Opel Corsa SR 1983 : c’était mieux avant ?

Par Patrice Vergès. La semaine pour aller bosser, Katy roule au volant d’une récente Opel Corsa équipée de l’ABS, ESP, airbag et autre gadgets sécuritaires. Pour son plaisir, le week-end, Katy pilote une Opel Corsa SR 1983 dépourvue de tout cet arsenal et…. ce n’est que du bonheur !

Dessiné par le talentueux Erhard Schnell, la Corsa A a connu une très longue carrière. La SR se distinguait par son spoiler très généreux.

Dans la famille Dubourg, rouler en Opel c’est une religion de père en fils qui participe à des rallyes historique au volant de Kadett Rallye et GT/E. Passion qu’il fait partager à son épouse Katy. Comment s’est-elle entichée de cette Opel Corsa SR de 1983 ?  » D’abord, j’aime les voitures qui ont du chien. Par ses accessoires, sa couleur vive surtout en rouge, cette version sportive m’a séduite et surtout certainement parce que c’était une Opel ! J’adore sa ligne épurée et simple et son toit ouvrant transparent « .

Becquet de hayon et peinture bi-ton sur la SR

SR, la version sportive de l’Opel Corsa

Petit retour pour les ignorants de la marque allemande sur la Corsa A dévoilée en septembre 1982. Une voiture qui a connu un gros succès, produite pendant 11 ans à plus trois millions d’exemplaires rien que pour l’Europe. Un an plus tard, pour répondre à la mode florissante des petites sportives style Samba Rallye, Autobianchi Abarth et autres 205 GT, Opel dévoila une version plus affutée siglée SR. Sous le capot on retrouvait le moteur de la Kadett 1300 en version 70 ch contre 55 pour la Corsa 1200 liée à une boite à 5 rapports. Esthétiquement, elle se particularisait par son spoiler plus imposant, son becquet de hayon, sa peinture biton et surtout par ses très belles jantes en alliage léger de 14 pouces chaussées en 165.

Un diamètre colossal il y a 35 ans ! L’habitacle se différenciait par ses beaux sièges Recaro et une instrumentation plus riche. La Corsa SR était affichée à 48 770 francs, somme qu’on peut comparer aux presque 20 000 euros que vaut une Corsa 1,4 l turbo 115 ch d’aujourd’hui. Elle pointait à 160 km/h et les essais presse de l’époque louait sa présentation et son équipement et critiquait sa 5eme beaucoup trop longue et son train avant perfectible. Ce sont justement ces défauts qui séduisent Katy.

L’instrumentation était plus généreuse avec 6 cadrans dont un mano d’huile. Le volant plus esthétique est emprunté à une Corsa GSI 100 ch dévoilée en 1988

 » J’aime bien me mettre dans le rouge »

 » A son volant, Je m’amuse beaucoup plus qu’avec une voiture moderne. Je tire sur les régimes et j’aime la sonorité assez forte de sa mécanique. C’est plutôt sportif comme conduite. Sur les petites routes désertes, j’aime bien la piloter à la limite et quand elle part des fesses, j’adore la rattraper. On ressent bien plus de joies de pilotage et bien plus de sensations car il faut savoir contrebraquer et anticiper les glissements de ses essieux ». Katy qui a un sacré tempérament avoue  » Qu’elle aime bien se mettre dans le rouge ! »

Pour assurer sa sécurité, David a entièrement révisé le train roulant, changé les amortisseurs et les freins et vérifié soigneusement le moteur dont il ignore le kilométrage et acheté quelques accessoires.  » Elle affiche 88 000 km au compteur mais je pense qu’elle a peut être 188 000 km ou 288 000 km, mais elle tourne comme une horloge. C’est une Opel ! Je l’ai fait repeindre d’un rouge légèrement différent et pour qu’elle soit parfaite, il me faudrait refaire le sigle SR à l’arrière et faire restaurer les sièges Recaro. Mais j’ai trouvé du tissu de Kadett GTE qui ferait l’affaire ».

Sous le capot, on retrouve le 1300 cm3 à arbre à cames en tête de la Kadett 1300 redescendu à 70 chevaux contre 75

Bien sûr, nous n’avons pas manqué d’aller dégourdir les jantes de cette petite bombinette qui semble bien chétive aujourd’hui (3,62 m). Je l’avais essayée en son temps mais c’est si vieux. Tout est dur, la direction, la suspension, les plastiques sauf les sièges assez confortables. Le 4 petit cylindre échappe un ton rageur et la petite voiture rouge avale goulûment les virages comme un ado les M&M’s. Il faut préciser que cette Corsa pèse à peine 760 kilos contre près de 1200 pour une 2017. Et si c’était mieux avant ?

Très belles jantes en alliage léger de 14 pouces chaussées en 165

Le rétroviseur caréné droit était optionnel facturé 412 francs (autour de 175 euros) ainsi que les glaces teintées (536 francs ) et le toit ouvrant optionnel ( 1416 francs) et la couleur spécifique ( 343 francs) qui équipent cette voiture

Son designer avait dessiné des ailes gonflées comme sur les Groupe 4 de compétition de l’époque pour donner un aspect plus viril à sa silhouette. Pour la Corsa B, Opel reviendra à des lignes plus douces

Pub d’époque qui met en avant la sportivité de la SR avec « prêt à foncer « . Interdit aujourd’hui !

Katy adore la conduite sportive !

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « Opel Corsa SR 1983 : c’était mieux avant ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Noël RHODDE

    Comment vous avez fait POA??? Un moment que je cherche des annonces et des infos du modèle sur le net et que dalle, à peine 3 photos yougoslaves de SR tunées et tout le monde semble s’en foutre de cette corsa, je commençais à penser qu’il devait même plus y avoir une SR roulante en france. Et là bim, poa nous en sort une superbe…

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Merci pour l’info. Cette caisse était très légère et très vive. J’ai un excellent souvenir du maintien des sièges, des jantes ravissantes et … du pédalier désaxé si ma mémoire est bonne.

  2. Patrick

    Et oui. C’était mieux avant. On dominait son sujet de A à Z. On conduisait sa voiture, ce n’était pas la voiture qui vous conduisait.

    Répondre
    1. Olivier

      Un truc très drôle sur cette voiture, tu démonte le bouton de warning, tu le remontes à l’envers et plus besoin de clé de contact !!!

  3. Karl Champ-Léger

    Oh !
    Z’est une nouvelle foiture ?
    Elle a eine folant chauffant’ ?
    Et elle se kare doute zeule ?
    Afec une kaméra te recul ?
    Ach, z’est koi komme foiture ?
    KOI ?
    Opel ?
    Oooh….

    Répondre
  4. lp2b

    Une autre époque, d’autres BELLES voitures !
    Toute une époque ….
    Mais quel plaisir de remonter le temps grâce à POA ! {Souvenirs de nos jeunes années}
    Pourrions nous aujourd’hui nous passer de toutes les aides à la conduite, ainsi que du confort que nos véhicules actuel ?

    Répondre
  5. Piat Georges

    J’adorais ces voitures « aquarium », avec cette surface vitrée maintenant oubliée.
    Et puis la présence de la montre à aiguilles qui a disparu sur nos bagnoles modernes… Ah si, on la trouve encore sur les Rolls, Porsche et Suzuki Vitara !

    Répondre
  6. VD

    Du temps où l’on conduisait une voiture avec ses tripes, où l’on reconnaissait à la seconde un nouveau modèle qui sortait, où un compte tours nous rendait heureux.
    Aujourd’hui, c’est écrans, esthétique improbable (non mais les voitures électriques, le look!) , aucune sensation.
    Ce type de voitures a un immense avenir, pourvu qu’elles restent abordables.
    Longue vie à POA

    Répondre
  7. Christophe BONNIN

    Un détail : Sur la photo de la voiture essayée, la marque du pneus confirme la jante en 14 pouces indiqué dans l’article. En revanche, l’affiche de la publicité indique des jantes de 13 pouces. Les 14 pouces étaient peut être une option ? Ou alors, les premières SR ont commencés leurs carrières en 13 pouces puis ont ensuite été chaussées en 14 pouces ?

    Répondre
  8. Mustang98

    Ah ! les p’tites voitures boulettes du début des années 80, toutes marques confondues, avaient bien une âme et ce faisant, du charme !!!
    Je plussoie par ailleurs l’avis de Chapman sur la Volvo 345 GL, avec laquelle j’ai fait un tour du « Caillou » mémorable avec mon frère, après l’incendie du tableau de bord de ma déjà vieille Hyundai Pony diesel de 78… Même si les lames AR nous assommaient de coups de raquettes intempestifs sur le revêtement inégal des routes de la Cote Est…
    Quand à la Corsa, je crois me souvenir, qu’un peu plus tard (85 ou 86), le blitz en sortit un modéle GSi un peu plus pointu et généreux en sensations que la SR !

    Répondre
  9. Bernard

    Ah, j’ai eu une Corsa mais pas une SR mais une GSI beaucoup plus puissante. C’est vrai que sa tenue de route n’était pas sa principale qualité mais elle était très nerveuse et je m’amusais à « chatouiller  » les 205 GTI pas plus nerveuses mais plus rapides en pointe. C’était un autre temps où il y avait moins de radars sur les routes. Aujourd’hui, pour faire le même trajet de 70 km, je mets 30 mn d e plus au volant de volant de la Volvo. Mais que de bons souvenirs !

    Répondre
  10. Polo

    Cathy, la Corse Rouge et les plages Océanes !
    Quel immense surprise de te voir sur POA ?!
    Devinette :
    Une ballade à la plage il y a 15 ans, arrivée en vieille 605, une maison vide, des linges blancs sur tous les meubles … Ca te rappelle quelque chose ?

    Administrateur, pouvez vous communiquez mon message à Carhy s’il vous plaît ?
    Pouvez-vous lui communiquez mon mail aussi s’il vous plaît ?
    Comme c’est drôle de la retrouver par POA !!!

    Merci beaucoup !!

    Répondre
  11. ques

    La Corsa SR avait du chien (très beaux sièges) , la Corsa Steffi (prononcer CHTÉFFI) avait du chiwawa ! mon prof de commerce en avait une, un copain allemand se bidonnait rien qu’à son évocation !

    Répondre
  12. chapman

    J’avais craqué à l’époque pour une Corsa 12S dont j’avais adoré la ligne. Par contre, en ce qui me concerne, je suis navré de dire que j’ai détesté cette auto pour son inconfort (ah le souvenir d’une montée vers Paris, après le péage de Fontainebleau, sur les portions rainurées et surtout les plaques disjointes), je me tapais littéralement (pour de vrai) la tête au plafond. Je redoutais aussi son train avant louvoyant et son moteur mollasson et gourmand. Un retour du midi avec le mistral dans le nez et j’avais du resté en troisième (sur cinq!!) pour une conso gargantuesque.
    Je ne l’ai gardé que trois mois et l’ai remplacé par une auto qui a toujours été décriée et qui a aujourd’hui complètement disparu du paysage et des petites annonces; une Volvo 345 GL…..qui reste un excellent souvenir même si un peu gourmande.
    J’ose espérer que cette version sportive avait au moins droit à une barre stab’ sur le train avant. Je ne doute pas que les 70cv soient plus réactifs que les 55 bourricots assassinés par la boite désespérément longue de ma version…
    Maintenant chère Katy, j’approuve votre choix parce que cette voiture reste charmante à regarder et je ne doute pas une seconde que vous vous amusiez avec sur les petites routes.

    Répondre
  13. damien

    Bel écho aux récents débats sur le « less is more ».
    Un copain avait cette voiture il y a…..25/30 ans. Putain 30 ans. D’après mes souvenirs c’était une occasion sans le sigle « SR ». Cette absence de survitamine ne l’a jamais empêché de mener la troupe de ses passagers récurrents en virée à travers la campagne.
    Pourquoi rouler lentement par le trajet le plus court quand on peut rouler à fond par des détours déserts et improbables ?
    Toute une époque…

    Répondre