Café Garage mai 2018 : Partage ta Bagnole !

Au menu du Café Garage,  en compagnie de Floriane Brisabois, Cédric Fréour, Renaud Roubaudi et Julien Rosburger à la réalisation : Un BMW X3 électrique aux batteries sans « terres rares », des vitres qui permettent aux aveugles de voir la route, une nouvelle technologie Bosch qui rend le diesel propre, les conséquences des nouvelles normes WLTP sur le calcul des émissions polluantes qui chamboule le marché, l’interview de Jean-Claude Puerto-Salavert à propos de son livre « Partage Ta Bagnole » (ed EXILS) qui prédit la fin de la possession de l’objet automobile au profit du partage de celle-ci auprès d’une communauté volontaire.

L’avis des Petits Observateurs !

24 commentaires au sujet de « Café Garage mai 2018 : Partage ta Bagnole ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Etienne Hugues

    Bonjour à tous. Je suis d’accord à fond sur le partage des voitures. Le raisonnement est simple : on peut dire que la majeure partie du temps la plupart des voitures ne roulent pas ou en tout cas pour les particuliers, elles sont plus souvent à l’arrêt qu’en mouvement. Alors il faut sortir de la propriété individuelle ou en redéfinir les contours, accepter que d’autres personnes l’utilisent, dans des conditions strictement bien fixées, comme le rappelle l’auteur du livre, et bien sûr contre rémunération. Il va y avoir du sport pour y arriver et il faut que les « car-managers »soient balèzes mais ça peut valoir le coup je crois.
    Bravo encore à tous les membres du gouvernement.
    C’est un grand plaisir de vous suivre.

    Répondre
  2. Philippe

    Un x3 électrique avec 400km d’autonomie. Quel dommage si ça avait été une série 3 il y aurait 100km d’autonomie en plus. Et oui voiture moins haute moins de matière plus légère et aérodynamisme meilleur. Avant de parler d électrique ou hybride arrêtez de fabriquer des armoires roulantes. Je suis bien content qu on passe au cycle wltp pour l homologation les suv vont prendre cher car a 130 sur autoroute c’est pas la même avec un un truc de 2t et 1m60 de haut qu’une berline break qui a la même capacité de chargement qui fait 1t5 et 1m45 de haut. La mode suv va vite s arrêter.

    Répondre
    1. R2U

      J’aprécie votre remarque sur les suv, véhicules dont je comprend toujours pas l’utilité. J’ai acheté il y a huit ans une Grande Scénic du fait de mes deux chiens et une maison de campagne. Je ne voulais pas de diesel du fait du faible kilométrage annuel que je réalise (-de 10’000 km par an), il n’y avait que Renault qui prosait un essence avec boîte auto cvt, tous les autres constructeurs me prosaient du diésel! J’en ai conclus que si l’on est pas aligné sur les lubies des fabriquants on n’a très peu de choix. Il faut moins consommer mais achetez des montres inutiles…
      Poa permet d’exprimer quelques vérités, un site super!

  3. Frankreich

    Bravo, le café garage devient une véritable émission avec invité, équipe de tournage barbue, c’est très pro. Renaud démontre tout son talent d’intervieweur sur un long entretien et c’est vraiment intéressant.
    Je suis surpris par vos réactions concernant l’annonce de Bosch sur le Diesel. Le Diesel reste le seul carburant pour les gros rouleurs, a minima il devrait pouvoir perdurer pour eux et continuer à être développé, heureusement donc que de nouvelles annonces lui promettent d’évoluer. En matière de CO2 pour du thermique, il n’y a pas mieux. Et les problèmes d’oxudes d’azote et de particules concernent aussi sur les essences compressés et injection directe.
    Je trouve aussi le jugement de Cédric puis de Renaud très moral : « Le diesel a fauté, c’est fini ». « Il savait faire propre avant, il n’avait qu’à le faire plus tôt ». Mais il n’a pas cessé d’évoluer, l’essentiel de la R&D moteur portait sur lui, le traitement des nox, des particules a été mis en oeuvre pour lui et bénéficie aujourd’hui à l’essence. Et pour ceux qui veulent « punir » un constructeur, VW est tout désigné, toute la filière n’a pas à être concernée.
    Bref je suis étonné de voir comment le tout Diesel des 2 denières décénies semble avoir saoulé les journalistes qui se précipitent un peu rapidement dans un « tout sauf le diesel » qui me semble assez irrationnel.

    Répondre
  4. aimelauto

    préter sa voiture……belle utopie,
    — quand on sait dans quel etat de nombreuses sont rendues à des loueurs apres quelques jours……!
    — et quelle voiture .??…une citadine à bas prix peut-être on accepterait de la préter, moyennant finance….mais je vois mal dans ce cas l’utilisateur d’une allemande raffinée …..!

    Répondre
  5. Georges Piat

    De plus en plus de voitures sont achetées en LOA. A la fin des 3 années, si on ne rachète pas la voiture, il y a un expertise très soignée à la reprise du véhicule. Je peux vous garantir que cela ne donne pas vraiment envie de « prêter » sa bagnole ! Surtout avec les 3% d’infréquentables et les 20 de « pas vus pas pris » !
    Café Garage au soleil, c’est super !

    Répondre
  6. Mat Ador

    A travers les quelques et premiers commentaires de ce C.G de mai, on perçoit à quel point les petits observateurs restent attachés à leur bagnole, tels de vrais bagnolards.
    Et comme j’en suis aussi, je puis vous dire que la seule chose que nous sommes capables de louer, ce sont les qualités de nos autos mûrement choisies et bichonnées…
    Mauvaise pioche !
    Que voulez-vous, notre logiciel a été formaté ainsi, nous aimons conduire, et de préférence nos bagnoles. Tous mômes déjà, quand on s’éduquait devant les westerns, les héros conduisaient leurs montures, ils n’étaient jamais dans la diligence. Jean Graton ensuite compléta idéalement notre software. Je ne crois pas avoir jamais vu Michel Vaillant prendre le bus ou le RER.
    Nous ne sommes cependant pas dupes et comprenons que dans la mutation technologique qui s’opère certains y voient l’opportunité d’un accompagnement économique afin de s’y glisser et d’en retirer quelques fruits, non sans nous expliquer que cela profitera à tous… Mon petit doigt me dit qu’une dépossession programmée serait l’assurance que les autos deviennent très vite fades et uniformes pour leurs utilisateurs, mais beaucoup efficientes financièrement pour leurs propriétaires…

    Rassurez-vous, nous ne sommes qu’un petit nombre de râleurs en voie de disparition.
    Après tout, s’il y a moins de monde sur les routes et des autos plus sures et plus propres, ce ne sera que plus plaisant et nous laissera bonne conscience pour jouer du levier et écraser l’accélérateur à l’envie.
    🙂
    En mai fait ce qu’il te plait, partage ta bagnole mais fout la paix à la mienne.

    Répondre
  7. Pascal DeVillers14

    Bonsoir,
    On a vu pu juger de l’expérience du vélo en libre partage à Paris , une gabegie totale, la faillite de l’opération avec un opérateur qui menace de jeter l’éponge pour cause de dégradations trop importantes et Hydalgore à genoux en prière devant lui pour qu’il reste , ça au moins c’est drôle.
    Alors la voiture en partage avec 5% de voyous et 20% d’indélicats tricheurs cela fait tout de même 1/4 d’utilisateurs à problème , c’est largement suffisamment pour faire capoter l’affaire .
    Pascal.

    Répondre
  8. Vincent

    Moi, je veux bien partager ma Logan si le président partage sa C6 ou sa jag.
    Bon si elles ne sont pas dispo, je me contenterai de la caisse du 1er ministre.
    Salut.

    Répondre
  9. Denis L.

    A propos des terres rares, la France pourrait être numero 2 voire 1 dans la production de cette matiere première. Il suffirait juste qu’elle s’en donne les moyens. En effet les principeaux gisements se trouvent dans le pacifique et grâce à ses territoires d’outre-mer et la nouvelle règle sur les étendue marine la France serait assise sur près de 50% du potentiel connu dans cette région… tient, le prochain référendum sur l’automnie de la Nouvelle Calédonie prends une autre saveur… 😀

    Répondre
  10. Pierre

    On fini de détruire la planète à construire des voitures et autre chose, produits phytosanitaires industriels, utilisation des métaux lourds, nucléaire… En fait depuis que je suis petit j’entends des discours de préservation de l’environnement. C’est déjà trop tard. On table sur ce qui en réalité ne dégrade pas l’environnement ; les émissions de gaz à effet de serre. La seule manière de lutter contre les gaz à effets de serre c’est d’arrêter de construire mais aussi d’arrêter la déforestation. Ce pseudo discours de lutte contre le CO2 a bon dos pour continuer à construire des objets fait de matière polluante. Il faudra bien que le capitalisme qui n’est autre chose que la démonstration de l’egaux s’arrête au profit d’une vision « ariérée », ou l’on vivra harmonieusement avec la nature. Pour cela il faudra que le plaisir de vivre ne soit pas le plaisir de créer des « richesses », ne soit pas l’ascension sociale, ne soit pas le smartphone, la voiture… Il faudra qu’il soit d’utiliser et de profiter de ce qu’offre la nature à bon escient et d’en être émerveillé. C’est parce que nous sommes émerveillés par la technologie et la facilité qu’elle apporte que nous oublions de prendre soins de notre lieu de vie qu’est la Terre. Des ingénieurs agronomiques disent que lorsqu’il n’y aura plus de phosphate dans les mines, les rendements agricoles ne seront que d’une vingtaine de pour cent de ce qu’ils sont actuellement. Ce qui précipitera une famine mondiale. Et il paraît que l’échéance nous pend au nez. Tout cela parce que nous ne cultivons plus les variétés ancestrales de fruits et légumes mais des hybrides de type génétiquement modifiés et stérils tres énergie ores en eau et en phosphate. À part ça elle est belle l’audi A8 avec ses « boutons » digitaux qui donnent l’impression d’enfoncer de vrais boutons.

    Répondre
  11. Farnaby

    Café intéressant qui met le doigt sur des tendances essentielles, la chasse hystérique à la pollution auto et la promotion de la « location » perpétuelle au détriment de la propriété. Mais que ces changements fondamentaux sont bêtes et que ce nouveau monde est laid.
    La pollution auto d’abord : en dehors de tout ce que l’on sait déjà, on apprend grâce à POA que l’on en arrive maintenant à envisager de supprimer des équipements et des options… La voiture du peuple, la même pour tout le monde, avec des choix opérés par des hommes dans des bureaux pour mon bien… Autolib pour tous. URSS is not dead : elle sort même de sa tombe sous couvert d’écologie. Car plutôt que chasser le milligramme dans le cuir (trop lourd, mieux vaut le velours en Vittel recyclé), on pourrait simplement, si l’on était vraiment écologiste et préoccupé du sort de la planète, se préoccuper de l’accroissement ahurissant et mortel de la population mondiale, qui en un siècle a été multipliée par 5 ou 6.
    La location ensuite : c’est bien entendu le nouveau modèle économique, qui s’impose dans tous les domaines, de la musique à la télévision en passant par l’automobile, donc. Et on comprend pourquoi : au lieu d’un client libre, on a un esclave qui paye chaque mois et à qui on peut changer le produit de la location, sans problème, et que l’on tient en otage à vie… Je comprends bien l’intérêt des entreprises, moins celui du consommateur.
    Notre civilisation est fondée en partie sur la propriété privée. Posséder ce que l’on chérit, ce que l’on aime, l’entretenir parce qu’on en a payé le prix et qu’on le possède, le transmettre etc. : tout cela « fait sens » et s’oppose à cette société de la location et du partage forcé, sorte de communisme ultracapitaliste qui en arrive aujourd’hui, puisque qu’il n’est pas encore totalement arrivé à forcer chaque « citoyen » à prendre les transports en commun, à transformer la voiture individuelle en… transport en commun.
    Mon père prenant SA voiture, configurée selon SES choix en fonction de l’offre de l’industrie, pour aller faire un tour dans l’arrière-pays : je n’aurais jamais imaginé que ce serait, 50 ans plus tard, une chose de « l’ancien monde ».

    Répondre
  12. Nabuchodonosor

    Ce que dit votre invité sur la notion de propriété, m’interpelle.

    Il y a en France un parc auto de 40 millions pour un renouvellement annuel de 2, soit 5 % du parc. Au rythme actuel, il faudrait 20 ans pour un renouvellement complet et, dans ce cas, il comporterait encore 5% de valeurs toxiques admissibles aujourd’hui. La cause est entendue, le rythme effréné de normes hostiles aux rejets, n’a qu’un impact négligeable sur la qualité de l’air compte tenu d’un parc (c)roulant…

    Ainsi donc, sous couvert de la protection de l’environnement, ce ne serait plus l’essence mais la notion de propriété qui aurait du plomb dans l’aile. Louer sa propre voiture permettrait de mieux la rentabiliser offrant le choix de rouler plus haut de gamme et/ou de la remplacer plus rapidement.

    Première remarque, pour qu’il y ait des autos à louer, il faut que demeurent des propriétaires. La fourmi n’est pas prêteuse mais elle ne refusera jamais un petit bénéfice.
    Dans votre monde idéal il nous faut donc un bon contingent de cigales mais aussi quelques fourmis aux références sérieuses. Pour ce qui concerne les véhicules en LOA ou LLD, la mise à disposition d’autrui sous forme pécuniaire revenant à pratiquer la sous-location, la question ne se pose pas.

    L’hypothèse est vertueuse. A terme, moins de voitures en circulation et en stationnement pour autant de kilomètres et de services rendus. On libère de l’espace ou, à congestion identique on roule plus. Cerise sur le pommeau, la part liée à la mobilité se rapproche de la dépense globale. C’est un fait, si on considère aujourd’hui une auto en stationnement 12h par jour, la moitié de sa dépréciation prorata temporis a lieu pendant qu’elle ne roule pas. Cela sans compter les frais liés à l’emplacement occupé inutilement.

    Mais elle a, semble-t-il, quelques effets retors : Des coûts d’entretiens et des aléas plus conséquents ainsi que des coûts de gestion qui apparaissent. Enfin, par effet de balancement, les temps de mise à l’arrêt réduits engendrent une dépréciation d’autant plus rapide. En poussant le raisonnement à l’extrême, à la fin d’un cycle d’amortissement dont la durée aura été optimisée, la valeur vénale sera égale à zéro, date de péremption à l’appui ou pas.

    C’est là que le financier entre en jeu et brosse la norme dans le sens du poil lui offrant même quelques vitamines inattendues. Consommer plus pour nous sauvegarder mieux, la planète a décidément les épaules bien larges…

    Fort heureusement le chapitre social sur la lutte contre l’hégémonie des GAFA, énonçant le vœu d’une promotion des réseaux de proximité pour recréer du lien par mutualisation, ramène un peu d’humanité dans ce propos sur la dépossession et son remplacement par des services ad hoc…
    Je ne sais pas l’idée qui sous-tend votre prêche Monsieur Puerto-Salavert, mais j’ai peine à croire à un autre possible plus communautaire, tant dans l’histoire récente on a substitué à l’insu de mon plein gré, les petites enseignes de la rue commerçante de mon village par de plus grosses régionales, situées en périphérie, puis tout dernièrement, par les icones de la page d’accueil de mon smartphone… Le Capitalisme poussé à fond de 5 revient au Communisme concentré entre les mains de quelques Gaffieux.

    Et puis, il y a le business et il y a ma bagnole. L’idée ne me viendrait pas d’enfiler le costume d’un autre ou de tirer profit du mien.

    De votre intervention, j’ai néanmoins retenu une chose : Je n’irai pas acheter votre bouquin.
    Mais je vous promets toutefois de le lire si je parviens à le louer.
    🙂
    Nabuvieuxjeu

    Répondre
    1. Francois

      Bonjour,
      Quand je pense au covoiturage dont la mentalité des utilisateurs se dégrade, tout le monde trouve ça bien, mais de moins en moins de personnes veulent posséder un véhicule et paradoxe on en trouve même qui sont profondément anti voiture …. et je ne parle pas des incivilités grandissantes qui sont absolument normales ….Votre invité parle de 5% d’indésirables et de 20 % de potentiellement indélicats, on va faire semblant de le croire…
      Mais que dire alors du professionnalisme des loueurs classiques …il faut parfois batailler ferme pour ne pas se voir imposer des frais cachés ou d’autres subtilités destinées a nous facturer quelques euros supplémentaires sans parler de la conformité des engagements….rarement surclassé, c’est le contraire qui se pratique… Ceci pour dire que la location et le partage ont vraiment une mauvaise image que je ne vois pas changer prochainement

      Plus de location et de partage, donc moins de voitures, un parc autos moins vieux donc plus vertueux, ce sera aussi moins de ventes, moins d’assurés, moins de parkings, pas vraiment plus de carburant consommé ou de révisons effectuées….le marché de l’automobile risque de ne pas trop bien se porter dans cette hypothèse….et ce sera moins de rentrées fiscales pour l’état mais on imagine qu’ils trouveront un impôt compensatoire pour les propriétaires de véhicules et les locataires…
      je doute de vivre encore très longtemps pour voir la mise en pratique généralisée à grande échelle de ce concept mais au moins ça alimente les conversations c’est déjà pas mal.. mais ça ne coute rien ou presque alors vous reprendrez bien un café ?

      Un vieux bagnolard qui est heureux de l’être et de le rester.
      François

    2. Ed

      Tout à fait d’accord avec vous .
      Pousser les voitures de plus de 10ans à la ferraille, voilà une solution très « eco-responsable »…. Il faut fabriquer toujours plus et toujours plus vite, fabriquer une voiture n’a aucun impact sur l’environnement…
      Quel beau discours…
      Et puis partager c’est tellement agréable : d’après Ce spécialiste du domaine, seulement une « chance » sur 5 de tomber sur quelqu’un de malhonnête… une paille !
      Actuellement en voyage, nous avons loué une Toyota Camry : c’est simple j’ai été très surpris de voir qu’elle avait seulement 34000km… vu l’état, elle en fait facilement 4 fois plus !

  13. Chapman

    Bon, j’ai cliqué sur la cloche hein ! C’est bon, ça va vous faire des sous en plus…. C’est que vous méritez de la patrie ! Je penses sérieusement que vous êtes la meilleure émission ?, chaîne ?, media ?, enfin bref quand on aime la bagnole, on ne peut qu’aimer POA.
    Puisqu’on est dans la critique positive, n’hésitez pas à faire plus long, on aime vous entendre et découvrir les personnages ( souvent) exceptionnels que vous nous présentez.
    Dans mon Panthéon récent, les gars du Canada, les  » conservateurs  » du musée Schlumph et les petits observateurs amoureux de leur auto…. Et les intervenants gest star des interviews…. Et le sourire de Floriane bien sûr.

    Répondre
    1. Chapman

      Au fait, à propos, n’y aurait il pas de petites observatrices amoureuses de leur auto qui pourraient venir nous les présenter ?
      Nous savons maintenant que les femmes aiment aussi l’automobile et qu’elles sont même très souvent décisionnaires lors de l’acquisition de celles ci.

  14. Miata-Boy

    Tout est bon dans ce nouvel opus, de la première à la dernière minute !
    Bon, on verra bien si on partage nos voitures un jour…, mais ce qui est sûr c’est qu’on est tous in love de Floriaaaaaaaaaaane !
    Go POA.

    Répondre
    1. Thierry

      Je confirme beaucoup plus séduisante que le mec au cheveux gris au look « Clowné » et que le plus jeune avec ses pantalons colorés qui passe son temps à relever sa mèche !
      Mais nannn on déconne, on les aime tous !

  15. Denis L.

    Super café garage comme d’habitude!
    Le sujet qui me fait réagir c’est le partage automobile. C’est intéressant le projet de J. Claude Puerto-Salavert mais je crains que le partage entre particuliers ne soit réservé qu’aux vieilles voiture, celles qui ne craignent plus rien, qui ne coûtent pas grand chose à entretenir. Le coût d’entretient et surtout de réparation d’une voiture récente est devenu exorbitant. Même si ce coût est intégré au revenus de « location » le « loueur » particulier n’est pas un gestionnaire de parc auto et quand les factures tombent c’est la douche froide. De plus, la plupart des voitures neuves se vendent via des financements tel que LLD ou LOA, ces formules ne sont attractives que pour de très faibles kilométrages sur la période du financement, pas du tout adapter à une utilisation intensive de l’auto et qui plus est lors de la restitution en fin de contrat le véhicule doit êtres quasi neuf, tout juste admet-on les micro-rayures, sous peine de se voir facturer les frais de remise en état… donc bon courage pour convaincre les futurs « loueurs ». Pour ma part c’est niet, déjà que le covoiturage j’en suis revenu… prendre des parts ou un abonnement dans une sorte de mutuelle de partage qui posséderait les voitures alors là je dis pas, mais ma bagnole jamais!!

    Répondre
  16. Pascal MOORE

    Belle veste velours pour notre Président, et je m’y connais ! Un classique qui se marie bien avec un jean. La chemise est bien coupée avec ce col Italien.
    Madame la Ministre a changé de coiffure, mais elle a l’air d’avoir un peu froid , mais toujours au jus pour les histoires sordides telles  » DIESEL GATE « . She speaks English like Maurice CHEVALIER mais c’est pour ça aussi qu’on l’aime ! Dans l’optique de la croissance de POA au niveau International, elle devra garder son accent Français.
    Pas de souci pour les 100 000 abonnés, ça vient….les afficionados de POA font le boulot pour relayer au maximum.
    INCROYABLE cette histoire de  » Feel the view  » !!!
    Monsieur Le Premier Ministre est toujours  » au taquet  » et nous livre des infos intéressantes.
    A quand une soirée POA dans ce bistrot, avec les fans et followers de tout poil ?
    Merci à POA d’avoir eu la bonne idée d’inviter un  » GUEST  » qui nous fait partager sa vision du partage. Nous verrons bien….Le Français est encore assez individualiste et les mentalités changeront avec le temps….
    Et puis, dès qu’il fait beau à Paris ( et ailleurs ) tout semble aller beaucoup mieux.
    Je ne sais pas si Floriane fût émue en écoutant la chanson du final, mais c’était sympathique ! GO POA, GO !

    Répondre