La Voiture Equitable : Fair Car Project©

Chaque mois dans Less is Motor, Michaël OUALID, Ministre du Futur, de l’Innovation et des Solutions de demain,  de POA, partage son point de vue subjectif, décalé mais néanmoins réfléchi sur un sujet automobile. Dans cette épisode, Michaël Oualid présente son projet alternatif au toujours plus automobile (voir épisode 1), le Fair Car Project.

« – Si vous pensez que le système actuel est le meilleur, c’est que vous faites partie du problème. » Mary BARRA, PDG General Motors, lors de son discours aux dirigeants de la compagnie en 2014.

Pour entrer dans le marché de la berline haut-de-gamme en racontant autre chose qu’un pur produit, le FAIR CAR PROJECT® (La voiture équitable) propose pour 100 K€ une offre comprenant à la fois un important investissement dans un fond d’Energies Renouvelables, ainsi qu’une berline électrique avec des proportions et des prestations « justes ».

Une automobile écologique raffinée doublée d’une implication intelligente et visible pour la communauté, plus… 1.000 euros à chaque Noël.

Avec le Fair Car Project, le constructeur gagne aussi, de l’ordre de 1.000 euros par an (car les importants retours sur investissement sont partagés entre le constructeur et le client) et qu’il dépensera moins à produire une voiture de 1.400 kg plutôt que de plus de 2 tonnes.

Fair Car Project

Revenir à des proportions justes. Fair Car Project

En tant qu’automobiliste, non seulement vous ne serez pas responsables d’émissions polluantes, mais vous saurez aussi que l’énergie de votre voiture est propre, durable et renouvelable. Et la rue saluera votre élégant geste de contribuer à ce que les autres voitures électriques puissent rouler elles aussi avec une énergie propre.

De plus, être capable de raconter une autre histoire que celle de la méga-puissance et de la supra-vitesse, permet de se débarrasser de centaines de kilos de gadgets et de marketing en plastique superflus. Le design se doit aussi d’être léger, car chacune des petites intentions précieuses provoque un appel pour d’autres, et toujours plus d’équipements, dans une spirale sans fin. Alors que réduire le poids des véhicules électriques est un cercle vertueux nécessaire pour permettre de réduire le nombre des lourdes et couteuses batteries, tout en améliorant l’autonomie. Sans parler du fait que plus la voiture est légère, plus la sécurité, active comme passive, est renforcée.

RENDRE LES GENS ELEGANTS, ET PAS SEULEMENT LEUR VOITURE, EST NON SEULEMENT ECOLOGIQUE MAIS AUSSI PROFITABLE FINANCIEREMENT A TOUS.

ENGLISH VERSION

« – IF YOU THINK THE SYSTEM WE HAVE IN PLACE IS THE BEST ONE, YOU’RE PART OF THE PROBLEM. »

excerpt from 2014 Detroit’s Eastern Market speech from Mary BARRA, GM CEO, to the company global executives.

To enter the contemporary high-end sedan market by telling more than the product itself, the FAIR CAR PROJECT® proposes to sell a $100K bundle including a light elegant electric sedan plus a large investment in a profitable green Renewable Energy fund.

A refined green automobile plus a visible smart implication for the community, plus… $ 1,000 every Christmas.

The manufacturer also gains yearly $ 1,000 profit (every year 4-digits returns on investment are split between the manufacturer and the customer) as well as spending less to produce 1,400 kg cars rather than 2,200 kg ones.

As a customer, not only you drive no emission, but also you know that the energy that drives your car is clean, renewable and sustainable. And everyone in the street will praise your elegant gesture to provide other electric cars with clean energy too.

Furthermore, to be able to tell a good story other than mega-power and supra-speed, is a way to get rid of hundreds pounds of superficial plastic marketing stuff. The design must also be light, because every little precious intention causes a call for others, and always more equipment in a never-ending story. Knowing that reducing weight on electrical vehicle is a necessary virtuous cycle to diminish the number of the heavy and expensive batteries, as well as increasing range autonomy.

It goes without saying that, the lighter the car is, the more safety, active and passive, improves.

VALORIZING THE CLIENT’S IMAGE RATHER THAN JUST HIS CAR IS NOT ONLY HIGHLY ECOLOGIC BUT ALSO FINANCIALLY PROFITABLE FOR EVERYONE.

L’avis des Petits Observateurs !

47 commentaires au sujet de « La Voiture Equitable : Fair Car Project© »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Michel Bovani

    Elle est très réussie cette voiture. J’ai quand même l’impression que ces lignes en deux demi-coques assemblées suivant une rainure horizontale rappellent davantage les années 80 que les années 90 (Ferrari 512, par ex.)
    Sinon je me pose deux questions :
    1 – Est-il aujourd’hui possible de passer les normes crash-test avec ces formes et ce gabarit ?
    2 – Pourquoi, mettrais-je 100 k€ dans une voiture qui vaut 50 k€ ?

    Répondre
    1. michael oualid

      Michel,
      1- les normes sont un grand fantasme où l’on vient se cacher derrière pour éviter d’affronter la réalité, qui est pourtant toute simple. Pour passer les crash tests il faut une voiture légère avec des zones de vide pour absorber l’énergie du choc. C’est largement le cas ici.

      2- C’est une proposition à 100k dont une grande partie de la valeur ajoutée n’est pas dans le véhicule, pour des raisons logiques d’économie, d’écologie , de valeurs sociales et de sécurité.

  2. Frédéric à Montréal

    Que quelqu’un cherche à réfléchir différemment et à sortir des sentiers battus à la recherche de solutions et d’idées nouvelles, je trouve ça tout simplement formidable. Évidemment, tous les détails ne sont pas réglés et il reste énormément de points d’interrogation, mais l’essentiel est de chercher à faire autrement. Sinon, on est foutus!
    J’ai été très étonné par l’affirmation selon laquelle quand quelqu’un a 100 000 euros, il s’achète une voiture à 100 000 euros, voire à 105 000, et pas une voiture à 50 000, même si elle a toutes les caractéristiques voulues. Mais en y réfléchissant, ce n’est pas tellement étonnant à notre époque. C’est plutôt… triste!
    En tout cas merci pour cette réflexion passionnante!
    Et l’affichage sur le mur derrière vous, c’est superbe!

    Répondre
  3. Benjamin C

    Autant l’idée de revenir à plus de simplicité dans l’automobile me parle vraiment, autant l’investissement dans un fond d’investissement vert lors de l’achat d’un véhicule hdg me laisse perplexe. Ça me fait penser aux offres des fournisseurs d’électricité vendant de l’électricité produite avec des énergies renouvelables tout en restant connecté aux mêmes lignes d’ERDF. Bref, c’est du blabla pour donner bonne conscience aux clients, ça n’aide pas à faire avancer les choses je pense.
    Cependant très intéressant à écouter, Merci.

    Répondre
  4. Pascal DeVillers14

    Bonsoir,
    Je viens de visionner la vidéo et lire les commentaires. Le discours est intéressant car ouvrant sur une nouvelle réflexion sur l’éventuelle nouvelle orientation du concept automobile.
    Il est bien évident que nous arrivons au bout d’un cycle celui du plus pour plus. Prenons l’exemple de la BUGATTI Chiron pourquoi 1500 CV ?. L’esthétique de la voiture est suffisamment émouvant pour se passer d’une telle debauche de puissance. Et comble du comble une meute de postulantes à la dépasser d’autres contructeurs s’enfilent dans la brèche et cela en devient du mauvais goût.

    Le challenge du poids optimal à ne pas dépasser est une bonne idée ,regarder une Lotus Exige , une Alfa Roméo ou une Alpine ,nul besoin d’un gros moteur pour avoir des sensations ,car le poids est contenu et pour ne rien gâter elles sont belles.
    Il est vrai qu’aujourd’hui les gens qui ont de l’argent souhaite se démarquer par une course en avant vers l’abondance que chose qui au final ne sont que des gadgets purement inutiles .

    Là où je suis plus septique sur le concept, c’est au niveau de la barre du prix . A ce niveau là, la voiture écologique ne sera réservée qu’à une mince frange de la société et donc son impact écologique d’autant plus réduit.

    Enfin le thème de la voiture autonome, personnellement je suis également assez hermétique à cette vision de la voiture du future. Pourquoi pas pour des transports en commun où des taxis autonomes mais je ne vois aucun intérêt à acheter une voiture pour ne jamais la conduire.

    A part cela merci à POA d’élever le débat en non faisant réfléchir au devenir de l’automobile.
    Pascal

    Répondre
    1. 'pablo

      « Là où je suis plus septique sur le concept, c’est au niveau de la barre du prix . A ce niveau là, la voiture écologique ne sera réservée qu’à une mince frange de la société et donc son impact écologique d’autant plus réduit. »

      +1, d’autant que je ne suis pas certain que cette clientèle soit la plus philanthropique, les Vikash Dhorasoo n’y sont pas légion…
      Tout comme la voiture autonome.
      Encore une fois l’idée me plait, elle m’apporte d’autres réflexions sur la voiture et la route.

    2. michaël OUALID

      Désolé que cette réflexion fasse penser à une promotion de la voiture chère, car l’exercice ici est presque l’inverse:
      « – comment rendre réellement plus écologique, du puits à la roue, même les voitures les plus chères? »

      Pour un effet à bien plus large échelle, bien plus accessible (et pour cause), nous reviendrons très vite sur le FREE CAR PROJECT:
      http://www.petites-observations-automobile.com/2012/09/la-voiture-gratuite-cest-possible.html

  5. Stéphane.nc

    Pas de réflexion sur l’avenir de l’automobile, et sa soutenabilité, n’est équilibrée, pertinente et crédible sans aborder la production de l’énergie nécessaire à son mouvement.
    Je vous recommande cette vidéo
    https://youtu.be/Fp6aJZQldFs
    Ca va certainement décoiffer les « rien pensant » et les « bien pensant » comme cela a manifestement décoiffé l’interviewer….mais un débat aussi crucial ne peut se résumer à des slogans et à de la communication.
    Ce gars , que l’on soit d’accord ou non avec lui , élève très sérieusement le débat.

    Répondre
  6. Franck

    Quelque soit l’approche il est certain que les solutions ne reposeront pas uniquement sur le produit . Les mentalités vont doucement évoluer et les freins obscurs de l’industrie, des finances et des politiques qui freinent bon nombre d’évolutions disparaitront quand ces projets serviront leurs intérêts …..mais dans combien de temps ?

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Michael Oualid,

    Tout comme la grande hauteur du plafond blanc immaculé en arrière-plan, j’aime beaucoup l’illustration de votre Fair Car Project©, du haut de ses énormes jantes façon « grosses cojones », synonyme de virilité de puissance et de domination, qui apparait en totale contradiction de votre discours…

    Car la bagnole, qu’on l’accepte ou non, est et demeure par-delà les époques le reflet de la réussite sociale ce quelle que soit la formule consentie pour s’en offrir l’usage. On dépense pour elle plus que le budget fixé, ce n’est pas moi mais vous qui le dites. Vous prenez trois exemples plutôt situés dans le haut de la pyramide qui ne concerneront que peu d’entre nous. Il y a pourtant, juste à l’étage du dessous, toutes les reluisantes allemandes que conduisent et bichonnent de bons et loyaux collaborateurs qui, a priori n’en ont jamais fait le choix puisque profitant là d’un avantage en nature que la boîte leur met à disposition… Je les entends déjà grincer des dents lorsque le gestionnaire de flotte viendra leur annoncer crânement : « Extra les gars maintenant on va tous sans distinction rouler en Prius grises… Sauf le boss ».
    🙂

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Nabu (je me permets?),
      les grandes roues de vélo est une idée que nous avions développé en 2007 pour le projet suisse mindset, avec l’idée que pour une voiture électrique, il faut évoquer la légèreté et la promenade, plutôt qu’un look de bombinette qui nous obligerait à rajouter de lourdes et coûteuses batteries. BMW s’en est directement inspiré (en venant évaluer notre projet sur place) avant de développer leur département « i », surtout pour des raisons de surface frontale et de résistance au roulement diminuées. Cette illustration repose directement sur la plateforme technique de la i3, y compris ses grosses jantes, qui sont plus douces en vrai que sur ce dessin.

      L’exercice ici concerne ce segment à 100K€, locomotive et symbole de la toute puissante industrie automobile, et voir si il n’est pas possible de l’envisager différemment en trouvant sa valeur ajoutée en dehors du produit pour des raisons d’écologie, d’économie et de bon sens.
      Je suis désolé si certains ont compris que cet exercice faisait la promotion des voitures chères.

  8. Mat Ador

    Bonjour Mickael, c’est Mat le sumo, vous vous souvenez ?
    « Light is Right », « Less is Motor ». Nous sommes d’accord. En dynamique l’ennemi c’est le poids, cela ne prête pas à discussion.
    Quoique, ceci énoncé il me reste à vous dire qu’une fois descendu dans l’arène de la voie publique, la sécurité ne me parait pas du tout satisfaite. Aussi vous trouverez toujours des réfractaires comme moi qui croient bon de mettre leurs billes dans des panzers sumotorisés, afin de se protéger et protéger les leurs, ce de la moins mauvaise façon possible fonction de l’offre et de ses moyens.
    Pour faire suite à notre échange du mois dernier à ce sujet nous avons depuis à déplorer cette effroyable catastrophe d’un train ayant éperonné un bus scolaire : Absorption par déformation ou pas, nous constatons malheureusement que les victimes étaient toutes du côté du plus léger. J’ai à cet instant une pensée émue à l’endroit des familles, des proches et de ceux qui souffrent de ce drame…
    En toute humilité, sauf la venue d’une automobile autonome promise comme sûre, je crains que nous ne voyions pas de sitôt l’allègement global des véhicules. Et encore faudra-t-il, pour ce faire, que 100% de ces véhicules autonomes soient normés et vérifiés au préalable de leur mise en circulation, puis contrôlés aussi souvent que possible…
    Maintenant que parmi eux certains deviennent modulables afin que chacun, prestataire comme utilisateur, restent dans son « domaine de performance », et que l’on ne nous serve pas le non choix de nous vendre deux fois une même chose ou un même service, j’en fais aussi le vœu bien évidemment, en cela le concept Bollinger présenté il y a peu, semble un exemple à suivre. Toutefois dans cette variante marketing, il conviendra de s’assurer que chaque élément soit au préalable validé séparément puis que le puzzle reconstitué, dans son ensemble ainsi que dans toutes ses configurations possibles, le soit tout pareillement.
    En l’état des choses et à ma connaissance, ce ne sera pas pour demain au pied du sapin…
    Merci de votre intervention que j’apprécie et merci à POA, à THE PREZ dont l’effigie trône virtuellement au-dessus de votre canapé, de nous permettre ce débat de très haute tenue.
    Je ne sais pas pour les petits observateurs, mais moi j’adore.
    🙂

    Répondre
  9. hypergone

    J’entends bien la référence 80 dans l’idée du: et si on s’arrêtait la pour les équipements de base, le reste c’est dans l’Apple store et vous avez très probablement raison.
    Dans vos dessins vous associez volume et style des 80 ne serait il pas possible de penser un dessin 2050 dans un volume 1980? (je doute fortement de l’efficacité du CX de cette génération) Ou c’est simplement parce que les youngtimer’s sont dans l’air du temps et qu’il est plus facile de faire passer l’idée du trop avec cette comparaison?

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Serais-je démasqué?
      Ma conviction, éprouvée par de nombreuses aventures automobiles dans ses plus grandes largeurs, est que le potentiel d’innovation pour sortir l’Industrie automobile de ses crises écologiques et économiques, est en dehors du produit. Il n’y a plus rien à réinventer de ce côté là, ça tourne en rond et ça sent la mayonnaise avariée.

      D’autre part, je suis très circonspect sur le concept de 2050. Depuis mes débuts, on nous a demandé de dessiner la voiture de l’an 2000, puis les projets twenty-twenty, suivi de 2030 et maintenant 2050 (leds bleus et pneus boules magnétiques qui consomment la production d’une centrale nucléaire? en tout cas moi je n’en sais rien, sauf que le salut ne sera pas dans le seul produit). Toutes ces échéances sont calculés pour que personne ne prenne de décisions importantes immédiatement. Ce système est malhonnête, voir criminel, aussi bien pour les usagers que les employés de l’industrie.

    2. hypergone

      En disant 2050 je ne pensais pas véhicule à sustentation magnétique alimenter par rayonnement cosmique et carrosserie en algues compressés. Seulement quelque chose de plus efficient comme ont dit dans les milieux autorisés. On entend parler de carrosserie adaptative par exemple.

    3. michaël OUALID

      Hypergone, tu mets le doigts dessus!
      (mais sur quoi te demandes-tu, la solution ou le sommet de ma mauvaise foi?)

      Quand « on entend parler de » carrosserie adaptative, on a envie de penser à ça:
      https://www.youtube.com/watch?v=W8DMjyhrkss
      ou à ça:
      https://jalopnik.com/the-mazda-mx-04-concept-would-have-been-a-very-strange-1523091812

      Mais est-ce que la panacée de l’adaptabilité ne serait pas un produit tellement évident, tellement transparent, qu’il s’adapte à n’importe quelle situation sans même y réfléchir?
      Un (pantalon en) jean par exemple, ou un smartphone, ou alors un mini G-Klass qui n’aurait même plus de prix (cf. FreeCarProject)… Une adaptabilité par l’évidence, le bon sens, one size fits all, la légèreté de compréhension et de manipulation, une écologie du vide par essence, un outil fiable qui brille par son efficacité et sa simplicité, une architecture qui laisse possible tous les futurs de chacun (business models des micro commissions). C’est vers cela qu’il faudrait tendre si on veut réellement rendre durable et écologique le parc automobile, si on veut réduire les coûts pour les usagers et pouvoir augmenter ENORMEMENT les revenus pour les constructeurs.
      J’insiste toujours sur ce qu’il y a à gagner pour les constructeurs, sinon ils ne le feront pas et donc nous n’aurons pas le loisir de mesurer tous les bienfaits d’arrêter le « toujours plus de plus » (qui ne leur serve qu’à se mesurer entre eux).

  10. Nicolas Gillard

    Comment peut-on être vraiment certain que les retours sur investissement seront importants ?
    Si les bénéfices seront partagés entre le constructeur et le client, ne serait-il pas plus avantageux pour le client d’investir directement (seul) pour recevoir plus de bénéfice ?

    C’est dommage que les constructeurs font croire de nos jours que toutes les options qu’ils proposent sont nécessaires. Revenir à des voitures simples mais élégantes serait vraiment économique et écologique. Quand je vois une voiture avec plein de petits détails, accessoires (par exemple tous les petits feux dans le phares qui ont l’air sculptés) je me dis que ça doit coûter cher en réparation. Mais bon, il faut bien justifier le prix de 100.000 € en montrant tout cela au client.

    Répondre
    1. michaël OUALID

      OUI

      mais si les constructeurs continuent leur « montée en gamme » c’est parce que c’est le seul endroit où ils se font un peu de trésorerie (et encore sauf plantage). Donc pour les convaincre de revoir leur stratégie, il faut leur proposer à eux aussi de gagner plus en travaillant moins.

  11. Denis L.

    Je suis parfaitement d’accord avec vous Michael sur la première partie de votre discours, le poids c’est l’ennemie. Mais si ce sont les gadgets et la taille qui font le poids il suffit d’acheter une A4 au lieu d’une A8 et vous l’avez votre berline classieuse de 4,5m et 1.4 tonnes…
    Le design des années 80 j’en conviens mais bon c’est une affaire de goût. Et comme cela a été dit déjà les normes en tout genre sont passées par là pour remodeler le design auto (voir le dernier café-garage).
    Là où j’ai décroché c’est sur l’idée de plate-forme modulable… n’est ce pas tout simplement ce que font les constructeurs prémium à travers des listes interminable d’option? Ils compilent simplement les applications possibles issues des équipementiers (qui sont les mêmes pour tous les constructeurs). Ce qu’il faut savoir et comme vous le savez c’est que pour chaque équipement même un bête GPS, même pour le petit bout de plastique qui entoure ce GPS! toute une étude d’intégration au doit être réalisé, des tests statiques et dynamiques doit être fait pour s’assurer du bon fonctionnement de l’équipement dans toutes les situations et surtout de sa non dangerosité en toute circonstance.. Une voiture ce n’est pas un téléphone, c’est un tout que la moindre modification peu remette en cause et les conséquences en être potentiellement dramatiques. Donc on en revient au solutions validées par le constructeurs.
    Il y aurait bien une autre solution c’est la standardisation pour pouvoir faire du plug’n play, des trous et des espaces standards pour y glisser des systèmes standards… Une bête boîte à gadget semblable à toutes les autres juste personalisées à la marge…
    tres peu pour moi, laissez moi profiter de la diversité de l’offre!

    Répondre
  12. Francois

    Au fil des années ce projet qui visait toutes les catégories sociales d’utilisateurs avec un système d’apporteur d’affaire et de « pay like you drive » s’est transformé en visant le haut de gamme et les investisseurs dans l’ecologie…. L’ecologie qui soit dit en passant est le plus souvent une affaire de business lucratif que d’une finalité vertueuse….
    Mais j’aime toutes ces réflexions sur la mobilité…il en reste toujours quelque chose et ca fait avancer….

    Répondre
  13. rezis

    Bonjour !
    vous avez montré la semaine dernière le 4×4 électrique Bollinger , on ajoute un garage avec panneaux solaires et/ou éolienne et on se reproche du concept de monsieur Oualid . ( pour une version des champs !)
    La bonne santé de Dacia prouve que l’idée de la voiture essentielle commence à prendre , mais on voit encore des voitures vendues avec 3 tailles d’écrans ( 6/7/ou 8 pouces ) en fonction du niveau d’équipements , alors que nous avons presque tous ce qu’il faut dans la poche .
    ensuite la barre des 100 000 euros est quand même très très haute pour une large majorité de la population .
    il faudrait peut être arriver à arrêter de frimer , une idée pour monsieur le président ; recruter un Daciaman !
    rezis ( qui roule tous les jours en Fiat panda 4×4 )

    Répondre
  14. Piat Georges

    Si les tous acheteurs de « grosses bagnoles » comprennent l’enjeu, c’est validé mais le capital intelligence est une donnée qui n’est malheureusement pas extensible. Et cette démarche intelligente demande justement de beaucoup de finesse d’esprit pour être pleinement acceptée et vécue.
    Le « toujours plus gros » fonctionne car l’ego adore ça, les constructeurs qui le savent bien jouent sur les pulsion primaires de l’humain. ADN, quand tu nous tiens !

    Répondre
  15. Jean-François Bertrand

    Encore une fois je suis complètement en phase avec notre ministre de l’innovation,que se soit sur le design des voitures actuelles particulièrement overdressed vs les voitures des années 80/90, sur le business model qu’il propose mais surtout sur l’équipement ou plutôt le suréquipement de ces dernières.
    A quoi bon un écran tactile intégré à la voiture alors que notre téléphone ou pourquoi la tablette familiale y pourvoirai largement ?
    D’autant plus que, vue à la vitesse où ces équipements deviennent obsolètes il est en quelque sorte impossible du fait de leur intégration totale dans le design du tableau de bord d’upgrader la voiture par un nouveau produit à la techno plus avancée. On est limité et contraint aux seules mises à jour fort chères des constructeurs.
    Il suffit de prendre les premiers GPS intégrés de certaines voitures de la fin des années 90 ou début des années 2000 pour se rendre compte de cette absurdité.
    Je fais toujours la comparaison avec le bon vieil autoradio, avant on allait l’acheter séparément de la voiture, en fonction du budget que l’on voulait y mettre mais nous laissait l’opportunité de pouvoir en changer un jour s’il nous en prenait l’envie sans pour autant mettre à mal l’intégrité de la voiture.
    Du jour où ils ont été complètement intégrés, avant de devenir les tablettes qu’ils sont aujourd’hui, plus d’évolution possible, moins de liberté en fonction de ses désirs personnels et obligé de se traîner cet équipement dépassé.
    Le luxe automobile pour moi n’est pas dans une surenchère à l’équipement dont on ne servira peut-être jamais, c’est la noblesse des matériaux, la manière dont certains éléments de la voiture ont été fabriqués, à la main etc…
    Comme notre ministre je préfère et suis beaucoup plus sensible à une belle planche de bord toute simple mais en ronce de noyer d’XJ ou de Bentley des années 80 mais dont le brillant des vernis respire la main de l’homme. Le luxe est dans la façon pas dans le nombre.
    Pour en revenir revenir à cette notion du less is more, et mon message s’adresse à tout les deux, à quand un reportage sur cette petite équipe française: http://xyt.fr ?
    Lorsque que je les ai découvert par hasard sur un réseau social, j’ai tout de suite pensé à Michael car je les trouve en phase avec ses idées et qu’une rencontre confrontation poa avec eux serait plus que la bienvenue !
    A bon entendeurs !…. Je vous salue !

    Répondre
    1. michaël OUALID

      XYT est une société (et une voiture) très intéressante (anciennement FAM F-city, soutenue par Ségolène Royale au début des années 2000) pleine de potentiels.
      Mais la mission est de sauver l’industrie automobile, seule capable à mon avis d’apporter des solutions durables à grande échelle.

  16. Rb

    Je crois pas dans ce type de projet. Je trouve que ca renifle l’entourloupe 🙂

    Les conversations du samedi soir adorent ces projets là, on se couche revolutionnaire mais au réveil il y a toujours un truc qui cloche.

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Tu as raison, il faut être très critique avec ce qu’on essaye de nous refiler de nos jours.
      Fais toi ta propre idée, réfléchis, vérifie que ce ne soit le modèle actuel qui cloche aux niveaux écologique, économique et sociologique.
      Cela fait dix ans que je challenge ces idées avec tous types de professionnels, dans tous types de domaine, et le seul truc qui cloche pour le moment c’est l’absence de possibilité de prise de décision dans le système (lire le très bon livre de Bertrand Rakoto qui vient de sortir sur ce sujet).

  17. 24heures

    Les AV à phares escamotables très ’80s, ça me parle… mais c’est devenu impossible avec les normes de choc piétons que nous avons depuis quelques années.
    Le downsizing global c’est intéressant, les autos se sont tellement empatées depuis 15 ans…
    Par contre je n’accroche pas du tout sur la voiture électrique. Je ne crois pas non plus que les gens soient prêts à acheter 100 un véhicule qui en vaut moitié moins, fut-ce pour « gagner » 1000 € par an (le calcul d’amortissement est vite fait…)
    Globalement, quand j’écoute ce monsieur, je me dis décidément que l’automobile ne va pas vers des lendemains qui chantent, tout au moins pour des quadras comme moi qui ont gardé une conception « romantique » de l’auto, celle de 75 à 95 on va dire…
    Sa conception ne me fait pas rêver, elle me ferait encore moins acheter, décidément je pense que l’automobile ancienne et les youngtimers ont de beaux jours devant eux…. (enfin, pas en centre ville)

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Concernant les normes de choc piétons (européennes puisqu’il n’y en a pas aux USA, faute de piéton…), je vous invite à (re-)lire par exemple le Règlement n°78:
      https://publications.europa.eu/fr/publication-detail/-/publication/938a725f-d32b-4216-bf23-143c3ac7e8a2/language-fr

      Sinon, cette proposition est bien d’une valeur 100, dont une grande partie de la valeur ajoutée n’est pas lourdement gaspillée dans le véhicule. Ne pas dépenser cet argent dans les envolés lyriques du tableau de bord, les gribouillages numériques du combinés ou les étoiles dans les phares permet en effet des revenus supplémentaires à la proposition qui consiste à mettre tous ses oeufs techno dans le même gros panier puis de s’asseoir dessus. Cercle vertueux vs. gaspillage stérile.

  18. Mustang98

    Intéressant sujet que celui développé par notre Ministre du Futur… Cependant au fil de l’écoute j’ai eu le sentiment que Mister Oualid voulait nous vendre l’auto de demain comme une sorte « d’auto à la carte » à construire fonction de ses envies, goûts et à l’évidence aussi à l’épaisseur du porte-monnaie… Heu ! du compte en banque, si le cash doit disparaître…
    Un peu comme les riches français et plus largement européens, le faisaient au début du XXème siècle, lorsqu’ils achetaient un châssis motorisé qu’ils envoyaient ensuite chez Delahaye, Delage ou Chapron pour les habiller et y mettre les options de confort et/ou de luxe qu’ils pouvaient s’offrir, juste avant que la crise de 29 ne ravage tout… et précipite le monde !
    L’Histoire bégaierait-elle ? Espérons que non ! Mais un minimum d’observation associé à un brin de lucidité doit montrer la limite du cadre dans lequel s’inscrit cette démarche ; Savoir le modèle économico-industriel dont la survie procède invariablement d’une course effrénée à la croissance, tout en condamnant à la simple survie économique et sociale de la majeure partie des populations concernées…
    Quand au smartphone qui tiendrait lieu de tableau de bord… J’ai bien ri lorsque not’Ministre a parlé de Liberté ! En effet, le smartphone est à mes yeux l’exacte antithèse de cette Liberté des individus qui grandirait au fur et à mesure que la laisse électronique se raccourcit…
    Si penser « Vert », c’est penser « électrique » ; Quid de notre incapacité à recycler les déchets de nos centrales nucléaires, qui s’entassent depuis plus de 50 ans singulièrement en France ?
    Tout cela m’amène à penser que tout changement de paradigme automobile ne pourra advenir qu’à la condition d’un changement de paradigme économique et social ou à tout le moins d’une particulière évolution.
    Nous verrons bien, mais l’avantage est de pouvoir ici en discuter.
    Vivement le prochain épisode !

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Tout à fait, on peut remplacer les éoliennes par un investissement dans une société de retraitement des déchets nucléaires. C’est la même idée.
      Quand à la laisse électronique, c’est tout à fait vrai, donc autant la cantonner à notre poche et laisser la voiture tranquille.

  19. eric

    Combien de fois vous vous etes vous dit : pourquoi ai je besoin d’autant de puissance pour bouchonner ….. ?
    En region parisienne…..vitesse mx 110 km/h et encore…..d’ici 2 ans tout sera a 90.
    Des autoroutes a 2 X 4 voies limitees a 70 Km/heure.
    Une 2 cv remplirait tres bien le job ! (reste la securite, le bruit, etc….).
    J’avais loue un twizy et j’avais ete surpris de voir que la puissance suffisait ! et la vitesse de pointe aussi.
    On parle de 80 sur les routes , vous verez ca sera bientot 120 ou 110 sur les autoroutes. On va vers cela.
    Bref, la puissance pour la puissance c’est effectivement depasse.
    Concept tres interessanten tout cas.
    D’ailleurs, le succes de Dacia va dans ce sens.

    Répondre
  20. Bastien

    Tout ça pour ça ? Keep it simple!
    Une autre voiture électrique juste un peu plus légère, plus petite et moins puissante. Rien d’innovant et surtout pas la fantaisie qu’une voiture puisse rapporté de l’argent. Quant à l’électricité verte pour les voitures de demain, il faudra commencer par rendre la distribution du jus moins opaque et aider le consommateur a apprécier un produit immatériel soi-disant vert, et ce surtout en France, pays du nucléaire par excellence.
    Bon courage mais je ne suis pas.
    Bastien

    Répondre
  21. Dubby Tatiff

    J’avoue avoir du mal à comprendre le parallèle avec l’iPhone et ses applications. l’iPhone n’est pas une plateforme ouverte du tout. C’est un des éléments d’un éco-système techniquement très performant mais complètement verrouillé selon les intérêts de Apple. Ensuite sur un iPhone, la plateforme technique est très sophistiquée et embarque pratiquement ce qui se fait de mieux en la matière. Dans un iPhone, la règle est justement toujours plus de produit à chaque génération d’appareil, toujours plus grand, toujours plus sophistiqué. Enfin l’application est certes fabriquée par un tiers, mais elle est validée ou pas par Apple qui la distribue ou pas sur Apple Store. Et l’application, c’est du soft qui crée un usage de la plate forme technique sophistiquée vendue par Apple.

    Le phare n’est pas une application du tout ; rapporté à l’iPhone, le capteur photo n’est pas une application du tout. L’application, c’est le soft qui permet de transformer les couleurs de sa photo en sépia et de l’envoyer sur Instagram. Apple ne permettrait pas de perdre le contrôle de sa plateforme en permettant qu’un tiers change son capteur photo ou son ID face.

    Les exemples d’applications équivalentes à celles de l’iPhone ou Androïd, mais appliquées à l’automobile sont encore à préciser. Je ne dis pas pour autant que le modèle soit impossible, mais je dis simplement que je ne visualise pas encore faute d’exemples concrets. Dire que les coussins peuvent être choisis chez Ikea ou Hermes, pour moi cela signifie de nouveau encore plus de produit dans le produit. Contradiction.

    Répondre
    1. michaël OUALID

      je comprend que cette histoire d’applications ne soit pas parfaitement claire.
      L’idée justement se situe dans une traduction « non littérale » de ce business model, qu’est-ce qui est le savoir-faire des constructeurs (sécurité, proportions élégantes) et qu’est-ce qui est « accessoire »? Quels métiers seraient ils plus rentable de laisser aux autres professionnels, en permettant aux constructeurs de prendre une commission à chaque nouvelle transaction. Nous aborderons le sujet plus en détails lors d’un prochain épisode sur le FREE CAR PROJECT.

    2. Dubby Tatiff

      Oui, je connaissais le FairPhone. Pour moi, c’est une illusion. La démarche est au mieux sympathique au pire une manipulation en nous racontant une belle histoire à laquelle certaines personnes seront sensibles.

      En pratique, ils ont déjà deux modèles à leur catalogue. Ce qui met à mal leur concept d’évolution des modules en fonction des besoins et des progrès technologique. Si il y a deux modèles, c’est bien que les évolutions sont limitées par la plateforme conçue à une époque donnée.

      Et puis franchement, les centres commerciaux sont remplis de boutiques qui réparent les smartphones !

  22. ntes

    Oulala.
    Je tapote en rougissant de honte, du bout des doigts.
    Comment, moi pauvre provincial obtus et mal comprenant (forcément) puis je me permettre en macronie triomphante d’émettre des doutes sur une idée qui colle tellement à l’époque et « en même temps  » à ses éléments de langage.
    En effet, on « coche toutes les cases », c’est du fric mais sans vulgarité puisqu’on sauve la planète, c’est « ouvert », « moderne »…..bref on revient aux années Giscard pour le design des bagnoles, comme pour les reportages télévisuels corrosifs dignes de l’ORTF, en direct des couloirs du palais de l’Elysée.
    On fait comme les GAFA donc c’est hyper chébran (comme cela qu’on disait à l’époque de la 505 non?). Les GAFA qui consomment un maximum d’électrons avec leurs fermes de serveur qui représentent des consommations d’électricité ahurissantes (déjà plus d »émission de CO2 que les avions et le transport maritime)….fournie majoritairement dans le monde actuellement avec du charbon. Mais bon grâce aux éoliennes tout va bien (peu importe la réalité quand on pédale dans le marais et que l’on prend à tout bout de champ l’avion pour chevaucher d’autres vélos un peu partout dans le monde)….heureusement que nous avons du nucléaire qui permet seul aujourd’hui de répondre à un besoin croissant d’élèctricité décarbonée (là aussi ce sont les 70es)

    Quant à la voiture qui ne doit plus afficher toujours plus de produit, il me semble qu’elle valorise fortement le produit. Celui qu’on pourra ajouter à grand frais en option ou plutôt en « bespoke » (c’est mieux en anglais, sauf au Quebec heureusement pour eux) pour se différencier du voisin et « créer de la valeur. »

    Je suis de mauvaise foi? Je suis une caricature de bobo (si si c’est souvent ce qu’on me dit)? Peut être..certainement même…mais j’avoue ne pas avoir adhéré….et comme je suis archi pour la voiture autonome j’aggrave mon cas et me retire donc sous les crachats comme à la fin des 70es.
    « Au revoir »

    Sinon ça existe, ça s’appelle DACIA. Et ça se vend. Bien…..

    Répondre
    1. michaël OUALID

      C’est tout à fait vrai.

      Toutefois les conséquences du système actuel sont bien plus catastrophiques, que les résultats escomptés dans les idées présentées ici.

      Et puis si certains récupère le vocabulaire de notre époque comme « ouvert », « moderne », … pour le pervertir et repeindre superficiellement des idées rétrogrades, cela ne veut surtout pas dire que ce sont de mauvaises notions à travailler. Au contraire.

  23. ques

    ce type est brillant, son idée est réfléchie et particulièrement originale, c’est fou donc ça peut marcher ! J’ai actuellement une citroen bx de 1988 (en voiture loisir), on n’imagine pas à quel point en effet le rapport poids/puissance est idéal et la fonction de déplacement dans un bon confort aussi bien remplie que dans une A8 actuelle à 100 000. Reste la frime, bon là, faudra ajouter l’investissement dans un fonds vert, parce que ma bx, niveau frime, on y est pas ! mais avec des parts dans un fond vert, ma bx garée au golf à coté d’une porsche, elle en imposera autant !

    Répondre
    1. Jerem

      Mouais faut pas abuser quand même, un déplacement d’un point A à B en BX est loin d’être aussi confortable qu’en A8 qui est un vrai salon sur roues, en passager tu as l’impression de te déplacer dans un tapis volant, c’est assez dingue comme sensation.
      Ce sont 2 véhicules bien trop différents pour les comparer de la sorte.
      Par contre l’idée de ce Mr est intéressante sauf que pour moi le problème ne vient pas de l’offre qui ne cesse d’accroître en taille, puissance, équipements etc.. mais plutôt dans la demande du consommateur à s’offrir quelquechose de différent, de plus que son voisin (plus beau, plus gros, plus puissant, plus cher…) et l’envie que nombre d’entre nous avons de se faire plaisir, et ne pas simplement s’acheter un transportoir.
      L’exemple d’Apple est flagrant, ils ne font que répondre à la demande, chaque nouveau modèle est plus cher que le précédent, si demain ils arrêtaient cette spirale, je suis sur qu’ils perdraient une bonne partie de leur clients qui trouveraient alors le produit trop simple, cheap, ils ne se sentiraient plus « différents » et donc chercheraient ailleurs leurs attentes.

    2. Alex |m

      Dans les commentaires, je pense que vous êtes l’un des rares qui a compris les propos de Michael Oualid. Je rêve d’une Bx avec un affichage type Audi et un non bruit comme une electrique 🙂

  24. 'pablo

    Oui, ça ouvre bien des perspectives. Et je serais preneur. Ah, si j’avais un franc cinquante lalala
    Mais qui sait, les bonnes idées comme les richesses ruissellerons peut être vers le bas…

    Répondre
  25. 'pablo

    Hum,
    très intéressant mais j’ai du mal à croire qu’une marque accepte la perte de contrôle sur le produit final (avec la multiplication de partenaires). Il y a une articulation entre l’idée de la voiture « essentielle » à 100 000€, éco/frime responsable et l’objet décrit plus loin, que j’ai du mal à me représenter. Au final je ne sais plus quel est le client visé(mais je suis lent).
    Il me faut peut-être rembobiner…

    Répondre