Visitez le plus grand musée automobile du monde (1/4)

Visitez avec POA le plus grand musée automobile au monde : La Cité de l’automobile qui abrite la Collection Schlumpf,  plus de 600 automobiles de 98 marques différentes, dont 430 classées aux monuments historiques et la plus importante collection de Bugatti (plus de 120) au monde. Une visite exclusive en compagnie de Richard Keller, conservateur en chef du musée, qui nous raconte l’histoire du musée de sa création à aujourd’hui et qui nous présente les modèles les plus emblématiques de ce patrimoine exceptionnel.

 

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « Visitez le plus grand musée automobile du monde (1/4) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Eric-Emmanuel d'Alsace

    Saviez-vous que la Bugatti Veyron (on l’aperçoit à la fin du reportage) qui y est exposée est en fait une maquette à l’échelle 1, elle n’a pas de moteur.
    Il y a quelques année, on pouvait voir une véritable Veyron bleu nuit/noir (un des 5 modèles de mise au point), mais Bugatti a souhaité récupérer ce prototype car il était un peu rayé par endroit, c’est dommage.
    Go POA, j’espère que vous reviendrez bientôt en Alsace
    Merci POA pour ces reportages

    Répondre
  2. Cousseau Pascal

    Franchement superbe effectivement, c’est le  » Graal  » du bagnolard !! merci à POA pour ce reportage excellent, ca fait rêver, c’est génial, même si j’habite un peu loin j’espère pouvoir y aller un jour .

    Répondre
  3. Pascal MOORE

    Magnifique idée, et démarche de venir vers le le public e POA pour leur montrer ce formidable musée,  » Mecque  » de l’automobile en Europe. POA se devait d’être là et POA l’an encore fait pour le plus grand bonheur de ses followers de tout poil. J’ai hâte de voir la suite !!! Merci au Conservateur de nous faire partager sa passion, de nous décrire ses objectifs. Ce qu’il y a de bien avec les gens passionnés, c’est qu’on peut les écouter pendant des heures….MERCI POA pour cette première partie !

    Répondre
  4. Chapman

    J’y étais il y a un peu plus de dix ans avec un ami. Un vrai choc. Des heures passées à déambuler, émerveillé, époustouflé par la beauté d’un train avant comme une sculpture, le galbe d’une aile, le cul pointu des modèles sport.
    Je constate qu’en effet, comme nous le dit le conservateur de ce paradis, que cette collection évolue et progresse. Il y a les Bugatti et tellement d’autres dans un état!!….. On pourrait prendre le volant et partit dans un joli nuage de fumée bleutée. Je ne me souvenais pas en 2007 avoir vu l’Aston Martin Lagonda si chère au cœur du président Roubaudi comme au mien; sans doute une acquisition depuis mon passage.
    Tout ça me motive à y retourner.
    La discussion avec Richard Keller est tout à fait passionnante et éclairante. Tant qu’il y aura la passion….

    Répondre
  5. Dominique Laude

    Bravo et merci Monsieur le Président pour cette visite qui m’a rappelé de nombreux souvenirs. Il y a déjà de nombreuses années, une quarantaine je pense, mes parents m’ont fait découvrir ce merveilleux musée et j’en ai toujours gardé un souvenir émerveillé. Toutes ces voitures alignées et rutilantes aux formes étranges et aux couleurs vives ont marqué à jamais mon esprit d’enfant et donné le goût des autos à l’adulte que je suis devenu. Ce reportage m’a donné l’envie d’y retourner et d’y emmener ma fille qui, à 9 ans, a déjà le même entrain que son père pour les belles mécaniques.
    Merci et continuer à promener votre regard différent sur l’univers des bagnolards.

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Monsieur Le Conservateur en Chef, vous êtes un homme passionnant.

    A tel point que je me suis repassé la séquence ou vous exposez votre philosophie sur la conservation de ce patrimoine roulant exceptionnel, que je ne peux qu’applaudir des deux mains.

    Car si le but premier est bien de conserver au mieux ces autos comme témoin d’un riche passé industriel, il convient également qu’elles puissent rouler afin qu’elles soient aussi le témoin des modes de vie passés aux yeux des petits observateurs d’aujourd’hui et de demain.

    Mieux encore qu’un patrimoine immobilier historique que l’on tente de conserver en adaptant cependant le confort aux usages d’aujourd’hui, le bon usage d’une auto de collection nécessite au fur et à mesure du temps le remplacement de pièces, de fluides, qui ne sont ni éternels ni infinis et ne peuvent à un moment donné qu’être puisés dans les banques d’organes existantes ou fabriqués à nouveau au plus près de l’original. Ces « mises à jour » entrent alors pleinement dans l’historique de l’auto et sont légitimes.

    Vous évoquez également en fin de séquence les voies explorées pour renouer les liens avec les jeunes générations qui, si j’ai bien compris, peinent à visiter le musée comme on visite un musée, c’est-à-dire de manière passive. Rassurez-vous car la politique autophobe menée aujourd’hui couplée avec des perspectives d’évolutions technologiques qui nous amènent à penser que l’auto de demain deviendra un simple déplaçoir sans âme, créent contre toute attente, un contre-courant puissant ranimant la flamme pour les autos du passé et dans le tourbillon duquel, on le sait bien sur POA, les jeunes y prennent pleinement leur part.

    La future collection Schlumpf sera demain peut-être à chaque coin de rue que nous visiterons tous comme un livre ouvert.
    😉
    Au plaisir de vous rencontrer à l’occasion d’une prochaine visite.

    Répondre
  7. Pascal DeVillers14

    Bonjour,
    C’est un de mes souhaits est d’aller visiter ce musée , mais là cela dépasse tout ce que j’imaginais, c’est irréel, magnifique, comme on dit j’ai la mâchoire inférieure qui en tombe d’admiration.
    Heureux homme qu’est Richard KELLER, le pape de l’automobile en son Vatican.
    Vous devriez ouvrir un couvant pour bagnolards et organisez des séminaires de retraite, pas de problème pour moi je me lèverai avec joie à 5H00 du matin pour célébrer mâtine au sein de cette cathédrale constellée de reliques merveilleuses du patrimoine automobile.
    Merci POA ,pour cette belle visite rapide .
    Pascal

    Répondre
  8. Dubby Tatiff

    Une petite observation au sujet de la Bugatti Coupé Napoléon qui illustre le renversement de valeur concernant les intérieurs cuir. Il y a donc un siècle, le chauffeur était assis sur une banquette en cuir car ce matériau résistait aux intempéries. L’habitacle, réservé au propriétaire du véhicule, était tendu de tissus précieux et ouvragés.

    Un siècle plus tard, dans l’imaginaire de l’automobiliste, c’est le cuir qui est devenu synonyme de luxe et le tissu qui est réservé aux versions d’entrée de gamme.

    Répondre
  9. 'pablo

    Magique!
    Quelle merveille. Où que porte notre regard il est difficile de l’arrêter tant l’abondance le capte de partout.
    J’en ai le vertige.
    Vous êtes vous amusés au jeu du : s’il fallait en choisir une?
    Pour ma part cela serait mission impossible…
    Merci pour la visite

    Répondre
  10. Haccoun Steve

    Bonjour,
    Deja desoler pour mes fautes d’orthographes je vous suis depuis pas mal de temps depuis Israel j’adore ce que vous faites et la maniere dont vous presenter vos videos je m’en las pas .
    Je viens de voir la video au musee et j’ ai vu qu’ il chercher a attirer plus de jeunes.
    J’ai peut etre une solution et j’aimerai les aider .
    Si vous avez un email ou je puisse vous envoyez plus de details sa serai gentil de votre part . 🙂
    Ne changeais rien de votre concept je vous adore !!

    Répondre
  11. Aurélien B

    Je devais peut être avoir 10-11 ans quand j’y suis allé pour la première fois, mes parents et moi étions dans les environs en vacances. à cet age je m’intéressais déjà aux voitures.
    Mais quand mes yeux se sont posés sur la Citroën SM je suis resté scotché devants cet ovnis à quatre roues ! je la trouvais irréelle, intemporelle ! j’ai couru vers mon père pour lui demander ce que c’étais et il m’a répondu « AH c’est la Citroën SM, à l’époque c’était l’top ! » Et le coupé Napoléon comment ne pas se sentir tout petit à ces cotés !
    Je crois que c’est vraiment la visite de ce musée qui à fait naître ma passion pour l’automobile ancienne même si je préfère désormais les motos, par manque de place et par manque de moyen aussi… POA écoutez le bruit d’une Honda RC 166 vous serez comblé !
    Le meilleur moyen d’intéresser les jeunes passe pour moi par la visite de ce musée, internet ne pourra jamais faire passer l’émotion que dégage la contemplation de ces véhicules et également en leur faisant comprendre pourquoi elles sont si extraordinaires,
    J’ai aujourd’hui 26 ans, ce musée me manque et j’ai malheureusement l’impression que l’odeur de l’essence va bientôt nous manquer à tous aussi !
    GO POA !!

    Répondre
  12. Viggo

    J’y etais la semaine dernière pour la 2eme fois : extraordinaire !! La faillite frauduleuse des filatures Schlumpf a finalement créé un musée merveilleux …

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Mon Commandant, je ne sais pas si le rédacteur en chef de POA a malicieusement fait exprès de publier le même jour votre souvenir d’auto sur le Musée imaginaire Cannois et la visite guidée du Musée Schlumpf ou bien si il s’agit d’un hasard, mais le contraste des deux histoires est très amusant.

      Beau reportage, mise en scène astucieuse et questions intéressantes comme toujours. Vivement la suite.