Le Land de mon frère

Il y a 4 ans jour pour jour mon frère Ludovic prenait possession d’un Land Rover Defender de 1977, une version bâchée ayant appartenu à l’armée pour le transport de troupes de soldats de l’ONU, dont vous avez pu suivre les épisodes sur POA. 4 ans plus tard, nous retrouvons mon frère et son Defender qui a subi moult vicissitudes techniques et de nombreuses immobilisations. Après avoir longtemps cherché un bon spécialiste, Ludovic a découvert le garage RO2 Aventures auquel il a confié la remise en route de son Land. Dirigé par Rodolphe, ce dernier nous livre quelques conseils de bon sens à propos du Defender.

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Le Land de mon frère »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Georges Piat

    Ah c’est cool ! Ç’est marrant mais dès le début, je pensais à Daktari ! Manquent plus que les lions et les girafes…
    Cette Land, c’est la beauté du fonctionnel !
    Merci, c’est extra POA !

    Répondre
  2. Chapman

    Merci les Roubaudi brothers pour ce moment entre frangins complices et bravo pour cet humour subtil qui vous caractérise et vous rend si attachants aux petits observateurs.
    Après, je ne voudrais pas agacer mais avec n’importe quelle Citroën de l’époque bien suspendue, vous auriez survolé ce chemin dans un confort ministériel plutôt que de compromettre vos vertèbres vieillissantes dans ce morceau d’histoire dont les essieux semblent soudés au châssis.
    Normalement, ce véhicule passe là où les autres calent.

    Répondre
  3. Miata-Boy

    Cette partie de campagne en Land est un pur bonheur !

    En réalité, je comprends ce qui (me) plait tant dans POA : c’est son côté télé-réalité ou soap-opera ! On y suit des vrais gens attachants depuis des années et on a, du coup, la sensation de les connaître et de partager certains aspects de leur de vie ; ils nous deviennent familiers et totalement indispensables !
    Ici, leurs histoires de coeur tragiques sont remplacées par de somptueuses histoires d’amour automobiles, mais la sauce prend de la même manière ! Et, épisode après épisode, on en découvre toujours un peu plus sur leurs passions secrètes…

    Bref, c’est la recette du succès, et le public adore ça !

    Go (le feuilleton) POA !

    Répondre
  4. Dubby Tatiff

    Pour décaler l’ordre d’allumage, il faut que quelqu’un ait par inadvertance permuté les fils de bougie. Ça ne se décale pas par le simple effet du saint-esprit.
    😉

    Répondre
  5. Oliver

    Ce que j’aime chez POA c’est le côté « British’. On ne se prend pas au sérieux.
    Et surtout les autos classiques anglaises y sont largement à l’honneur.
    Pour mon plus grand bonheur….
    Ce Land Rover (Roubaudien) c’est la vraie classe.
    Merci de nous en avoir fait profiter.

    Répondre
  6. Oliver

    Ce que j’aime chez POA c’est le côté « British’. On ne se prends pas au sérieux.
    Et surtout les autos classiques anglaises y sont largement à l’honneur.
    Pour mon plus grand bonheur….
    Ce Land Rover (Roubaudien) c’est la vraie classe.
    Merci de nous en avoir fait profiter.

    Répondre
    1. Chapman

      C’est vrai que c’est les emmerdements qui font que l’on s’attache à une auto….. Mais pas trop n’en faut

  7. Stéphane.nc

    Impossible de ne pas saluer ce mythe roulant ! C’est chose faite.
    Solihull est d’ailleurs bien en peine pour sortir un digne et acceptable successeur au cube d’aluminium.
    Juste une remarque. A l’époque c’était juste un Land Rover. Au début des années 80 on a eu les 90 et 110
    Le nom « Defender » est arrivé plus tard, dans les années 90.
    Amicalement vôtre

    Répondre
  8. Dominique Laude

    Toujours un plaisir d’avoir des nouvelles de ce Land et de votre frère qui a une approche bien à lui de l’auto. Et ce ciel de toit est pure jus… Bonne et longue route.

    Répondre