Café Garage Mars 18 : L’électrique pollue ? essayons la voiture à pédale…

Au menu de ce café garage POA du mois de mars 2018, la prise de participation du chinois Geely au capital de Daimler, l’application du géant du e-commerce ALIBABA pour acheter une voiture en quelques clics, une Jaguar XJ de 1968 mise au goût du jour 2018, le rapport d’étude de la commission européenne sur bilan écologique du cycle de vie d’une voiture électrique, les dernières nouvelles à propos d’Elon Musk, la plate-forme de voiture électrique crée par Williams à disposition des constructeurs et le bilan du salon de Genève. Avec la participation de Floriane Brisabois, Cédric Fréour, Mickael Oualïd, Julien Rosburger et Renaud Roubaudi.

L’avis des Petits Observateurs !

39 commentaires au sujet de « Café Garage Mars 18 : L’électrique pollue ? essayons la voiture à pédale… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. R2U

    Plus de cinquante ans de permis rose et un coup d’oeuil sur l’évolution de l’automobile. Après guerre le diesel existait peu dans les transports, tous les camions étaient fournis par l’armée américaine qui n’utilisait pratiquement pas le diesel, les véhicules militaires, même les chars étaient à essence, contrairement aux soviétiques et aux allemands. L’armée américaine a débarqué six millions de véhicules en Europe en 1944, de quoi fournir les entreprises de transports qui renaissaient. On a eu la même situation en 1918 quand l’armée US a abandonné en France 90´000 véhicules qui ont permit de créer les entreprises de transports routiers.
    Le réseau ferroviaire détruit, il ne restait que la route et les camions, un alignement sur les USA, comme le sera la politique énergique en Europe. Le nucléaire, tant décrié, nous vient des US avec une technique dangereuse reposant sur l’uranium qui ne permet qu’une réaction instable alors que la filière à sel fondu au thorium est sans comparaison sécuritaire, mais la politique et les militaires voulaient du plutonium, ce qui n’est pas réalisable avec le thorium. Le nucléaire est embarqué sur une fausse voie depuis plus 60 ans… pour des raisons politiques.
    Qu’en est-il des transports? Une combustion chimique pour obtenir un mouvement mécanique avec un rendement de 30 à 40% inventé en fin 19ème et on est en 2018 avec le même principe!. Même les trains ont changé leur mode de propulsion. Les batteries pénalisent trop le tout électrique et leur recharge rapide va demander une telle puissance électrique lorsque plusieurs véhicules seront branchés (on parle de bornes à plusieurs centaines de kW) j’imagine mal EDF founir de telles installations sur les stations d’autoroutes qui sont éloignées de centres de production pour une vente annuelle assez faible en kWh, qui se souvient du tarif EJP au kW?
    Reste l’hydrogène avec pile à combustible, cette fois chaque molécule H2 va fournir un électron et rien n’est perdu et on a également du chauffage gratuit, le grand absent du tout électrique. Produire de l’hydrogène n’est pas plus difficile que de rafiner de l’essence à partir du pétrole, il n’y a qu’a voir le gigantisme des rafineries pour admettre que l’essence n’est pas un produit tout prêt et facile à trouver. L’hydrogène est bien moins dangereux que les hydrocarbures, sa grande volabilité le rend difficile à stoker mais en cas de fuite il s’envole vers les cieux et ne polue rien.
    Une fois de plus on est sur une fausse voie, à quand une politique énergétique pleine de bon sens? Avec les moyens de notre époque

    Répondre
    1. Mat Ador

      J’en arrive à la même conclusion que vous, l’argumentaire scientifique en moins. Bravo donc pour la démonstration.

    2. L'iber de Service

      Voilà un commentaire très juste et bien argumenté. Je partage tout à fait toutes les assertions, en particulier celle sur le choix fait sur le nucléaire à eau pressurisée (pas de merci à Westinghouse) au détriment de la filière à sel fondu envers qui les écolos n’auraient qu’à se taire.
      Petite larme enfin pour le tarif EJP de l’ère des PaC, dont je bénéficie tjrs pour ma villa de la cote Fleurie occupée sporadiquement en été ; malheureusement, le tarif n’est plus aussi intéressant !

  2. Dubby Tatiff

    Il existe déjà un hybride qui s’appelle le GPL. Il réduit les NOX. Il réduit le CO². Il présente un prix de revient au kilomètre inférieur à celui de l’essence. L’hybridation GPL d’un moteur essence est nettement moins chère que l’hybridation électrique du même moteur.

    Le GPL représente 4% du marché. « Étonnant, non ? », comme disait Desproges.

    Répondre
    1. Mat Ador

      « L’usage automobile du Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL-LPG) produit moins d’oxydes d’azote (NOx), moins de Monoxyde de Carbone (CO) et d’Hydrocarbures imbrûlés (HC) que l’essence ou le diesel, mais plus de CO2 et de méthane du fait du moindre pouvoir calorifique de ce carburant. La combustion du Gaz Naturel (GNV-GNC-CNG) permet en revanche de réduire l’empreinte carbone de 10%…  »
      Ce n’est pas moi qui le dit mais David Leclercq dans cet article du moniteur.be. :
      https://www.moniteurautomobile.be/actu-auto/decryptage/analyse-diesel-essence-qui-pollue-plus-2018.html
      😉

    2. Mat Ador

      Équivalente en quoi ? si c’est en consommation, alors la formule, bien qu’équivoque, est exacte…

    3. Hugo

      Je suis d’accord !! Et puis le méthane, le co2 ça n’est pas de la pollution. Avant les voitures il y eut les millions de bisons génocidés. Il y eu bien plus d’animaux que d’automobilistes et qui rejetaient tout autant de méthane et de co2. Il y avait aussi plus d’arbres. Le probléme c’est la déforestation, les pesticides, le plastique, les molécules inventés par l’homme que la nature ne sait pas metaboliser. Le co2 et le méthane ça n’est absolument pas de la pollution c’est pour faire « boycotter, oublier » les véritables problèmes et puis ça a bon dos pour taxer, taxer, spolier, voler.

  3. Guillaume D.

    Je suis bien d’accord avec Cédric concernant l’électrique, c’est-à-dire que ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, nous n’avons pas toutes les solutions en matière de recyclage et d’extraction des matières premières des batteries qu’il faut stopper le développement l’électrique. Néanmoins, c’est une raison suffisante pour ne pas basculer vers le 100% électrique comme certains le voudraient!

    Faut-il rappeler, par exemple, que cela fait plus de 50 ans que nous sommes alimentés avec de l’énergie nucléaire et que depuis tout ce temps, nous ne sommes toujours pas capables de recycler nos déchets? Que la meilleure solution reste l’enfouissement… 50 ans!!!
    D’ailleurs, en parlant d’électricité, très bon exemple de la nécessité d’un mix pour la produire: il n’y a pas que du nucléaire, mais il faut compter sur le renouvelable et même en matière de renouvelable, il n’y a pas qu’une seule voie, mais un ensemble de solutions (solaire, éolien, hydroélectrique,…). L’automobile doit suivre le même chemin avec un mix essence / diesel / hybride / électrique / hydrogène? / autres…

    Toujours en matière de diversité, il ne faut pas tomber dans le panneau de Toyota, ils arrêtent le diesel, sauf les 4×4 et utilitaires (Land Cruiser, Proace, Hilux)!!! Encore une fois, il est bon de rappeler que le diesel a été utilisé à mauvais escient (sur des citadines), mais ce dernier reste indispensable pour certaines applications, même quand on se veut le constructeur le plus vertueux!

    Répondre
    1. Pascal DeVillers14

      Bonjour Guillaume,
      Je suis tout à fait d’accord avec vous, restons critiques et méfiants, ce ne serait pas la première fois que l’industrie aidée des politiques nous manipulent.
      Le tout électrique pour l’habitat, le diesel à outrance etc…
      Pascal

    2. Hugo

      Il ne faut pas etre dans la demie mesure ou la prudence à outrance. L’électrique ça n’est pas la solution du tout et ca contribu tres activement a la destruction de l’environnement. En revanche je trouve que l’hybride Toyota est une étape. Ca n’est pas une solution mais c’est une étape pour deux raisons ; l’hybride Toyota a une grande durée de vie et leurs voitures ont une fiabilité sans faille. Ca « compense un peu » la pollution et la destruction de l’environnement. Deuxièmement, les voitures sont utilisables sans restrictions et sont nettement plus économiques à l’usage que le diesel. La solution c’est la dynamo.

  4. Arnaud T

    Le climat anti-diesel est extraordinaire. Les constructeurs et les pouvoirs publics, qui ont pourtant tout fait pour le développement de cette technologie, retombent très largement sur leurs pieds en faisant marche arrière sans les moindres scrupules vis à vis des consommateurs et citoyens que nous sommes. Les premiers en vendant des véhicules neufs roulant à l’essence, les seconds grâce à la consommation supérieure génératrice de taxes supplémentaires et ce, au moment où les véhicules diesel sont enfin au point pour polluer beaucoup moins qu’avant. Comme dit plus bas par Mickaël Oualid, oui, l’avenir est aux voitures plus légères débarrassées du superflu. Plus légères, plus basses, plus aérodynamiques, moins inutilement puissantes… Sauf qu’on assiste très exactement au contraire : des SUV profilés comme des boîtes à chaussures, des moteurs (essence ou diesel) de plus en plus puissants (pour rouler à 80 km/h…) avec de plus en plus de gadgets embarqués. La période est très paradoxale. Tout le monde sent bien que c’est la fin d’un monde et on fait comme si de rien n’était. Mais loin de tout catastrophisme, je suis comme l’équipe POA : je crois au génie humain. Et à la bagnole. C’est trop bon d’aller où on veut quand on veut.

    Répondre
  5. eladso

    après un Genève flamboyant….toujours passionnant le café garage…..pertinente remarque de Mme la ministre sur le groupe tata qui avance et produit la « ipace » surpassant ainsi le marchand de sable  » tesla »…et les capitalisations boursières vertigineuses en survaleurs…..comme le dit Michael Oualid  » on en parle d’Elon et ça ne lui coûte rien…….

    Pour le prochain Cafe, sujets de débat:
    – les nouvelles normes » wltp » ne vont elles pas porter un coup aux ventes de voitures hybrides (consommations élevées hors assistance électrique) ?
    – que vont devenir les bagnolars collectionneurs à horizon 5/10 ans.?.

    go POA…

    Répondre
  6. Franck

    Il est bien vrai qu’aujourd’hui pour vendre leurs véhicules hors de prix la majorité des constructeurs essayent de nous faire croire qu’ils peuvent assouvir nos besoins et attentes jusqu’alors frustrés en faisant l’acquisition de modèles suréquipés de gadgets pour la plupart totalement inutiles et grands consommateurs d’énergie…Ils en viendraient a nous culpabiliser si nous n’avons pas les trucs et machins remplis de led et autres artifices qui vous montrent que vous existez ….. Je n’ai rien contre les véhicules plaisir s’ils restent avec des technologies et des tarifs raisonnables…mais la grande majorité des autos que nous avons c’est d’abord pour des déplacements utiles et intelligents ( pas pour aller chercher le pain …surtout en ville…) Je possède encore un véhicule assez ancien, très kilométré mais en très bon état, que je vais encore garder car s’il est dépourvu de la plupart des « choses » que l’on nous impose aujourd’hui, il correspond totalement à la fonction essentielle ; me transporter d’un point a un autre avec un cout minimum…..en parfaite sécurité et l’esprit relativement tranquille de toutes distractions inutiles….Alors pourquoi devrais je en changer pour faire la même chose ?

    Répondre
  7. Luca

    Merci à toute l’équipe de POA pour ce Café Garage qui comme à l’accoutumé est très intéressant.
    C’est, sauf erreur de ma part, la seule offre ce type/format (débat transversale sur l’actualité automobile et de la mobilité en générale) sur l’ensemble des médias français actuels.
    Par ailleurs, je suis tout à fait d’accord avec Renaud au sujet des hôtesses, on tend de plus en plus vers une société de la pensée unique, triste époque…
    Cédric, vous semblez vous insurger contre le principe et vous faire le représentant de la bien-pensance ambiante.
    Cela étant, en visionnant la vidéo sur le Skoda Vision, votre remarque de fin semble démontrer que la présence de cette hôtesse ne vous déplait guère.
    Pouvez-vous nous éclaircir sur cette ambivalence?

    Amitiés et bon week-end à tous..

    Répondre
    1. lp2b

      Tout à fait d’accord avec vous Luca et vous rejoint sur tous les points.

      Cette histoire d’hôtesses tourne vraiment au ridicule {De la même manière nous allons avoir cela sur l’ensemble des salons y compris dans l’agroalimentaire}.
      Dans qu’elle triste époque nous nous engageons ! ! !

      Amitiés.

    2. Claudia Schai-iffer

      @lp2b
      Votre regret que cela puisse se propager jusque « dans l’agroalimentaire », prête à sourire :
      Est-ce à cause du mouvement Végan ? … Craigniez vous ne plus pouvoir dévorer ces hôtesses ? …Des yeux bien-sûr.
      🙂
      Veuillez me pardonner. Et #balancez moi dans la fosse…
      Claudiametoo

  8. michaël OUALID

    Gagnons 300 à 800 kg par véhicule de marketing old-school, et nous aurons moins besoin d’énergie pour produire, conduire et recycler les automobiles.
    Trouvons de nouveaux business models réellement durables, plutôt que de tout baser sur la sur-consommation en boucle de design démodable et de gadgets inutiles.
    Déjà là, nous aurons bien infléchie notre courbe de consommation énergétique pour le futur.
    Surtout si la conséquence c’est de se retrouver tous aux volant de XJ intérieur rouge, nous y gagnerons en élégance de surcroît.

    En ce qui concerne l’augmentation dans le futur du nombre de batteries à matériaux rares/lourds/chers/polluants, cela ne concerne que les objets mobiles. Et les véhicules en auront d’autant moins besoin qu’ils seront légers.
    Et le premier recyclage de ces batteries, c’est de les réutiliser dans des installations statiques (c’est là que vont commencer à pleuvoir les dollar$ d’Elon, en vendant plusieurs fois les mêmes batteries). Donc il ne faudrait pas compter ces batteries statiques, dans la futur consommation de matériaux rares/lourds/chers/polluants.
    Surtout si en plus, on passe tout à l’hydrogène.
    Il faut noter qu’il y a de nombreuses façon d’emmagasiner de l’énergie sans batteries. En comprimant de l’air, en pompant de l’eau (dans des bassins au pied des éoliennes marines quand elles produisent à vide, puis en la relâchant dans des micro barrages pour lisser la consommation électrique aux heures pleines), avec des roues à inertie.
    Et il y a de très intéressantes études sur la récupération de toutes les énergies perdues dans une automobile (freinage évidemment mais aussi suspension, échappement, frottements, etc…).

    Oui, on va dans le mur. Mais uniquement si on continue dans la même direction.
    La solution existe: il s’agit juste de ne pas viser le mur.

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Et si la bonne manière pour les pouvoirs publics, n’était pas de contraindre les émissions de CO², mais de contraindre la consommation des véhicules.

      Si on édicte que les voitures neuves ne devront consommer en ville que 2 ou 3 litres au cent sans hybridation sinon elles seront pénalisées , alors leur poids baissera forcément.

    2. michaël OUALID

      Dubby, Je ne suis pas sûr que ce soit les pouvoirs publics qui éditent les contraintes aux constructeurs de nos jours.
      Mais plutôt le contraire, où les constructeurs en tant que spécialistes viennent expliquer leur métier, leur stratégie et leurs besoins dans les ministères (à voir la prestation récente de Carlos Ghosn à l’Assemblée Nationale pour vendre la voiture autonome -NDLR, qui ne sert à rien-), dans les tribunes des journaux (à voir le discours « retentissant » de Carlos Tavares sur l’électrique), au travers des publicités et des articles de magazines (le magazine économique Challenge racheté par Renault).
      J’ai assisté aux Etats Généraux de l’Automobile en 2009 au Ministère de l’Economie, organisés par les Pouvoirs Publics pour que les professionnels leur expliquent comment sortir de la crise. Et les constructeurs, Ghosn en tête, d’expliquer qu’ils avaient besoin d’Argent Public pour développer la « nouvelle » technologie de la voiture électrique, surtout pour remplacer l’argent des clients que ces derniers n’ont plus et qui sont de plus en plus difficiles à convaincre d’acheter des 1500kg de gadgets à leds.
      Dix années plus tard, Carlos Ghosn refait le même coup avec la voiture autonome -qui je le répète, ne sert à résoudre aucun autre problème que celui financier de la guerre entre constructeurs-.

      Ce sont les constructeurs qui éditent la règle du jeu, à nous de leur donner envie d’aller vers des solutions qui résolvent nos problèmes écologiques, économiques et sociétaux, avec l’argument que ces solutions seront encore plus profitables à leur entreprise.

    3. Nabuchodonosor

      Comme me l’aurait dit ma grand-mère, la première des économies d’énergie que l’on peut faire est de ne pas se déplacer quand on en n’a pas besoin…

      Le véhicule n’est pas seul en cause, le bon père de famille non plus…

      A l’heure de la connexion 4G pour le plus grand nombre, il est grand temps de repenser totalement cet urbanisme de zoning qui fait école depuis l’après-guerre, qui s’étale inexorablement sur le territoire et, parce que d’abord pensé pour l’automobile, nécessite toujours plus de voiries…

      Et là les pouvoirs publics, mais par-delà, les politiques, qui feraient mieux d’être inspirés par leurs électeurs plus que par les capitaines d’industrie, ont failli.

      Les exemples à suivre ne manquent pourtant pas, juste à côté, là où l’on marche, où l’on pédale et où l’on roule en individuel et en collectif tout à la fois, non sans joie et en relative harmonie. Reste à penser une meilleure gestion combinée des flux du fret et de la messagerie jusque devant la porte.

      Nabupeace&love

    4. Jean-François T.

      Quitte à passer pour un beauf, je vous informe que j’ai fait hier moins de 5l/100km entre Cergy-Pontoise et Vincennes (50km) avec mon Skoda TDI 150ch. OK, j’ai très rarement dépassé le 1500tr/mn (100km/h en 6ème). Je trouve que le diesel bashing, ça commence à bien faire. J’ai un filtre à particules et je suis suis à jour de mon AdBlue (Nox). Je ne suis pas sûr que les « essences » peuvent s’aligner là dessus.

    5. Viggo

      @Jean-François.
      Le problème est qu’un moteur n’est pas fait pour tourner à 1500 tr/min. Le FAP va se boucher ainsi que la vanne EGR et.
      Paradoxe du moteur atmosphérique : chercher à consommer moins le fatigue, l’encrasse, diminue sa durée de vie et allume les voyants en tout genre …

    6. Dubby Tatiff

      Michaël, effectivement vous êtres plus enclin que moi à être le témoin de ce rapport de force entre état et lobbies ndustriels et je veux bien croire qu’il y a influence mutuelle entre eux.

    7. Nabuchodonosor

      @FdP
      Sans pour autant tout partager, le Paris intra-muros qui se transforme sous nos yeux aujourd’hui ne s’est pas construit sous les préceptes détournés du Bauhaus.
      Confiné dans l’enceinte de Thiers (entre les Maréchaux et le périph.), Paris sous la 3è République était aussi préexistant à l’invasion de l’automobile…

  9. Mat Ador

    Une fois encore merci à tous pour cet intéressant C.G.
    Mais avant de poster un commentaire un tant soit peu réfléchi, je souhaiterai savoir de quelle étude vous parlez Président ?

    Est-ce celle du Commissariat Général au Développement Durables de Juillet 2017 et accessible ici ?
    https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Th%C3%A9ma%20-%20Analyse%20co%C3%BBts%20b%C3%A9n%C3%A9fices%20des%20v%C3%A9hicules%20%C3%A9lectriques.pdf

    Répondre
    1. Mat Ador

      Youhou…
      Bon et bien, si quelqu’un peut me diriger vers cet étude dont le Président parle, cela ne ferait pas avancer la science assurément, mais je lui en serai reconnaissant…
      A vous lire.

  10. Daussy jean

    Content de voir que la Suisse n’a pas calmé vos ardeurs bagnolardesques ! félicitations pour le boulot fourni à Genève,grosses journées et beaucoup d’infos.
    Je fais mon tri perso : les européens ont du souci à se faire,esthetique et technologique,quand je vois Jaguar, Honda, Polestar, etc aux lignes si pures ,et
    Hyundai qui en est à l’hydrogène (qui est à mon humble avis la bonne solution…?) je pense que les « vieux »vont devoir faire preuve d’imagination et bosser dur.
    Ils en sont capables,financièrement et technologiquement,mais il faut faire vite et bien !
    bonne route

    Répondre
    1. Photobruno

      @Scan: « Jaguar et Polestar sont européens. »
      Pas vraiment je dirais plutôt Chinois pour Polestar et Indien pour Jaguar.

    2. Nabuchodonosor

      Dans une économie aujourd’hui mondialisée, Genève est devenu au fil du temps la référence des salons auto, le Salon Mondial indépendant, j’allais dire neutre…

      Sur un territoire condensé à l’échelle mondiale, l’Europe, fort de toutes ces vieilles marques, constitue le berceau de l’automobile dans toute sa splendeur et sa diversité et demeure la ruche foisonnante d’idées, de concepts et de produits, représentant le modèle automobile universel.

      C’est précisément pour cette raison que les asiatiques y investissent massivement avec l’aval de leur banques aux coffres regorgeant de l’or que nous leur avons échangé depuis 40 ans. Où est le mal, où est le bien ? L’argent ne faisant que tourner, celui qui possède investit et celui qui est en besoin l’accepte. Et si le partage des savoirs nous heurte, rappelons nous que l’on ne peut pas vendre sans montrer et qu’une saine concurrence a toujours été profitable au progrès…
      😉
      C’était la minute de Nabuphilo

  11. François

    Bonjour,
    L’électrique pollue t-elle ? Difficile d’apporter une réponse exacte car il reste de grandes zones d’ombres, pas tellement par manque d’informations mais surtout par manque de transparence des différents acteurs, manque de transparence discrètement encouragée en haut lieu car il ne faudrait pas que la politique dans ce domaine soit mise a mal….C.arlos Tavares a très justement posé les bonnes questions et ses questions dérangent…Tout ne serait-il pas aussi vertueux que promis et l’avenir pas aussi rose ?….On sent bien qu’il y a peu d’enthousiasme pour ouvrir le débat et les réponses données sont très incompletes voir démagogiques ou techniquement ne correspondent pas à la réalité.. Je sens que ça va être long avant d’appréhender la vérité…
    Tous vos sujets étaient passionnants mais le temps passe trop vite, je retiens les propos pertinents de Mickael Oualïd sur Elon Musk et la plate forme Williams….Produire en grande série est terriblement difficile si cet aspect n’est pas totalement intégré lors de la conception du véhicule…. et l’idée de Williams avec une plate forme a la motorisation évolutive pouvant recevoir une multitude de cellules très différents pour répondre aux usages et attendes des utilisateurs… le renouveau des « carrossiers » mais a des prix abordables avec une possibilité de réemploi de la plate forme pour une autre vie…
    On a encore du travail avant que les chinois s’empare totalement de nous….
    François

    Répondre
    1. Yann

      Il faut quand même rabattre la raison 1ere qui nous amène vers l’électrique au délà de l’aspect pollution. C’est bien le fait que ces véhicules et tous engins de transports utilisent une énergie finie dans un monde fini.
      Il n’y a pas de débat sur l’obligation de développer le véhicule électrique si l’on veut maintenir en parti la mobilité sur cette planète, il faut passer sur l’électrique, car c’est une énergie que l’on peut obtenir de manière infinie, en tout cas à l’échelle de la durée de vie du Soleil (qui couvrent largement en apport énergétique les besoins de l’humanité!!).
      Ensuite, il y a l’art et la manière d’obtenir cette électricité, de s’en servir. Il faut réduire nos consommations, pour simplifier (diminuer) la production d’électricité etc…
      Pour le VE, on se doit de le mettre en oeuvre correctement (légiférer sera obligatoire), c’est à dire des véhicules dont la batterie peut être remplacée indéfiniment (j’ai une leaf 1ere génération 80000km, j’aimerai pouvoir avoir le droit d’acheter un nouveau pack qui plus es bénéficiant des avancées), réutilisé lorsque les performances diminuent trop pour un usage courant de voiture, et recyclé correctement avec la mise en oeuvre de technologies et de matériaux facilitants le recyclage.

      Si on fait cela avec la mise en place du V2G, on peut gérer la transition correctement. Il faut investir! les marques automobiles continuent d’investir d’avantages sur les motorisations thermiques que sur le VE