Imaginons demain (1) : Less is Motor

POA inaugure une série d’entretiens avec Michaël OUALID. Chaque mois, le Ministre du Futur, de l’Innovation et des Solutions de demain viendra partager son point de vue subjectif, décalé mais néanmoins réfléchi sur un sujet automobile. C’est une nouvelle opportunité pour s’essayer à penser différemment, donner votre avis et poser vos questions quant aux alternatives « pour sortir l’automobile de cette voie de garage ».

Ingénieur, designer, ex-directeur au Centre de Style PSA et créateur du Centre de Design Stratégique pour le groupe Volkswagen, Michaël a aussi participé à différents projets de véhicules électriques tel Mia ou Mindset. Dés 2012, son FREE CAR PROJECT© défraye la chronique, et nous aurons l’occasion de reparler ici de la « voiture gratuite ». A Detroit, il collabore aux créations de EQUUS AUTOMOTIVE, constructeur indépendant spécialisé dans la renaissance des icônes du rêve américain. Expert de l’industrie automobile, il fût en charge d’enseigner les nouvelles mobilités à l’ESTACA et conférencier à l’ESSEC sur la créativité dans l’Industrie. 

Michaël pense que l’Automobile a raté le virage du XXIème siècle: « – La vision centrée uniquement sur le produit, identique de Logan à Bentley, induit directement les dérives du -toujours plus de produit dans le produit-. Nous ne sommes plus que les spectateurs des combats de titans entre constructeurs, pour lesquels on nous demande d’applaudir avec nos carnets de chèques.

L’industrie Automobile devrait s’attaquer directement aux problèmes écologiques, économiques et sociologiques de notre époque au travers des nouveaux modèles économiques qui prospèrent sur internet. Et non pas en plaquant platement des écrans sur tout ce qui bouge, car il ne faut pas confondre la fin et les moyens, ce n’est pas parce que la technologie peut le faire qu’il y a de l’intelligence dedans.

Cela permettra de ne plus pervertir le Design pour justifier l’obsolescence programmée d’un Marketing lui-même obsolète, mais plutôt redonnera du sens et de l’élégance à ces nouveaux véhicules plus ouverts aux aventures de notre époque. »

Dans ce premier épisode-teaser, Michaël esquisse quelques unes des réflexions qui serviront de base dans les prochains épisodes qui analyseront précisément différents domaines de la Mobilité. Le mois prochain nous aborderont le FAIR CAR PROJECT©, alternative plus « juste » aux Tesla S et autres futures berlines technophiles à la BMW i5.

English Version

POA inaugurates a series of interviews with Michaël OUALID. Every month, the Minister of the Future, Innovation and Solutions for Tomorrow will come to share his subjective, offbeat but nonetheless thoughtful point of view on an automotive topic. This is a new opportunity to try to think differently, give your opinion and ask your questions about alternatives « to get the car out of this sidetrack ».

Engineer, designer, former director at the PSA Style Centre and creator of the Strategic Design Centre for the Volkswagen Group, Michaël has also participated in various electric vehicle projects such as Mia and Mindset. From 2012, his FREE CAR PROJECT© is in the news, and we will have the opportunity to talk about it again. In Detroit, he collaborates with the creations of EQUUS AUTOMOTIVE, an independent manufacturer specialized in the rebirth of icons of the American dream. Expert in the automotive industry, he was in charge of teaching new mobility at ESTACA and lecturer at ESSEC on creativity in industry.

Michaël thinks that the Automobile has missed the turn of the 21st century: « – The product-centered vision, identical from Logan to Bentley, directly induces the drifts of the -always more product in the product-. We are only spectators of the titanic battles between manufacturers, for whom we are asked to applaud with our checkbooks.The automotive industry should directly address the ecological, economic and sociological problems of our time through the new business models that thrive on the Internet. And not by flattening screens on everything that moves, because we must not confuse the end and the means, it is not because technology can do it that there is cleverness in it. This will no longer allow us to pervert Design to justify the planned obsolescence of marketing itself, but will rather give meaning and elegance to these new vehicles more open to the adventures of our time. »

In this first episode-teaser, Michaël sketches out some of the reflections that will serve as a basis for the next episodes that will analyze precisely different areas of Mobility. Next month we will be looking at the FAIR CAR PROJECT©, a more « fair » alternative to Tesla S and other technophilic sedans as BMW i5.

L’avis des Petits Observateurs !

32 commentaires au sujet de « Imaginons demain (1) : Less is Motor »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. gregory lopez

    Merci d’oser un point de vue différent -et argumenté- pour redonner du sens à l’automobile.
    L’automobile a encore un énorme potentiel d’évolution devant elle mais elle ne le fera pas en ajoutant des Leds, des trucs en plastique partout et des roues de 20 pouces inconfortables.

    A ce titre l’exemple de la MGB dans la vidéo est parlant (sans parler de nostalgie) : ligne simplissime, mécanique simplissime, potentiel affectif gigantesque. Ne serait-ce plus possible?

    Répondre
  2. damien

    apres avoir visionné cette conversation plusieurs fois et lu attentivement les commentaires, je me pose cette question : si je partage la remarque sur la Jaguar de Mr OUALID (c’est une voiture qui n’est pas juste jetable, même 40 ans apres sa sortie), je me demande si l’automobile PEUT être « simple ».
    je le souhaite de plus en plus, surtout quand le coffre de mon véhicule est ouvert d’après mon tableau de bord alors qu’il est fermé, mais le capteur doit être fâché.
    mais suis-je près à dire bye bye à mon radar de recul ? à l’ESP, l’airbag, l’ABS,……
    il faudra je pense accepter de passer par une phase de réaclimatation à la simplicité. je le dis en toute humilité.
    peut etre que DACIA est la seule marque qui assume cela à ce jour.

    Répondre
  3. Dubby Tatiff

    L’aspect politique et donc règlementaire est également un facteur clé de l’évolution du futur automobile.

    Si demain une loi taxe lourdement les voitures neuves non plus selon leurs émissions de CO² ou de NOX, mais selon leur consommation réelle, alors la typologie des voitures chez les concessionnaires s’en trouverait lourdement modifiée.

    Imaginons par exemple que l’état décide de taxer lourdement toutes les voitures qui consomment plus de 2.5 litres aux cents à 90 km/h tout en conservant les mêmes normes de sécurité, alors immédiatement la chasse au poids serait engagée chez les constructeurs et le discours marketing serait adapté en conséquence.

    Répondre
  4. ATP

    Que de questions intéressantes, merci POA et Michaël! Sur des sujets liés à la masse & la problématique générale de l’empreinte écologique de la voiture, j’ai lu avec intérêt le modèle de riversimple https://www.riversimple.com/how-the-business-works/ dont je trouve le discours marketing très XXIème siècle. A l’évidence ce n’est pas un géant de l’industrie automobile mais au fond ne s’attendons nous pas à ce que la nouveauté vienne d’ailleurs dans cette industrie mature où les « incubents » doivent avant tout faire la même chose qu’avant en mieux?

    Répondre
    1. michaël OUALID

      RiverSimple est la seule initiative réellement contemporaine que j’ai vu depuis des années.
      Le « produit » est encore un tout petit peu trop « dessiné »(même si plutôt très réussi) pour réussir à sortir du « j’aime/j’aime pas » qui déclenche cette attente marketing d’en attendre plus. Un dessin plus sobre (donc potentiellement plus élégant) permettrait de se concentrer plus sur l’histoire qu’ils ont à raconter. C’est un détail, par rapport à tout ce qu’ils ont accompli, techniquement et sur le modèle économique. Et puis, à leur décharge, vu leur taille, ils ont besoin d’exister visiblement.
      Je pense toutefois que seuls les grands constructeurs peuvent, grâce à leur outil industriel et à leur réseau, avoir une réelle influence sur nos problèmes écologiques, sociologiques et sociétaux. D’ailleurs c’est bien le cas aujourd’hui, dans le mauvais sens…

    2. ATP

      Merci Michaël, je partage tes doutes sur les faibles chances d’un impact global d’une sorte de « boutique » automobile comme riversimple, aussi vaillante soit-elle. Je suis plus pessimiste sur ta dernière partie, à propos de l’outil industriel et du réseau justement. Pour mettre les aspects sociétaux et écologiques en premier plan d’un modèle business, l’outil industriel et le réseau existant agissent plutôt comme des freins. Je ne connais pas l’industrie automobile, mais dans l’industrie que je connais mieux (le soft) c’est largement le cas. Ton usine est façonnée par le modèle économique, mais du coup elle change extrêmement difficilement pour s’adapter à un autre modèle. En transposant (peut-être à tort, je pense à la manière dont tu bosses avec tes fournisseurs, dont tu collectes de la valeur de tes clients et les incentives de tous ces acteurs), la « machine » industrielle et le réseau ont comme mission de faire mieux ce qu’ils savent déjà faire (fabriquer et vendre plus d’unités de produit pour moins cher) et s’adaptent difficilement à un autre modèle de business. D’où le fait que « ça va dans le mauvais sens » — c’est la nature de la bête!

      En tous les cas votre sujet est super, continuez!

  5. ques

    « l’embonpoint marketing de notre époque ridicule. »

    Merci Mickael, c’est la meilleure définition du SUV que je n’ai jamais lue !

    En 1982, citroen lance la BX avec une belle reflexion sur la baisse du poids : capot et haillon arrière en matériaux composite. J’ai une Bx essence 1400 cc de 1987 et de 62 cv qui se comporte admirablement dans la circulation actuelle ! et quel confort. Prix d’achat : 650 €.

    Répondre
  6. Mat Ador

    Concernant la sécurité, vous dites Michaël OUALID, la masse est l’ennemi direct. Il est aisé de comprendre que le poids est synonyme d’allongement du temps de freinage, de raccourcissement des limites d’adhérences et facteur multiplicateur des efforts portés sur les structures en cas décélération brutale (choc).
    Il me semble néanmoins qu’il soit, paradoxalement, l’ami du bien lorsque deux masses en mouvement de tailles sensiblement différentes, se rencontrent. Avez-vous déjà essayé de déstabiliser un sumotori ? Hum, moi non plus mais je suis certain que mon quintal bien tassé ne pèserait pas très lourd en pareil cas… Mes souvenirs de drames concernent précisément ce cas de figure et la chance, si je puis dire, était toujours in-fine, du côté des occupants du plus gros véhicule… J’ai, par ailleurs, fait beaucoup de moto dans le passé, je ne craignais pas ou peu les pièges de la chaussée ou ceux liés à son état (because vista et anticipation sont les deux mamelles de la survie du motard), mais je me sentais totalement impuissant face aux mauvais comportements des autres usagers de la route tout comme je pense l’être encore aujourd’hui en voiture. Voilà pourquoi je roule blindé sur quatre roues… Toutes mes excuses pour la planète, mais à mon corps défendant, je roule à vélo et marche autant que Dieu puisse me le permette.
    Et mille merci pour à tous pour ce débat de POA.

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Mat, je ne suis pas sûr que la métaphore du sumotori puisse vraiment s’appliquer ici, car son corps absorbera l’énergie par déformation. Je pense qu’un gros mou encaisse mieux qu’un gros dur.
      Deux véhicules de masses et de vitesse différentes qui se percutent provoquent une somme d’énergie (d’autant plus importante que la masse et la vitesse le sont). Les deux véhicules seront donc égaux face à l’ampleur de cet événement, et devront dissiper cette énergie avant qu’elle ne remonte dans nos organes, du mieux qu’ils sont conçus pour. C’est à dire que les masses et les vitesses créent l’énergie, puis c’est les conceptions « géométriques » de chacun des véhicules qui géreront ce même problème. Si la voiture est pleine de points durs qui ne se déforment pas, l’énergie remontera dans l’habitacle, surtout si elle est « blindée ».
      Il faut trouver le meilleur compromis à notre échelle.

    2. chapman

      Une petite vidéo anglaise qui remet un peu les pendules à l’heure quant à ce que l’on perçoit de la sécurité du fait notamment de ce que la publicité inscrit de façon plus ou moins subliminale dans notre cerveau reptilien. Même après avoir vu cette vidéo, j’hésiterais encore, tant l’image de tank de Volvo est fortement attachée à la marque.
      Le bémol, pour être tout à fait juste, c’est les plus de vingt ans qui séparent la conception de ces deux autos.
      https://www.youtube.com/watch?v=qBDyeWofcLY

    3. Mat Ador

      Tout d’abord merci de cet échange dont vous me faîtes l’honneur, je suis touché.
      Michaël, Vous avez sauté à pieds joints sur le mot blindé qui lui était la métaphore du niveau de protection recherché, car je ne m’étonnerai pas qu’une bagnole de série d’aujourd’hui puisse dans certains cas s’apparenter à un sumo absorbant l’énergie (calcul des éléments finis). Evidemment tout dépend de l’équation (Ec = ½ x m xv²) qui arrive en face. Lapalissade : Plus je roule et plus je prends de risques. Au bout du raisonnement cela donne : Plus je roule dans un bidule lourd et plus j’ai de risques qu’un bidule moins lourd me percute. Ce cas échéant permettant de démontrer toute l’étendue de ma mauvaise foi, étudions la dissipation de l’énergie cinétique sur les deux véhicules, le gros et le petit. Là encore tout dépend des vitesses respectives de l’angle et des structures soumises à l’effort, mais bon, en gros, le gros absorbera en se déformant une part de l’énergie venant du petit, alors que le petit, du moins ce qu’il en reste une fois sa part d’énergie absorbée, ira valdinguer dans le sens opposé jusqu’à dissipation totale, ce si la scène se déroule en rase campagne, ou jusqu’à son atterrissage près d’un point dur… Et lààà… Voyez où je veux en venir… Bon ok les mecs, je sens bien que je rame à contre-courant. Peut-être que la vidéo ci-après illustre mieux mon propos : https://www.youtube.com/watch?v=YHMjMud8Vto

    4. chapman

      Oui, cette vidéo est atroce. Comme disait Audiard, quand les mecs de 130 kilos parlent, les mecs de 60 les écoutent. Un camion de 20 tonnes aura toujours raison contre une auto, même de deux tonnes.

  7. Frankreich

    C’est intéressant pour un prologue, car pour le moment, la vision de Mickaël n’est pas limpide pour moi. Je suppose que la suite m’éclairera.
    C’est pour le moment essentiellement un constat partagé par beaucoup. Trop de marketing, de novlangue, beaucoup de fonctions en silo chez chaque constructeur, okok je suis d’accord. . Mais la critique vaut-elle pour le système capitaliste dans son ensemble ou pour l’automobile spécifiquement ? J’ai l’impression d’entendre les arguments des tenants de la « décroissance » qui estiment assez logiquement qu’on ne peut indéfiniment consommer toujours plus en étant de plus en plus nombreux dans un monde aux ressources limitées. Donc on touche à un débat bien plus large que l’automobile ou la mobilité. L’automobile suivra la tendance de la société, je doute qu’elle initiera ce mouvement.
    Pour revenir à l’automobile, je suis perplexe en ce qui concerne spécialement la critique faite au poids croissant des modèles. C’est indéniable si on regarde sur 30 ou 40 ans. Mais sur les dernières années, les efforts d’allégement ne consistent pas gagner 20kg comme c’est dit, mais plutôt de 100 à 400kg d’une génération à l’autre sur les dernières années. On ne peut pas déplorer la prise de poids et dénigrer les efforts récents des constructeurs. Après on sait très bien à quoi est due la prise de poids depuis 40 ans. Il s’agit d’abord de sécurité passive et je ne vois pas ce qu’on peut redire à ça. Oui les sièges massants ou les suspensions pilotées ne sont pas toujours indispensables, mais je doute que ces équipements de confort ou à la mode soient les principaux accusés au procès de l’obésité automobile.
    Vous illustrez ces propos avec l’exemple des rétroviseurs. A vous comprendre, des rétroviseurs plus grands, qui ne sont pas inopérants en hiver et qui alertent de la présence d’un véhicule dans l’angle mort ne sont pas nécessaires ? Je ne peux pas être moins d’accord avec ça et je n’ai pour ma part aucune nostalgie pour les 16000 morts par an sur les routes de France dans les années 70. Idem pour l’ABS, l’ESP ou les airbags.
    Pour finir, l’exemple des phares est intéressant. Après n’avoir été que des lanternes pendant près de 100 ans, ils se sont complexifiés et commencent à être capables de s’interconnecter à des systèmes tels que le GPS pour améliorer leur efficacité.
    Tout cela n’est qu’un début puisque le 21e siècle démarre seulement, mais j’ai la nette impression que l’automobile s’est bien plus bougée en moins de 20 ans qu’au cours des 100 premières années. La conduite autonome va devenir le grand sujet des prochaines années et devrait permettre de changer assez profondément le rapport des propriétaires à leur véhicule, en le ramenant à une notion bien plus utilitaire qu’aujourd’hui.
    Bref je n’ai pas bien saisi la logique générale, j’attends donc la suite avec impatience, et une nouvelle fois, il n’y a que sur POA qu’on parle de ça, alors keep going !

    Répondre
    1. michaël OUALID

      Merci Frankreich d’avoir pris le temps de challenger sur toutes ses facettes, ces cinq minutes de conversation à bâtons rompus.
      C’est parce qu’il y a beaucoup de noeuds dans cette pelote qu’est devenue l’Industrie Automobile, que nous avons décidé avec Renaud de faire cette série d’épisodes qui seront le plus précis possible, un sujet après l’autre, pour essayer d’y voir plus clair grâce à un éclairage différent.
      . En ce qui concerne le changement de société, je pense que l’Automobile peut être locomotive du fait de son empreinte écologique, économique et sociètale d’une échelle largement supérieure aux tomates et aux tee-shirts (où il existe déjà beaucoup d’initiatives pertinentes qui sont engagées par des gens brillants). De plus c’est une industrie qui ne se porte pas si bien que cela, relativement aux nombres de talents, de passionnés et d’investissements en présence. Mon analyse est que le marketing automobile est tellement à contre-courant de notre époque (et malheureusement très efficace, comme tous les métiers de l’industrie Automobile), qu’il est possible d’avoir de grands effets avec peu de moyens, juste en changeant de point de vue sur les modèles économiques.
      . La SECURITE est le sujet évidement centrale de l’Automobile, et nous y consacrerons un épisode.
 Les voitures sont devenues plus sûres au XXIème siècle UNIQUEMENT grâce à la nouvelle puissance de calcul qui permet d’affiner la modélisation de la transmission des efforts dans les châssis (méthode de calcul par éléments finis). C’est à dire qu’avec le savoir-faire des ingénieurs il est aujourd’hui plus facile de savoir exactement où renforcer (et où ne pas le faire) la structure pour que la voiture absorbe les chocs à la place des occupants. Cela permet une optimisation de la masse. Car la masse est l’ennemi DIRECT de la sécurité, active comme passive. C’est la seule vérité à laquelle se raccrocher à notre époque, puisque cela repose sur les lois de la physique. A pneus, répartition des masses et freins égaux, une voiture plus légère freinera plus court qu’une voiture plus lourde. Idem pour la tenue de route en virage. Idem pour les G à encaisser lors des crash-tests, auxquels vous faîtes allusion. La puissance des chocs est directement reliée aux masses en présence, et également répartie entre les véhicules. L’absorption de l’énergie avant d’atteindre les occupants se fait dans les « vides » de la voiture. L’idéal en terme de sécurité, est une voiture légère, longue et pleine de vide (et basse) qui dissipe pertinemment l’énergie en s’écrasant le plus possible. Malgré la première impression, un tank n’est pas (non plus) l’ami de ses passagers. Inutile de parler de la consommation, des émissions, et des performances qui sont grevées elles-aussi directement par l’embonpoint marketing de notre époque ridicule.
      A prestation égale, une voiture récente devraient donc être plus légère que ses ancêtres, hors c’est bien le contraire que nous voyons (+40% en trente ans, de 890kg en 1984 à 1247 kg en 2014 d’après l’Argus).
      Il ne faut donc pas confondre les différentes causes des différents effets. Les quatre roues motrices, les airbags, les pneus énormes,… sont des « astuces » (lourdes) qui permettent de passer les tests d’homologations MALGRE le surcroit de poids marketing (vendre toujours plus de produit dans le produit > SUV break décapotable de course – bientôt à 6 roues). L’ABS est une solution légère et intelligente pour garder en 1978 les séries 7 BMW sur la route. Comme l’ESP en 95 pour ces mêmes série 7 et S-Klasse Mercedes. Ce sont d’autant plus de bonnes solutions (pour contrecarrer les effets pernicieux de la masse) qu’elles ne pèsent pratiquement rien. Mais ça, c’était avant.
      La diminution du poids est un pas énorme en terme de sécurité, comme d’écologie, sans parler de notre pouvoir d’achat. Et pour changer drastiquement de direction sur ce sujet, il nous faut trouver d’autres histoires à raconter que « juste le Produit ». J’espère que ce sera plus limpide dans les prochains épisodes.

    2. Frankreich

      Merci pour cette vaste réponse. J’ai hâte d’avoir la suite, car clair ou moyen clair (à mes humbles yeux), je ne me lasse pas d’en entendre parler. Et je ne désespère pas de devenir plus clairvoyant car il ne faut pas toujours attendre des autres..
      En tous cas, je crois pouvoir dire que vous approuvez pleinement la philosophie de l’Alpine A110 et son goût du cercle vertueux. Si mon analyse est juste, nous partageons là un grand point commun.

  8. Bbj

    Passionnant mais franchement toujours ces problemes de volumes ca rend penible a ecouter. Le micro bordel ! Ou le réajustement des niveaux au montage. J ai l impression que Renaud ne regarde pas ses videos, l amateurisme a son charme mais ca va cinq minutes. C est au détriment du message, pourtant souvent genial

    Répondre
  9. Amok

    En médecine et dans la théorie de l’évolution des espèces il est dit que « la fonction crée l’organe » (en gros là où il y a un besoin il y aura une fonctionnalité).
    En écologie, dans l’objectif de préserver notre planète, et accessoirement d’éviter la disparition de l’espèce humaine, il est communément admis qu’il est impossible d’envisager « une croissance infinie dans un monde fini ».
    Considérant cela, quel est le futur de l’industrie automobile et plus généralement des acteurs de la mobilité ?

    Vous avez 4 heures.

    NB : Afin de ne jamais oublier de contextualiser notre propos et d’éviter de parler en termes de généralités, notons que M. Oualid nous indique rouler en Jaguar XJ datant a priori des années 70, ce qui lui permet de suggérer la pertinence d’un objet ancien et néanmoins encore adapté aujourd’hui. Ceci dit il omet de nous indiquer quel usage il a de cet objet, automobile en l’occurrence.

    Répondre
    1. Mustang98

      Oui, mais avec ces toutes premières assertions, ce bon Monsieur Oualid, est d’ores et déjà rangé, par les valets du système, dans la case des complotistes infâmes !!!
      Aucune chance…
      À mes yeux ça vaut certificat de pertinence…

    2. Nabuchodonosor

      Oui, je oualide mon Président, euh mon Commandant.
      Mes respects mon Capitaine… Mon Amiral pardon.
      🙂
      Navaitpastoutbu

  10. Mat Ador

    Light is right, less is more, ouai ça me parle bien à moi aussi…

    Quoique… Pour assurer ma mobilité et celle des miens qui me sont chers, j’ai opté pour un gros SUV bien lourd et bien puissant (j’entends déjà la clameur des applaudissements nourris dans la salle… 😉 ), pour deux sinon trois raisons qui ont emportées toutes les autres :
    La sécurité, le confort et l’espace : J’ai ma foi un peu vécu et vu malheureusement beaucoup trop de drames de la route qui m’ont finalement conduit à rouler dans un panzer afin que nous soyons le mieux protégé possible du monde extérieur hostile (la représentation sociale n’y est pour rien je vous assure). Je ne sais pas pour vous mais mes trajets réguliers en auto sont inlassablement faits d’embouteillages et, pour le temps qu’il reste, de la traque permanente du gendarme couché, caché ou déguisé en boîte à photos… Bref, c’est devenu chiant de conserver quelques points et le plaisir est relégué aux petites routes des dimanches de la belle saison pour lesquelles je daigne à sortir mon roadster cabriolet tous chromes dehors et je précise, à ressorts très dur et sans aucuns boutons sur la planche de bord. Quant aux petits et courts trajets du quotidien, je sors mon VAE. Je sais c’est dangereux, mais je m’en tamponne le coquillard car je ne mets pas la vie d’autrui en danger, cela m’entretient et l’air frais me vivifie l’esprit… Ces trois véhicules conviennent à mon bonheur.

    Répondre
  11. Mustang98

    Voilà, j’ai écouté et l’idée que j’en avais après lecture de l’intro est confirmée… C’est pile poil ce que je pense ou l’idée que j’ai de l’évolution automobile depuis une quinzaine d’années !
    Le mieux disant technologique n’étant pas fatalement le garant d’un mieux vivre automobile…
    Heu M’sieur l’Ministre, Uber, c’est juste le nouveau nom donné à l’esclavage ; et qui rend ses lettres de « noblesse » à cette litote disant que le travail rend libre !
    La marchandise humaine n’ayant pour seule vocation que celle de consommer comme le suggère M. le Ministre : « Nous ne sommes plus que les spectateurs des combats de titans entre constructeurs, pour lesquels on nous demande d’applaudir avec nos carnets de chèques.  »
    Prenons garde à ce que la société bien pensante ne nous accuse pas, bientôt, nous bagnolards, de n’être que des traîtres au système…
    Vivement la suite… More is less !

    Répondre
  12. Mustang98

    Ouh la ! V’la du lourd… Pas encore écouté la vidéo, il va me falloir être au calme pour l’apprécier étant donné l’intérêt suscité par la lecture du papier d’intro.
    Mais je plussoie déjà les 2 avis publié juste en dessous…
    Merci au nouveau Ministre POA de voir loin, enfin déjà plus loin que le bout du nez des constructeurs…
    Je mate ça et je reviens…

    Répondre
  13. Nabuchodonosor

    Excellente série Monsieur le Président et superbe intervention de le Ministre du Futur. J’applaudis et je bisse. Je sens que l’on va se régaler. Waouh, POA ça m’cause grave !

    Une petite anecdote pour illustrer humblement votre propos :
    Je me trouvais il y a quelques temps dans les embouteillages quand le plus jeune de mes gamins vint me rejoindre et s’installer sur le siège passager. Comme il me toise toujours de son air narquois, je me mets aussitôt à bidouiller mon GPS in-board dernier cri pour lui montrer que je ne suis pas si ringard et complètement has-been que cela. En moins de deux à l’énoncé du but de la course, il me trifouille mon smartphone qui gisait là sur la console centrale et me programme dessus le trajet avant même que j’ai pu entreprendre de le faire sur le gros écran tactile central. Et bien en comparaison mon Aillefone que je me suis offert par des points de ouf accumulés sur l’abonnement est cent fois plus rapide et performant que cette foutue option à plusieurs milliers d’euros que je prenais pour le nec plus ultra et qui s’illumine sur tout le centre du tableau de bord… L’option que j’ai cochée est non seulement inutile mais elle rend obsolète toute la bagnole à la première MAJ. Nous avons trouvé une place de stationnement grâce au smartphone et rejoins le restaurant à pieds en suivant le parcours piéton qui était plus rapide que le trajet en voiture… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ?
    🙂
    Nabu-mavessie-est-aussi-une-lanterne

    Répondre
    1. chapman

      C’est ce que je me tue à dire, ces GPS de bagnole ne servent à rien à celui qui possède un smartphone ni à celui qui n’en possède pas (car il ne saura pas le faire marcher (hin hin!)

  14. Chapman

    I love you Mickaël !!!!
    Tout ce que vous dites est frappé au coin du bon sens. Vous mettez les mots sur ce que nous ressentons tous, c’est évident, le développement ne peut être en constante progression et nous nous éloignons tous les jours un peu plus de nos fondamentaux.
    Je relis une nouvelle fois cette vidéo…..c’est trop bon.
    Merci POA.

    Répondre
    1. Franky

      Intéressant mais quelques remarques:
      les constructeurs automobiles ne sont pas figés et se transforment déjà (lentement certes) en fournisseurs de mobilité (FREE2MOVE chez PSA, DRIVE NOW chez BMW, CAR2GO chez Daimler etc).
      Le couplé « c’était mieux avant » quand les voitures étaient plus légères et simples, fait un peu commentaire de comptoir de bistrot (je m’excuse d’être abrupte). Conduisez une R5 de 1977 et une Clio actuelle , faite 500 Km ou ayez simplement un accident avec déclenchement d’airbag (uniquement dans la Clio…) et ensuite on reparlera de la légèreté des voitures « d’avant » !
      (voir vidéo: https://youtu.be/xtxd27jlZ_g )

      Je ne dis pas qu’il n’y a pas « gavage » marketing de nos jours (le syndrome du toujours plus), mais notre époque ne supporte plus des accidents de la route, donc avant de tous rouler (ou de nous emmerder ?) en voiture autonome totalement sécurisée, il faut passer par l’étape qui est celle d’aujourd’hui, et qui nous fait conduire des chars d’assaut ! Je ne parle pas des normes anti-pollution, du freinage, de l’éclairage etc. Beaucoup de détails qui ont évolués pour notre confort et notre sécurité.
      Il faudrait aussi se demander ce qui pousse nos concitoyens à s’engluer dans les bouchons tous les jours au volant d’engin de plus d’1 tonne! Peut être qu’il faudrait repenser nos façon de travailler ? Faire plus de télé travail ? investir dans des moyens de communications plus modernes ? Disposer de transports en commun efficaces (train, bus etc) (Me Hidalgo, Pécresse ? un commentaire ?) Bref, un vaste débat.
      Avoir une voiture adaptée à chaque usage serait idéal ! Cela nous renvoie directement à mon premier commentaire au sujet des constructeurs qui doivent se transformer en fournisseur de mobilité !