Dodge Challenger SRT-8 : « Fast et Furious »

Par Patrice Vergès. Dans les années 60/70, les trois grands constructeurs américains proposaient de surpuissantes Muscle-Cars avec la Ford Mustang, la Chevrolet Camaro et la Dodge Challenger pour Chrysler.  Avec les crises de l’énergie, cette mode passa avant que le revival revive et que Ford relance sa Mustang néo-rétro à la fin des années 90. Elle poussa Chrysler à ressortir en 2008 une nouvelle version de sa Challenger esthétiquement très inspirée par celle des seventies. Elle était réalisée sur la base d’une Mercedes Classe E, marque qui était alors propriétaire de la firme américaine.

Dévoilée début 2008, la Dodge Challenger SRT-8 s'inspirait du muscle-car des années 70

Dévoilée début 2008, la Dodge Challenger SRT-8 s’inspirait du muscle-car des années 70.03 La SRT-8 est chaussée de jantes de 20 pouces qui laissent apercevoir les étriers Brembo 4 pistons

Un fabuleux succès puisqu’en 3 jours, 6000 acheteurs se ruèrent dans les concessions Dodge pour en commander une. Toujours produite depuis 2008, la Challenger a volontairement très peu évolué hormis quelques détails stylistiques. Davantage au plan mécanique puisque la version la puissante délivre désormais 707 ch et même 840 sur la surréaliste Demon qui se veut la muscle-car la plus rapide au monde avec 325 km/h et le 0 à 100 en 2,5 secondes.

La silhouette de la Challenger n'est pas très agressive, la visibilité est médiocre

La silhouette de la Challenger n’est pas très agressive, la visibilité est médiocre

« J’ai toujours adoré les américaines »

Même si la Dodge Challenger SRT-8 n’est pas importée en France, il est possible d’en acheter une neuve par le biais d’un importateur contre environ 120 000 euros en 6,2 l 485 ch. Fréderic en a acquis une d’occasion trouvée chez Sud Aix Auto qui lui a livré un modèle 2009 homologuée (exportée du Canada) pratiquement à l’état neuf affichant seulement 27 000 km au compteur.

SRT signifie Street Racing Technology qui désigne le département spécial qui développe les Chrysler à hautes performances

SRT signifie Street Racing Technology qui désigne le département spécial qui développe les Chrysler à hautes performances

Dans l’œil de Frédéric brûle la passion de l’automobile.  » J’ai toujours aimé l’auto depuis ma plus tendre enfance et j’acheté toutes les revues auto et lit évidement POA. Sur la cinquantaine de voitures que j’ai possédées depuis mon permis en 1993, j’ai comptabilisé une quinzaine d’américaines. La première était une Buick Skylark 1966 suivie de 2 Buick GS400, une Cadillac Sedan 1976, deux Chevrolet Blazer, une Pontiac Tempest de 1966 un gros GMC Suburban, une Mustang 1966 préparée qui était inconduisible et une de 2005 qui m’a beaucoup déçu par sa rusticité et son inconfort ». Ajoutons quelques Jaguar, Ferrari, Bentley et Mercedes dont une 500 SEC W126 de 1986 que nous dégusterons une prochaine fois sur POA.

Le gros Hemi 8 cylindres de 6,1 l de cylindrée délivre 425/435 ch avec un couple maous costaud de 569 Nm !

Le gros Hemi 8 cylindres de 6,1 l de cylindrée délivre 425/435 ch avec un couple maous costaud de 569 Nm !

Puis il a découvert la Dodge Charger plus évoluée technologiquement que l’était la Mustang avec son train roulant emprunté à la Classe E et S bien plus exploitable au quotidien avec 4 vraies place et un coffre géant et une boîte auto à 5 rapports plus réactive. Elle semble neuve de couleur noire (sauf le capot) bien plantée sur ses démesurées 20 pouces d’ou se devine le rouge des puissants freins Brembo à quatre étriers.  » C’est une série spéciale limitée à 500 exemplaires livrée avec un certificat. Elle se distingue de la SRT-8 classique par son toit ouvrant, ses badges, toutes les options, une bonne Hi-fi et des pneus plus larges à l’arrière portés à 255″ explique notre passionné.

L'habitacle et la finition sont proches de ceux d'une voiture de série. C'est un peu dommage .

L’habitacle et la finition sont proches de ceux d’une voiture de série. C’est un peu dommage .

Discrètement indiscrète

D’une incroyable discrète indiscrétion même en teinte noire, la Challenger attire les regards lorsqu’on circule à son bord tandis que son grondement détourne les oreilles. Avec ses 5, 02 m de long et plus de 2 m de large avec ses gros rétroviseurs profilés, la ville n’est pas le meilleur terrain de chasse de ce gros coupé dont la visibilité intérieur est proche de celle d’un bunker de la guerre des plages du Bassin.

Le tachymètre est gradué jusqu'à 300 km/h. Sur le volant, on reconnait le sigle Dodge symbolisé par la légendaire tête de bélier

Le tachymètre est gradué jusqu’à 300 km/h. Sur le volant, on reconnait le sigle Dodge symbolisé par la légendaire tête de bélier

Son domaine, c’est la route. En fait la voiture n’a rien de brutal et se fait toute douceur tant au niveau suspension, que direction très assistée que de la boîte de vitesse automatique. De discrètes notes graves s’échappent des huit pistons. Mais le tachymètre gradué jusqu’à 300 laisse deviner que la SRT-8 cache bien son jeu avec dans les gadgets électroniques un totaliseur de G latéraux (!). Dès qu’on appuie un peu, le gros 6,1 l se met à gronder plus épais tandis que les 425 ch (435 d’après d’autres) poussent vigoureusement. Impossible de tester les 275 km/h mais la Challenger avale vite l’espace temporel. Et pas besoin de jouer avec la boîte qui peut être maniée en mode séquentiel. Avec presque 570 nm (!) de couple, le gros V8 repart comme un boulet de canon à bas régimes en avalant le 0 à 100 en 4,7 secondes et les 1000 mètres en 25 secondes. Le freinage est à la hauteur des performances malgré le poids de la voiture de 2 tonnes en charge.

Le glougloutement d’un gros V8

 » J’ai été étonné par son confort, sa facilité de conduite et sa réactivité au plan dynamique et son freinage puissant. C’est un autre monde par rapport à la Mustang. Le bruit est peut être un peu étouffé à mon avis mais je ne sais pas encore si je vais monter des pots plus sonores comme je l’avais fait pour la Mustang. A force c’était fatiguant » avoue son propriétaire.

Sur le capot les doubles prises d'air ne cachent pas les aptitudes de la bête

Sur le capot les doubles prises d’air ne cachent pas les aptitudes de la bête

Bien sûr, une auto aussi exceptionnelle a ses exigences. Si son prix de vente reste raisonnable eu égard à ses performances de sportives, il y a sa fiscalité avec une carte grise à 1700 euros avec la pollution et une consommation qui atteint   20 litres ce qui est normal avec un 6,1 l niché sous l’interminable capot surmonté de deux prises d’air agressives. Mais c’est le prix à payer pour disposer d’une voiture aussi fascinante dont le premier plaisir est de l’admirer suivi de celui auditif dispensé par le V8 à la musique bien plus envoutante que celle d’une électrique aux yeux de Frédéric.

09 Frédéric est un grand amoureux de l'auto avec 50 voitures au compteur en moins de 25 ans

09 Frédéric est un grand amoureux de l’auto avec 50 voitures au compteur en moins de 25 ans

Le coffre avoue un beau volume de 450 litres

Le coffre avoue un beau volume de 450 litres

La Challenger est toujours au catalogue du constructeur avec de nombreuses motorisations au choix s'articulant entre V6 et V8 jusqu' 840 chevaux !

La Challenger est toujours au catalogue du constructeur avec de nombreuses motorisations au choix s’articulant entre V6 et V8 jusqu’ 840 chevaux !

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Dodge Challenger SRT-8 : « Fast et Furious » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dominique

    J’adore ce genre de voiture. Ayant eu une Mustang 2009, je comprends la déception de son propriétaire. Belle gueule mais châssis d’un autre temps ! 40 000 euros me semblent raisonnables pour une voiture de cette puissance

    Répondre
  2. Hugo

    Elle a une belle allure et de la personnalité à condition d’être aveugle une fois à l’intérieur. J’aurai bien vu des « rétroviseurs rétros » à l’extérieur rond, plats et chromés.

    Répondre
  3. Amuat

    Ahhh. Enfin, une voiture d’homme et non pas un de ces sempiternels SUV avec des barres de toit pour faire sport. Crevindjuuuu. Rien qu’avec le son du V8, on oublie les imperfections et on se la joue Mad Max.

    Répondre