Souvenirs d’Autos (171) : Bal maudit en Simca 1100…

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Merci à Pierre, fidèle Petit Observateur, pour ce souvenir qui finit mal… Ce Souvenir d’Auto est dédié à mon ami Marc. Cet automne de 1978 nous avions 18 ans. Nous effectuions nos sorties du week-end en Peugeot 103 et Motobécane Orange. Nous roulions d’un bal à l’autre par tous les temps.

Fin septembre de cette année, permis en poche, Marc se voit remettre les clefs de la Simca 1100 blanche de son père, qui, Simcaïste, s’était porté acquéreur d’un modèle Chrysler, marron clair.

La Simca 1100 était un événement ; une première auto pour notre jeune équipe. Marc nous invita à trinquer ensemble dans notre bar favori pour célébrer la Belle.

Ce samedi, bal au village voisin éloigné d’une dizaine de kilomètres.  Bruyants et agités on s’engouffrait à 6 dans l’auto blanche. En route donc.

Cassettes « Trust » et « Téléphone » dans l’autoradio. Nos hymnes étaient là sur ces bandes. Tout se passait bien, soirée bruyante, enfumée, alcoolisée aussi. Rien d’anormal.

Quand on annonça soudain que le propriétaire du véhicule Simca, blanche, immatriculée… (je ne me souviens plus) devait se rendre de toute urgence…, Nous courons inquiets, en direction de l’auto de Marc.

Là, deux gendarmes marquaient le sol, un troisième réglait la circulation. Stupeur !

Une Renault 16 était encastrée dans le flanc de la Simca, la pliant du châssis au toit. La 1100 était écrasée, broyée, disloquée.

Le coup porté était fatal. Marc désemparé, comprit qu’il avait perdu son auto ce soir là.

La Simca blanche n’eut ainsi pas droit à sa seconde vie. Son histoire s’achevait, douloureuse, tragique.

Ce samedi les chasseurs étaient en assemblée dans le restaurant proche. L’un d’eux devait traverser le bourg dans la nuit noire, pied au plancher.

Marc resta un temps inconsolable puis tourna la page de ce samedi funeste.

Une autre auto arriva dans la bande… et une autre encore… et ainsi de suite.

De riches moments nous attendaient. Ils sont inscrits aujourd’hui dans nos Souvenirs d’Autos.

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (171) : Bal maudit en Simca 1100… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Saint-Ofer

    Paix à l’âme de cette petite Simca, détruite par l’alcool et un tueur chronique…

    Je ne suis pas objectif vis à vis de la 1100 : j’ai des souvenirs de vacances avec skaï surchauffé dans la GLS paternelle, j’ai ensuite appris à conduire dans sa Ti (avant d’avoir l’âge d’aller au collège, c’est l’avantage d’avoir grandi à la campagne), après la crise de la trentaine j’ai eu à nouveau une Ti ainsi que deux Spécial avec lesquelles j’ai parcouru des milliers de km en toute sécurité et en toute illégalité (difficile de rouler doucement dans une Ti ou une Spécial)… Donc que dire ? Que le moteur créé par Mr Martin (aussi père du V12 Matra) avait un bruit de machine à coudre mais était incassable, endurant et aimait la zone rouge ? Que la Spécial série 1 (1970) ou la Ti (1973) était les premières GTi modernes (on entend souvent cette phrase, certes) ? Que le chassis (les trains roulants) de la 1100 étaient le meilleur des années 70 pour les trac’avants (repris sur l’Horizon, puis sur les 1307/8/9, puis sur les 1510/Solara) ? Ceux qui ne l’ont jamais conduite ne me croiraient pas… conduire la 1100 s’est l’adopter… définitivement… mais je ne suis pas objectif, trop de (bons) souvenirs avec elle…

    Mes respects au Commandant !

    Répondre
  2. Chapeau Stéphane

    Le bruit du moteur avait un son particulier qui le distinguait des autres voitures.
    Simca avait prêté à mon père une 1100 bleu métalliser durant tout un week-end,
    bon souvenir.

    Répondre
  3. Bruno

    Mon père conduisait une Simca 1100 semi-automatique blanche : 2 pédales mais avec une boîte de vitesse …. j’en garde un très bon souvenir !

    Répondre
  4. Pascal DeVillers14

    Bonjour,
    Merci Pierre, cette petite histoire me rappelle nos virées en boîtes de fin de semaines avec mes copains de l’IUT de Cachant dans les années 80. Pour notre cas c’était une Peugeot 304 coupé S . Même ambiance à bord, cassettes des Stones , un smog de fumée de cigarettes embrumait l’interieur ,de la gaieté avec la promesse de passer une bonne soirée.
    Pascal

    Répondre
  5. Chapman

    Vu le titre je craignais que l’issue du bal fût plus dramatique encore. Combien de morts au petit matin après la fête…..
    Tant qu’il s’agit tôle froissée.
    Quand on pense que cette Simca 1100 fût une des voitures les plus vendue en France à l’époque. Pour ceux de la génération 60/70 , on a tous une histoire avec une Simca. Des voitures éminemment populaire, pétries de qualités…. Et quelques gros défauts qui faisaient leur charme.

    Répondre
    1. Pierre_

      Bonjour Chapman,
      que de la tôle froissée heureusement ce samedi là, oui. Personne devant la Renault folle qui accrocha d’abord une 2CV, la détruisant, et plia ensuite la Simca garée tout près.
      J’ai appelé mon ami Marc pour éclaircir qq points sur cette soirée mauvaise.
      Cdlt
      Pierre_

  6. Gwenvaël

    Mes parents en ont eu une. Une rouge ! Ils l’adoraient, … tellement qu’ils l’appelaient Pimprenelle et avaient aménagé un lit à l’intérieur (très bonne modularité !).
    Mais en 1990, ma mère eut un très grave accident. Sa Simca lui avait sauvé la vie malgré le choc très violent. Une histoire qui se terminait mal pour cette Simca aussi.
    Mais le plus miraculeux est que ma maman soit restée en vie après cet effroyable accident. <3

    Répondre
  7. Francois

    Parmi la trentaine de voitures que j’ai usé dans ma vie professionnelle il y a la Simca 1100 GLS, une superbe tenue de route pour l’époque, une voiture très correcte pour l’époque coté pratique et finition. un moteur un peu vieillot mais vaillant. En tout cas une voiture très solide ( bruyante aussi )
    Ma femme la détestait car souvent en cas de forte pluie, le moteur avait tendance a s’arrêter, allumeur noyé par les projections d’eau des véhicules que l’on suivait. et croyez moi lorsque votre femme doit attendre sous la pluie d’être secourue sur le bord de la route… et ça plusieurs fois…je ne vous fais pas de dessin…

    Répondre
    1. Georges Piat

      Il y en a même qui rentrent bredouilles, enfin « broucouilles » comme on dit dans le pays du Bouchonnois… (!)

  8. Thierry

    Tous ces interdits dans le texte …. tous ces interdits dont nous passions outre en ces temps là !
    Merci pour l’histoire Pierre.

    Répondre