Retromobile 2018 : les tendances du marché de la voiture de collection

Lors de l’édition 2018 du salon Retromobile 2018, Alexandre Guirao, ministre des voitures de collection de POA, répond aux questions de Renaud Roubaudi à propos du potentiel de progression de la valeur des Youngtimers, de la possibilité ou non d’investir encore dans un monstre sacré et de l’opportunité d’acheter une voiture mal aimé. Pour illustrer ces propos, la Citroën CX, la Lamborghini Espada, La Monica et la Ferrai 308 sont mises à l’honneur dans cette édition 2018 de Retromobile. Retrouvez l’article d’Alexandre Guirao sur les super car d’après less années 2000 et leur potentiel en collection.

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Retromobile 2018 : les tendances du marché de la voiture de collection »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dubby Tatiff

    Bonjour Alexandre,

    Bravo pour la qualité de vos articles tant sur la forme que sur le fond de vos argumentaires. Je relève toutefois une difficulté à lire sur deux colonnes. A de nombreuses reprises, je ne savais plus où je devais aller pour continuer la lecture. S’agissait-il de lire en zigzag, allant de la colonne gauche à celle de droite, ou bien de finir la colonne de droite avant de remonter le curseur de la souris jusqu’au début de la colonne de gauche ? J’ai particulièrement en tête l’article concernant la Jaguar XJ-S. Le problème se pose moins sur celui de la Maserati 4200 G, même si l’œil est parfois perdu.

    Je ne sais pas si d’autres lecteurs ont le même trouble ? Même si la mise en page en deux colonnes est plus « littéraire » d’aspect, un passage à une mise ne page sur une colonne correspondrait peut-être mieux aux usages du web ?

    Cordialement.

    Dubby « Typo » Tatiff

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Je viens de consulter votre site à partir de mon smartphone et effectivement, du fait du changement du format d’affichage, les articles sont plus facile à lire sur une seule colonne qui défile.

  2. Frankreich

    Une véritable encyclopédie ce garçon ! Le Pierre Bellemare de la voiture de collection, je pourrais l’écouter des heures.
    C’est une très belle prise pour le gouvernement.

    Répondre
  3. Pascal DeVillers14

    Bonjour, c’est vrai que RÉTROMOBILE, c’est un peu la caverne d’Alibaba, bien sûr la part est faite belle pour des voitures inabordables financièrement parlant pour une grande partie d’entre nous ,mais pour bien moins il est tout de même possible de se faire plaisir pour beaucoup moins cher dans le monde de l’ancienne . Par contre ce qui est vrai ,c’est que si on aime un modèle,que les fonds sont disponibles et que l’on est décidé, mieux vaut ne pas trop traîner car certains modèles montent très vite. A l’heure actuelle par exemple il est possible de trouver une belle Ford TONUS coupé Fastback GLX des années 70-75 entre 10000€ et 15000€ et je peux vous dire qu’avec le recul des ans , elle en jette pas mal dans la rue, j’en ai vu une l’autre jou à Trouille ,on en aurait mangé !!! et au volant c’était un jeune , la flamme n’est pas éteinte contrairement à ce que certains disent …
    Et puis RETROMOBILE c’est l’occasion tout de même d’approcher en vrai, même de pas trop près des icônes un peu comme la JONCONDE, à regarder de loin et sans toucher,mais je le comprends aussi quand on voit comment certains modèles actuels peuvent être vandalisés lors des salons.
    Pour ce qui est des YOUNGTIMERS il y aura sûrement des pepitesdans le lot , mais comme dit Alexandre GUIRAO ,toutes ne seront pas logées à la même enseigne au moment du jugement dernier pour entrer au Panthéon de la postérité automobilistique , la marque,la lignée, le volume de vente ,la motorisation,les options, les séries limitées etc… bien des paramètres qui peuvent entrer en jeu dans le fait que leur cote grimpe. Mais le vrai bonheur pour un passionné, ce n’est pas forcément d’entrer dans le circuit de cette bulle financière, c’est avant tout de s’offrir le modèle qui vous plaît même si c’est un vilain petit canard pour certains ayatollahs puristes intolérants. Puis si après ça grimpe niveaux prix, c’est le plus mais ce n’est pas le principal pour les vrais passionnés . Je partage l’avis d’un des commentaires précédents , même si je ne connais pas la définition exacte de ce qu’est un Bagnolard je crois qu’il aime rouler avec sa belle, peronellement je serai frustré de ne pas pouvoir faire des sorties avec ma voiture par peur de perdre de la cote. Pour en revenir aux YOUNGTIMERS comme il y en a de tout petits prix, c’est aussi pour les jeunes moins argentés le moyen de se faire plaisir en roulant au quotidien autrement, une bonne façon de jouer les rebels face à la monotonie de la forêt de SUV.
    Enfin dernier thème faut t’il investir dans une mal aimée? là encore tout dépend du bugjet ,si on aime faire la différence, si elle vous plaît avant tout. Après comme il est bien dit dans le reportage notre Ministre,il y a des choses qui peuvent aider à faire un choix, sportivité pour certaines marques Ferrari, Porche et Lotus et autres…, la lignée des coupés et cabriolets pour d’autre comme Alfa Romeo,Mercedes… par exemple.
    Ce qui est sûr c’est que si c’est une mal aimée c’est qu’elle sort du lot, là encore c’est avant tout le désir qui prime, après c’est autre chose et le temps fera son affaire.
    Merci pour ce reportage très intéressant dont j’imagine qu’il va y avoir une suite .
    Uhmmm ça fait du bien après la Classe A, chez PSA vous êtes des adeptes de la douche écossaise.
    Merci,Merci,Merci, que du plaisir…
    Pascal

    Répondre
  4. chapman

    Quand je pense qu’à l’aube des années 80 ( pré mitterandienne) quand, jeune adulte désargenté, je parcourais les petites annonces de « la vie de l’auto » , papier journal qui tachait les mains en noir et blanc, et que, pour à peine dix mille francs (que je n’avais bien sur pas) j’aurais pu m’acheter une Mercedes 190 SL, une sublimissime Fiat Dino, une Jag Mk2 pourvu qu’elle ne soit pas 3,8L ou même certaine Rolls (si si !! ).
    Je me suis gavé de ce qu’on appelait pas encore les youngtimers, achetant pour des sommes dérisoires (on m’en a même donné) des autos qui n’étaient que de vielles occasions dont personne de voulait plus. Pour mon plus grand bonheur, moi qui, gamin dans les sixties, reconnaissait les voitures juste au bruit qu’elle faisaient; j’ai pu conduire presque toutes les populaires de mon enfance, 203, 403, Arronde, Dauphine, PL17, ID, Coccinelle, Volvo Amazone; puis de mon adolescence, 304 cab, DS (tous modèles) Simca 1100 et 1500, Volvo 140 puis 240, R16 et j’en oublie des singulières, Daf à variateur, Ford Vedette à boite Cotal…..une passion de longue date pour les boites un peu excentriques.
    Je ne sais pas si on conserve mieux aujourd’hui qu’hier, je dois bien avouer que je n’étais pas tendre avec mes belles et n’hésitais pas à monter sur le toit pour cueillir des cerises et rayer leurs carrosseries dans les ronces qui bordaient les chemins de terre que j’affectionnais. Notre époque toute de communication nous fait souvent prendre des vessies pour des lanternes et des tas de boues pour de futures collector.
    Une voiture de grande série, s’il n’est pas inscrite dans l’histoire comme la traction ou la DS, reste une voiture de grande série. La CX, en effet, malgré toutes ses qualités, n’aura jamais l’aura de la voiture du Général. Elle n’en devient pas moins désirable avec le temps mais ne peut prétendre à la même valeur……il me semble.
    Mes enfants bavent devant une AX ou une 205…..ça me fait bizarre.

    Répondre
  5. François

    Bonjour,
    Retromobile….je suis tres partagé sur cette manifestation….d’un coté de très belles voitures qui évoquent de merveilleux souvenirs, des tranches de vie, des époques, des évènements, des histoires technologiques, industrielles, humaines….et j’aime beaucoup cette face de l’exposition…
    L’autre face par contre m’est insupportable….la plupart des véhicules roulent peu voire jamais, elles vont d’expo en expo… Elles ont été restaurées, reconstruites bien souvent, pour des sommes considérables, inavouables…et la on sent bien qu’il n’y a pas une passion de collectionneur mais un business en euros ou dollars…..et uniquement réservé aux personnes de « bonne compagnie »…il faut d’ailleurs voir comment le passionné lambda est gentiment écarté lorsque qu’il manifeste de trop près sont intérêt pour la belle….il y a quelque temps, voulant m’approcher d’une sublime anglaise, on me demanda si j’étais acheteur….je ne l’étais pas alors on me pria de rester dans l’allée….. Depuis je ne me deplace plus pour cette manifestation…je voudrais pas déranger ces investisseurs qui travaillent…
    Heureusement il a en France de superbes expos de véritables passionnés, fou de leur voiture qu’ils ont eux mêmes ramené a la vie et qui sont intarissables sur chaque détails de leur belle, n’ hésitent pas a faire fonctionner la mécanique, voire vous proposer un petit tour….et ne parlent presque jamais gros sous…Des moments de d’intense bonheur…la vraie vie pour un bagnolard.
    Francois…

    Répondre
    1. damien

      Je partage, je duplique et je multiplie ce commentaire.
      Le magasin est joli, mais l’odeur du garage est bien lointaine.
      En revanche, cela fait plusieurs années que je prédis un bel avenir au dernier beau coupé italo-Peugeot.

  6. Nabuchodonosor

    Alexandre, permettez que je vous appelle Alexandre…
    🙂
    Je comprends pourquoi Le Prez’ vous a nommé Ministre directement… Vous êtes plus que l’Ambassadeur de ces superbes autos…
    Et intarissable à leur endroit… Je n’ai pas souvenir d’un reportage ou Numéro 1 parle si peu…
    Et l’on déplore que nos Sinistres en Marche et autres édiles à cran sur le pavé ne viennent vous consulter…

    Nabuchodonosor
    Hidalgor, si je t’attrape je te mords…
    🙂

    Répondre
    1. Collomp

      Bonjour amis POA,
      Comme d’habitude excellent article qui me rappelle que je n’ai plus visité Retromobile depuis 1992.
      Une petite mise au point: emporté par l’émotion notre ami cite « la famille Osca ». C’est la famille Orsi qui a repris Maserati après guerre.
      Les frères Maserati ont crée la firme Osca qui a produit jusqu’aux années 60 des petites sportives . Ils ne pouvaient plus utiliser leur nom
      ni faire des grosses cylindrées.
      J’ai bien aimé l’analyse du marché actuel de l’ancienne.
      Cdlt
      Jean (bagnolard azuréen)