanence, même à raison, est contre productif. Peut être allons nous vers notre fin, mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’intéresser à ceux qui essayent de changer les choses. Quant à l’E85 je suis moi même effaré de constater les informations contradictoires que je lis. Je me dis simplement que de l’E85 produit à base de Colza produit en France à cet usage ne me semble moins effrayant que de l’essence venant des gas de schiste bitumineux du Canada. Et j’aimerai que Jancovici nous parle des avancées des bio carburant de deuxième génération à base de déchet, de composte, etc… juste une fois pour rêver un peu.

    8. SIL

      Bonjour à tous
      Au sein de notre forum Auto (Streetlégal), nous avons plusieurs Audi TT 3,2 (MK1 Moteur VR6) qui tournent depuis longtemps avec des Kit de conversion au Bio Ethanol, sans problèmes. Ce sont des véhicules qui roulent quotidiennement. Effectivement carburant qui sur-consomme, mais réel gain sur un plein de carburant. Après les premières utilisation changement du filtre à essence. Juste pour conclure depuis peu ces Kit sont homologués.

      Vive POA

    9. Dubby Tatiff

      Renaud, de mon point de vue le débat concernant l’énergie est avant toute chose un débat politique. Les considérations environnementales sont secondaires. Si nous n’avons plus d’énergie à très, très, très bas prix comme c’est le cas, nos systèmes occidentaux s’effondrent. C’est aussi simple que cela.

      Alors s’offusquer sur les conséquences écologiques du E85 en France c’est s’acheter une bonne conscience à bas prix. Car c’est se préoccuper de l’épaisseur du trait de crayon en ce qui concerne la consommation d’énergie en France. Ce n’est tout simplement pas la priorité dont il faut s’occuper ; toujours en France. On a affaire manifestement à une filière qui s’est montée pour des raisons politiques avec la bénédiction de la FNSEA pour subventionner de manière indirecte les producteurs de colza. Manque de bol, Total a finalement besoin de plus d’éthanol que prévu et va importer de l’huile de palme.

      Quand à Jean-Marc Jancovici il occupe le même positionnement de Cassandre que Michaël Oualid. Et leurs solutions à court terme se rejoignent : moins de voitures et plus légères de manière à réduire la consommation unitaire et par voie de conséquence la consommation globale de pétrole. En attendant ITER comme d’autres attendent peut-être Godot.

      Mais le débat est politique. Cette solution (réduction de taille des automobiles individuelles) ne pourra s’appliquer que lorsque la grosse voiture sera devenue socialement inacceptable. Songeons ensemble que notre ami Gontran – que je ne cherche absolument pas à transformer en bouc émissaire de notre débat et qui au demeurant est libre de faire ce qu’il lui plait et a bien raison de rouler dans le véhicule qui lui fait plaisir – roule en Hummer à Levallois Perret. On parle de 17 à 18 litres aux cent d’essence. Peut-être un chouïa plus en E85. Est-ce bien raisonnable ?

      Je dérive un instant pour finalement redire que tout ceci ne sont que des questions de perceptions déformées ou partielles de la réalité. On s’offusque sur le E85 mais on s’extasie sur les portes en aile de mouette de la Tesla X. Est-ce que quelqu’un a le droit de s’extasier sur le recyclage des excédents d’huile de colza et de s’offusquer sur les deux tonnes de n’importe quoi et surtout de batteries polluantes de la Tesla X ?

    10. Saint-Ofer

      Vous aurez remarqué que dans mon commentaire de départ j’ai bien pris garde d’avoir une vision macroscopique du problème à l’échelle de notre planète, la seule dorénavant qui vaille.

      Attendre que l’excellent ingénieur polytechnicien Jancovici (qui reprend des données et des idées anciennes, depuis le rapport Meadows dans les années 70) apporte enfin une ou des solutions en complément de ses exposés, c’est ne pas avoir compris le contenu de ses nombreuses interventions tant au niveau médiatique qu’étatique : car, il le dit, le prouve, il N’Y A PAS DE SOLUTION de remplacement au pétrole. Et il n’y en aura très probablement jamais.

      L’humanité vit donc une période très originale : il y a eu l’âge de pierre puis l’homme est passé à l’âge du cuivre. Mais il n’est pas passé à cette période plus avantageuse pour lui car il n’y avait plus de pierre. Idem lorsque nous sommes entrés dans l’âge de bronze, idem lorsque nous sommes entrés dans l’âge du fer et enfin dans l’âge du charbon puis du pétrole, très récent, en gros depuis la révolution industrielle.

      Or, du fait de la nocivité pour Gaïa de l’énergie fossile dérivée du charbon ou du pétrole, nous allons devoir relever deux défis inédits :
      1 – passer dans une période (période Sans Pétrole) où il n’y aura pas d’évolution pour nous mais au contraire une régression certainement violente (niveaux de vie, espérance de vie, confort de vie etc)
      2 – passer dans cette période avec deux choix :
      2a- soit la nature nous l’imposera (dérèglement climatique produisant des hausses de prix, des événements politiques, des migrations humaines et des guerres, OBLIGATOIREMENT)
      2b – soit nous arriverons à maîtriser la décroissance (lire les livres de Philippe Bihouix) mais il va falloir nous habituer au renoncement. Or l’homme n’a jamais renoncé à quoi que ce soit, ce n’est tellement pas dans nos habitudes que ce n’est pas dans nos gènes et que donc la plupart des personnes à qui vous parlerez de ces problématiques de renoncement entreront automatiquement dans une forme de déni*, on peut en voir en filigranes ci-dessus, c’est dire la violence qu’induit cette prise de conscience.

      Je ne jetterai pas la pierre à ceux qui n’arrive pas à surmonter cette violence. Au contraire ils ont toute mon amitié.

      J’ai le même âge que notre président et j’ai un fils de l’âge du sien. Je pense que je verrai de mon vivant ce monde changer. Mon fils le verra sans aucun doute, c’est certain. Mes petits-enfants seront dans un monde qui à décru… ou dans un monde/une planète en guerre, je ne sais pas.

      Désolé pour ce long HS…

      * : le déni peu prendre plusieurs formes :
      – « ils » se trompent le réchauffement climatique n’existe pas
      – « ils » se trompent, leurs données sont fausses, tout va bien aller
      – les scientifiques trouveront une solution
      – les politiques trouveront une solution
      – faire l’autruche (rien à faire, moi je roule avec ma grosse bagnole V8 essence, le reste je m’en tape)
      – profiter au maximum avant que tout ne s’écroule (lire « Le dernier qui s’en va éteint la lumière » de Paul Jorion)
      – la NASA trouvera une nouvelle planète
      – les petits hommes verts vont venir nous aider
      – Dieu ne laissera pas faire ça
      (liste non-exhaustive…)

    11. Renaud Roubaudi

      ce n’est pas un hors sujet, c’est LE SUJET; Permettez moi d’ajouter un commentaire à cet état de fait que vous décrivez /résumez très bien. Pour me documenter sur le sujet régulièrement, je constate que jamais les analystes ne sortent du constat (vérifiés par les faits). Ce n’est pas le déni qui est en cause ici, c’est l’absence de foi en l’homme. Je ne parle pas ici de technologies qui viendrait nous sauver, non. Je pense qu’une partie de la réponse est d’ordre … spirituel. Et c’est bien l’absence de vision spirituel de Jancovici et d’autres que je déplore. Je partage (en partie) leurs analyses, leurs alertes : j’ai compris; nous serons tous forcés de comprendre les conséquences de la fin du pétrole, des ressources, des dégâts irréversible, etc.. mais l’apocalypse peut être aussi une renaissance. Vous dites mon cher Saint Ofer, l’homme n’a jamais renoncé : qu’en savez vous ? c’est le capitalisme qui n’a jamais renoncé. l’homme est plus complexe. j’entend bien que nous allons peut être vers notre fin, ou à défaut vers une vie plus dur, plus appauvri. On ne peut cependant se contenter de ce constat de ces élites /penseurs. J’ai parfois le sentiment en le lisant, les regardants, qu’ils se voient comme des sachants supérieur à la masse ignorante du danger. Mais nous serons tous confrontés aux même fléaux et c’est là qu’il est temps de consacrer son temps à une réflexion plus profonde sur le sens des crises. C’est un travail qui paradoxalement se doit d’être à la fois très personnel et collectif. Contrairement a tout ce que l’on nous rabâche, la conscience collective du monde n’a sans doute jamais était aussi grande depuis l’histoire de l’humanité. Cela ne nous sauvera peut être pas, mais peut être que si. Le pire n’est jamais certain. Un commentaire a dit plus haut c’est un problème politique. sans doute. c’est aussi un problème médiatique pour moi : si l’on consacrait seulement 10% du temps médiatique aux actions positives/bénéfiques/utiles/humanistes/ on commencerait à voir les problèmes sous un autre angle. j’en veux à l’intelligence de Jancovici et consort de nous ensevelir par leurs analyses sans jamais laisser la moindre paille pour tenter de respirer. Débat à continuer. amicalement.

    12. Saint-Ofer

      Et bien, cher Président, je suis tout à fait de votre avis, sauf sur un détail 😉

      Ce n’est pas le capitalisme qui a inculqué/induit le non-renoncement, le non-renoncement fait partie de l’âme humaine depuis la nuit des temps, je rappellerai par exemple le fameux «Citius, Altius, Fortius», et c’est ce non-renoncement qui a produit les grandes avancées/découvertes, qui a poussé Christophe Collomb à aller plus loin alors qu’il mourrait de faim sur son navire, c’est ce non-renoncement qui a poussé Maurice Herzog en haut de l’Annapurna malgré ses pieds et doigts gelés, c’est ce non-renoncement qui nous a emmené sur la Lune. On peut imaginer, sans trop se tromper je pense, que c’est ce non-renoncement qui a permis un jour à un de nos vieux ancêtres de maîtriser pour la première fois un branche enflammée. Donc ce non-renoncement fut positif.

      Mais, autre élément original/nouveau que nous allons devoir dorénavant prendre en compte, ce non-renoncement devra tenir compte dans le futur des impacts écologiques qu’il créera. Maintenant le non-renoncement d’une terrien devra tenir compte de la Terre. Ce qui change beaucoup de choses, philosophiquement, tout. La race humaine va devoir faire avec une limite. Un exemple concret, je ne suis pas certain qu’à ce jour la NASA utiliserai à nouveau un propulseur au plutonium pour un nouveau LEM, le vaisseau d’atterrissage lunaire…

      Comme disait André Malraux, le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas… d’accord… mais attention : nous sommes des enfants gâtés de l’occident, nous vivons dans un confort matériel qui nous permet de dialoguer ici sur ces pensées, mais il faut bien voir que ces problèmes sont à des années lumière des problèmes que rencontrent pas mal de terriens, qui se demandent juste ce qu’il vont donner à manger à leur enfants aujourd’hui, donc soyons spirituels mais pas aveugles ou naïfs, on peut être en guerre sans voir aucun soldat ni char dans les rues…

      Le dérèglement climatique, l’émission trop importante de gaz à effets de serre, est premièrement un problème technique, ce n’est pas un problème dû directement à telle philosophie ou telle politique ou tel angle de vue ou tel projet de société (quoique l’on pourrait parler de la surconsommation et de la vision capitalistique, la mondialisation, etc mais ce sont plutôt des résultantes de l’Age du Pétrole que des créateurs). La seule philosophie qui aidera les « techniciens » est celle qui intégrera une baisse de la consommation d’énergie fossile, donc celle qui prônera un avenir sans croissance, donc celle qui inclura une diminution de nos exigences et de nos habitudes. A part Philippe Bihouix je ne connais pas d’intellectuels qui ont des idées qui vont dans ce sens (peut-être y en a-t-il, si vous en connaissez merci de me les indiquer). Donc être spirituel, ok, mais avant tout il faut être pratique/pragmatique, partant de là il n’est pas étonnant que les lanceurs d’alerte qui s’emparent actuellement du problème aient une formation d’ingénieur/de technicien.

      Jean-Marc Jancovici est un pur technicien, ingénieur, formé dans la plus grande école d’ingénieurs de France, il excelle en tant que tel, ses visions générales et synthétiques sont excellentes, il ne faut pas lui demander en plus d’être spirituel et philosophique (ou poétique 😉 ce n’est pas un surhomme. Il est parfois drôle, vu le sujet dont il s’occupe c’est déjà un exploit 🙂
      Son esprit rationnel/cartésien/pragmatique lui permet aussi d’affirmer que le nucléaire est une solution, la moins pire des solutions, pour lutter contre les émissions de CO2, et moi qui suis depuis des lustres un anti-nucléaire, je lui donne absolument raison. Jancovici ne roule pas pour EDF comme je l’ai lu sur le net, c’est stupide, mais si l’on suit son raisonnement, en effet le nucléaire est la seule énergie à pouvoir lutter contre le réchauffement climatique à court terme, ce qui n’empêche pas que le nucléaire soit une énergie avec énormément de défauts. Remplacer les usines électriques à charbon ou gaz par de l’éolien ou du solaire ce n’est pas sérieux, ce genre de fables c’est bon pour les élections… les volumes d’énergie en jeu sont trop importants, même si l’on procède rapidement à une retour en arrière rapide.

      Nous sommes comme des urgentistes qui reçoivent une poly-trauma (nommée Gaïa) avec fracture du tibia et arrêt cardiaque. Il faut en premier la réanimer et ensuite plâtrer la jambe. Il faut en premier miser sur le nucléaire pour lutter contre les émissions de CO2 des usines électrique à charbon ou à gaz (gros pourcentage d’émissions de CO2 planétaires), et ensuite trouver une énergie de remplacement au nucléaire.

      Pour ce qui est de la liste non-exhaustive, je pratique aussi le déni : parfois je prends le volant de ma Simca, je replonge dans mon enfance insouciante, j’oublie tous ces problèmes là…

      PS : pour éviter de trop démoraliser celles et ceux qui auraient le courage de lire ce commentaire jusqu’au ici, j’ai fait exprès de ne pas parler de la résilience des gazs à effet de serre dore et déjà présent dans l’atmosphère… je ne veux pas gâcher les vacances 🙂

    13. Nabuchodonosor

      Amis de la poade bonsoir,

      Homo Sapiens Sapiens fils de Neandertal et petit-fils d’Erectus, je n’ai personnellement pas connu l’âge du feu ni celui de la pierre, encore moins l’âge du cuivre pas plus que celui du Bronze ou du fer, mais, nullement manichéen j’ai largement profité à l’insu de mon plein gré de toutes les révolutions qui ont précédées ma venue parmi lesquelles la révolution industrielle qui a vu naître l’automobile et je profite aussi de la révolution de l’intelligence artificielle en cours pour m’immiscer dans ce débat, dégainer mon clavier azertyuiop et vous répondre.

      Et bien moi, Nabu 1er sous le troisième millénaire chrétien, deux années après J.C Decaux et deux avant d’attaquer ma énième décennie de rejets de C0², ayant l’âge du Capitaine et par la grâce de mon épouse pu participer à la mise sur pieds de trois rejetons qui comme leur nom l’indique rejettent à leur tour trois parts supplémentaires de CO², eux-mêmes aux portes de la procréation de rejetons à rejets de Co², moi Nabu, prêtant ici serment sur la grande Poade illustrée à la couverture moussè, pardevant tous les petits observateurs ici réunis, je l’avoue : J’ai renoncé.

      J’ai renoncé à presque tous mes rêves d’enfants, à tous ceux du moins, s’agissant de l’automobile faudrait pas que je m’égare non plus, qui faisaient jadis de moi tantôt un champion hors pair toutes catégories de la F1 en passant par le Mans jusqu’au rallye de stock-car dominical de mon patelin, tantôt un designer automobile reconnu et respecté de tous les personnages chers au cœur de Michel Vaillant, tantôt le collectionneur le plus fou au garage à jouet incomparable, aux véhicules planétaires et intersidéraux, Goldorack si tu nous regardes, ou tantôt un capitaine d’industrie à qui on déroulait systématiquement le tapis rouge, ce que l’on soit à New-York ou à Singapour, à Rotterdam ou à Rio… Bref, j’aurai voulu être, j’ai rêvé beaucoup mais j’ai pu peu et, en définitive, finalement renoncé.

      Le paradoxe est que ce renoncement à consommer, à croître, à m’enrichir en mesurant l’amas sous les yeux des miens étalant tout ce qui m’appartient, obtenu cependant sans grand talent, m’a en fait libéré.

      En tournant ma pierre, la roulant et la roulant encore au point qu’elle n’amasse plus mousse, je suis depuis, telle la fille de l’air, léger, libre d’aller et de venir, de contempler et de pamphléter, sous couverture de mon pseudo faut pas déconner non plus, devenu troubadour, bouffon, comme une vieille fourmi rabougrie qui aurait été crier sa joie de vivre devant la porte de la cigale, sa voisine…

      Et bien, dansons maintenant…
      ♪♫
      🙂
      Nabuautoproclamé

    14. Saint-Ofer

      J’aime vraiment beaucoup votre humour, Nabu, je devine votre sourire enfantin derrière votre masque 🙂
      J’ai oublié que ces commentaires étaient attachés à une vidéo d’un blog sur l’automobile créé pour distraire, merci de l’avoir rappelé.
      POAmicalement