Alpine A110 :   E-pa-tant !

Patrice Vergès. Le regretté Jean d’Ormesson usait volontiers de l’adjectif délicieusement suranné d’épatant signifiant formidable ou admirable qui qualifie merveilleusement le retour de la marque en général et de l’Alpine A110 en particulier.

La nouvelle Alpine A110 reprend beaucoup de détails stylistiques de la précédente : phares intégrés dans la face avant, nervure du capot, etc

La poupe arrière récupère la forme de la lunette arrière, les nervures latérales, les feux horizontaux sans sombrer dans l’imitation

Avant que le trio infernal en prenne plus longuement le volant en vidéo, voici quelques brèves impressions ressenties à son bord. La Berlinette Alpine est ancrée dans ma jeunesse. Travaillant alors pour le magazine Échappement, il n’était pas rare que mes yeux en comptent plus de 25 au départ d’une course de côte ou d’un rallye où elles s’imposaient fréquemment. C’était minuscule coupé où on se glissait dans l’habitacle comme on enfile une paire de gants de cuir avant de la faire virevolter dans les virages.

L’esprit de la précédente

Si la nouvelle Alpine A110 en a repris d’abord l’esprit, les courbes douces intemporelles mais sensuelles néo-rétro de l’ancienne produite de 1960 à 1977 ainsi que son sigle, elle n’est pas tombée dans la pâle copie. Avec 1,25 m de haut contre 1,13 cm, la dernière Alpine A110 est plus volumineuse et heureusement plus habitable. Miracle, grâce à un seul de porte étroit et une porte remontant haut sur le toit, il est aisé de s’inscrire à son bord sans baisser la tête pour s’asseoir dans un siège baquet allégé non seulement magnifique comme un sculpture mais étonnamment confortable. Il sera facile de vivre au quotidien dans l’A110 quand les problèmes de rangement cruellement absents sur les premiers modèles seront résolus ce qui est prévu mais ne résoudront pas la taille trop réduite des deux coffres. L’Alpine devait être la plus compacte possible.

L’habitacle où on peut étendre ses coudes a également repris le design de l’ancienne dans l’aspect de ses contre-portes et de sa planche de bord avec un zeste de modernité sous forme d’un affichage digital de l’instrumentation qui varie selon le mode de conduite et des diverses commandes digitales. Certains confrères ont critiqué l’emploi de commodos de Renault qui ne me choquent pas d’autant que c’est dans l’esprit de la précédente qui utilisait beaucoup de pièces de voitures de série d’alors notamment des clignotants avant de Citroën Dyane ! Et si la finition ne vaut pas celle d’une Audi TT ou d’une Porsche Cayman, rien ne m’a offusqué excepté le reflet de la visière en carbone dans le pare-brise.

La planche de bord est particulièrement réussie. Le gros bouton rouge monté sur une branche du volant permet de choisir son mode de conduite

Les panneaux de contre-portes imitent ceux de l’aînée. Des vide-poches souples auraient été appréciés. Ils seront montés sur l’extérieur des sièges

Que du plaisir

Grace à une carrosserie et un châssis en aluminium et du vrai carbone ici ou là, l’Alpine A110 pèse moins de 1100 kilos ce qui est un exploit aujourd’hui mais qu’on ne manquera pas d’opposer aux 750 de l’aînée. Les suspensions à double triangulation sont particulièrement efficaces et souples ce qui étonne et détonne sur une sportive aussi radicale. Efficace mais surtout étonnement confortable, l’A110 avale les ralentisseurs même en mode Sport en souplesse, sans racler ni casser le dos. Bluffant !

Grace à son idéale répartition de masses (44/56) né de son moteur implanté en position centrale transversale, l’Alpine A110 se révèle également d’une plaisante mobilité et légèreté en donnant le sentiment d’être colée à la route. Grace à sa direction précise mais douce, la voiture s’inscrit dans les virages avec une gourmandise jamais rassasiée en virant à plat. Un pur régal. En circuit, elle accepte de dériver légèrement du train arrière mais en prévenant gentiment. Proprement. Loin de son aînée au rapport des masses délirant qui exigeait une finesse de conduite et un long apprentissage pour tenter de devenir l’ombre de l’égal de Therier, Andruet ou Darniche. Une voiture que j’ai beaucoup pratiquée à son volant. Grace à trois modes de conduite, confort, sport et circuit, on peut modifier son comportement qui reste dans la plupart des cas amusant et sécurisant à la fois.

La commande de la boîte à double embrayage compte 7 rapports

La Première Série est équipée de remarquables sièges baquet très allégés autant esthétiques que confortables

 

Zéro à 100 en 4,5 secondes

Avec l’Alpine A110, on peut perdre son permis de conduire en 4,5 secondes, temps nécessaire pour qu’elle avale le zéro à cent. Une belle perf due à son poids réduit et aux 252 chevaux de son 1800 cm3 TCe turbo signé Renault. Il permet des performances de haut niveau avec 250 km/h en pointe et des reprises musclées bien servies par une boîte automatique EDC7 à 7 rapports à double embrayage que d’aucun ont qualifié d’un peu lente. Peut-être. Mais ô combien bien plus agréable à utiliser qu’une pédale d’embrayage.

Certains puristes ont également regretté une puissance un peu juste par rapport à une Porsche Cayman. C’est vrai. On m’a expliqué que ce moteur pouvait facilement délivrer quelques chevaux en plus (280 ch) comme sur la version Cup ou Mégane RS. Mais dans ce cas, il aurait exigé des freins plus gros et des roues plus larges (205 à l’avant et 235) générant une aérodynamique moins bonne, un poids accru et l’équilibre général. Tout ceci aurait augmenté sa consommation et sa pollution qui restent très maîtrisée (138 g/km) dont le malus ne sera que de 860 euros en 2018 contre bien plus pour la concurrence nommée Audi TT ou Porsche 718. Ce qui donne à réfléchir. Surtout en mode Sport, le 4 cylindres génère une sonorité somptueuse (réelle sans artifice) dont les crépitements réjouissants en décélération sont liés à un voluptueux bruit d’aspiration laissant imaginer qu’il est encore alimenté par deux goulus carburateurs Weber de 45 comme la 1600 S.

Sur route, l’A110 montre une amusante agilité dans l’esprit de la précédente

Les séries normales recevront des jantes de18 pouces différentes ; la version  » légende » aura le même dessin que la 1600 SC de 1974. Les disques sont freinés par de gros Bembo allégés

Passionnante

Produite au rythme d’une dizaine de voitures par jour avant de grimper à une vingtaine, l’Alpine A110 va connaître de longs délais de livraison du moins au début. Si la version Première Edition dont les 1955 exemplaires ont été vendus en moins de 2 jours coûte 58 500 euros, les normales devraient être proposées à des tarifs inférieurs de 50/55 000 euros. C’était en euros constants, sensiblement le tarif de la Berlinette 1600 S en 1973. J’avoue avoir fait partie des sceptiques face à cette nouvelle A110 ne croyant guère au retour de la marque après tant d’années et une fin aussi misérable. J’avais tort. L’attitude ses personnes croisées sur la route qui se manifestait par des appels de phares et des pouces levés et des visages souriants est très rassurante surtout dans le climat d’autophobie qui règne aujourd’hui.

Cela dit, malgré ses merveilleuses qualités, l’Alpine A110 ne connaîtra pas l’engouement magique qu’elle suscitait alors parce que les temps ont changé, rouler en voiture de sport est un pêché et qu’elle n’aura pas en compétition (malgré une version Cup) la glorieuse destinée de son aînée. En rallye, celle-ci se permettait d’être plus rapide que les Porsche bien plus puissantes pourtant, performances qui l’ont lui ont permises d’être championne du monde des rallyes en 1973.

Enfin, la Berlinette d’antan était la plus vivante des voitures car elle exhalait des odeurs intimes faites d’un subtil cocktail de colle, de polyester et d’essence (il ne fallait jamais remplir le réservoir à fond). Pour sa clientèle de vieux nostalgiques assez nombreux sur les 1955 de vendues, je suggère qu’Alpine monte un diffuseur d’odeurs (Digital Scent Techonologies) qui émettrait ce parfum inoubliable. Quant à moi, j’ai adoré cette A110 qui restera l’un de mes plus beaux souvenirs parmi 1600 voitures essayées.

La différence de volume entre l’ancienne et la nouvelle se perçoit mieux : 4,18 m contre 3,85 m, 1,25 m contre 1,13 m et surtout 1,80 en largeur contre 1,52 m !

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Alpine A110 :   E-pa-tant ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mansouri hakim

    Enfin ! Une Alpine digne de ce nom avec un excellent moteur. Dorénavant mon cœur balance entre elle et l’Alfa Romeo 4c plus radicale.

    Cette nouvelle classe de petite sportive permet de renouer avec les codes des annnées 60, tout en y associant une efficacité et une fiabilité accrues rendue possible par la technologie.

    Dommage que Renault veuille utiliser cette marque pour autre chose que de la sportive. Pourquoi ne pas ressortir Matra des cartons pour tout qui serait SUV OU 4×4 de luxe ?

    Un spider Alpine serait Le bienvenu.

    Répondre
  2. Satonaka

    On attendait une Alpine magnifique après 25 ans d’attente, une Diva ! et là, on a un vulgaire coupé à l’intérieur de Clio refait, avec des morceaux de Berlinette à droite et à gauche.
    Et tout le monde s’extasie !? Ca montre la pauvreté en matière de jouets de la production automobile actuelle…Du néo-rétro boursouflée, et on s’extasie de ne pas à avoir à baisser le dos pour descendre dedans, mais faut pas s’acheter des sportives, les mecs. Si l’A110 faisait 1m13, c’était pour soigner son aérodynanisme, pas pour préserver vos lombaires…

    Elle manque terriblement de gueule ! Où est le tranchant d’une A310 ?! la finesse d’une Berlinette !? Une GTA avait 2 places de plus en étant moins haute…
    Cette nouvelle A110, on dirait la version pour retraité bourgeois…Un peu comme une femme qui aurait toutes les qualités, bonne cuisinière, gentille, mais loin d’être canon…celle dont on se contenterait faute de mieux….

    Répondre
    1. ROCK

      Mysoginie beauf et négativisme franchouillard ne font pas bon ménage avec la passion automobile , mais Internet est boursouflé de ce type de commentaires (que ce soit en autos , motos , hifi etc…) , la classe quoi!

    2. Satonaka

      Est-ce que tu as pensé à un moment que ces commentaires pouvaient aussi refléter un avis, et que tout le monde n’aime pas cette voiture. Il n’est pas question de ne pas être passionné
      car pour ton information , j’ai eu trois Alpine, une Lotus, etc…
      Pour la misogynie *, j’assume totalement l’image utilisée, l’automobile étant souvent comparé à la beauté féminine, or en l’occurrence, cette Alpine 2018 n’est malheureusement pas une reine de beauté…

      *et avant de vouloir parler de quelque chose, faut-il l’orthographier correctement

  3. Rock

    AUtomobile qui représente l’essence (?)de la voiture sportive , quasi accessible , car ok 55000euros c’est correct mais quand même un peu élevé pour les amateurs d’autos qui n’ont pas cette somme à investir , je comprends totalement ce prix et ne dénigre en rien , mais la « value for money » d’une swift sport qui va sortir a -de 19000euros , et qui dans l’esprit , se rapproche de l’A110 , me fera pencher vers un choix « sportif » raisonnable…quoique pour la majorité des personnes que je rencontre , c’est déjà un choix totalement déraisonnable..bref , pour revenir à lA110 , elle est pour moi sans aucun doute mon premier choix y compris face à 2 autos que j’adore (et que j’ai conduites) : Cayman et Elise 111s : L’Alpine a tout pour elle , la ligne , le chassis super léché , m’intérieur acceuillant ET sportif , la conso raisonnable , la conduite possible au quotidien ,es aspects pratiques (confort , son , place , accès , faicilité de prise en main) et si elle n’aura jamais l’aura de son aieule , pas grave , on en reparlera dans 50ans quand les routes (rubans solaroguidés?) seront encombrées de cubes/rectangles automatiquement conduits par « personne »…bref une SUPERBE réalisation , et bravo P.O.A ; pour l’alpine , je lis de nombreux blogs auto et tous sont positifs , y compris dans des contrées lointaines , alors chapeau ! Bonne route à tous.

    Répondre
    1. Chronogps

      Une swift qui se rapproche d’une A110 ? Quand elle est garée à côté éventuellement… Sinon je ne vois pas vraiment.

  4. Hugo

    J’ai reconnu le comodo de radio que l’on trouvait sur l’espace 2, la clio 1 et d’autres… Ca ne me choque pas puisque j’ai toujours trouvé ces comodos très efficaces et intuitifs. la planche de bord est sportive mais n’est pas à la hauteur d’une Porsche. Le son du moteur est agréable mais pas tres naturel. Elle ne peut rivaliser objectivement qu’en terme de châssis avec les autres je pense. On sent bien la radinerie du constructeur Français qui n’a pas réalisé un habitacle haut de gamme. Certe, la philosophie d’une alpine n’est pas dans le luxe et la grosse cylindrée mais quand-même… Extérieurement elle a bien jouée la carte « look rétro » comme Fiat avec sa nouvelle 500. Sinon pour arriver aussi facilement à conduire cette voiture en drift en mode track + ESP off je ne suis pas certain que l’ESP se déconnecte réellement totalement comme indiqué. Je crois que c’est grâce à lui que « tout le monde » peut s’improviser pilote. J’aurai préféré une boîte 100% manuelle et un moteur athmosphérique qui grimpe à 8000 tours/min. Enfin, les sièges bacquets sans ceintures 4 ou 6 points c’est regrettable. Surtout que ce n’est pas gênant au quotidien. Peut-être y aura-t’il des versions avec un habitacle plus soigné et un tempérament plus dur, moins asseptisé.

    Répondre
    1. gregory lopez

      Je ne crois pas que les ceintures 4 ou 6 points soient autorisées sur la route.
      Après, elle est magnifique cette auto, on a juste envie de sauter dedans pour aller faire un tour à la campagne.
      Les commodos renault et le moteur de petite cylindrée…eh bien sans cela ce ne serait pas une Alpine, non?

    2. Franck

      Au contraire, c’est tout à fait l’esprit de la Berlinette d’antan. un relatif petit moteur et un poids léger. Et vous oubliez les normes de pollution d’un gros moteur. Plus de 5000 euros sur la Porsche Cayman. Cette A110 est géniale et on comprend l’enthousiasme de son journaliste

    3. Hugo

      Les ceintures 4 points sont « préjugées » gênantes au quotidien alors qu’elles permettraient de sauver plus de vies. Si les gens y étaient favorables, elles seraient de série. Surtout pour ce genre de voiture qui incite à conduire trop vite.

      Mazda et Honda continuent de faire des motorisations athmosphériques qui sont plus propre car les nouveaux moteurs essence turbocompressés rejettes des particules.

      Oui je pense qu’elle est géniale mais je ne crois pas que la comparaison soit valable face à une Porsche. Surtout pour la qualité des matériaux. Personnellement si j’avais à choisir j’achèterai autre chose… Et puis les gens qui achètent ce genre de voitures sont certe à quelques milliers d’euros près de malus écologique par principe alors ils chouinent et puis achètent quand-même car ils sont comme des gosses fasse à un jouet qu’ils veulent absolument.

  5. Stéphane.nc

    La presse est quasi unanime. Bravo Alpine!
    Bravo, on sait faire de belles choses en France. Je n’en doutais pas mais il faut des preuves de temps en temps et celle ci est magistrale
    J’espère juste qu’on n’aura pas droit à d’infâmes SUV et autres panzers Alpine (cf Porsche et consorts…). Aussi crédible qu’Usain Bolt courant en talons aiguilles….

    Répondre
  6. Mustang98

    « Aux âmes bien nées….  » dit-on… Et la communauté des essayeurs semble unanime quand à l’extraction éminemment dieppoise de cette renaissance moderne de la genèse redélienne ! Et je ne vais pas bouder mon plaisir d’en lire quelques hagiographies, que l’on taxera invariablement de chauvinisme…
    Cela posé, je prendrai presque les paris que d’authentiques essayeurs nordiques, allemands, britanniques ou mêmes italiens seront séduits par cette A110 revisitée.
    Elle est imparfaite… Tant mieux ! Elle a sa vie pour maturer comme il faut, et répondre ainsi dans le temps à une concurrence qui ne manquera de réagir à cette piqûre de rappel mémoriel. Je rêve d’une forte résilience de son venin !
    Alors foin des commodos de Clio ou d’extracteur de Mégane RS, car ce qui la distingue du reste est infiniment plus important que ce qui la fond dans la production nationale.
    Et parce que je suis français, je goûte particulièrement l’évocation tricolore reprise tant à l’extérieur qu’à l’intérieur…
    J’ai vu passer une pub TV qui met en scène une SM 4 portes dans la cour d’un Palais de la République… Cette SM reste étonnamment moderne et donc, en voyant cette pub, je me suis pris à songer que si Alpine parvient à faire renaître l’A110, Citroën pourrait faire de même avec la SM…
    C’est un voeu pieu pour 2018…

    Répondre
    1. Gérald

      Ah la pub de Gaultier, sublime ! Pour l’A110 je crois que c’est réussi, tous ces éléments piqués sur la grande série c’est le sang Alpine, ça dérangera pas ceux qui veulent rouler différent !
      Et une Alpine n’est pas haut de gamme, c’est sportif. Le HDG c’était la fausse route des derniers modèles, la nouvelle A110 me semble enfin la digne héritière de la berlinette.

  7. Mgbgtv8

    J’adore ,ça c’est de la bagnole de bagnolard !
    Enfin une vrai voiture de sport amusante française !
    Vivement l’essai vidéo du gouvernement
    GO POA!

    Répondre
  8. Matthias Teich

    Des amitiés d´Allemagne à toute l´équipe POA.
    Je suis vos videós depuis plusieurs mois, j´apprecie beaucoup votre manière de s´approcher aux voitures, de les évaluer, de les comprendre. Je préfère les vidéos dediés aux voitures anciennes, cependant, les présentations des innombrables sont quelquefois un peu trop. Mais les gens aiment ça, et je comprends qu´il faut les présenter. Ce qui me parait très très bien et important sont les présentations des technologies modernes (Conduite assistée, hybrides etc.). Ce très interessant. Bref. Continuez comme ca, je vous aime bien

    Répondre
  9. Frédéric à Montréal

    Une voiture vraiment réussie qui fait les bons choix et un essai très intéressant, agrémenté d’anecdotes et de détails amusants ou particuliers dont Patrice Vergès a le secret.
    Et en plus, avoir travaillé à Échappement à l’époque, voilà qui donne beaucoup de crédibilité pour essayer cette Alpine.
    J’espère que certains loueurs spécialisés en auront dans leur parc…

    Répondre
  10. Benjamin G

    Merci monsieur Vergès , cela fait plaisir de voir en ce climat actuel une auto fun sympa rafraîchissante et qui plus est française rouler et exister! Je suis trop jeune pour avoir connu l’A110 a sa sortie mais elle m’a fait rêvé quand même petit par l’intermédiaire de mon père qui m’en parlait. Une bouille génial et pure qu’on retrouve dans la nouvelle sans trop faire dans le neo rétro futuriste. Je trouve qu’elle est très équilibré et à l’encontre justement des nouvelles voitures à flans tirés et courbe acérées et ça c’est top! Et ce bleu …
    Merci en tout cas pour vos articles et tests toujours si bien écrits et teintés de juste ce qu’il faut d’objectivité et de passion ^^

    Répondre
  11. Nabuchodonosor

    Patrice, vous nous mettez carrément en appétit.
    🙂
    Commodos mis à part, je craignais que cette Alpine ait d’autres relents de losange une fois proposée en version client. Apparemment il n’en est rien et c’est tant mieux. L’esprit sport GT de la Berlinette première du nom semble souffler à plein poumons du collecteur central de cette A110 et le plaisir de conduire être présent au rendez-vous des promesses énoncées. Que dire de plus sinon que dans sa robe bleue, qui est également le couleur de cet autre étendard de la France automobile qui courre, celui que Guy Ligier agitait encore et faisait briller au début des années 2000 sur les GP de F1, elle n’en est que plus désirable…

    Maintenant on a les crocs et on se languit de l’essai du trio infernal pour mieux la déguster à notre tour…
    🙂
    Nabugauche80surdroite90

    Répondre
  12. TomTom

    Désolé de saper le moral.. OK le design est sympa, extérieur surtout. Mais le volant, les commodos, les divers boutons… tout est repris de Renault. On retrouve les mêmes dans une clio… Même le pt d’échappement central est repris de la mégane RS économie oblige). Idem pour le moteur. Pas un moteur noble à mon sens – 1L8 de 252 CV. Ils auraient du (et ils en avaient les moyens) développer un moteur plus « noble », genre un 2L ou plus. Pour 60KE, ok châssis sublime, poids plume… mais c’est tout. Quand au plaisir de conduite : qui aura réellement l’occasion d’aller sur un circuit pour en profiter. Car pour le tous les jours, une 2 places, pas très pratique.

    Répondre
  13. Jean-Bernard

    J’attendais le retour de cette voiture depuis très longtemps. Cet essai donne l’envie de l’acheter mais je crois qu’il faudra être très patient car il y a de longs délais de livraison. Qu’elle est belle !

    Répondre
  14. Gérald

    « Quant à moi, j’ai adoré cette A110 qui restera l’un de mes plus beaux souvenirs parmi 1600 voitures essayées »
    Whaouuuu ! De la part de Monsieur Vergès, c’est pas un petit compliment ! Trop content qu’elle soit bien née !
    « En circuit, elle accepte de dériver légèrement du train arrière mais en prévenant gentiment. Proprement. »
    Ouf ça reste une Alpine !

    Répondre
  15. Piat Georges

    Magique !
    C’est vrai, la première Alpine était toute petite. Et l’arceau cage ne facilitait pas l’accès ! Je me souviens d’un petit extincteur aussi… L’ambiance course !

    Répondre
  16. loki

    Cette voiture donne terriblement envie, décalée par rapport à ses concurrentes, elle a tout pour plaire.

    Maintenant, il reste plus qu’à voir comment elle sera après la « première édition ». Impatient

    Répondre
    1. Phil Boo

      Cool, bravo et … MERCI !

      Ne pas oublier que : les poignées intérieur et l’éclairage provenaient de … 504, les poignées extérieur de … 504 puis de R5, les commodos et aérateurs de … R8, les clignotants de … Estafette (il me semble t-il ?) puis NSU ou Dyane, selon les années, les feux arrière et phares de … R8, longues portées de … DS, les essuies-glaces, manivelles de lève-vitre de ? les articulations de capots de 4cv (et Dauphine ?), les mécaniques de … R8 ; R12 ; R16 … bref, c’était cela l’Alpine Berlinette A110 originelle, et j’en oublie !

      Cela fait tellement longtemps que j’ai vendu la mienne …

      Ne pourrions-nous pas laisser les Passionnés se faire plaisir avant que nous connaissions de nouveau l’époque maudite où plus aucune sportive ou GT digne de ce nom ne soit produite sur notre territoire …

      Alpinement, Philippe (Phil Boo – phb77)