Mini Cooper MK II 1968 : « Le bonheur de ma vie »

Par Patrice Vergès. Produite pendant plus de 40 ans à plus de 5 millions d’exemplaires, la célèbre Mini a connu plusieurs vies. La version Cooper née fin 1961 a lancé la mode des petites berlines sportives. POA vous invite à monter à bord de la Mini Cooper de Daniel.

La Mini Cooper 1000 MK II a été produite à 8137 exemplaires entre fin 1967 et fin 1969. On aperçoit le protège-carter, un des nombreux accessoires indispensables à la Mini

A 18 ans, Daniel a découvert la conduite d’une Mini.  » Un de mes copains de lycée possédait une 850 avec un pot d’échappement sport. Il me passait souvent le volant et là, j’ai découvert l’extraordinaire comportement de cette voiture. Son étonnante maniabilité et son ahurissante vivacité » explique  notre passionné. C’était l’époque où la version 1300 Cooper S était autant la reine des rallyes avec quatre victoires au Monte-Carlo (dont un déclassement en 1966) qu’en circuit où elle se permettait de tenir tête à d’autres trois fois plus puissantes grâce à sa prodigieuse tenue de route.

La MKII se distinguait par sa lunette agrandie et ses feux rectangulaires. Sous cet angle, on perçoit mieux le gros pot central et les élargisseurs d’ailes

Passionné d’anglaise

Daniel a pratiqué la compétition automobile près de 40 ans : la Coupe R12 Gordini, Coupe Fiat 127 puis X1/9 Dallara en rallye-cross. En côte, rallye et circuit avec la Coupe 205 Peugeot puis la Coupe Caterham. Passionné d’anglaise, il a longtemps roulé en Lotus Élise et aujourd’hui partage ses jours entre un beau coupé Jaguar, une véritable Lotus Seven 1963 à moteur Lotus twin-cam et une Mini Cooper 1000.  » Je m’étais promis depuis longtemps d’avoir une Mini. C’était un rêve de jeunesse surtout rouge (Tartan Red) à toit noir comme les versions d’usine. J’ai découvert cette Mini Cooper 1000 de 1968 en excellent état de carrosserie ce qui est rare mais ce n’était pas le cas de sa mécanique ».

Les passionnés de Mini verront que c’est une Morris MK II de 1968 reconnaissable à sa calandre carrée en aluminium, sa lunette arrière agrandie et ses feux rouges rectangulaires. Par rapport à la MK III de 1970, elle possède encore les fameuses charnières latérales de portes, les poignées basculantes et les glaces coulissantes. Une Mini Cooper 1000 cm3 délivrait 56 ch DIN contre 35 ch pour la 850 normale et 75 ch pour la version 1300 S, puissance qui grimpait à plus de 120 ch sur les versions compétition.

Il était de bon ton de l’équiper d’une planche de bord en bois. Le compte-tours a été rajouté comme l’abaisseur de colonne de direction qui donne une conduite moins  » chauffeur d’autobus  » caractéristique des Mini

Préparée pour la course

Il a refait le minuscule 998 cm3 tout en fonte à 3 paliers et en a profité pour l’équiper d’un arbre à cames plus méchant, de pistons plats et de carburateurs SU à l’intérieur plus généreux. Modifications qui laissent à penser que ce 1000 cm3 doit développer autour de 70/75 chevaux. Il l’a équipée d’une boîte à rapports synchronisée (3 d’origine), d’une suspension à blocs en caoutchouc à la place de l’Hydrolastic, de joints rigides pour améliorer la précision de conduite, de disques plus gros empruntés à la 1300 S et de jantes larges (Delta Mic) imposant des élargisseurs d’ailes comme les Mini de Groupe 5 pour laisser passer des pneus plus généreux en 165X10. Le dépouillement des Mini Cooper de série faisait la fortune des accessoiristes. La sienne n’y échappe pas avec un gros pot d’échappement central Sportex, sièges baquet, tableau de bord en bois, compte-tours, etc.

Le 998 cm3 monté en position transversale a été sérieusement retravaillé. Les deux carburateurs SU sont équipés de trompettes.

Contact. Cliquetis de la pompe électrique avant que le minuscule moteur aboie grave. C’est le verbe exact à cause de son arbre à cames plus pointues qui génèrent un ralenti un peu chaotique. Frôlant le bitume, son échappement sport lâche une sonorité de voiture de course qui concourt à donner une ambiance compétition de l’habitacle dépouillé de toutes garnitures. On a envie de coiffer un casque avant de s’élancer sur la route !

Sur les Mini, la plaque d’immatriculation arrière pouvait s’abaisser pour rouler coffre ouvert car sa capacité était assez réduite surtout avec le 2eme réservoir optionnel indispensable si on roulait fort

Dur, dur !

Je ne vais pas vous faire le coup à chaque fois mais comme c’est mini (3,05 m), une Mini aujourd’hui. Comme c’est bas, une Mini (1,38 m) et aussi comme c’est dur ! Avec sa suspension rabaissée et durcie et les baquets qui manquent de moelleux, rouler sur un ticket de métro oublié se ressent violemment dans les reins. Vous allez me dire 75 chevaux, ce n’est pas beaucoup mais avec seulement 620 kilos à traîner, le rapport poids puissance est digne des Mini modernes.

Davantage que ses accélérations convaincantes, c’est sa miraculeuse tenue de route qui déroute le plus. La Mini qui exigeait une conduite très particulière en avalant les virages avec une surprenante gourmandise sans se freiner ni freiner sauf pour la faire volontairement pivoter. Cette voiture efface littéralement les virages en virant à plat sans suspension ou si peu…. Un vrai kart ! On comprend mieux comment les « Dieux de la Mini  » nommés en Angleterre Makinen et Hopkirk en rallyes et Rodes et Fitzpatrick en circuit (Marnat et Le Guellec  en France) parvenaient à l’imposer devant d’autres bien plus puissantes. Pour les plus jeunes, cela vaut la peine de regarder des course de club en Angleterre sur Youtube où on voit des Mini bien pilotées doubler des Mustang ou Jaguar E dans les virages pour se faire rattraper en ligne droite avant de refondre dessus dans la courbe suivante avec souvent la victoire à la clé.

Cette version est encore équipée de glaces coulissantes dont l’avantage était de proposer de profonds vide-poches dans les portes

Un bonheur de ma vie

 » C’est l’un des bonheurs de ma vie «  avoue Daniel qui a l’œil qui pétille comme un ado prêt à faire une bêtise.  » Pas question de la vendre. Le matin, je choisis une de mes voitures pour aller boire mon petit café au bistrot du coin. S’il fait beau, je prends la Lotus, s’il fait gris, je prends la Mini, s’il pleut, je prends la Jaguar en alu qui ne risque pas de rouiller. » A la question portant sur la voiture de ses rêves, il réfléchit un peu et lâche  » Une Cortina Lotus 1500 blanche avec les bandes latérales vertes  » Beau choix. Beau rêve.

La Cooper était proposée sous deux marques : Morris comme celle de Daniel ou Austin. C’est plus tard que Mini deviendra une marque. On remarque l’écusson MK II

Daniel est un passionné de compétition qu’il a pratiquée près de 40 ans

Les Mini ont remporté 4 fois le rallye de Monte-Carlo. En 1966, elles ont été disqualifiées sous le prétexte d’éclairage non conforme. Disons pudiquement que l’arbre cachait la forêt !

L’avis des Petits Observateurs !

29 commentaires au sujet de « Mini Cooper MK II 1968 : « Le bonheur de ma vie » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Daniel

      il fallait du vice…pour voir le manque de vis. Je les ai remontés et l’avais oublié, merci pour la remarque.

  1. Dubby Tatiff

    La fréquentation de POA devient dangereuse à force d’à force. Au fil des reportages, je commence à aller de plus en plus souvent sur « Le Parking », mine de rien, pour voir, pour me tenir informé, sans y toucher.

    Sans y toucher mon œil. Je sais bien comment ça se termine tout ça. Heureusement que j’habite en ville sinon, il y aurait une Austin Mini ou une Lagonda dans le garage que je ne possède pas.

    Répondre
  2. Fils de Pub

    Je préfère de loin, la nouvelle Mini de Vladi. Pas vous ?
    Elle est on n ne peut plus Mini-ma-liste (longue, la liste), maniable, vivace, sautillante à souhaits, des qualités sans doutes un peu en retrait de l’originale, mais tellement plus m’as-tu-vu.
    Bref, je la préfère de loin, mais alors de très loin…
    🙂
    Issigonis à vous Paris.

    FdP : UnNabuquisignore

    Répondre
  3. Docteur_Oliv

    Merci à Nabuchodonosor pour la Vidéo INA
    @Patrick La Cortina elle est LOTUS ? Pour les jeunes même Jim CLARK en conduisait une en course de Tourisme
    Pour la MEXICO le filetage des roues c’est bien du 11×125 ?

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    BMC renouera avec la victoire en 67, année où Johnny s’y essaya à bord de la Mustang n° 105, serré de près par la DS n° 106 de sa protection personnelle… Smet et Chemin avaient, durant l’épreuve, détruits un de leur pneus, ce qui les conduira à leur tour, vers une disqualification…
    Les sujets de sa gracieuse majesté ne furent donc pas les seuls à être saqués en principauté.
    http://www.ina.fr/video/AFE86000817
    Merci Daniel, merci oncle Pat’.

    Répondre
  5. thierry STOCCHI

    mes amitiés a mon ami Daniel . merci a toute l equipe POA pour ce jolie reportage !
    PS Daniel : j ai une cortina blanche avec bande verte a la maison !!!! et une escort mexico Mk1 en cours de restauration 🙂

    Répondre
  6. Pierre_

    J’ai eu une seule fois l’occasion de monter a bord de cette petite auto.
    Ce samedi matin, je viens de sécher les cours. Nous étions en 1978 je crois et je suis interne
    au lycée technique d’Oyonnax, petite ville au creux des montagnes du Haut-Bugey.
    Désireux de retrouver ma Douce au plus vite dans ma Bresse natale, je décide donc de rentrer en autostop
    direction Bourg en Bresse. Silencieux comme un indien, épaules rentrées, je passe sous les fenêtres du Sur.gé. du lycée. Victorieux et narquois, je file loin du bahut prendre position au bord de la route.
    Sac Addidas à l’épaule, bras levé, pouce en l’air, je me signale aux rares véhicules passant là. Il est tôt.
    Arrive alors, pleine vitesse, une Mini. Vert clair je me souviens.
    L’auto nerveuse s’arrête, la vitre glisse, je me plie en deux pour apercevoir le bon samaritain.
    (bon sang, mais que l’Auto est basse, pensais je !)
    « Bonjour vous descendez à Bourg? ». « Ouai, ok monte ! ». Pas un mot de plus.
    Je plonge sur le siège avant, jette mon sac à l’arrière et départ au taquet de mon aimable pilote.
    Nous avons passé près d’une heure, pied (..et fesses!) au plancher à ferrailler alors sur cette route de montagne.
    Nous arrivions à Bourg, fourbu et cassé je glissais hors du bolide. « Merci, salut! » « Salut! ».
    Je fermais la portière et l’Auto repartit aussitôt puis disparut. Je grimaçais en me massant les lombaires.
    Un grand moment à bord de la Mini.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      « Où je meurs renaît la Patrie. »
      C’est par ces quelques vers de Louis Aragon gravés à jamais dans la pierre des Maquis du Bugey que je la revois.
      Ah, la N84, la route Royale et sa fameuse côte de Cerdon entre Pont d’Ain, Poncin et Nantua avant que l’A40, la voie des Titans, ne lui porte le coup de grâce jusqu’à sa déclasse en D1084, nonobstant son péage…
      Trop jeune pour avoir vécu la guerre, je me souviens cependant très bien de ce défilé où l’on s’enfilait en file indienne en priant que le 38 tonnes tout devant daigne à nous laisser passer…

      Merci de me faire remonter tout cela.
      Nabustalgique

    2. Gran Turisto

      Alerte! SDA sauvage détecté!
      Le Commandant prendra contact avec vous. Veuillez à ne pas opposer de résistance et coopérer afin de régulariser et officialiser cette histoire…

    3. Gran Turisto

      En effet, un petit groupe de dissidents raconteurs de souvenirs non officiels commence à sévir dans les parages…
      La création d’un cabinet ministériel de la régularisation ne saurait tarder… les Petites Délations Automobiles?…
      En tout cas, Messieurs Nabu et Pierre, vous recopierez au propre cinq fois ces histoires sur un cahier Seyès 17×22 à la couverture orange et logotée POA et transmettrez le tout au chef.

    4. Docteur_Oliv

      @ Gran Turisto Avec la réglure Seyès, ne pas oublier la marge pour les corrections éventuelles ou….les félicitations

    5. Pierre_

      Tonnerre! La Traction noire de la milice PDA. Vite Nabucho fuyons, je connais le maquis proche !
      Ciel, on nous rattrape ! Ok Ok GT, voyez nous posons doucement nos stylos !
      _ »et au moins avec Seyes ya pas la spirale qui picote le bras ». Pensai-je alors.
      Nabucho, vous le dites, des convois de camions jours et nuits sur cette N84 (la piste Ho Chi Minh).
      Chaque weekend nous montions au ski à Samoëns. Supplice jusqu’à l’ A40 peu avant Bellegarde.
      J’en termine… Que dire du Test-lombaires-POA pour notre sautillante Mini ?
      Aie ! Je crains la réponse.
      Bien à vous tous.
      Pierre.

    6. Gran Turisto

      Loin de moi l’idée de nous rapprocher en Traction noire d’un quelconque point Godwin en partant d’un sujet aussi « Mini-on », je renonce à toute velléité délatoire, ramasse quand même les cahiers et distribue un bon point à tout le monde.
      Désolé mon Commandant, j’ai essayé de maintenir le monopole des SDA, mais les concessions à faire dépassent mes convictions, je ne suis ici que pour faire du tourisme… du grand tourisme…

    7. Nabuchodonosor

      05 juin 44, 21h30, à la jonction de la rue de la Monnaie et du Pont Neuf.
      Malou « La Samaritaine », allume le poste de TSF qui trône au milieu du buffet et aligne l’aiguille sur la fréquence de la BéBéCé :
      « Po-po-po-pom » Derrière les premières notes crépitantes sur la cinquième de Louis, Franck Bauer prononce ces quelques vers de Verlaine amendés par Trenet, non sans vibrato dans la voix : « Les sanglots longs des violons de l’automne, je répète, les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone, je répète, blessent mon cœur d’une langueur monotone »…
      Ernest le Rétais, comprend de suite : L’opération Overlord est lancée, le D-Day est imminent.
      Au lendemain de la reddition allemande sans conditions, les combats cesseront le 08 mai 45 à 23h01.
      Ici Cognacq-Jaÿ, à vous les studios.
      https://www.youtube.com/watch?v=j4BUkhuRglU

      Commandant, pardonne nous en ce jour de commémoration…

    8. Frédéric à Montréal

      Merci pour ces commentaires. Leur lien avec la merveilleuse Mini Cooper est très ténu… mais c’est aussi (ou surtout?) pour ça, et pour ces petits observateurs pleins de culture et d’humour, qu’on adore POA!

  7. Docteur_Oliv

    Dans mon souvenir d’enfant, il s’agissait de phares halogènes non homologués en France ??
    PS : et c’est une DS 21 a qui échut la Victoire ….

    Répondre
  8. Dubby Tatiff

    Trois paliers pour un quatre cylindres !

    Ecoutez, j’en discutait récemment avec Monsieur Paul de chez Rolls Royce et permettez-moi de vous dire que si il était là il vous dirait tout le mal qu’il en pense …

    Répondre
    1. Daniel

      En F3 il était fréquent de supprimer deux paliers sur un cinq, moins de frottement plus de tours et puis quand ça casse les morceaux sont plus gros alors ça fait de jolis presse papiers…

  9. Alain

    Quel beau souvenir ! J’ai roulé longtemps avec une Cooper S Innocenti italienne qui était mieux équipée que la version anglaise mais bien moins fiable que cette dernière (vilebrequin) . Celle de ce passionné est dans un état rare.

    Répondre