Citroën E-Mehari : l’important c’est d’aimer

Par Patrice Vergès. Il y a juste 50 ans en mai 1968 naissait la Citroën Mehari. Une date d’anniversaire idéale pour essayer l’E-Mehari qui vient de bénéficier de quelques modifications qui la rendent plus attachante.

Esthétiquement, la nouvelle E-Mehari est restée là même. La nouveauté, c’est dans le hard-top proposé contre 1200 euros

Lancée il y a deux ans, produite à environ 1000 exemplaires, la E-Mehari n’a rencontré qu’un succès médiocre pour de nombreuses raisons. Citroën vient de la faire bénéficier d’améliorations qui affirment davantage son caractère de véritable automobile avec un hard-top permettant une meilleure utilisation  » tous temps » lié à un intérieur revu et plus confortable, une sécurité améliorée et une structure renforcée. D’où ce nouvel essai.

Sa carrosserie est en ABS teintée dans la masse comme désormais ses boucliers de couleur noire. Ses jantes en alliage sont de couleur grise

Plus fonctionnelle

Difficile pour un journaliste auto d’essayer une E-Mehari sans vouloir la comparer, terrain de jeux où elle ne sort pas gagnante. En fait, la comparer à quoi ? A rien puisque dans le segment des véhicules électriques de loisirs, la E-Mehari n’a plus de concurrente car la Bleuesummer Bolloré dont elle est étroitement dérivée à vu sa production arrêtée. Évidemment pas à une Renault Zoe qui n’est pas un véhicule de loisir décapotable dont on peut nettoyer l’intérieur d’un coup de jet.

Esthétiquement, elle a conservé sa silhouette craquante fortement inspirée de la mythique Méhari des sixties réalisée en ABS semi-souple qui absorbe les chocs légers et ne rouille pas. C’est d’abord son physique très réussi qui conditionnera l’acte d’achat à mon avis. Il suffit d’observer le regard curieux ou envieux des personnes croisées pour comprendre que son fond de commerce est dans sa bouille. Cette nouvelle version bénéficie d’un intérieur totalement revu avec des harmonies de couleurs différentes, d’une planche de bord redessinée désormais avec des airbags, de sièges plus confortables réglables en hauteur (pas assez), une console centrale, un nouveau volant réglable.

La nouvelle planche de bord est dessinée en horizontalité. La finition est en gros progrès

Modifications qui donnent une meilleure perception de sa qualité et surtout le sentiment de posséder une  » vraie  » voiture. Désormais, contre 1200 euros, elle peut recevoir un hard-top couleur de teinte noir brillant aux glaces coulissantes qui permet son utilisation en hiver ou en ville en toute sécurité. Elle reste pratique avec deux vraies places à l’arrière et un petit coffre de 200 litres ou 800 litres banquette rabattue dont 78 litres dans un compartiment bien sécurisé sous un couvercle. Bien vu !

Facile à conduire avec seulement trois boutons tactiles (neutre avant et arrière) placés sur la nouvelle console centrale. Le montant de pare-brise très large limite la visibilité en ville

Elle est électrique !

Bien sûr, on peut aussi et surtout acheter une E-Mehari par conviction écologique puisqu’elle est mue par un moteur électrique de 50 kW dont le couple a été accru de 20 % pour compenser la prise de poids de 100 kilos due à l’équipement en progrès et aux renforts accrus de la caisse ( 1450 kilos !). Avec 166 Nm (environ 68 ch) il procure des accélérations suffisantes à cette petite voiture (3,80 m) et une vitesse de pointe honorable de 110 km/h. Rien à redire de ce coté sauf que le moteur électrique n’est pas aussi silencieux qu’on pourrait l’imaginer notamment sur avec le hard-top qui fait caisse de résonnance et que son pouvoir de décélération reste assez discret. La voiture est sûre, agréable en ville grâce à sa direction assistée et étonnamment confortable sur les ralentisseurs avec globalement une honorable tenue de route. Elle peut prendre l’autoroute sans problème. Plutôt une bonne surprise.

Le temps de recharge totale varie de 10 à 16 heures selon le type d’ampérage du compteur

cadran central, à gauche, le type de rapport engagé (neutre ici) est rappelé car on n’entend pas le moteur à l’arrêt. A droite l’indicateur de charge de la batterie.

Où ca se passe moins bien c’est lorsqu’on veut recharger sa voiture. Bien qu’elle soit donnée pour autonomie de 195 km en conduisant à l’économie, en utilisation normale il est plus raisonnable de compter 140 à 150 km. Autonomie qui autorise une bonne utilisation de son véhicule pour vaquer à ses occupations, faire des courses où transporter des touristes dans de vaste résidence hôtelières.

Là, où elle pèche c’est au niveau de sa recharge puisque les batteries LMP (Lithium Métal Polymère) du groupe Bolloré n’admettent pas la recharge rapide. Il est vrai que ces batteries ont la qualité de ne pas perdre de leur capacité en fonction du froid ou de la chaleur. Eles ont aussi le gros vice de voir leur charge faiblir de 2 % de par heure en conservant quand même une capacité de secours de 10 % si on ne les recharge pas pendant 2 jours. Une contrainte supplémentaire mais comme m’a fait remarquer, fort à propos, Benjamin attaché de presse de chez Citroën, « Personne ne se plaint de recharger son i-Phone tous les jours ». J’aurai pu lui rétorquer que c’est plus difficile avec une voiture mais l’argument est recevable. Il faut compter 10h30 avec une prise 16 ampères (Wallbox plus 1000 euros) et 16h30 sur une prise domestique. C’est beaucoup et limite l’utilisation de cette voiture.

Confort de suspension réel, direction assistée légère, bon freinage

Désormais le volant réglable en hauteur compte un airbag

Plus passion que raison

Enfin, les prix ne sont pas spécialement bradés puisque avec le bonus de 6000 euros déduits, ils s’établissent autour de 20 00 euros et même bien davantage (23 300 euros) pour la séduisante version  » By Courreges » série limitée à 61 exemplaires. Tarifs évidemment hors batteries Bluecar auxquels il faut rajouter 79 euros de location mensuelle.

En fait, je pense qu’un acheteur potentiel d’une E-Mehari n’en aura rien à cirer des critiques lues ou entendues ici ou là surtout de la part d’un journaliste auto davantage dans la rationalité que dans la passion. L’E-Mehari n’est surtout pas un achat rationnel. Il en aura le désir tout simplement car il trouvera sa ligne craquante, ses coloris pimpants, son concept génial, parce qu’il aura l’impression de retrouver sa jeunesse à travers sa silhouette, de rouler cheveux au vent en affichant sa fibre écologique. C’est une voiture qu’on doit aimer plus pour ses défauts que pour ses qualités. Mais l’important, c’est d’aimer…..

La nouvelle E-Mehari est proposée en 4 couleurs notamment un nouveau blanc

L’avis des Petits Observateurs !

27 commentaires au sujet de « Citroën E-Mehari : l’important c’est d’aimer »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Tavet

    La e meharie c’est mon cadeau de noël et de depart en retraite. Il fallait être motivé pour la choisir, vu les critiques désastreuses dans tous les magazines spécialisés. Mais elle a 2 choses non critiquables (car personnel) :
    – j’adore son look fun (bleu /vert et orange) et son concept ( simplicité, écologie, totalement décapotable)
    Une autre chose beaucoup plus Geo/politico/culturo…. Elle est 100% bretonne.
    Ça fait 8 mois que je roule avec et ne regrette pas mon achat.
    Quand j’arrive sur un parking , c’est elle qu’on regarde et pas la Porsche des copains. Et ça j’adore
    Dans le coin on l’appelle la voiture de ouioui. J’assume.

    Répondre
  2. Saint-Ofer

    Quel plaisir de lire Oncle Pat’ ! Je ne dis pas ça parce qu’il est auvergnat comme moi… Sinon à propos de ce déplaçoir électrifié tout en plastique, je n’ai rien à dire… juste que je ne suis toujours pas d’accord avec le design Citroën qui consiste à utiliser un tel « regard » pour ces voitures… on dirait un japonais sumotori avec des boutons d’acné sur les fossettes… 🙂

    Répondre
  3. fifitroiscentquatre

    Cette auto est étroitement dérivé de la Bolloré, et en est très proche physiquement.
    La marque aux chevrons a profité simplement d’un partenariat et d’une opportunité industrielle pour nous faire avaler qu’il s’agit vaguement d’une Méhari modernisée.

    Il aurait fallu partir d’une feuille blanche pour vraiment sortir un dessin original.

    Ce partenariat avec Bolloré a permis à Citroën de sortir un véhicule de niche, sans trop investir.

    Répondre
  4. Harnelbe

    Mais pourquoi, pourquoi Citroën continue avec cette batterie Bolloré dont personne ne veut ! Pourquoi ne pas l’avoir équipée du système batterie et système propulsion de la C-Zero – Ion – i-miev !!! La location de batterie !? Mais personne n’en veut de la location de batterie ! C’est un véhicule qui a beaucoup défauts, et quelques qualités dont celle de la bouille très particulière : On se fait remarquer à son volant 🙂 Mais si Citroën veut réellement en vendre… Il va falloir écouter le public à un moment…

    Répondre
  5. Georges Piat

    Je ne rentrerai pas dans le débat moche ou pas moche, je n’irai pas me lancer dans une analyse compliquée.
    On est plus du tout en 68, tout a changé même si les nostalgiques aimeraient le contraire…C’est sûrement la cause de ce flop.
    Le « ça devrait plaire » ne marche plus, faut se creuser les méninges pour vendre quelque chose aujourd’hui.

    Répondre
  6. luc

    Je ne la trouve pas si moche. Au contraire. Par contre, avec une location de 79€ par mois plus le prix de l’électricité, elle a peu d’intérêt pour une voiture électrique.

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    La Méhari originelle en monokini était un parangon de simplicité, de légèreté et de longévité réunie…
    Comme le dit un petit observateur plus bas, pour ce lifting elle s’est beaucoup trop saupoudrée, décolorée et pour une auto de cabanon de vacances, ça sonne faux.
    Pour des volumes qui, si j’ai bien compris, échappent aux fourches caudines des crash-tests, pourquoi lui avoir remis le haut ? Pourquoi ne pas la proposer dans son plus simple appareil, laissant les accessoiristes de talent s’en donner à cœur joie ?
    Et tant qu’à jouer à l’électrique, pourquoi ne pas jouer l’interface avec le cabanon, soit chez les Crusoe en leur permettant de brancher une lampe, une machine à café, un outil au bout de sa batterie, soit, si le cabanon est raccordé au réseau, d’imaginer une interchangeabilité entre une wallbox et sa batterie ?
    Nabudebonsens

    Répondre
    1. JL Troadec

      L’idée et super….Vous devriez faire du marketing ou un truc dans le genre.

      En effet au vu de la capacité des batteries des voitures électriques, il serait intéressant de pouvoir utiliser cette énergie à autre chose que se mouvoir.
      J’arrive sur mon terrain de vacance, et hop je sors la tondeuse électrique et je lui refait une beauté. En attendant les bières sont au frais dans le frigo…..etc.
      L’emmerdant avec les gens qui font des voitures, c’est qu’il ne font que des voitures. Ils oublient souvent que leurs clients eux il font plein de choses.

  8. Bruno

    C’est justement ça qui est génial ! On l’aime ou on ne l’aime pas .

    Moi j’adhère à se type philosophie , j’aime voir des véhicules totalement différents des autres ( cactus 1er génération , Feu Chrysler PT Cruiser , nissan Juke …. )

    C’est décalé , c’est original , ça apporte de la gaieté dans nos villes sombres et austères .

    Répondre
  9. Hakim Mansouri

    A leur place j’aurais fait un véhicule thermique en parallèle pour amortir les frais de conceptions et rendu le modèle électrique moins cher.

    Répondre
  10. Dubby Tatiff

    « Personne ne se plaint de recharger son i-Phone tous les jours »

    Oui, mais un i-Phone,c’est utile !

    Désolé Patrice, j’ai mauvais esprit, vous le savez. 🙂

    Répondre
  11. Pierre@S

    Je pense que ce véhicule est en effet improbable mais pourquoi pas l’utiliser pour ce qu’il a été conçu? Oui auto de loisir au même titre que son ancêtre. Car la Méhari des seventies était tout aussi improbable et fort peu utilisable en usage « normal ». Coup de cœur. Oui auto de la residence secondaire comme celles qui hantaient les rues de Saint Tropez ou qui hantent encore les chemins de Belle Isle en Mer. Apparemment tout le monde n’a pas compris le concept. Dommage.

    Répondre
    1. Maxime de Nice

      L’ennui, c’est que la Méhari originelle ne valait guère plus qu’une 2 CV standard lors de son lancement. Disons que cela restait raisonnable pour une « voiture de plage ». En revanche, l’actuelle coûte aussi cher qu’un Cactus ou Berlingo haut-de-gamme. Dans la mesure où c’est une voiture qui n’est pas destinée à rouler beaucoup, je doute que le surcoût lié à la technologie électrique soit facile à amortir (sans parler de la location des batteries). Je me demande si une version trois cylindres essence (le 1.0 de la C1, par exemple) vendue moins de 15 000€ ne permettrait pas d’augmenter sensiblement les ventes, mais telle n’est sans doute pas la volonté de Citroën.

  12. 24heures (X350)

    « silhouette craquante »? « physique très réussi »? « ligne craquante »? Sérieusement, Patrice, on vous a drogué à quoi avant que vous écriviez ça? Bon, OK, vous aimez les Opel, mais de là à vous mettre en craquage complet niveau design…
    Cet incompréhensible bricolage industriel consistant à maquiller une autolib comme une p*** sans espoir dès le début du projet d’en vendre suffisamment un jour pour que ça puisse amortir ne serait-ce que le bip de déverrouillage, a sans aucun doute abouti à la pire auto affublée du double chevron depuis l’Axel. Et encore… cette dernière avait l’alibi d’un cœur mécanique Citroën.

    Répondre
  13. Gran Turisto

    Je dois être à la ramasse parce que je ne comprends rien à cette voiture…
    Le prix (plus la location des batteries), l’autonomie, le temps de recharge, le poids, les performances, le look (sérieusement le dessin, les proportions!!! de temps en temps, recourir à un designer peut avoir du bon…), la praticité, devoir la recharger tous les jours (pas mal pour un engin de loisirs/vacances…), etc.
    Bref, j’ai du mal à imaginer un gendarme tropézien au volant d’un tel panda roulant.. ni personne, d’ailleurs! Et effectivement, l’acheteur potentiel doit vraiment faire preuve d’un militantisme mûrement réfléchi!
    Not approved!

    Répondre
    1. Grégory Lopez

      Je vous cite: « sérieusement le dessin, les proportions!!! »

      Regardez avec un peu de recul une mehari originelle, ce n’est pas la justesse du dessin qui frappe au premier abord.

    2. Grégory Lopez

      Je vous cite: « sérieusement le dessin, les proportions!!! »

      Regardez avec un peu de recul une mehari originelle, ce n’est pas la justesse du dessin qui frappe au premier abord.

  14. Gilles

    Je la trouve assez jolie et pratique pour un usage de deuxième voiture pour résidence secondaire ou côtière. Mais elle est vendue à un prix bien trop élevé et ensuite ses batteries n’ont pas de capacité suffisante. C’est dommage !

    Répondre
  15. ques

    ils auraient dû la faire avec un moteur thermique. L’electricité complique inutilement l’utilisation de ce véhicule au look de Fiat panda.

    Répondre