Hyundai Kona : Les couleur du temps

Par Patrice Vergès. Si dans POA, nous avons traité plus de 25 000 fois Audi, infiniment plus rares sont les essais d’une Hyundai. Avec le Hyundai Kona, cette insupportable injustice est réparée auprès d’un constructeur qui a vendu plus de 350 000 voitures en France depuis ses débuts il y a 25 ans.

Le Hyundai Kona a une belle allure avec sa signalisation lumineuse à deux étages et sa calandre agressive

Superbe dans cette teinte bi-tons hélas facturée 950 euros et proposée uniquement sur la version Exécutive

Il y a 20 ans, toutes les semaines, j’essayais un nouveau 4X4, aujourd’hui, c’est un petit SUV de segment B. Cette fois, je me retrouve au volant du Kona dont le nom est un district de l’ile d’Hawaï. Qu’est ce qui peut inciter un acheteur de SUV à préférer un Captur à un 2008 ou un Juke à un Citroën Aircross voire à un Opel Mokka ? Ces véhicules sont si proches les uns des autres autant en prix qu’en caractéristiques que ce ne peut être que l’idée qu’on s’en fait ou une affaire d’esthétique ou la reprise au prix fort de son précédent véhicule ou les 5 ans de garantie offerts par le Hyundai qui en déterminent l’achat ou pas.

Le Hyundai Kona n’est pas fait pour vous si….

En revanche, si vous cherchez le confort le Hyundai Kona n’est pas pour vous. Dans sa version Exécutive chaussée de 18 pouces à bas profil (45), la suspension est plutôt raide. Quand on apprend que c’est l’Edition moins coûteuse chaussée de 17 pouces en série 55 qui sera la plus vendue en France (10 000 ventes espérées), on l’imagine plus prévenante pour les reins. Si vous recherchez absolument la modularité ou un coffre géant, la Kona n’est pas fait pour vous car sa banquette est bêtement fixe comme ses dossiers d’ailleurs et la capacité de son coffre est banale. Si vous recherchez un prix d’attaque, passez votre chemin : la gamme Kona débute 21 400 euros auxquels il faut ajouter un petit malus de 113 euros en 2018 soit 4 à 5000 euros de plus que les meilleurs prix d’attaque. Mais lorsqu’on sait qu’en France, le prix moyen d’un SUV est de 23 000 euros, on comprend que la version Edition annoncée à 22 900 euros est pile-poil dans ce créneau et qu’à ce tarif là, elle est particulièrement bien placée avec un équipement généreux qui devrait aider à la vente.

Planche de bord conventionnelle mais facile à vivre et dont les matériaux sont d’honnête facture

En effet, cette version intermédiaire offre de série des rails de toit, glaces surteintées, un intéressant affichage tête-haute informatif qui apporte une conduite plus intuitive, un GPS sur grand écran tactile de 8 pouces, chargeur de Smartphone par induction, démarrage sans clé, camera de recul. Un équipement généreux dans cette gamme de prix.

04 l’Affichage tête haute très complet (GPS, rappel des panneaux, etc) est proposé dès la finition Edition

Uniquement en 1000 cm3/120 ch essence

Au fait, en attendant un nouveau diesel 1,6 l CRDi 110 ch, un moteur électrique dont on promet 500 km d’autonomie et un 4 cylindres essence de 177 ch dont le futur malus de 2 773 euros devrait éclaircir les acheteurs, le Kona est proposé uniquement en essence de 120 ch. Il est propulsé par le bloc T-GDi 1000 cm3 3 cylindres turbocompressé emprunté à la i30. Sa vivacité, sa sonorité gracieuse, sa disponibilité à bas régime, son absence de vibrations, comparé au PSA m’ont séduit. Que du bon. Mais un telle mécanique brillante incite à monter dans les tours et c’est lorsqu’on regarde la conso, qu’on se rend compte qu’un bloc essence bien sollicité sur des routes pentues, peut avaler presque 10 litres aux 100. Je viens de parcourir près de 2000 km en Suzuki S-Cross dont vous lirez l’essai bientôt sur POA en consommant juste 5 litres aux 100. Mais avec une conduite de père de famille, on s’en tient à 8 litres aux 100. Bon alors ? J’ai trouvé l’engin très agréable en ville avec un Start-stop discret, un bon rayon de braquage, une honnête visibilité et une excellente tenue de route avec en prime une finition qui ne fait pas pacotille.

L’écran de 8 pouces accueille un GPS très intuitif et intelligent dès la finition Edition

Couleur du temps

Mais on sait que ce qui motive d’abord l’achat, c’est l’esthétique. De ce coté là, le Hyundai Kona est totale réussi avec sa calandre à double étage et trapézoïdale qui fait ressembler toutes les voitures à des Lexus ou Audi. Avec ses épais passages de roues (pas sur l’Intuitive) il fait dans le genre baroudeur. A cet égard, il sera proposé en 4 roues motrices) en 177 ch avec boîte auto à 7 rapports contre 6 en mécanique contre 29 900 euros bientôt. Indiscutablement, l’engin a de l’allure et semble beaucoup plus vaste que ses 4,17 m le laissent supposer.

Dommage que la banquette arrière et ses dossiers soient fixes

Nous avons uniquement conduit la version Exécutive à 25 900 euros dans des séduisantes teintes bicolores. Déception, c’est une option à prés de 1000 euros offerte seulement sur la plus chère ce qui n’est pas très sympa. Car aujourd’hui c’est la pratiquement la couleur qui fait une voiture. La preuve, j’ai cru suivre longtemps un confrère journaliste avant de m’apercevoir, vexé voire humilié que c’était un Captur biton de mêmes teintes. Dire que quand j’étais gamin, un bref coup d’œil me permettait de distinguer une Simca 1000 d’une R8 d’une Ami 6. Est-ce moi qui ai changé ou les voitures qui ont changé ?

le Kona nous a séduits plus pour sa tenue de route que son confort un peu trop ferme

Le Kona n’est pas le plus vaste ni le plus modulable de sa catégorie avec un volume de 381 jusqu’à 1143 litres

07 La finition Exécutive reçoit de très belle jantes bicolores de 18 pouces chaussées de 235/45 contre 215 en 55 plus moelleux pour l’Edition

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Hyundai Kona : Les couleur du temps »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dominique

    Si je comprends je dois être le seul à trouver cette voiture d’une ligne agréable voire séduisante. Dire que Hyundai l’a copiée, c’est un peu fort et méconnaître l’auto qui exige un délai de 3 à 4 ans avant d’être produite. Epoque où la Citroën était loin d’être sortie !

    Répondre
  2. aimelauto

    tous se ressemblent ……..OUI ….comme les monospaces d’il y a 10/15 ans (qui étaient partout , chez tout le monde, comme les Suv aujourd’hui….);
    tous se ressemblent……NON…..quand on regarde un C-HR, un Q2 ou bientôt un X2….(sans oublier la réussite du Juke), le style Suv. typé arrive dans le segment des compacts pour le bonheur de ceux qui veulent vivre l’automobile bien dans son temps, sans se véhiculer dans un suv. trop massif et inélégant aux airs de faux 4X4.mais plutôt dans un style « compacte haute » avec du volume, de la garde au toit (surtout arrière) et de la garde au sol pour passer facilement les « gendarmes couchés » !
    Pour ce qui est de Hyundai, il faut surtout penser que c’est une marque généraliste qui vend partout dans le monde (et ….qui vend bien plus que nos constructeurs nationaux) , qu’en général le look est souvent plutôt chez KIA le cousin…..

    Répondre
  3. gregory lopez

    De l’automobile kleenex.
    Vite acheté, vite démodé, vite oublié?
    Le rapport prix/confort/praticité semble même assez mauvais, alors que c’est ce qui pourrait justifier l’achat d’un SUV.
    Pourquoi acheter ça alors? Pour les couleurs? (mais c’est en option à 1000€)

    Répondre
  4. James

    C’est vrai que tous les SUV se ressemblent et que c’est la couleur qui permet de les différencier. C’est vrai aussi que le ou la Kona a une calandre plus originale bien que proche de la nouvelle Citroën C3

    Répondre
  5. Mustang98

    En quoi cette nouvelle caisse coréenne se distingue t-elle de l’offre déjà pléthorique ?
    Argh !!! Pardon, sa couleur…
    Un SUV de plus quoi, dont l’avantage pour aujourd’hui et peut-être demain, n’est que de faire vieillir un peu plus vite, ceux qui l’auront précédé et dont Maître Vergès nous a dressé l’inventaire.
    Gageons qu’il saura faire sa place parmi les consommateurs encore en capacité de s’endetter pour un cube en plastique connecté…
    Une tite question : Kona, c’est masculin ou féminin ?…

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    ♪♫ Nants ingonyama bagithi baba…
    Qu’il semble loin le temps ou les Coréennes n’étaient que de pâles copies des Japonaises. Ce n’était jamais qu’hier. Aujourd’hui ils osent, prennent des risques dans un dessin qui peut apparaître comme clivant mais qui s’essaie au renouvellement du genre. Bien-sûr il y a quelques emprunts ici ou là mais en définitive il revendique son propre style. L’intérieur est plus sobre, mais parait sans esbroufes ni mesquineries. Pour les roues de cette version Executive c’est 235/45 18 dites-vous Patrice ? C’est du lourd. Alors il doit être d’aspect plus imposant que les photos ne le laisse paraître. Et vous dites qu’il sera disponible également en 4 roues motrices, oncle Pat ? Je ne connais pas bien la taille du réseau Hyundai en France permettant de contribuer à son essor, mais je parierai volontiers une pièce sur un franc succès…
    Ah Kona, ma tata va l’adorer.
    🙂
    Nabu Ingonyama bagithi baba ♫ ♪…

    Répondre
  7. Thierry

    Je suis passé Hyundai depuis un an maintenant en prenant un coupé ! ça change du Kona c’est certain, pour l’heure mon choix est sans regret, j’espère que cela va durer.
    Ce Kona est sympathique, mais a pour moi l’inconvénient d’être encore une auto surélevée type SUV … je sature.

    Répondre
    1. damien

      A propos des voitures SUVélevées, je trouve que la petite C3 offre une alternative intéressante. Pas vraiment SUV, mais visuellement pas aussi basse que les autres de son segment.