Mercedes 500 SEC : Plus près des étoiles…

Par Patrice Vergès. Après avoir traité une 560 SEC, POA vous invite à découvrir un modèle plus ancien, une Mercedes 500 SEC datant de 1984. Un coupé utilisé régulièrement pas Fréderic, un passionné par la marque à l’étoile.

Produit de 1981 à 1991, le coupé SEC W126 se caractérisait par la fluidité de sa silhouette

Lorsqu’on évoque Mercedes, des étoiles s’allument dans les yeux de Frédéric qui roule quotidiennement au volant d’un break E430 4matic de 2002.  » J’ai possédé 17 Mercedes principalement des V8 car j’aime les voitures puissantes : une 500 E qui avait appartenu à Stéphanie de Monaco, une CLK 55 AMG, 500 SEC kitée AMG, 560 SEL, 500 SL R107, 500 SE, CL 500, CLK 320, un break C43 AMG et une rare 500 SL R129. Enfant, je suis monté à l’arrière d’un taxi Mercedes dont j’ai immédiatement aimé l’ambiance et le luxe. Cette marque a représenté pour moi, la voiture de ceux qui avaient réussi ».

Hélas, même en travaillant 12 heures par jour, le métier de kiné de Frédéric ne permet pas de devenir milliardaire. Voici pourquoi il achète ces modèles d’occasion qui ont beaucoup décoté surtout en V8 à cause de leur lourde fiscalité et de leur coût d’utilisation. Son 500 coupé SEC de 1984 valait 350 000 francs (35 briques !) à cette époque, bien plus qu’une Porsche 911, soit l’équivalent de 150/180 000 € actuels. Les Mercedes n’ont jamais été bradées. Certaines possédées dans sa liste commencent à atteindre des sommes rondelettes. Mais si les prix des Mercedes achetées restent raisonnables, leur entretien ne l’est pas toujours.  » Si elles sont robustes surtout celles antérieures aux années 90, le tarif des pièces détachées est élevé, l’entretien d’un V8 aussi car il ne faut pas lésiner sur des modèles aussi puissants et rapides qui, par leur poids (1700 kilos), font beaucoup travailler les articulations, rotules, direction et suspensions. On peut vite payer le prix d’achat de la voiture rien qu’en réparations suite à un ennui d’injection et de direction ».

Sa carrosserie au Cx de 0,34 excellent en 1981 s’étire sur plus de 4,90 m

Presque neuve

La Mercedes 500 SEC de Fréderic qui avoue 185 000 km au compteur est dans un état proche du neuf qui démontre la qualité des Mercedes d’alors.  » Je l’ai achetée en 2012 en Espagne à un particulier fort sympathique et très soigneux qui me l’a livrée à domicile après l’avoir faite réviser ». Notre passionné préférait la Mercedes 500 SEC à la 560 apparue plus tard pour son aspect plus vintage chaussée de jantes plus petites de 14 pouces. Équipée de moins d’électronique, elle est, à son avis, plus facile à entretenir qu’une 560 qu’il connait bien pour en avoir eues plusieurs.

Découvrons l’univers de cette Mercedes W126 âgée de près de 35 ans dont la qualité de la finition, des boiseries, des moquettes et du cuir étonne aujourd’hui. Ce coupé a succédé à la 500 SLC R107 dérivé de la 350 SL et critiquée pour son habitabilité. Apparu fin 1981 et produit jusqu’en 1991 à 74 000 exemplaires, le coupé SEC W126 reprenait la même silhouette pure et aérodynamique (Cx de 0,34) que celle de la berline mais bâti sur un empattement plus court de 12 cm qui permettait néanmoins 5 vraies places et un vaste coffre. Il était proposé uniquement en motorisation V8 soit en 380 (204 ch) ou en 500 délivrant 231 ch puis enfin en 420 et 560 de 241 à 300 ch. Il rentrait en concurrence avec la Porsche 928 et le coupé BMW 635 connotées plus sportives. La pureté de sa silhouette très tendue (4,91 m) se révèle encore d’une rare élégance. La clarté du pavillon qui s’ouvre ininterrompu sur l’habitacle fait ressortir le talent de son désigner Bruno Sacco.

Le grand volant est déjà équipé d’un airbag. L’extincteur était une option de l’époque

Tendus de cuir, les sièges sont confortables et surtout vastes pour accueillir de solides gabarits teutons

Malgré ses 35 ans et 185 000 km, la SEC de Frédéric est dans l’état du neuf

Un salon roulant

Rouler à bord de la Mercedes 500 SEC rappelle aux oreilles l’étonnant silence du gros V8 tout en aluminium, et au dos le moelleux de la suspension et le confort des vastes sièges tendus de cuir. Malgré ses 225 km/h en pointe et ses 29 secondes aux 1000, la 500 SEC était plus bourgeoise que sportive.  » Elle a les avantages d’une moderne car elle était déjà équipée de l’ABS, de la boîte auto à 4 rapports sans en avoir les inconvénients » explique Fréderic. « Elle avait de nombreuses options comme l’airbag, les sièges chauffants, le poste Becker d’origine et l’autobloquant ». Notre passionné appuie sur l’accélérateur pour réveiller le grondement des 8 pistons assoupis à bas régimes. La belle a encore de la ressource en s’écrasant doucement sur son essieu arrière !

Le gros V8 double arbre tout en alliage léger de 4973 cm3 alimenté par injection délivrait 231 ch

C’est Mercedes qui a popularisé les feux striés antisalissures sur la 350 SL dès 1971

14 pouces seulement chaussées de 205/70 qui valent une vraie fortune aujourd’hui

 » Si j’aime les voitures puissantes (il possède également une Dodge Challenger 6,1 l déjà traitée dans POA), ce n’est pas une voiture pour faire de la vitesse. A allure raisonnable, en famille (deux enfants dont un cocker), sur la route des vacances, sa consommation reste du domaine du raisonnable avec 12 à 14 litres aux 100 « .

Fréderic aimerait conserver sa Mercedes 500 SEC qui accompagne sa vie depuis plus de 6 ans mais il a tant d’envies automobile. Des Mercedes plus récentes le tentent mais il sait qu’à cause de l’électronique déficiente, certaines séries ont été frappées par de nombreuses pannes récurrentes et immobilisantes très onéreuses voire ruineuses. En matière de fiabilité les Mercedes du 21eme siècle trop sophistiquées ne valent pas celles du 20eme siècle. Sa passion se teinte donc de raisonnable d’autant qu’il a eu la chance de posséder les Mercedes les plus excitantes de la fin du siècle dernier. Se retrouver, peut être, avec quelques années de moins, au grand volant d’une C43 AMG qui a partagé sa vie dans un passé pas si lointain, ne serait pas pour lui déplaire. C’est Pierre Dac qui disait, je crois, que l’avenir, c’est du passé en préparation…

Fréderic Trama est un vrai passionné d’automobiles. Il possède également une Dodge Challenger 6,1 l déjà évoquée sur POA

L’avis des Petits Observateurs !

22 commentaires au sujet de « Mercedes 500 SEC : Plus près des étoiles… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. strato92

    Tout est parfait dans cet article sauf le « plus prés des étoiles » du titre. La merco n’est pas une grosse vache, elle ne va pas au pré. Plus près, plus près…

    Répondre
  2. sergio

    Bonjour,
    Il s’agit pour moi de THE VOITURE. Ce moteur V8 a équipé la C9 lors des 24h du mans en 89 et victorieuse en plus. ALimenté par deux turbos K27 (à regul electronique svp), développe plus de 700ch et 810 NM.
    Moi je rêve de posséder une 560 depuis toujours. Pour l’instant j’ai une clk 320 cdi bva.

    Répondre
  3. Mustang98

    Cette auto c’était la classe absolue à sa sortie et j’ai eu la chance de mettre mes fesses et de rouler dans la toute 1ère arrivée à la concession d’Orléans.
    Comment cela a t’il pu m’arriver…. En 81, je viens d’avoir 20 ans et je suis à la Fac de Droit d’Orléans-La Source, je suis « pion » au collège de la Ferté-St-Aubin et je roule dans une vieille 4L 3 vitesses en ruine…
    À la Fac, où j’intègre la Corpo des étuduants en Droit et Sces Éco, un certain Georges cherche à vendre sa vieille MB 190 de 63 (W110). À 3000 frs, l’auto est correcte et roule sans histoire, quoique un peu gourmande (15 litres à 90 km/h et 10 de mieux sur l’autoroute)… Et l’affaire est faite !
    Inutile de vous dire la tête des collégiens quand ils m’ont vu arriver avec ce véritable bateau dont la banquette arrière pouvait se régler pour avoir le dos moins vertical et débordant de chromes. Las, vers les beaux jours de Mai ou de Juin, je ne me souviens plus, mais faisait un peu chaud, je remonte sur Orléans par les petites routes qui longent la N20, quand l’auto se met à chauffer. Je m’arrête pour constater que le courroie de ventilo a disparu corps et bien !!! Pas simple.
    Au fond de l’immense malle arrière, je trouve une vieille paire de collants qui fera office de le temps de faire les 15 bornes qui me séparent du garage Jousselin, alors concessionnaire Mercedes. Sur un filet de gaz, j’y parviens et ma vieille 190 entre à l’atelier…
    Un des responsables de la concession me félicite de l’état général de mon auto, qui il est vrai présente bien. Immatriculée originellement en Suède, l’auto n’a pas de climatisation, mais un chauffage additionnel d’une rare efficacité.
    Et voilà que sort de l’atelier, la 500SEC flambant neuve, tout juste mise à la route pour permettre aux client Mercedes d’y goûter et qui sait d’y succomber…
    le commercial me propose tout de go, de profiter du service de mon auto pour aller faire un tour avec….
    Ni une ni deux ! je ne boude pas mon plaisir et saute dans l’auto ; Je reste éberlué par le petit bras télescopique électrique qui me tend la boucle de ceinture de sécurité…
    Contact, moteur, levier sur D et hop je glisse sur un souffle du V8, dont on sent bien qu’il ne demande qu’à respirer… Et je peux juger dans les minutes qui suivent, qu’il respire et même très bien !
    Après 20 minutes d’un plaisir égoïste dégusté avec gourmandise, je rentre au garage et rends les clefs avec regrets, mais j’ai pas les moyens…
    Et repars avec ma 190 et son nouveau jeu de courroies.
    Je l’ai vendu l’année d’après à un tunisien qui rentrait au pays où qui sait elle roule peut-être encore !
    Voilà mon histoire avec la 500 SEC de 1981…
    Et merci à Frédéric de nous tenter avec son auto.

    Répondre
  4. Franck

    Super caisse ! super passionné ce Frédéric qui n’aime que les V8 ! Hidalgo et Hulo ne devraient pas l’aimer. Nous oui !

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Une Dame que j’ai bien connue roulait en 500 SEC. Blanche… Cette auto lui donnait une classe incomparable, et la Dame la lui rendait bien.
    🙂

    Répondre
  6. ques

    Que les Allemands ont su se rendre la vie facile et belle ! Au prix où ils vendent leur voitures, soit légèrement plus que le prix auquel leur clients les achètent, ils peuvent offrir des prestations de grande qualité et faire encore de fort confortables bénéfices (un peu comme un parisien qui vend son 160 m² 3 millions d’euros).

    Répondre
  7. Eric-Emmanuel d'Alsace

    Ouaaah!!!!!!! Elle est vraiment très sympa cette mercedes. Le confort doit être exceptionnel. C’est la voiture de Dalton (Patrick Swayze) dans Road House 🙂

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Les SEC de cette époque restent iconiques pour une génération. Ensuite, ces voitures ont progressivement été détrônées par des voitures du genre de la Bentley Continental.

  8. Georges Piat

    Technologiquement, cette voiture était dotée de tous les perfectionnements de l’époque, le rêve absolu pour un bagnolard !
    Je me suis arrêté à la très belle documentation sur papier glacé…

    Répondre
  9. Viggo

    Pour les amateurs avertis, les vraies Mercedes ont cessé d’être fabriqués à partir de 1993 (fin de de la W201, fin de la phase 2 des W124 et fin un peu auparavant des W126).
    Si on accepte des moteurs plus modestes, je pense que les voitures citées (+les W123) sont exactement dans la philosophie de notre Ministre des voitures de collection : utilisables tous les jours avec un « PRK » faible étant donné qu’elles ne perdent pas leur (faible) valeur !
    J’ai une W201 de 1990 à la campagne qui est toute l’année dans l’humidité du Doubs : elle ne rouille pas et démarre au quart de tour à chaque fois, l’intérieur cuir est encore comme neuf. Mon fils de 19 ans a une W123 (240D comme les taxis marocains) depuis 6 mois : déjà 20 000 km parcourus sans aucun problème … ses potes se renseignent sur les vieilles mercos …
    J’ajoute que travailler sur ces voitures est un plaisir, facile à mettre sur chandelles, les organes accessibles et simples à dévisser, on changerait presque les amortisseurs avec un couteau suisse !
    C’est certain ma prochaine voiture sera une W126 !

    Répondre
    1. ForvaPat

      Salut,
      La 202 reste fort fréquentable et d’architecture similaire à la 201. Mais en effet, c’était le commencement de la fin du début des merdes chez Mercedes à cette époque… Quant à la production actuelle, c’est comme une Audi: Une Laguna II avec du plastique moussé au prix d’une Rolls.

  10. Dominique

    Ah comme j’aimerais être comme Frédéric, c’est à dire acheter des voitures déraisonnables à des prix raisonnables. Mais la fiscalité et la consommation d’un V8 ne me rassurent pas. Face à de si belles et originales voitures, je me dis que j’ai tort. Ce genre d’article me le prouve avec toutefois quelques conseils indispensables que je garde dans ma mémoire pour le jour où….

    Répondre
  11. Franck

    Ah je comprends cette passion pour les V8 Mercedes du siècle dernier…Véritablement envoutant …des voitures de caractère…j’ai possédé une 500E de 90… Une passion que les finances ramènent hélas à la raison…. Mais elles sont et resteront un must qui offrent une identité automobile et un plaisir ce que les dernières générations ont perdu….

    Répondre
  12. Dubby Tatiff

    Bel à-propos, Patrice !

    Le groupe chinois Geely a acquis 9,7% du capital de Daimler, la maison-mère de Mercedes, sur le marché pour plus de 7 milliards d’euros. Cela en fait de loin le premier actionnaire de la marque.

    Répondre