Souvenirs d’Autos (139) : une Opel familiale

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire m’a été envoyée par Thierry PHILIPPE, un fidèle Petit Observateur… et je ne peux m’empêcher en lisant ce souvenir au grand Patrice Vergès. ZE spécialiste toutes catégories en Opel. Merci Thierry ! Merci Patrice ! Merci Opel et vive les Bagnolards !!!

20170203_144656_resized

Un jour d’Avril 1966 (j’avais 11 ans à l’époque), je suis à la maison avec ma mère.

Quelle surprise de voir arriver mon père pour déjeuner, garer devant le pavillon familial, une Opel Rekord Coupé 2600 L flambant neuve, magnifique dans sa livrée Bleu métallisé !

Elle me paraissait gigantesque. Son coffre était tellement profond qu’il fallait au moins mettre un pied dedans pour atteindre le fond! Elle faisait sensation dans le quartier et les passants la prenaient pour une Américaine. Un jour une dame étonnée par cette voiture et repérant le monogramme « Coupé » sur le coté, nous dit :

  • Heureusement qu’elle est « coupé » car sinon, je me demande la longueur qu’elle ferait !

20170203_153124_resized

Mon père était très fier de sa voiture et vantait régulièrement, les mérites du moteur 6 cylindres (reprise à bas régime, bruit, souplesse…)

Ce beau coupé nous accompagnait dans nos déplacements et vacances. Mais, en 1974 mon père a craqué pour un autre coupé…. mais Peugeot 504.

L’Opel fût remisée dans le sous-sol de l’établissement SODEXA à Paris ou mon parrain travaillait.  En novembre 1975, j’obtenais mon permis de conduire et sollicitais aussitôt mon père pour remettre en marche l’Opel qui dormait depuis 18 mois. Elle avait au compteur: 117.289 Kms

Une charge de batterie plus tard, elle se réveilla pour mon plus grand plaisir et m’accompagna  pendant près de 4 années…. et c’est vers 200.000 kms qu’une bielle a lâchée.

Je m’en suis débarrassé (avec le recul, quel dommage !),  pour l’achat d’une Commodore 4 portes 2,5 GS, puis 1 an plus tard un coupé Commodore 2,8 L GSE boite automatique.

« Bagnolard » depuis l’âge de 9 ans (aucun salon de l’auto raté depuis cet âge), c’est toujours avec émotion que je revis ces souvenirs de voitures et surtout de ces anciennes Opel que j’ai adoré et adore encore, et qui ont bercé mes jeunes années.

20170203_153406_resized

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (139) : une Opel familiale »

  1. Thierry

    Magnifiques autos, et des souvenirs également plein la tête… en Dinky Toys pour moi !
    Par contre question, ou sont les balais d’essuie-glace ???

    1. Fils de Pub

      Excellente observation !
      Stationnement à cheval sur le trottoir – Obstruction à agent verbalisateur dans l’exercice de ses fonctions par soustraction volontaire du support de dépose des papillons – Manque à gagner de l’état + intérêts courant de 1966 à 2017… Ça va faire cher la publication de ces quelques clichés compromettant dans SDA…
      :-)

    2. Thierry

      Trop pressé de prendre des photos après une peinture complète en mars 1977, je n’avais pas encore remonté les balais d’essuie-glaces ainsi que la baguette chromée de coffre qui était en commande chez Opel. Erreur de jeune photographe amateur !

  2. Piat Georges

    Elles étaient super belles les Opel de ces années là.
    Nous, on était dans les breaks Volvo (le 145)… Mais je gardais un œil sur les Opel !