BMW X2 : Le chemin à l’envers

Par Patrice Vergès. Avec près de 300 000 exemplaires vendus en 2017, le X1 est devenu le cheval de bataille de la marque BMW. Extrapolé de ce dernier, le BMW X2 flirte sur la tendance du SUV surbaissé inauguré par le Range Évoque.

Avec une silhouette surbaissée et raccourcie, des flancs plus musclés, le X2 s’éloigne de l’esprit du crossover

Pour un coupé, le hayon assez vertical ménage de l’espace aux têtes des passagers arrière

En plus de 40 ans d’essais, j’en ai vu des modes se démoder ! À une époque, on n’essayait plus que des GTI, puis uniquement des tractions intégrales quand Audi nous déclarait que 90 % des voitures des années 2000 seraient des 4X4. Puis, un peu plus tard, apparurent les tout-terrains balayés par les grands monospaces remplacés par les petits monospaces avant que la mode des berlines hautes popularisées par la Peugeot 307 et enfin celle des SUV ne les supplante. Nouvelle tendance d’une sorte de chemin à l’envers, avec le crossover surbaissé inauguré chez BMW par le X4 dérivé du X3 en attendant les SUV décapotables qui poussent déjà leurs premiers cris.

Plus sportif

Le BMW X2 reprend toute la structure et le train roulant du X1 commun avec celui du Tourer et de la Mini en traction avant. Il s’en distingue par une silhouette totalement inédite (sauf les rétros et poignées) plus ciselée, plus râblée, plus courte de 11 cm (4,36 m) et surtout plus basse de 8 cm (1,53 m). Le BMW X2 ressemble davantage à une berline haute sur patte qu’à un SUV. Avec le X2, BMW, désire séduire une clientèle différente moins orientée vers le tout-terrain bien qu’il soit autant proposé en traction avant qu’en transmission intégrale. Une clientèle plus féminine certainement plus jeune, plus urbaine assurément, plus sportive aussi grâce à davantage d’agressivité dans les formes, galbes plus tranchés, prises d’air plus généreuses, des couleurs plus flashy comme celle de l’essai baptisée Galvanic Gold.

La planche de bord est celle du X1. Le petit volant est particulièrement agréable au toucher

Le pack Connected Drive qui comprend la navigation, l’affichage tête haute (très pratique) et quelques autres gadgets est facturé 2 850 €

L’habilité est identique à celle du X1 mais le coffre et le volume intérieur sièges rabattus sont inférieur (200 litres en moins. Et si la planche de bord est analogue à celle du X1, le pare-brise plus incliné, la garde au toit plus faible, l’assise des sièges surbaissée génèrent   une sensation de conduite différente ainsi qu’une plus mauvaise visibilité surtout à l’arrière. Le BMW X2 se veut aussi plus dynamique à conduire grâce à son centre de gravité abaissé et sa suspension durcie générant des mouvements de caisse réduits. Un vrai bonheur sur petites routes tourmentées grâce à une direction parfaite et un volant au revêtement cuir très sensuel entre ses mains.

La boîte auto 7 rapports à double embrayage est en option sur l’essence 140 ch et de série sur la essence 4 cylindres de 192 ch. Les 4X4 ont une boîte à 8 rapports

… moins confortable !

Déjà, dans cette configuration en 17 pouces, le BMW X2 normal n’est pas un parangon de confort. Si vous avez le malheur de le préférer en finition M Sport plus coûteuse de 8 150 euros équipée de 19 pouces chaussées de pneus bas profil, prévoir en plus des séances de kiné à ce budget déjà conséquent. Même avec sa suspension pilotée en mode confort, le BMW X2 M Sport X devient franchement inconfortable hors autoroute. En descendant de la voiture, mon coéquipier et moi étions pratiquement déshabillés !

Derrière le double haricot plus agressif se cachent plusieurs moteurs au choix issus de la gamme. BMW pense vendre 30 % de la gamme en essence 3 cylindres 1500 cm3 140 ch ou 4 cylindres 192 ch. Mécaniques qui peuvent être accouplées en traction avant à une récente boîte automatique à double embrayage à 7 rapports. En revanche, les 4 roues motrices baptisées X (plus 2000 €) conservent la classique Steptronic à 8 rapports bien connue. En diesel, on retrouve le 2 litres baptisé 18 d ou 20 d selon sa puissance s’articulant de 150 ch (proposée uniquement en 2 roues motrices) jusqu’à 231 en passant par le 192 ch habituel. Bien que les moteurs BMW soient très peu polluants, le X2 n’échappe pas à un malus raisonnable qui varie de 50 euros en diesel 150 chevaux à 1260 € pour l’essence en version X. A signaler que la monte pneumatique (17 en série) peut faire tripler le malus ! Dans certains cas, il sera plus malin d’acheter des jantes (18 à 20 pouces) chez le concessionnaire pour éviter ce damné malus. En attendant, l’option 20 pouces est facturée 860 €.

Plus sûr, plus sportif, le X2 est un vrai régal sur routes sinueuses

Si le volume accordé aux passagers arrière est le même, par contre la visibilité est médiocre

Vieille tradition du coupé qui reprend le logo de custode des mythiques coupés BMW 30 CSI

500 à 750 euros par mois

80 % des acquisitions de BMW se font en LOA, LLD ou crédit BMW très performant grâce à leur excellente valeur résiduelle. Leurs tarifs s’étagent de 32 450 € pour le X2 essence 140 ch basique à 54 150 € pour le BMW X2 essence 231 ch 4 roues motrices en M Sport. Ces sommes ne parleront pas à un acheteur de ce type de voiture raisonnant en loyers mensuels sans apport qui variera de 500 à 750 euros selon le choix du modèle, de la finition et des…. options.

En gros, le BMW X2 coûte 15 à 2000 euros de plus que la X1 ce qui n’est pas excessif quoiqu’il n’apporte rien de plus si ce n’est moins de praticité hormis un physique plus sportif. Comme d’habitude, si les tarifs sont en adéquation avec la qualité des voitures, l’équipement ne l’est pas ! Il faut passer par un pack (1250 euros) pour bénéficier d’une banale caméra de recul et radars de stationnement souvent proposés en série sur des voitures vendues moins de 25 000 € ! Fort heureusement, ce ne sont pas ces contingences très matérielles qui empêchent d’acheter une BMW et le constructeur le sait fort bien et voilà pourquoi il en use et en abuse. L’achat d’une BMW reste avant tout émotionnel et tant que nous serons habités par ce sentiment et cette envie, ce genre de voiture vivra….

Les passages de roues ont une forme angulaire pour dynamiser la silhouette. Ces belles jantes de 19 pouces sont celles de la version M. De série, c’est du 17 !

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « BMW X2 : Le chemin à l’envers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bullitt06

    Je récapitule,
    Moins confort que le x1,moins de coffre, et plus cher ! A part l écusson bmw sur le montant arrière qui est classe quel est l intérêt ? Au moins l évoqué était original et pas un bidouillage de plus . Sans moi .

    Répondre
  2. aimelauto

    quand on le voit en réalité dans la rue….il a vraiment « une gueule » ! Un Suv rabaissé à la façon d’un Evoque, qualité et technologie Bmw en prime.

    Mais il faut garder à l’esprit que BMW est une marque mondiale, (sous toutes les latitudes la marque est présente) et le constructeur pense donc mondial (au contraire de petits constructeurs nationaux qui en sont encore à ne pas avoir d’hybrides dans leur gamme….). Et les Suv. compact ont encore un tres bel avenir, goutés par une clientèle qui y ajoute la qualité du haut de gamme que représente Bmw= le cocktail est détonnant : la gamme X représente 40 % des ventes de la marque.(quand on voit la part de marché de la gamme X au Qatar , en Australie, ou en Chine….ca fait réver !).

    Répondre
  3. Fred

    Elle est très laide (ces découpes en triangle dans la calandre – pour refroidir les freins ? aha) , inconfortable, peu pratique pour quatre passagers et très chère. Et c’est pour ce dernier caractère qu’elle se vend. L’achat d’une BMW reste avant tout émotionnel mais pas forcément dans le sens que l’on pourrait imaginer, qui se traduit ici par « la passion de la valeur résiduelle ». Avec des modèles comme ceux-là Alfa Romeo aurait tord de se priver.

    Répondre
  4. Tangui

    Ah ce volant! Patrice a raison, c’est une merveille. Sensuel au toucher et sportif d’apparence. Même à bord d’un break série 5 on a l’impression de piloter une voiture de sport.

    Répondre
  5. Mat Ador

    Si le diesel reste en odeur de sainteté à Bercy, mais pour combien de temps, il marque le pas dans l’opinion publique et cela se traduit dans les chiffres.
    Les constructeurs qui diminuent petit à petit la part du diesel dans leur offre, s’y adaptent.

    – Sait-on aujourd’hui quel est l’impact du « Dieselgate » sur la valeur résiduelle des diesels ?
    – Et quelles sont les stratégies développées par les gestionnaires, loueurs etc. pour y faire face ?

    L’avis de PCA Services, partenaire historique POA, serait le bienvenu…

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Monsieur Ador,
      Dieselgate oblige, il est probable que d’ici deux à trois ans l’offre du parc d’occasion soit largement supérieure à la demande ce qui aura pour conséquence de positionner les prix à la baisse, si ce n’est pas déjà le cas…
      Il, m’a semblé lire quelque part que la LLD allait s’étendre aux véhicules en seconde main…
      Peut-être un début de réponse à vos questions ?

      Wait & See

  6. lp2b

    Suite à un passage chez BMW j’ai adressé mon ressenti à ma propre concession BMW à mon contact habituel ….

    La concession BMW se trouvant à proximité d’où je me rendais, je n’ai pu résister très longtemps à la tentation d’aller voir cette nouvelle venue dans la gamme «  »BMW «  » la fameuse X2.

    Visuellement je dois bien avouer extérieurement elle est réussie c’est sûr, l’ergonomie du tableau de bord n’est pas si mal mais pourrais être bien mieux « voir les concurrents avec le numérique & le digital pour les différents affichages», j’ai pu noter certains changements positifs sur les finitions intérieures, un nouveau levier de vitesse, l’écran semble identique au mien dans la série2, fonctionnalités embarquées en nombre, les données sont projetées sur le parebrise etc {n’ayant pas mis en route le moteur du X2 je ne sais pas si le problème lié à mes lunettes de soleil a disparu ! }, la jeune vendeuse m’a indiquée que sur le Tourer Ms en ma possession ils y avaient toutes les options qui se trouvent actuellement sur le X2 présenté voir même un peu plus.

    Hélas mes critères primordiaux que tu connais si bien ne sont vraiment pas réunis sur cette auto.
    L’assise ne me convient absolument pas j’ai eu beaucoup de mal à m’installer derrière le volant (la position n’est pas la mienne impossible à trouver les bons réglages), j’ai eu mal aux lombaires immédiatement ainsi qu’au bassin à cause de la torsion que j’ai dû faire pour monter puis descendre du véhicule {fauteuils de mauvaises qualités sur la version exposée sans avoir le système qui avance au niveau des genoux et pas de possibilité pour les lombaires non plus}, le coffre est bien trop haut pour moi avec cette auteur supplémentaire à l’arrière par rapport au Tourer Ms en ma possession actuellement, je serais bien incapable de mettre des valises à l’intérieur sans avoir un souci au dos et à ma jambe.
    Par contre je me suis senti à l’étroit et mal à l’aise par rapport à la taille de la voiture derrière le volant « « comme étouffé » » voir comme si j’étais à bord de mon ancienne « COOPER S » des années 70 !

    Quel ne fut pas ma grande déception pour une si belle voiture se manque de confort évident même sans avoir fait un mètre de roulage !

    La commerciale de service m’a fait prendre place dans un X1 milieu de gamme {le volant n’était pas agréable du tout au toucher par rapport au mien !} finition pas très réussie ce milieu de gamme toujours et problème de l’assise même dans ce X1, puis un X3 qui lui était pas mal du tout…

    Répondre
    1. François

      Bonjour,
      Belle réussite extérieure en effet et je confirme que l’intérieur n’est pas a du même niveau hélas… Si la finition ne souffre pas la critique il n’en va pas de même pour le coté fonctionnel et le confort statique. Passe encore sur le coté un peu vieillot maintenant de la planche de bord avec cet écran façon tablette posée, peu pratique et inélégant…mais le confort statique m’a semblé inferieur aux modèles antérieurs et je n’ai pas retrouvé la position appréciable des berlines que je connaissais….un net recul a mon avis…alors que la concurrence progresse dans ce sens…
      Cela n’enlève certainement rien aux qualités dynamiques de l’auto mais ce n’est pas parce que elle est badgée BMW qu’on est prêt a tout accepter plus encore quand on voit le tarif une fois l’auto correctement équipée.
      Mais c’est un véhicule de conquête et il en faut pour tous les goûts et aucune niche ne doit être délaissée par le constructeur…
      Francois

  7. Christophe BONNIN

    Réunion produit chez BMW :

    Ok les gars… On a un problème. On doit faire une compacte pour répondre aux besoins de la clientèle, mais il faut qu’on trouve un moyen de justifier de la valeur ajoutée sur le produit… Faudrait qu’on puisse arriver à un prix de 50 000 euros, toutes options, avec le moteur de base… et que cela soit crédible coté clientèle.

    Qui a des idées ?

    – Bah… On pourrait faire un SUV surélevé… + 3000 euros
    – Evidement… Mais Quoi d’autre ?
    – Et si on disait, en même temps, que c’est un coupé 5 portes ?
    – Ah oui, intéressant, çà… Mais comment tu fais çà ?
    – Bah, je rajoute un petit logo sur l’aile arrière comme sur certain de nos anciens coupés !
    – Mais oui, excellent. On fait çà. + 3000 euros. D’autres idées ?
    – Oui… Si on fait un hayon assez droit, on pourrait dire que cela fait « break », aussi.
    – Oh oui… Je n’y avait pas pensé. + 3000 euros ! On avance. Quoi d’autres ?
    – Et si notre SUV surélevé, on le surbaissait ? On inventerait carrément une nouvelle catégorie tendance sport + ? Ainsi, on abaisserait le centre de gravité… Comme sur une compacte.
    – Oh… Je prends ton truc, c’est génial. + 3000 euros. Plus les packs options du Marketing, on est bien. Bravo les gars… on a réussi notre nouveau concept.
    – Mais… Vous êtes sûr qu’on ne vient pas de refaire une compacte classic façon allroad, là ?
    – euh… Toi, tu sorts ! On va pas tout refaire. On fait « comme on à dit » et voilà !

    Ainsi, est sans doutes née la BMW X2 !

    PS : Heureusement qu’ils n’ont pas pensé à la suspension hydraulique pour faire varier la hauteur de caisse… à moins que cela soit une future option !

    Répondre
  8. PECHEUR

    A force de rabaisser les SUV (ou VUS je ne sais plus), ils vont redécouvrir la compacte, il pourrait l’appeler golf par exemple cela fait chic.

    Répondre
    1. gregory lopez

      Très certainement.
      Les SUV sont nés parce que les gens voulaient des 4×4 sans avoir besoin de 4×4, pour le confort, l’espace et le sentiment de sécurité. (sans l’allure du monospace)
      Puis les gens ont compris que les grosses voitures consomment plus que les petites, alors on commence à réduire et abaisser les SUV. Adieu l’espace.
      Puis les gens se sont rendu compte que les voitures hautes tenaient moins bien la route, alors on a durci les suspensions et augmenté les diamètres de jantes. Adieu le confort.
      Et puis au passage rabaissé aussi un peu la garde au sol.
      Reste des compactes à grandes roues. (Darwinisme automobile…, on en revient à l’espèce la mieux adaptée à son environnement)
      Pour faire croire que ça ressemble toujours à un 4×4, on met des bouts de plastique gris autour des passages de roues, et on peint d’autres bouts de plastique en gris alu en bas des pare-chocs: l’honneur est sauf.
      Ah, et on a gardé le prix des 4×4, aussi. Tant que ça marche…
      Le commentaire de Christophe Bonin est d’une belle justesse.

  9. Gilles

    C’est vrai que coté Options, BMW exagère un tantinet où comment faire grimper des tarifs ( presque) abordables en tarifs inabordables grâce à la LLD. Cela dit, c’est pas mieux chez Audi ou Mercedes !

    Répondre
  10. Nabuchodonosor

    Excellent reportage tonton Pat ‘ sur ce VUS m’as-tu-VUS, passablement aguichant pour peu que l’on soit sensible aux canons de beauté qui ont cours, à cet apollon Kompact, tout à la fois haut de plafond et de ceinture, mais bas du cul… Foin des codes du modèle qu’ils remplace, le voilà, sous des formes roubaudies et néanmoins des muscles saillants gonflant et galvanisant sa toge dorée, devenu androgyne; Comment doit-on dire : Le ou la X2 ?

    Dans un tout autre registre, permettez une réflexion de bon père de famille sur l’affirmation :
    « 80 % des acquisitions de BMW se font en LOA, LLD ou crédit BMW très performant grâce à leur excellente valeur résiduelle ».
    Saluons la passion chevillée au corps des 20 autres pourcents (un ange passe)…
    Mais comment « apprécier » ces mots ? Quand on sait le pathos des germains à offrir leurs belles, certes pour un tarif de base particulièrement « attractif », mais dégarnies d’équipements devenus si communs chez les autres que de telles précieuses ne sauraient se passer…

    Faut-il voir là un tour de passe-passe commercial, laissant à la discrétion du gestionnaire de flotte le choix de ne financer que la voiture de base, éventuellement le pack business situé le cran juste au-dessus, toute connotation de pingrerie étant proscrite il va sans dire, cependant que le destinataire, que le jeune damoiseau pardon, le jeune loup dynamique transpirant le désir de réussite et prêt à enfourcher son nouveau bolide, s’empressera sans coup (coût) férir, d’optionner grassement, à ses entiers dépens cependant.

    Technique du double effet Kiss-cool qui, si elle est, profite aussi à la valeur résiduelle, après restitution s’entend… Au museau et aux babines du frêle canidé dépouillé quelques peu désabusé… La Cougar de seconde main ne s’en trouvant alors que plus désirable aux yeux du chacal suivant…

    Je ne demande qu’à comprendre…
    🙂

    Répondre
  11. damien

    Puisqu’il faut accepter la mode des VUS (pour faire plus canadien), je préfère de loin l’allure de ce x2 à ses frères x1,3,4,5,…
    Et du coup je préfère l’allure du Range Evoque, qui a quand même inventé l’idée du SUV (french version) surbaissé.
    Quitte à dépendre d’une caméra pour reculer, je la préfère à l’anglaise…
    I

    Répondre