Peugeot 508 : bientôt sans volant ?

Cédric Fréour rencontre Anna, responsable couleur et matière en charge de l’intérieur de la 508. L’occasion de revenir sur la conception de l’I-Cokpit et sur le futur des nos habitacles avec l’arrivée de la conduite autonome.

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Peugeot 508 : bientôt sans volant ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. ED

    Je trouve la 508 très réussie de manière générale mais il y a pour moi un vrai problème à l’intérieur pour une marque qui souhaite taquiner les marques premiums : le choix des couleurs et matières !
    Anna a beau dire que chaque client trouveras son bonheur… je suis loin d’être aussi enthousiaste. Ok le I-cockpit est sympa mais c’est du triste à mourir : tout est noir du sol au plafond, même le bois est foncé. En finition GT, le choix se limite à un cuir noir et un rouge (qui ne se vendra quasiment pas).
    Pour avoir une sellerie claire il faut impérativement choisir une finition Allure en tissu-TEP ou l’option cuir (mais pas Nappa). Impossible d’avoir une planche de bord dans une autre couleur que le noir !!
    Bref c’est pour moi une grande déception sachant que je suis habitué aux intérieurs BMW qui permettent une grande personnalisation dès l’entrée de gamme. Dès le premier niveau de finition BMW offre le choix (moyennant finances) entre plusieurs cuirs, des inserts en bois, en alu ainsi que la couleur du ciel de toit… Sur les fintions milieu /haut de gamme on encore plus de choix avec des cuirs : blanc, beige, gris, noir, cohiba, caramel, rouge … ainsi que de nombreux inserts : plusieurs sortes d’alu, plusieurs variétés de bois et d’autres matières. On peut aussi changer la couleur de l’ambiance intérieur avec une planche de bord, beige, brun, caramel. Il est tout à fait possible de prendre une finition M-SPORT avec des inserts en peuplier et du cuir beige.
    J’ai pris l’exemple de BMW que je connais bien ,mais toutes les marques premium allemandes le propose, idem chez Volvo.
    Sans parler de Premium allemand, je rappelle pour certains qui on la mémoire courte que Peugeot offrait ce type de personnalisation sur sa 607 : du cuir gris, du beige, du noir et même… du bleu et des « ambiances » luxe ou sport.
    Au final je suis très mitigé à propos de la 508 : pour être monté dans les deux modèles présentés sur les champs Elysées, j’ai vraiment eu l’impression d’étouffer dans cet intérieur.
    Bref comme la si bien dit le premier ministre, depuis des décennies , à chaque nouvelle grande Peugeot, la presse (et la communication de Peugeot) annoncent une « révolution », un niveau jamais atteint en terme de qualité perçue et des allemandes qui n’ont qu’à bien se tenir.
    Personnellement, je ne trouve pas que la nouvelle 508 soit plus qualitative que la version qu’elle remplace : cette dernière avait déjà placé la barre très haut pour un constructeur généraliste.
    Certains vont trouver que je suis un peu dur avec la nouvelle 508 : c’est vrai mais en tant qu’ancien très grand amoureux de la marque (passé chez les allemandes suite à de nombreuses déceptions) j’attends depuis des années une Peugeot qui soit de nouveau un grand coup de cœur.
    Malheureusement, entre des prix démentiels 40000 à 50000€ (le prix d’une Citroën C6 il n’y a pas si longtemps) pour avoir un modèle qui a de la gueule, une personnalisation proche de zéro, des moteurs assez décevant (j’avais déjà un THP sur ma 308 de 2008) et bien je pense que je vais passer mon chemin.

    Répondre
    1. ques

      tout est dit ! La 607 à sa sortie (et pour l’époque) était bien plus spectaculaire et luxueuse que cette banale 508 (à peine réhaussée par le profil fastback déjà vu ailleurs).

    2. Frankreich

      Oui je vous trouve dur en effet. Peugeot ne dit jamais qu’ils veulent batailler avec Audi. De ce point de vue, ils proposent moins d’options de personnalisation. Dans l’équation économique, le très bon positiionnement en terme de prix, y compris vs. VW, tient aussi au fait que la prodution peut être rationnalisée. Proposer beaucoup d’options de perso coûte assez cher, et un peu comme pour les moteurs très puissants, ils ont du tirer comme conclusion que trop peu de clients allaient le réclamer.
      Donc Peugeot reste un généraliste, et on ne peut les blamer de ça. Même si je vous rejoins – à titre perso – sur le regret de ne pas voit une sellerie brune + bois clair, ça viendra peut-être, notamment avec le break, car sur ce lancement berline, ils se positionnent en tant que berline coupé = sport = noir partout (ou rouge). La SW devait davantage évoquer le bien-être.
      Pour le reste, on sait que Peugeot propose des intérieurs très quali depuis la 308, et ce n’est pas qu’une impression franco-française, c’est confirmé par les essais étrangers qui le soulignent tous.. La précédente 508 avait aussi des plastiques moussés mais dans les détails, ça faisait parfois un peu cheap comme leurs bandeaux de bois en plastique vs. les larges placages de vrai bois qu’ils utilisent depuis 3008. Les ajustements et le travail global sur la qualité d’assemblage, y compris de la caisse et du chassis avec pour but d’augmenter la rigidité et donc erradiquer les bruits parasites qui ne viennent pas toujours du TDB. Ils ont un très gros enjeu de valeur de revente et on travaillé comme jamais sur l’aspect neuf du véhicule à 3 ans. Roulant en Volvo XC70 à l’époque, j’étais allé essayé le 508 RXH. Elle en mettait plein la vue et était gavée d’équipements que je n’avais pas sur la Volvo. Et même si la Peugeot avait plus de plastiqeus moussés que la Volvo, l’impression n’était pas du tout la même. C’est dur à décrire mais extrêmement présent comme sensation. Ca passait par les commandes, les boutons, la lourdeur des portes, leur épaisseur, les sièges etc…
      Je suis allé voir la 508 II à Genève et j’ai retrouvé cette ambiance très quali. L’impression que la carosserie et les intérieurs ne forment qu’un, tout est très cohérent et compact, pas assemblé et retenu par des attaches plastiques qui vont se détendre avec le temps.
      Voilà, c’est très subjectif, mais je voulais juste ne pas partager votre avis.

    3. ED

      La première 508 avait des inserts en vrai alu sur les finition GT très sympa.
      Les inserts en bois zébrano (foncé) sont aussi réservés à la finition GT sur la nouvelle 508. Pour les autres modèles c’est du faux carbone… pas hyper qualitatif non plus.
      Toutefois il est aussi possible d’avoir en option sur GT et GT line des inserts en chêne gris.
      Je n’attends pas que Peugeot en propose autant que les premiums Allemand / Volvo mais ils auraient pu faire un effort sur les ambiances sachant que la 607, les 307 et 308 1 le proposaient il n’y a pas si longtemps.

  2. Nabuchodonosor

    De l’avenir automobile (Caution long vehicle).

    C’est vrai que nous aussi on n’y voit pas très clair quant à l’avenir de l’auto. A défaut de nous donner des pistes cela nous console de savoir les défricheurs comme Anna se poser les mêmes questions…

    Voilà donc une petite réflexion que vous livre à propos, répondant également à l’excellent article de Matthieu Lauraux publié le 26 juin dernier, tout en m’excusant par avance auprès de ceux que j’agacerai en monopolisant l’écran de leur blog favori.

    L’auto de papa, celle avec laquelle on s’est construit, celle avec laquelle on a appris, ressenti nos premières émotions, pris nos premières vacances, donné nos premiers baisers, est morte.

    Et je ne sais combien de temps pourra survivre en toute légalité ce que nous chérissons plus que tout dans l’automobile, notre liberté d’aller et venir et notre plaisir de causer bagnole et de conduire. Vive donc POA auquel on se raccroche, qui sait nous injecter notre dose de bagnolardréline quotidienne, nécessaire au maintien de notre équilibre psychique et affectif.

    L’hydrogène si abondant, si énergétique et si propre après transformation aurait pu, aurait dû être solution d’avenir pour remplacer les énergies fossiles embarquées, mais l’affaire trainant en longueur, montre que cela coince, l’enjeu n’en valant probablement pas la bougie…

    Et puis Musk, la silicone Valley et la puissante pompe à fric de la grosse pomme sont venus et ils ont mis la main sur le grisbi. L’industrie lourde dans sa presque entièreté (ne reste sans doutes que les humbles coréens et japonais pour croire encore), comprend aujourd’hui que remettre entre les mains de tous, vous, moi, nous, une énergie aussi compétitive après développement serait moins profitable à terme que de la vendre transformée sous la forme électrique via un réseau public interconnecté en grande partie existant et déjà financé, bien souvent par le contribuable, nous tous, vous, moi, quoi…

    Voilà pourquoi je pense que, via les politiques publiques lancées ici ou là à grand renfort de com. y pesetas, l’hydrogène viendra bien demain épauler le mix énergétique produit, pour le stocker et en réguler sa distribution, mais pas pour se voir embarqué dans les petites unités mobiles, je n’ose plus parler d’automobiles, désolé, ce mot véhiculant en moi une trop forte charge émotionnelle.

    Le véhicule du futur sera donc électrique dont les parties mécaniques seront réduites à leur plus simple expression. Après tout une auto à hydrogène n’est jamais qu’une auto électrique plus complexe et plus chère, puisque assortie d’un carburant et d’un transformateur de celui-ci en électricité. La valeur ajoutée ne sera plus dans la technologie qui la rend mobile mais dans celle qui l’a rendra disons, intelligente, soit celle qui se substituera à nos pieds, nos mains, notre cerveau et qui anticipera probablement mieux que nous nos besoins… Quel programme ! La responsabilité de la circulation totally safe sera transférée vers les développeurs de ces solutions « intelligentes » nous inféodant passivement et qui devront être contrôlées plus souvent que de raisons pour justifier de leur supériorité. Non, non, non, le contrôle technique n’est pas mort.

    Pour dire les choses, nous allons donc perdre en plus de notre liberté de conduite et de causer bagnole, la liberté d’aller et venir sans rendre de comptes à personne et devenir esclaves des solutions de mobilités qui nous seront proposées, mieux, imposées à vil prix…

    Amis petits observateurs, le tableau volontairement dépeint un peu plus foncé que de raisons n’a d’autre objectif que de vous voir réagir clairement…
    Exprimez-vous tant qu’il est encore temps nom de Dieu !

    Votre Nabuprolixe bien aimé qui vient de péter les plombs mais très satisfait de saturer les méga serveurs de la silicone vallée…
    (promis, après je me tais).
    F…uck !
    🙂

    Répondre
    1. Saint-Ofer

      Entendu récemment, paroles de spécialiste (je retrouverai le lien) : si l’on devait remplacer le pétrole alimentant les moyens de locomotion de la planète par l’électricité (autos, motos, cargos, avions), il faudrait construire 2400 réacteurs nucléaires supplémentaires dispatchés sur tous les continents (en plus des 400 et quelques déjà existant). Même si les ressources en métaux de la planète (Litihum pour les batteries, Uranium pour les réacteurs à fusion, le Deutérium pour les futurs réacteurs à fission est un dérivé du Lithium) étaient suffisantes, et c’est très très loin d’être le cas, peut-on imaginez les peuples de Gaïa accepter de voir construire autant de réacteurs dispersés un peu partout ?

      L’automobile électrique est un attrape-nigaud (pas vous Nabu, les nigauds sont les politiques, leurs soi-disant experts, qui ne comprennent rien à rien et les journalistes qui croient que les décisions des politiques sont géniales, visionnaires et biblesques).

      Je vous laisse imaginez le nombre d’éoliennes qu’il faudrait pour obtenir une équivalence (là nous n’aurions plus assez de cuivre), le nombre de panneaux solaires (là plus assez de silicium, en concurrence avec l’industrie informatique et de télécommunication) ou le nombre de nouveaux barrages (plus assez de fleuves – proches des cités – où l’on peut en construire, surtout qu’avec le réchauffement global les débits d’eau baissent). Reste l’équivalence à trouver avec le nombre d’usines électriques à charbon ou à gaz, mais là problème : les quelques centaines déjà existantes (dont quelques-unes à charbon en Allemagne, merci les Verts) sont responsables d’une grosse partie de l’émissions de CO2 planétaire… je vous laisse imaginez le résultat avec plusieurs milliers d’unités supplémentaires… et puis y aurait-il assez de charbon ou de gaz ? (je laisse de côté les générateurs utilisant les forces marines, car étant donné que le niveau de la mer doit monter dans les années à venir, aucun projet d’installation ne peut être viabilisé).

      Je l’ai déjà écrit, et tant pis si ça déprime de bon matin ou de bonne soirée, pour l’instant il n’y a pas de réelles solutions de remplacement pour le pétrole. On peut faire l’autruche, croire aux sornettes ou se préparer à être plus auto-immobile, c’est en cours (cf. WLTP, taxes supplémentaires, restrictions de circulation etc).

      Notre passion pour cet objet fabuleux demeurera néanmoins. Avec les années nous serons les derniers témoins d’une époque révolue où la liberté nous était offerte par l’Age du Pétrole… Mon fils, jeune homme citadin de 20 ans, ne veut toujours pas passer son permis B : il trouve l’auto emmerdante, polluante, chère, responsable de pleins de maux… la plupart de ses potes sont du même avis… le pire est que (après avoir passé hier 30 mn dans un bouchon de particules fines, dans ma petite ville de province) je ne suis pas loin d’être de leur avis. A 20 ans, je rêvais de faire le tour du monde avec ma 4L…

  3. Georges Piat

    Super boulot, juste les coutures du volant un peu grossière…
    Sans allusion à la récente fusion, je trouve un côté « Opel » en coupe et trois quart arrière.

    Répondre
  4. Lieutenant Columbo

    Euhh f’cuvez moi, M’fieurs Dames,
    V’ai effayé de conduire ma vieille quatre fent trois fans les mains vufte pour voir fi f’étais poffible…
    …Fa n’a pas été une réuffite, ve me fuis planté !
    A déconfeiller.
    🙁

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Cette interview le long de la jetée de Fontvieille est très instructive et Madame Costamagna absolument passionnante.
    Merci Cédric et Julien, merci POA.

    Pêle-mêle, je note :
    De un, que cette future maman est turinoise… M’enfin puisque je me tue à vous dire que le nid est dans le piémont.

    Et de deux, je comprends mieux maintenant pourquoi la 508 m’avait immédiatement tapée dans l’œil. Le regard de Sophia Loren est propre à vous faire fondre liquéfier sur place un Mastroianni à l’apogée de sa virilité…

    Euh, je n’ose pas imaginer l’inspiration pour les pare-chocs…
    🙂

    Naburougedehonte…

    Répondre
  6. Manu7000

    Bravo et merci pour la vidéo ! Très sympa . En plus je trouve qu elle parle très bien francais !!! Sinon des voitures sans volant ,je ne sais pas si j’aurai le bonheur de vivre ça , mais tous les constructeurs prennent le chemin …et la réglementation évoluera progressivement !!! Encore merci et viva ALPINE

    Répondre
  7. Eladso

    Une italienne décrivant la voiture sans volant….un comble au pays de la Scuderia….le commandatore doit se retourner dans sa tombe….pour le reste c’est du corporate….si on changeait un peu de marque….merci Poa….

    Répondre
  8. Saint-Ofer

    Raah… une italienne qui parle français, c’est pfff… bon j’ai réussi quand même à me concentrer sur le contenu (un peu :o)
    Elle est plus une technicienne qu’une communicante, mais en lisant entre les lignes on sent les idées directrices qui génèrent les autos. Donc instructif.
    Avec une interrogation sur le gabarit humain pris en compte… je suis plutôt grand (mais bien moins que beaucoup de gamins de vingt ans, dont mon fils) et je me retrouve souvent avec la tête dans le plafond et le volant sur les genoux (aux places arrière n’en parlons pas…).
    J’ai bien aimé le passage sur la paréidolie bien que les chrome verticaux sur cette 508 me font penser à Rrrrrrh ! : c’est une Peuge’mouth ! :o)
    (à propos de paréidolie on se demande bien ce qu’il fichent chez Citroën… ont-ils choisi choisi une araignée plutôt que Sophia Loren ? ;o))

    Répondre
    1. Saint-Ofer

      Pour la disparition du volant, je n’y crois pas du tout. A part dans des pays ou le réseau routier est immense et composé en grande majorité de routes rectilignes moyennement fréquentées (suivez mon regard :o). Cela va de paire avec les voitures autonomes, auxquelles je ne crois pas du tout non plus (en France et chez nos voisins), pour ces raisons auxquelles j’ajoute la passion de la conduite/du pilotage toute latino-européenne… sans parler des problèmes éthico-judiciaires (si un piéton meurt écrasé par une Google-Car, on met le boitier électronique en prison ? Ou on le déconnecte façon HAL dans 2001 ? :o))
      Sur les voitures non-autonomes, il y a déjà eu des essais dans le passé, voir par exemple le « Joystick Project » de Saab dans les années 80/90 :
      https://saabplanet.com/saab-9000-drive-by-wire-1992/