BMW 745 E23 : les bandits l’adorent

Découvrez la BMW 745 du petit observateur François. Si vous aussi vous avez une voiture, moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à : lequipe@poa.tv Si votre voiture retient notre attention, vous aurez 15 mn pour nous convaincre que c’est la plus belle et le tout sera diffusé sur POA.

L’avis des Petits Observateurs !

18 commentaires au sujet de « BMW 745 E23 : les bandits l’adorent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Hervé91

    Une voiture mythique qui me rappelle un fameux numéro de l’auto-journal (1982 il me semble) dans lequel l’immense et regretté André Costa l’avait essayée et comparée à la Mercedes 500.
    Il avait pesté contres les indications des boutons de l’ordinateur de bord qui étaient des abréviations en allemand (donc totalement incompréhensibles). Pour le prix ils auraient pu les traduire en français !
    Sinon le summum de la berline de luxe de l’époque.

    Répondre
  2. Touringske

    Oui, le design de Paul Bracq … Mais rendons à César ce qui est à César : pour le nez de requin si caractéristique et si beau de ces BMW des années fin ’70 – début ’80, Bracq se contente de suivre la magnifique ligne définie dans les années ’60 par Giovanni Michelotti : la patte italienne d’un grand maître un peu oublié désormais.

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    C’est pour cela Georges que je persiste à penser que le choix de Mercedes sur la classe A est le bon, bien qu’ils ne soient pas allés au bout du raisonnement.
    Les constructeurs n’ont aucune valeur ajoutée sur le hardware, ça fait mal d’en perdre un pan, je compatis, mais ce combat est perdu (il y en a d’autres sur la planche).
    Qu’ils laissent ça aux GAFAMIS et se concentrent sur les qualités intrinsèques de leur produit.

    Nabuconsulting

    Répondre
  4. Georges Piat

    Les boutons sur le tableau de bord était un symbole de puissance. On retrouvait les mêmes boutons sur les chaînes stéréo de l’époque.
    Concernant les défaillances de l’ordinateur de bord, on pense aux « tablettes » qui vont désormais équiper nos voitures et donc à la fiabilité dans le temps.
    Sinon, belle auto de capitaines d’industries….

    Répondre
  5. lp2b

    Très belle 745 en parfait état de fonctionnement, à l’électronique avait des petits soucis à cette époque, comme sur les notre parfois aujourd’hui.
    Le tableau de bord très avance pour l’année de sortie de cette BMW 745, des boutons de taille impressionnante ! ! !
    Des cuirs et une patine digne d’une marque Anglaise de renom.
    Deux détails dans le coffre qui en disent long {boite à outils et pharmacie} .
    Merci à François de nous avoir permis de voyager dans le temps…..

    Mr Le président sur les divers commentaires tout au long de l’ensemble de vos reportages au fils des mois et années, je suis presque toujours d’accord avec vos analyses très justes et précises, mais je ne puis passer sous silence le fait d’avoir évoqué qu’Alpine ne soit pas bien finie ….
    «  »OH OH SCANDALE Mr Le président je suis surpris et étonné des paroles employées pour les modèles Alpine ! ! ! » »

    Répondre
  6. Michel Bovani

    Très belle automobile, véritable générateur de souvenirs. Il se trouve que cette belle série 7 est juste un peu plus petite qu’une série 5 d’aujourd’hui ! Raison pour la quelle les super premiums germaniques (série 7, classe S et autres coffre forts dédiés à Floriane) me semblent déraisonnablement grosses alors que la série 5 d’aujourd’hui comme la 745 de 1984 ont pile la bonne taille pour qui cherche une routière confortable et efficace.

    Une remarque concernant le reportage : il n’est pas exact que le 3,2 L turbo de la 745i soit le dernier moteur turbo de BMW. D’abord il y a tous les diesel qui ont suivi dès la fin des années 80. Ensuite, depuis 2007, on a vu surgir le fameux N54 (3 L double turbo), plusieurs fois élu moteur de l’année et qui équipait les BMW …35i. La tendance n’a fait que croître et embellir, puisqu’aujourd’hui tous les moteurs BMW sont des turbo.

    Répondre
  7. Guirao Alexandre

    Difficile de faire mieux en limousine puissante à l’époque. Mercedes devra retravailler sa W126 500 en 560 pour y prentendre. En fait il n’y en avait peut être qu’ une autre : une autre BMW … la 745 de BMW South Africa équipée elle du L6 atmo 24 soupapes 286 ch DIN de la M635….. mais ça c’est introuvable sous nos latitudes!
    Pour les curieux : http://www.carmag.co.za/news-blog/from-the-archives-bmw-745i/

    Votre dévoué Ministre

    Répondre
  8. FredG

    9:38 La Clinique de la Forêt Noire
    Monsieur le Premier Ministre, vous le vrai Audiman, pouvez-vous rétablir la vérité sur la voiture du Professor Klaus Brinkmann ? 🙂

    Répondre
  9. Nabuchodonosor

    Long commentaire, désolé :

    Tout d’abord, merci François pour la présentation de cette Série 7 (E23) première du nom, que l’on doit bien pour la partie design à Paul Bracq, et qui venait chapeauter la gamme des séries 3, 5 et 6.

    Plus grande que ses petites sœurs et proche stylistiquement de la série 6 (E24), elle m’a toujours semblée trop massive, lourde esthétiquement. Heureusement la panzérisation du vaisseau amiral sera corrigée dès l’arrivée de sa successeuse, euh de sa succescrice, enfin de son successeur je veux dire, la E32. Je crois même avoir lu qu’il y en eu quelques-unes en break… Beurk.

    Une anecdote que j’ai retenue. Derrière le 7 de son matricule, les deux chiffres suivants ne sont pas relatifs à sa seule cylindrée qui n’était que de 3,2 litres. Pour reconstituer le puzzle il faut multiplier la cylindrée par 1,4, coefficient de référence maison des moteurs turbocompressés de l’époque. 3,2 x 1,4 = 4,5 d’où 745. Pourquoi faire simple quand on peut faire… ? Ach, mais le Turbo est, du moins était, une spezialität BM qui avait été le premier à l’introduire sur un véhicule de série, l’inoubliable 2002 Turbo.

    A propos de cet énorme turbo qui prend beaucoup de place sous le capot. Et bien je crois bien que c’est précisément à cause de son encombrement que la 745 ne turbota jamais dans les pays qui réclamaient une conduite à droite… En compensation, ceux-ci eurent droit au 6 en ligne atmo de 3.5 litres Motorpsort, dérivé de la fantastique M1 (Grazie Giorgetto) vendue à 100 000 DM l’unité.

    Un mot relatif à un détail pour terminer. Il paraitrait de bon sens et bien que je n’en sois pas certain que sous l’ailette qui court sur toute la hauteur du montant C et qui questionne Renaud, se cache non pas une prise d’air au sens propre du terme, elles sont généralement disposées sur l’avant, mais plutôt un extracteur d’aération ou de désembuage comme on le voyait encore beaucoup à cet emplacement. Je ne sais pas si vous imaginez le déplacement d’air provoqué par la fermeture d’une portière. Et il arrive parfois que soit les quatre qui claquent quasi-simultanément. Il vaut mieux qu’il y ait un évent pour évacuer cette surpression soudaine. Sans cela la portière risque de ne pas se fermer correctement. De même lorsque vous envoyez du chauffage ou de la climatisation par les aérateurs intérieurs, il faut bien que la pression d’air s’équilibre avec celle à l’extérieur du véhicule, mais aussi que l’humidité, dont la sudation naturelle produite par les occupants, s’évacue.
    Comme ces extracteurs créent une perturbation sur la fluidité aérodynamique, les constructeurs se sont très tôt essayés à l’optimisation de ces dispositifs. Je pense que sur les autos modernes, cela passe dans des méandres capitonnés du coffre. Ils constituent un véritable piège à sons qui isole phoniquement l’habitacle. Et puis c’est aussi beaucoup plus discret visuellement.

    Fin du long commentaire.
    🙂

    Répondre
  10. Francois

    Globalement la fiabilité est bonne même pour les équipements électriques et électroniques, le problème c’est pour trouver des compétences sur la maintenance, et c’est encore plus vrai aujourd’hui avec les modernes ou beaucoup sont comme une poule devant un tas de ferraille…à part des changements d’ensembles ou sous ensemble tres onéreux, peu sont efficaces pour la maitrise de la connectique.

    J’aime les grandes berlines de cette époque comme cette belle 745, des routières fiables, pas avares de sensations de conduites ou les plaisirs de conduire et d’avaler du kilomètre n’étaient des activités coupables….

    Répondre
  11. Miata-Boy

    Cette rencontre automobile promettait d’être sympa, elle ne m’a pas déçu. Frissonnante replongée au coeur des 80’s adorées ! Quel bonheur.
    Go POA !

    Répondre
  12. Saint-Ofer

    Superbe Panzer glouton ! :o) Merci pour ce retour en arrière !

    Remarque d’un bricoleur du dimanche, restaurateur de vieilles caisses à ses heures perdues, qui rebondit sur ce qui a été dit dans la vidéo : l’électronique de cette 745 était simple et pourtant ça a mal vieilli… imaginez ce que vont devenir les voitures produites à partir du multiplexage… elle seront impossible à restaurer (pas seulement à cause de l’électronique d’ailleurs, on pourrait parler des matériaux thermodurcissables et élastomères d’éléments de carrosserie ou et des aciers HR des longerons) … un peu comme il est impossible de remettre en état un iPhone récent alors qu’il est possible de remettre en état un ancien Nokia 3310… il est impossible de remettre en état une mini-chaîne hi-fi tout-en-un récente mais il est possible de recaper un vieil ampli Marantz des heighties… On est donc passé à la voiture jetable, non démontable, non réparable… à la durée de vie limitée ? (voir programmée ?). L’inverse de ce que l’écologie réclame. On est allé trop loin. Comme Mr le Premier Ministre de POA je regarde le futur, mais pas le même :o)

    Répondre
    1. Saint-Ofer

      Heureux d’apprendre que je ne suis pas seul ! :o)
      Mais que peuvent deux pauvres citoyens face à un Premier Ministre fan des quatre anneaux Allemands de Mme Merkel et de l’innovation à tout va ?!
      Heureusement ses ardeurs semblent être un peu calmées par Notre Président, tant mieux sinon nous verrions bientôt l’essai d’une voiture avec un testeur d’haleine pour savoir si ce que nous avons mangé la veille nous autorise à faire un créneau ou une autre qui emmènerait en pilotage automatique un habitant du 16e arrondissement enrhumé au centre de Bari en Italie…

  13. Chapman

    Oui évidemment, la fiabilité électrique et électronique laisse à désirer. C’est probablement un vrai problème pour les voiture de collection du futur.
    Honnêtement je préfère la série 6 de l’époque qui n’a malgré tout jamais réussi à remplacer l’élégance intemporelle de la 3.0 CSI à mes yeux. Vous l’avez compris, je me fais vieux. Bravo pour la présentation et le bel état de conservation de cette limousine.
    Au fait l’effet turbo brut de décoffrage sur le train arrière de l’époque……ça ne déboîte pas trop en sortie de courbe?

    Répondre