Citroën Traction 11B (1956) : une étonnante modernité

Renaud Roubaudi accompagne le jeune designer Camille Busson au volant de sa Citroën Traction 11B de 1956 pour une balade en direction du circuit de Reims. L’occasion de parler de cette Traction qui a fait le tour du monde, des Grands Prix, de moto et de voiture autonome….

 

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Citroën Traction 11B (1956) : une étonnante modernité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gérald

    Quel bonheur ces deux reportages, merci, vraiment merci !
    Il existe donc un lieu magique en France ou les murs décrépis ne sont pas tagués et nous laissent découvrir les publicités d’époque avec leurs graphismes splendides et la sensibilité des lettres peintes à la main…Incroyable que cela puisse rester ainsi, c’est unique !

    Répondre
  2. LEMUHOT Denis

    Beaux souvenirs que la traction.
    La dernière a été vendue en 1958 à un médecin de Caen…
    Mon père en avait une identique à celle de Camille à ceci près qu’elle était « bleu-nuit »…
    J’ai vu ma mère pleureur lorsqu’il fallait tourner le volent à basse vitesse… Elle me sauva la vie lors qu’elle décida un jour d’aller dans le fossé et que je dormais, tranquille, dans un hamac « Citroën » tendu entre les portières arrières… Il parait que je ne suis même pas réveillé !!!
    Mon ère laissa la Traction pour une toute nouvelle ID19 brune…
    En 1973, avant d’avoir 18 ans, mon frère s’en est acheté une qui allait avoir 20 ans en 1974 ! Le lendemain de son permis, il pris la voiture pour retourner à la caserne à Thionville. La voiture n’y arrivera pas. Elle a quitté la route sur une faute de conduite de son trop jeune conducteur qui, lui, grâce à la caisse monocoque, en est sorti indemne… Tristesse familiale !!!
    C’est pourquoi je suis très proche de l’histoire de cette voiture, comme celle de la DS, la 2CV, des voitures qui sont en elles-même, une histoire !!! Cela me console de ne pouvoir en posséder une !!!

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Les deux dernières tractions que j’ai croisées du regard gardaient l’entrée du Légend Métropole de Hanoï. C’étaient deux limousines magnifiques et rutilantes de ce bleu nuit profond qui vous jette en pleine face notre présence en Indochine…

  3. Nabuchodonosor

    Le reportage sur cette ancienne familiale transgénérationnelle et toujours alerte, conduite bon pied bon œil à travers la cité des sacres et la campagne champenoise par notre pétillant Camille, au don (pérignon) créatif certain, m’interroge sur l’intérêt du demi-siècle d’évolution automobile accompli depuis, au regard de l’usage et du besoin que l’on en a trop souvent aujourd’hui… Et pour faire écho au superbe concept Saphir de notre effervescent guide du jour, j’entends jaillir de ces tribunes quelques peu désuètes du circuit de Gueux (je me complais à me croire faire partie du cercle des intimes depuis votre reportage), qui nous apparaissent tel un décor irréel planté de part et d’autres de la départementale 27, la voix du speaker rémois annonçant, au travers de son porte-voix, la position des pilotes à l’avant dernier tour du grand-prix et la rumeur montante des spectateurs à l’approche de l’Alfa Roméo numéro 8 récupérée à Faggioli par Juan Emmanuel Fangio…
    Quelle course mes amis !
    🙂

    Répondre
  4. Viggo

    Un véritable monument automobile français, une belle sculpture, construite comme un char d’assaut … réparable sans doute à l’infini mais le moteur est à refaire tous les 100 000 km d’après les forums consultés (suite à mes déboires sur le refroidissement).
    « Aspirateur à gonzesses » : bof, elle plait surtout aux plus de 70 ans, les autres s’en fichent royalement … ce qui me fait craindre que petit à petit elles disparaissent en même temps que leur conducteur/collectionneur, les valeurs plutôt basses (je parle des 11) n’étant pas une incitation à les restaurer aux petits oignons !

    Répondre
  5. Arnaud T

    C’est vrai que le noir lui colle à la carrosserie. Mais ce gris perle est sublime. Il y a quelque chose d’envoûtant, dans la Traction, c’est le bruit de son moteur, il a quelque chose d’éternel, de rassurant. Je ne m’en lasse pas.

    Répondre
  6. Hugo

    Vous êtes doué et créatif Camille !! J’adorerais vous rencontrer pour vous voir réaliser vos maquettes. Je souhaite que votre projet aboutisse.

    Répondre
  7. Piat Georges

    J’adore rouler en traction, avec ce capot immense. La place à l’arrière est étonnante, alors j’imagine dans la 15 du Général…
    Par contre, je ne connaissais pas ce blanc/gris…

    Répondre
  8. Mustang98

    Je me doutais en visionnant le sujet sur la Bucciali de Camille, qu’il y aurait un sujet à venir sur sa 11… Ça n’a pas traîné… Excellent !
    Que cette Mamie ait parcouru l’île continent Down Under, où il peut faire très très chaud, en accusant qu’une panne d’alternateur, relève de la performance pure !!!
    Je plussoie le commentaire de Frédéric à Montréal sur l’immanquable souvenir des 1er Michel Vaillant…
    La conclusion de Camille sur sa confiance quand à l’avenir de l’automobile… Elle est de bon augure ; car comment devenir designer automobile sans croire a minima à la pertinence de son rêve ?
    M’est avis qu’on reparlera de Camille, et c’est tant mieux !

    Répondre
  9. Frédéric à Montréal

    Très sympa cette visite de l’ancien circuit et de ses tribunes désaffectées. Ça rappelle les premiers Michel Vaillant, à l’époque où le grand prix de France avait lieu a Reims. Et les vieilles pubs délavées.
    J’adore décidément les gens qui roulent original, et Camille en fait évidemment partie!

    Répondre
  10. chapman

    Ne me dites pas qu’elle n’a pas été restaurée?? Elle est dans un état remarquable. On a peine à imaginer qu’elle a « fait » l’Australie!
    C’est que les routes ne sont pas toutes hospitalières dans ces pays lointains.
    Si comme vous le dites, monsieur le président, c’est un « aspirateur à gonzesses », c’est vraiment chouette parce qu’on peut en « charger » beaucoup!!

    Répondre
  11. Viggo

    2 joints de culasse en moins de 300 kilomètres, ma 11B 1955 (donnée par mon Beau Père) me fait des misères. .. superbe carrosserie mais mécanique hs, je ne serais pas contre lui greffer un moulin électrique !
    Je pensais que les TA de cette époque étaient toutes noires ?

    Répondre
    1. Thierry Lemettre

      Non toutes les tractions ne sont pas noires !!! Elles avaient droit à la couleur les dernières années de production (…54/55/5/57) ainsi que les toutes premières , avant guerre. Par contre le blanc n a jamais fait partie de ces « couleurs »