Range Rover Velar : premier contact

Nous avons eu l’opportunité d’essayer brièvement le Range Rover Velar sur un circuit lors de la journée ALD BLUEFLEET réservée aux professionnels. Nous n’avons pas résisté à vous faire partager cette courte prise en main qui donne le ton de l’ambiance à bord et du style de conduite du Range Rover Velar.

L’avis des Petits Observateurs !

17 commentaires au sujet de « Range Rover Velar : premier contact »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Hugo

    J’aime bien le porte à faux arrière qui rememonte c’est typique land Rover. Sinon il n’est pas assez démarqué des autres modèles de chez land Rover niveau design.

    Pour moi un land Rover ça doit passer n’importe où. Un petit essai en pleine « jungle » serait le bienvenu pour voir si il assure hors bitume. Aussi, j’aimai bien le temps où on laissait apparaître les vrais pots d’échappements.

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Il est des détails dont je ne me lasse, comme par exemple l’intégration des bras d’essuie-glaces sous la gouttière du capot et la casquette arrière, à ce niveau de petits riens il n’y a pas un teuton pour jouer dans la cour, comment ne pas s’esbaudir? Si son ramage se rapporte à son plumage ce Velar pourrait bien grimper sur le haut de la boîte de « ze car of ze yeur » !
    En attendant, je tâte mon bas de laine…
    🙂
    Nabuconquis

    Répondre
  3. Mustang98

    Belle auto, y’a pas à redire… Mais, c’est juste un SUV de plus, et s’il n’y a pas de doute à avoir quand à l’efficacité de l’électronique embarquée, je doute que le Velar se bâtisse une réputation de franchisseur sur d’autres obstacles que des plaques d’égout ou des trottoirs !!! Le Velar avec ses gommards taille basse montés sur des jantes de 20 » et ses bas de caisse en plastique, et même s’il en a la génétique, ne saurait se poser en star du off-road, tout chemin à la rigueur…
    Land Rover nous avait épargné le nom Velar pour la série en 70, le concept s’appelait ainsi… Velar, franchement, c’est vilain trouvez pas ?
    Je garderai donc longtemps encore mon Classic 3,9L EFI de 1991 avec ses ponts rigides, sa boîte de transfert mécanique et son châssis échelle.

    Répondre
  4. Arnaud T

    Elle est belle, j’aime beaucoup l’arrière vu de profil. On a envie de la conduire, j’espère qu’on a la possibilité de déconnecter les écrans si on le souhaite en roulant. Quant aux photos de la voiture sur le grand écran central, je suis moins fan, je ne vois pas l’intérêt.

    Répondre
  5. damien

    Velar, beau jouet et j’oserai « beaucoup plus acceptable » que le Range, qui est pourtant magnifique.
    Land Rover, c’est quand même une belle brochette de bagnoles. Et aux au moins ils font des voitures différentes les unes des autres.
    Si j’avais entre 70 et 80 ke…

    Répondre
  6. Dubby Tatiff

    Oui, mais bon, il manque l’info importante !
    Il est à combien chez ALD, le Velar ? Et Monsieur Pagesy, il le propose à combien ? Et quid du bonus/malus puisque qu’il n’y a pas de versions hybride ?

    Répondre
    1. Jean Pagezy

      La voiture est assez bien placée en LLD mais son coût fiscal élevé (ex : pour le diesel de 300ch, il y a un malus de 4000€ et une taxe annuelle de 3000€) risque d’augmenter encore avec l’application des normes WLTP (ex : le XC60 D4 vient de prendre 10g de CO2 avec la nouvelle norme ce qui augmente sa TVS de + de 1000€/an pour les sociétés, pour le X5 30d, la hausse est de 24g soit 5200€ de malus en plus lors de l’immatriculation et 1500€/an de supplément pour la TVS). Dans cette catégorie, l’hybride va devenir indispensable pour conserver un coût fiscal raisonnable.

    2. Dubby Tatiff

      Ouch !
      Finalement, ce sont des véhicules qui sont taxés à près de 40% lorsque l’on y ajoute la TVA !

      Merci pour les infos.

    3. Jean Pagezy

      Sur certaines voitures à forte valeur de revente (donc petits loyers) et importantes émissions de CO2 (donc malus et TVS élevés), le coût fiscal (hors TVA) peut atteindre 70% des loyers ! Il existe heureusement des solutions pour se faire plaisir sans payer trop de taxes et rendre presque rationnel un choix qui ne l’est pas.

  7. chapman

    Très impressionnant, vraiment!
    Nous serons peu nombreux je pense, à partir à l’assaut d’un parcours de tout terrain à bord d’un tel véhicule.
    A propos de l’affichage très sophistiqué du « terrain response » sur lequel vous vous esbaudissiez ….voici une petite aventure d’il y a trois ou quatre ans.
    Je possédais encore un vieux Jeep Cherokee XJ. Je participais à une journée porte ouverte à l’aérodrome voisin et gérais avec quelques autres le parking. Nous placions les visiteurs dans un grand pré et faisions attention à leur éviter une zone un peu marécageuse. Un magnifique Range Rover dernier cri, croyant passer facilement s’engagea dans le bourbier et s’arrêta piteusement au milieu.
    Je m’approchais pour observer comment cette légende du 4X4 allait se sortir de ce mauvais pas. J’étais convaincu (et le suis toujours) des qualités de la bête. Sauf que le brave propriétaire ne devait pas avoir lu le mode d’emploi de la molette de commande de la boite de transfert.
    Poussé par la curiosité et par la possibilité de m’approcher de l’auto, je demandais au propriétaire si je pouvais l’aider. Dépité, il me confia son inexpérience en tout terrain. Je n’en avais pas vraiment plus que lui mais j’avais déjà mis les roues de ma Jeep dans la boue et avait été bluffé par le « phénomène » quatre roues motrice.
    Je m’installais à bord, un peu navré de crotter la moquette et me retrouvais aussi nul que lui, incapable de comprendre l’utilisation de la molette magique et ses pictogrammes ésotériques.
    Chaque essai se soldant par un enfoncement dans le sol, je proposais au malheureux de le tirer de son mauvais pas à l’aide de mon vieux « Cherok ». Il acceptait, pas vraiment convaincu que je parvienne à le sortir de là. Le plus difficile fût de trouver un point d’ancrage à l’avant. Très sur de leur produit, les ingénieurs de chez Rover n’avaient pas juger bon de placer un point d’ancrage derrière une petite trappe sur le pare choc avant (comme chez tout le monde). Nos fûmes donc contraint de nous accrocher à un triangle.
    Le sortir de là fût une formalité, avec les rapports courts bien sur, notre beau Range devant bien peser une tonne de plus que ma jeepounette. Il va sans dire que j’était très content de moi. Le propriétaire du Range me jura qu’il prendrait le temps de lire la notice.
    C’est vrai qu’un bon vieux levier mécanique, avec peu d’options, c’est plus intuitif.
    Tout le travail des ingénieurs aujourd’hui est de rendre intuitives les options les plus complexes..

    Répondre
  8. Maître Capello

    Nous ne serions pas stupéfait que vous puissiez être ébaubi Monsieur Roubaudi, mais nous ne saurions nous esbaudir que vous fussiez esbaubi…
    😉

    Répondre
    1. Mat Ador

      16 secondes de vidéo et : « Vient nous dire un peu… Monsieur Jaguar ». Lapsus révélateur Président ! Ça commence fort l’esbaubissement.
      🙂
      Tout comme vous j’ai eu l’agréable surprise de pouvoir monter à bord tout dernièrement au cours de la Paris Design Week… Et bien je dois dire qu’il m’a tapé dans l’œil ce Vélar ! On a (rou)beau dire que ces écrans digitaux font un peu de fumée, ils renvoient tout de même l’affichage classique au siècle précédent…

  9. FP

    Comme vous j’ai eu la chance d’essayer ce Velar, magnifique exercice de style dans les détails et les matériaux, la qualité des écrans est impressionnante ! MAIS trop c’est trop… à moins d’avoir un(e) copilote pour gérer la profusion d’info et de menus c’est injouable voir limite dangereux à l’usage.
    Je me range 😉 donc dans la case des détracteurs ! de cette profusion d’écrans.

    Répondre