Souvenirs d’Autos (136) : comme un bruit d’animal

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Merci à Bruno pour ces moments de vie.

Alfa_Romeo_1750_berlina_grey-front

 

Eté 1976. Il fait chaud, très chaud. C’est la canicule. En ce qui me concerne, j’ai depuis quelques mois huit ans et je passe mes vacances d’été en famille dans le sud de l’Italie, en Calabre. Déjà à cette époque, je regarde tout ce qui bouge (les voitures…bande de chenapans ! ) et me passionne pour toutes les marques. Alors évidement en Italie je me régale.

Le pays de Ferrari, la marque ultime que tout le monde vénère. Ces grands prix de Formule 1 où je vois mon père surexcité à la vue de ces bolides rouges. La Fiat 500 de mon oncle, avec ce joli bleu foncé et son intérieur en simili. Et cette odeur aussi que l’on retrouve dans les anciennes Fiat que j’aurai bien du mal à d’écrire mais qui me marque à tout jamais. C’est aussi toutes les Vespa, et ces jeunes qui virevoltent à leurs guidons et dans ma tête d’enfant, la Vespa  représente une sorte de liberté absolue, un truc énorme.

Quoiqu’il en soit par un bel après midi, au bas mot 40 degrés à l’ombre, mon père décide de nous emmener voir un cousin éloigné et nous partons dans sa magnifique Fiat 128 blanche. Pas de clim évidemment et même à moitié déshydraté, j’étais heureux car j’ai toujours adoré me trouver dans une voiture et rouler pour rouler.

Arrivée vers 15h dans un petit village typique. Je m’aperçois, qu’a part peut-être quelques mamas en noir, il n’y a pas une âme qui vive. Vers 16h, quand les hommes se décident à se réveiller, nous avons pris une petite collation sur la place du village. Les hommes parlaient fort en faisant des grands gestes et rigolaient beaucoup, bref, tout le charme de l’Italie.

Et c’est à ce moment là qu’il s’est passé quelque chose qui allait se graver profondément dans ma mémoire. Un bruit de moteur tout d’abord, comme une musique. Quelque chose de rageur qui vous prend aux tripes. Quelque chose qui vient vers vous et qui vous effraye presque, comme un bruit d’animal. Mais en même temps, qui vous attire, qui vous parle.

Puis, une apparition. Une auto que je n’avais jamais vu. 4 portes, vert clair métallisé, des roues larges avec des jantes en étoiles. 4 phares ronds agressifs, une ligne tendue, belle à en pleurer. Je me suis levé, je crois même que j’ai titubé, mon père m’a dit quelque chose mais  je n’ai rien entendu. C’était trop tard, le mal était fait.

Je me suis approché timidement de cette voiture qui pour je ne sais quelle raison était pour moi la voiture, la seule, l’unique. Je fis le tour tout doucement, n’osant la caresser, et je vis sur le coffre un nom et un chiffre : Alfa Roméo 1750.  Je ne savais pas à l’époque que ce chiffre était celui de la cylindrée mais je peux vous assurer que pendant quelques années, j’ai cru que 1750 représentait quelque chose de magique. Je le crois toujours d’ailleurs.

Vous l’aurez compris, j’aime profondément cette marque. Son histoire, son image, ses icônes même si je dois bien avouer que je suis déçu par ce qu’elle est devenue.

Après une Alfa 156 1800 TS, j’ai eu successivement une Mini absolument géniale qui m’a permis de faire mes premiers pas dans le monde de la collection, une 145 2.0 ts quadrifoglio verde tout aussi passionnante,  et enfin je suis arrivé à une sorte de graal avec une superbe Alfa spider 1600 junior de 1976. Une sorte d’accomplissement de rêve de gosse et la découverte de la conduite en plein air. Une ligne superbe, un moteur fabuleux et le cui cui des oiseaux le soir au fond des bois.

En résumé, j’avais réussi à atteindre une sorte de plénitude automobile qui n’est pas toujours simple quand on est (né) passionné.

Et  un jour, un peu lassé des caprices de ma belle et des garages qui sous prétexte que vous roulez en ancienne vous prennent pour un américain, je décidais de vendre ma beauté italienne. Et puis pas mal de frais se présentaient et  ma vie de famille ne me permettait pas d’assurer le budget et je n’avais surtout pas envie de la voir dépérir.

Peu de temps après, je trouvais une auto qui me faisait de l’oeil depuis quelques années : une Mazda MX5, version limitée dite Phoenix de 2002 avec 57000 kilomètres absolument superbe dotée d’un moteur 1800 de 146 chevaux.

Et depuis ? QUE DU BONHEUR ! Cette voiture est magique et comme le dit ma fille, Eva, 11 ans :

– Ta Mazda mériterait d’être une Alfa…

À part le son peut être.

Mazda

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (136) : comme un bruit d’animal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. kris

    « Un bruit de moteur tout d’abord, comme une musique. Quelque chose de rageur qui vous prend aux tripes. Quelque chose qui vient vers vous et qui vous effraye presque, comme un bruit d’animal. Mais en même temps, qui vous attire, qui vous parle… »

    On ferme les yeux et l’on impression de revivre la scène ! 😉
    Chouette souvenir.

    En souhaitant que la marque connaisse enfin un nouveau départ. Pas facile vu les chiffres de ventes annoncés de la pourtant très réussie Giulia! (?). A suivre avec le Stelvio… Il faut savoir tourner la page !
    Au moins Alfa existe encore !

    Répondre
  2. Gérald

    Bruno tu pouvais aussi te rabattre sur la dernière série du spider (115), très fiable et avec une ligne très réussie.
    Je regrette encore le mien, mais je n’ai pas encore goûté aux joies du MX5…et je préfère pas y toucher pour le moment, il parait que l’on devient vite accro à la mazda !

    Répondre
  3. Piat Georges

    Géniale histoire, tu sens bien la chaleur entre les lignes, j’adore. C’est beau la passion !
    A l’époque, j’adorais l’Alfa Sprint, en 1300 ou 1500, au choix. Une voiture dont plus personne ne parle.

    Répondre
  4. lp2b

    Merci beaucoup pour ce souvenir d’une Alfa que j’ai eu la chance de posséder à cette époque..
    (Véritable passion de la marque)

    Répondre
  5. Lenormand

    Belle histoire. Les souvenirs marquent une vie … pas certain que les belles d’aujourd’hui soient à la hauteur mais la Miata est sans doute ce qu’il y a de plus sympa en la matière. Personnellement j’avoue que je me laisserais bien tenter par le Fiat 124 spider à défaut de trouver son ancêtre en état et à prix raisonnable ! Bonne route à tous les mordus …

    Répondre
    1. Dumch

      Mon oncle, garagiste, avait une Berlina 2000 beige qu’il utilisait à titre privé. Elle était bien entendu aussi à vendre, mais du haut de mes 4-5 ans, je ne m’en rendais pas compte. Du coup j’ai pleuré un bon moment lorsqu’il l’a vendue et c’est resté gravé à jamais dans ma mémoire. Première souvenir d’un déchirement « automobile »!
      Aujourd’hui une belle Berlina 2000, voire une 1750, me plairait bien, plus qu’une Giulia de la même époque. Et presque autant qu’un coupé Bertone que possédait aussi mon oncle (une toute première 1600 Sprint GT, mais ça s’est une autre histoire…).