Citroën CX GTI : la beauté … sauvage ?

Découvrez la Citroën CX GTI de Francis. Si vous aussi vous avez une voiture, moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à : lequipe@poa.tv Si votre voiture retient notre attention, vous aurez 15 mn pour nous convaincre que c’est la plus belle et le tout sera diffusé sur POA.

L’avis des Petits Observateurs !

22 commentaires au sujet de « Citroën CX GTI : la beauté … sauvage ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jean

    Superbe !
    Que dire de plus : la dernière VRAIE Citroën ! C’est toute mon enfance et adolescence : nous avons eu en tout 10 cx avec une 2400 gti du même millesime que cette beauté et après 25 gti et 25 gti turbo 2 : un avion de chasse !
    J’ai le souvenir de mon Père à plus de 200 entre Montpellier et Narbonne par vent fort de travers (tramontane) lâcher le volant et la cx continuait tout droit sans broncher !
    Pour moi à l’époque c’était un ORNI dans le monde de l’autmobile.
    mais depuis Citroën a perdu son âme en arrêtant sa suspension hydropneumatique….
    Encore merci et bravo !

    Répondre
  2. Velam

    Merci Francis, pour cette madeleine de Proust.
    j’ai redécouvert avec joie les détails intérieurs, de cette voiture qui reste l’un des plus beaux souvenir d’auto de mon enfance.
    Mon père avait opté pour une finition Pallas avec un intérieur velours marron. je n’ai pour le moment pas rencontré de voiture offrant la même sensation de bien être à l’arrière. Depuis cette auto le velours est resté synonyme de confort, je le choisi pour les canapés à la maison en espérant retrouver mes sensations de gamins enveloppé dans une sellerie en velours épais posée sur des assises moelleuses. je me souviens aussi de boutons situés au dessus du pilote en parti centrale (mon père se rêvait alors pilote de ligne).
    Le petit détail extérieur que je garde de cette voiture, est la prise d’air en plastique noir qui arrive en bout d’une petite gorge faite dans le capot.

    GO POA

    Répondre
  3. Georges Piat

    Les témoins lumineux me rappellent ceux que l’on trouve en aviation de tourisme et qu’il faut « checker ».
    Si on tirait un peu sur le moteur, ça « grenaillait » un peu, faute au 4 cylindres. On regrettait le V6 PRV à l’époque.
    Un grand merci à Francis pour ce retour dans le temps.

    Répondre
  4. Henri

    C’est vrai, la CX2400 GTI des débuts, rebadgée « GTI » quelques millésimes plus tard (corrigez moi les puristes) était une superbe automobile. J’avais tout juste 10 ans à son lancement, elle me faisait rêver …. d’évasion, de voyages, de conduire tout simplement !
    Si le bleu ciel du lancement était un peu décalé avec l’esprit grande routière qu’elle voulait illustrer, le gris anthracite métal la rendait plus aboutie. Avec un intérieur bleu foncé en tissu (ah le cuir bicolore…) elle était comme il est dit dans l’excellent témoignage une alternative crédible aux allemandes pas encore dotées de 200ch et plus.
    Dans ma chère ville natale de Pézenas, un client de mon père en possédait une… dès qu’il passait au magasin et je sortais de l’appartement pour aller la contempler et rêver ! Ah qu’elle était désirable !
    Ce serait vraiment sympa qu’un mercredi vous puissiez nous présenter une CX Break injection essence (25 TRI je crois ?), elle était une référence des breaks rapides européens avec très peu de concurrentes. En version diesel elle était un formidable cargo de la presse régionale pour livrer à Paris toutes les nuits leurs quotidiens.

    Répondre
  5. vincent

    Cher Francis, n’allez pas tomber pour une teutonne sous prétexte d’automatisme.

    Sachez que la CX fut disponible en boïte auto ( de la bonne ZF ) sur pallas, prestige et même GTI !

    Salutations hydropneumatiques.

    Répondre
  6. Pierre_

    Bon souvenir que cette Auto.
    Médecin, chefs d’entreprise et riches commercants du pays l’adoptèrent dès sa sortie.
    Jeune ado, quand nous apercevions l’Auto, il nous était facile de deviner qui était à bord.
    Plus tard un copain du bahut s’en procurait une et je fus souvent passager.
    Tien ! Etrange sentiment que de me retrouver assis là, je me souviens très bien.
    C’était aux débuts des années 80 je crois, l’aura de la Belle avait disparu.
    Cette belle Auto a été un marqueur social indéniable.
    Merci POA.

    Répondre
    1. Chapman

      Comme la DS en son temps mais un évènement changea la donne rapidement. Avec le moteur diesel elle se démocratisa beaucoup….
      Il n’était pas rare d’en trouver dépassant le demi million de kilomètres !

  7. Nabuchodonosor

    Merci Francis, ou plutôt Michel Tona devrais-je dire lorsque je m’adresse de pseudo à pseudo, pour ce voyage extraordinaire dans le temps en animant pour nous, sous les projecteurs de POA, cette magnifique auto dont l‘Aura reste un peu masquée aujourd’hui par le halo de ses deux brillantes ainées que sont la DS et la SM.

    Appels de phare également au site d’Aulnay-sous-Bois dont la maternité verra naitre, entre autres, plus d’un million de CX et à ses ingénieux géniteurs qui firent briller sa lunule et ses satellites au firmament de l’univers céleste de Citroën.

    Les aiguilles de l’horloge atomique du Nautilus se calent à la date du 21 juin 1986. A Guadalajara, la bande à Platoche offre les billets retour aux Auriverdes. Le lendemain la Main de Dieu boutera les Three Lions. L’Albicéleste tout comme les bleus iront en demi.

    Le Capitaine Nemo vient de stabiliser son vaisseau au-dessus de Vaux-le-Vicomte. En bas, la fête bat son plein ; Tout comme nous le samedi précédent, Boris et Sylviane viennent de se dire Oui pour la vie. Ma jeune épouse et moi en sommes les heureux témoins.

    La rutilante CX 25 GTI Turbo prêté par mon père, attend patiemment devant la cour d’honneur. Le surlendemain cette beauté sauvage de Jean-Paul Goude nous emportera dans son tourbillon rouge Delage à près de 230 compteur pour un voyage de noces inoubliable découvrir la grâce des Châteaux de la Loire…

    J’aime, j’aime, j’aime…
    🙂
    Nabuvingtansdepuislongtemps

    Répondre
  8. Thierry Lemettre

    Superbe modele de 82, ayant deja subi quelques evolutions: on notera les ailes avant elargies, permettant le montage de pneus Michelin Trx au dessin bien particulier, le remplacement des retroviseurs en inox par des modèles en plastique noir, le remplacement des montant de custode en alu brosse par du plastique, le remplacement du ciel de toit suspendu avec eclairage issu de la Sm par un ciel collé (qui se decolle) avec boutons poussoirs type aviation, etc…
    Le compte tour, chiffre noir sur fond jaune, est ancien alors que le compteur de vitesse, chiffres jaunes sur fond noir est plus recent !! … Enfin, la calandre chromée devrait être en plastique noire, en harmonie avec les retroviseurs.

    Voila pour les remarques d’un citroeniste passionné, ayant apris a conduire sur Cx (Pallas puis Gti 78) dans les années 80 et possedant a ce jour 3 exemplaires ….

    Encore bravo à Francis pour ce modèle tres bien conservé, capable de traverser la France dans la journée, et dont on ressort sans fatigue particulière

    Répondre
    1. JBB

      Effectivement le compteur a été replacé par un millésime 1983. le compte tours est d’origine, mais il faut replacer la lampe !
      Par ailleurs le bouton de voyants rouges est tout simplement un testeur de lampes !
      Sur le comodo droit l’appel de phares direct est vertical alors que sur le dessus on a l’inverseur code / phare
      Par ailleurs , regarder la ‘deuxieme’ ligne de caisse qui vient mourir au milieu des portes arrière..
      Les charnières de coffre sont placées assez haut pour que l’ouverture du coffre se dégage mieux que sur la GS.
      Cet essai est croustillant pour le citroeniste que je suis, mais il faut tester une CX sur autoroute par fort vent latéral pour se faire une idée de sa démoniaque stabilité .
      Cette auto mal aimée a ouvert la voie dans plein de domaines : faux chassis isolé par liaison élastique, essuie glace unique, train avant anticabreur, contreportes monobloc…
      Ce n’est quand mémé pas un hasard si on en a vendu 3 fois plus que de XM, si les ambulances et les studios de cinéma en étaient si friands.
      Bel essai mais un peu court quand meme pour une CX dont la ville n’est quand même pas le jardin.
      Bravo à POA, à Renaud pour sa legendaire ouverture d’esprit

  9. Pascal DeVillers14

    Bonjour,
    Cx prestige noire interieur cuir, la classe à DALLAS.
    Mais celle de Francis et pas non non plus avec son velours couleur SCHTROUMF, c’est vrai que la côte sur ce type de véhicule a bien grimpé ,il n’est pas rare d’en voir à plus de 15000€, il y a encore quelques temps cette voiture était au fond du trou .
    Mr ROUBAUDI, vous avez totalement raison ,si on aime les automobiles , il faut d’abord les acheter parce qu’elles nous plaisent.
    Et puis comme vous le dites, avec le temps leurs défauts deviennent leurs qualités .
    Regarder les Alfa Roméo Montréal ,boudée de longues années parce que la secte des puristes avaient décidé que ce n’était pas une vraie Alfa… Et aujourd’hui ils continuent avec d’autres modeles de la marque.
    Résultat aujourd’hui le ticket d’entrée pour en être acquéreur voisine les 70 000€.
    J’aime bien le fait que Francis roule tous les jours avec sans être un maniaque, il faut dire que si vous roulez en régions parisienne mieux vaut ne pas l’être.
    J’ai été par le passé propriétaire d’une BX ,je retrouve quelques détails communs dans l’habitacle de la CX, lecture à tambour de la vitesse , concept des commandes quoique plus anguleuses sur la BX de première génération.

    Pascal

    Répondre
  10. Chapman

    C’est vrai que les premières séries sont les plus pures au niveau ligne. 128 cv , ça fait un peu juste aujourd’hui mais à l’époque c’était respectable et comparable à la concurrence. En ce qui me concerne plus je vois ce jantes, plus je les aimes.

    Répondre
  11. MF67

    Inutile de dire que j’adore cette voiture !
    En réalité, la CX ne devait pas remplacer la DS à l’origine, mais plutôt, je crois, s’intercaler entre la GS et une grosse berline à moteur V6 Maserati, d’où l’absence du moteur de la DS23 au lancement en 74. De fait, la CX n’a vraiment pu s’imposer en remplaçante de la DS qu’à partir de 76 avec le lancement de la version Prestige, rallongée et motorisée avec le moteur 2400. La GTi apparait, elle, en 77, avec un très bel intérieur cuir bicolore en option, c’est la première CX à recevoir l’injection.
    La CX ne fut pas aussi novatrice que la DS, à son lancement, mais constitua une sorte de brillante synthèse de ce que savait faire de mieux Citroën à l’époque, puisque l’on retrouve les moteurs de la gamme D, la diravi de la SM, la ligne générale et le compteur loupe de la GS: Le dessin de la carrosserie est dû à Robert Opron, et le style intérieur à Michel Harmand, comme pour les GS et SM.

    Cet exemplaire semble très bien préservé, surtout l’habitacle, qui comme sur toutes les Citroën de cette époque, vieillit très mal… On reconnait s’ailleurs sur cette version plus tardive de nombreux détails communs aux GSA, puis BX.

    Ce qui me plait, c’est que le propriétaire roule avec cette CX au quotidien, ce que j’oserais jamais faire avec ma GS, et je salue cette initiative ! Car cette CX vit, et finalement c’est assez naturel pour une Citroën hydraulique, qui lorsqu’on la démarre, donne cette étrange impression d’être vivante, en se levant grâce à la force de son coeur hydraulique !

    Répondre
    1. Gérald

      Il faut rouler et sortir la GS ! J’ai la chance d’avoir désormais 3 collectors, j’adore passer de l’une à l’autre, et mon fiston se régale d’avoir la surprise de celle qui sera garée devant l’école.
      Aussi j’ai remarqué qu’en roulant fréquemment les anciennes roulent beaucoup mieux, et se dérèglent moins, et quel plaisir de rouler différent ! Après, il faut pas être un stressé des petits chocs et du stationnement…
      Pour en revenir à la CX, mon beau père en avait une, un jour il l’a vendu à un medecin pour une poignée de queues de cerises, on était début 90, ça valait plus grand chose et la voiture était déjà bien kilométré. Bref, Pierre me dit; « Tu veux pas la nettoyer un petit peu avant qu’on lui laisse ? »
      Je l’ai tellement aspiré et briqué que le docteur ne l’a pas reconnu ! Il m’a laissé un pourboire conséquent et finalement je pense qu’il avait fait une très belle affaire.
      Et j’ai gardé le souvenir précis du cendrier en forme de globe, qui a disparu sur cette version !

  12. Michel

    Je me souviens bien de son lancement avec les sièges cuir bicolores gris et bleu c’était la voiture que je voulais
    la ligne est magnifique, le restylage avec les gros boucliers plastiques ont tout gaché
    ma première BX (14RE) reprenait la philosophie du TDB de la CX mais en plus anguleux
    Beau coup de personnes critiquaient les compteurs mais je les trouvaient géniaux, autre détail typique de chez CITROEN, les jauges électriques en position verticale

    Répondre
    1. ques

      la bx, en bonne citoren, distille le charme d’une personnalité atypique, la planche de bord star trek de la phase 1 est géniale. C’est une voiture simple, robuste et ultra confortable, très économique à l’usage.