Honda Civic Type R : plus civilisée que civique

Par Patrice Vergès. Encore plus efficace que la précédente, la nouvelle Honda Civic Type R se veut également plus douce à vivre au quotidien avec un mode de conduite Confort qui la rend moins radicale. Enfin presque !

La Nouvelle Honda Civic Type R est dérivée de la dernière génération de la Civic bien plus volumineuse que l’ancienne

À son volant, le plus surprenant c’est lorsqu’en mode +R, on écrase l’accélérateur autour de 4000 tr/mn. Arrachée par ses 320 chevaux, la voiture bondit littéralement en avant jusqu’à 7000 tours en avalant voracement le paysage. Il faut bien tenir entre ses mains son volant à grosse section en cuir car les 400 NM de couple se perçoivent dans le train avant. Heureusement que les épais pneus de 245 de large désormais en 20 pouces s’accrochent au sol avec résolution sans l’ombre d’un patinage. N’oublions pas que la Honda Civic Type R est une traction avant. Merci l’électronique !

La Honda Civic Type R se distingue par des kits aérodynamiques assez spectaculaires

La Honda Civic Type R se distingue par des kits aérodynamiques assez spectaculaires

Cet effet du turbo on/off comme avant est assez jouissif d’autant qu’il est lié à un rugissement plus flatteur que sur l’ancienne Type R au son plus aseptisé. En perdant une sortie d’échappement (quatre sur la 9eme génération), la nouvelle à gagné une dizaine de chevaux (320 contre 310) grâce à un débit accru de 10%. La sonorité (2 dB de plus) est plus généreuse liée à un coup de gaz automatique qui symbolise le double pédalage lors des changements de rapports. Mais à éviter de faire devant les forces de l’ordre, si possible.

Collée au sol

Bien plus épanouie que la précédente (17 cm plus longue) bâtie sur un empattement plus long (11 cm), des voies plus larges, la Honda Civic Type R 2018 est plus rapide de 7 secondes que l’ancienne sur le circuit du Nurburgring (7mn, 43 s, 8/10eme). Ça ne changera pas la face du monde mais c’est devenu un quantificatif incontournable pour les accros de vitesse. Ces performances accrues sont le fait d’un centre de gravité abaissé, de voies élargies et d’une suspension arrière plus efficace et d’une meilleure pénétration dans l’air assortis à une caisse plus rigide. Franchement, je ne suis vraiment pas assez bon conducteur pour m’en être rendu compte surtout au sein de la circulation. Sur petites routes, sans être un grand pilote, on s’aperçoit assez rapidement qu’une main invisible semble coller la voiture au goudron. Elle a conservé son fameux train avant à pivots décalés qui lui donne un mordant diabolique tandis que son micro-freinage des roues intérieures en virage lui permet de s’enrouler avec agilité dans les enfilades. C’est assez bluffant.

Sorties d’air pour activer le refroidissement du moteur

Malgré les 10 chevaux supplémentaires, les accélérations n’ont pas varié avec le zéro à cent en 5,8 secondes et le 1000 mètres départ arrêté en 26 secondes. Rien à redire sur la boîte à 6 rapports à la précision remarquable dont la vivacité a été accrue. Un vrai régal qui parviendrait à convaincre un accro de boîte automatique à passer à la manuelle. Le freinage (disques de 350 mm) spectaculaire exige néanmoins de taper assez fort dans la pédale de frein.

Cette nouvelle mouture qui fête les 17 ans de la lignée des Type R (Honda sur fond rouge) née avec 200 chevaux en 2001 a conservé une esthétique particulière avec ses appendices aérodynamiques aussi spectaculaires que peu discrets souvent décriés. Difficile de passer inaperçu à son volant. Honda prétend que tout cet arsenal stylistique est d’abord fonctionnel étudié après de nombreux passages en soufflerie pour servir la vitesse passée à 272 km/h. Par exemple, le nouvel aileron arrière a multiplié par deux l’appui du nouveau train arrière multibras et l’effet de sol a encore été accru.

Le nouvel aileron arrière a doublé l’appui du train arrière à haute vitesse

Ce qui est nouveau, c’est le choix de type de pilotage avec le sélecteur qui offre désormais trois positions avec la Confort qui adoucie la suspension, la direction et la pédale de gaz. Pas question de vous faire croire qu’elle est aussi moelleuse que la version normale mais on ne se casse plus le dos sur les ralentisseurs ou sur le passage d’un ticket de métro négligemment jeté. En mode Sport ou + R où les cadrans se teintent violemment en rouge, la Honda devient bien plus belliqueuse avec une direction plus incisive, une montée en régime plus abrupte et un amortissement bien plus ferme pour ne pas dire dur et des fonctions désactivées.

Le rôle du 3eme échappement central est double puisqu’il aspire de l’air pour favoriser les échanges gazeux à un certain régime

Les femmes aiment aussi

Pour le reste, c’est une Civic avec lot de qualités et de défauts. Un habitacle plus vaste et un coffre plus généreux (420 litres), une présentation encore plus élégante avec des sièges de couleur rouge et noire qui tiennent bien au corps, un équipement très complet, pratiquement aucune option.

L’habitacle est le même que celui de la Civic normale excepté des sièges plus enveloppants et un volant spécifiques.

Mais aussi, des commandes pas toujours évidentes à comprendre, un réservoir ridiculement petit (46 litres) si on ouvre les gaz car les 7,7 l du constructeur sont théoriques et un rayon de braquage digne d’un diamètre car les 245/30/20 prennent largement leurs aises sous le capot. A cela, il faut rajouter une carte grise de 21 CV fiscaux et 176 g/km qui alourdissent son prix de près 7 890 euros en 2018 qui vont salement éclaircir ses ventes. Cela dit, à moins de 40 000 euros, à l’unanimité, la Type R offre l’un des meilleurs rapports prix-performances-plaisir face à la concurrence (Seat, Peugeot, Renault, Ford Focus). Surtout ne dites pas que les bagnoles de sport n’intéressent que des hommes style gros machos bas du plafond comme on l’entend trop souvent car un jury de 100 femmes réparties sur 20 pays vient lui décerner le titre de  » Sportive de l’Année ».

Le sélecteur qui permet de choisir ses 3 modes d’utilisation dont le nouveau Comfort

La Type R a reçu des jantes de 20 pouces gantées de gros 245/30. Attention aux coups de trottoir !

 

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Honda Civic Type R : plus civilisée que civique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. dada

    Bonjour, c’est vrai que le look peut paraître trop voyant mais quand vous êtes en type r
    vous comprenez ce que peuvent ressentir les acteurs de cinéma, impossible de se garer sans
    être alpaguer par des personnes pour complimenter la voiture, les flashs des smartphones ne cessent
    de s’allumer lorsque vous êtes arrêté ou même en roulant.
    Si vous lisez tous les articles qui critiquent le look et que vous comparez sur le terrain le ressenti des gens
    vous comprenez pas autant d’enthousiasme pour cette voiture.
    En tout cas ce n’est pas la plus performante pour repartir d’un parking, car il faut toujours discuter avec
    les fans « LOL » ou attendre qu’ils finissent de prendre leurs photos.
    Pour la vitesse, ce n’est pas que sa vocation, passez la sixième et vous avez une plage de vitesse entre 50 et la vitesse
    maximum autorisé bien sûr, pour les routes secondaires vous n’avez quasiment pas à changer de vitesse vous repartez
    sur un filet de gaz grâce à son couple de 400Nm et ses 320 chevaux.
    En mode cool, respect des vitesses et sans cycle urbain vous pouvez avoir une moyenne de 7 litres au cent.
    Vraiment bluffez par cette voiture.

    Répondre
  2. Gilles

    Moi j’adore ! c’est vrai que c’est un peu voyant mais il parait que c’est justifié par l’aérodynamique. Et puis, c’est un véritable missile à vous lire . Le zéro à 80 en 4 secondes et hop, on est flashé ! J’espère qu’Honda va trouver des passionnés pour l’acheter car l’époque n’est pas à la vitesse !

    Répondre
  3. Gran Turisto

    Autobots ou Decepticons?… Je n’arrive toujours pas à savoir de quel côté obscur du design se situe la production japonaise du moment…

    Répondre
  4. Maxime de Nice

    Honda va finir par donner tort à Mitsubishi d’avoir abandonné le créneau de la berline échappée d’une spéciale de rallye… A quand une Lancer EVO XI sur base Mégane RS ?

    Répondre
  5. Yves

    C’est une voiture impressionnante par son originalité. Il me semble qu’elle s’adresse aux conducteurs des campagnes où la maréchaussée est rare au bord des routes et où le parking n’est pas un problème. Le petit paragraphe sur la boîte manuelle m’a fait très plaisir car, contrairement à ce que pensent certains, elle peut aussi procurer un grand plaisir à être manipulée. Évidemment, encore faut-il que la commande, la rapidité, la synchronisation et la longueur des rapports soient parfaits (ce qui est rare). Il faudrait souffler l’idée à Alpine.

    Répondre
  6. Virden

    Bonne année 2018 à toute l’équipe et à tous, que des bonheurs.
    Je sais tous les gouts sont dans la nature, mais lorsque je vois la complexité estheticotechnique de ce monstre, je ne m’étonne pas qu’une 205 gti 115 cote 15.000 euros, une 997 de 2005 45000 et une 4L 8000 euros ; de vraies voiture avec une âme.
    Ca y’est je suis un vioc.

    Répondre
  7. Chapman

    C’est du brutal.
    Je connais une polonaise qui s’en sert pour emmener ses enfants à l’école.
    Parce qu’elle sait faire ça aussi ?
    Ben oui….
    🙂

    Répondre
    1. Gran Turisto

      … en tout cas, elle est le meilleur rapport qualité-prix pour rejoindre rapidement le Terminus des prétentieux…

  8. Dominique

    Quelle voiture ! Mais il y a ce damné malus plus le prix d’une carte grise de 21 ch ( pour une 2 litres !) . C’est un bien meilleur prix performance qu’une Porsche quand même !

    Répondre
  9. Dubby Tatiff

    Comme elle est rouge, je n’ai pas pu m’empêcher ce rapprochement qui vient forcément à l’esprit d’un quinquagénaire :

    Une Ferrari 308 des années 80 faisait 240 CV et sa remplaçante qui frôla les années 90, la 328 faisait 270 CV ! Il était impensable à l’époque d’envisager qu’il serait possible de faire passer autant de puissance autrement qu’avec une propulsion. Les quelques privilégiés qui pouvaient acheter une Ferrari avaient encore le loisir d’en exploiter le potentiel sur route.

    De nos jours, la performance s’est démocratisée et nos départementales passent à 80 m/h. Les Ferrari sont devenues des monstres de puissance qui servent à rouler au pas à Monaco, Londres ou Dubaï. Finalement la voiture s’est merveilleusement adapté à notre époque de plaisirs dématérialisés.

    Il n’y a pas de morale, ni la moindre tentative de démontrer quoique ce soit dans ce télescopage. Juste constater le temps qui passe de manière surprenante et amusante.

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Je ne voudrai pas qu’il y ait de confusion dans mes propos. J’espère ne pas donner l’impression d’être nostalgique de cette époque avec mes propos. Où bien si je suis nostalgique, je n’en ai pas conscience. Ou alors je le refoule.

      Je porte juste un regard amusé sur le temps qui passe et les époques qui s’enchainent.

      A titre personnel, je me sens plus en sécurité et moins fatigué de rouler sur les routes actuelles et dans les voitures modernes : je préfère l’époque présente et j’ignore de quoi demain sera fait.