Souvenirs d’Autos (137) : Touche pas à la caisse de Julio !

Par le Commandant Chatel. Début des années 90, l’une des plus grandes stars du monde s’appelle Julio Iglésias et il s’est fait construire un palais à Miami en Floride. On le comprend.

julio Iglesias - Marbella 10/06/2012

Philippe, un journaliste de RTL, a monté un coup pas mal avec la rédaction : « Suivre la vedette pendant une semaine ». Zou. Le voilà dans un Jumbo 747 qui traverse l’Atlantique.

Après les formalités de douane, il prend un taxi et se présente dans la propriété où il est reçu par le Majordome-Régisseur du « domaine ».

Maison Julio

On lui fait la visite, le parc, les trois piscines, sa chambre (on pourrait parler plutôt d’une suite). Une fois ses affaires rangées dans les placards, le Majordome l’invite à le suivre au garage. Je devrais dire « aux » garages, car Julio possède beaucoup de voitures.

En effet, le Majordome appuie sur un bouton, et notre ami Philippe voit une quinzaine de grandes portes basculer… C’est la caverne d’Ali Baba. Porsche, Mercedes, Ferrari, Maserati, Cadillac, Rolls Royce, Jaguar… Un magasin de jouets pour les grands enfants (dont j’avoue faire partie).

Le Majordome déclare alors :

  • Monsieur Iglésias a proposé que vous choisissiez une voiture pour votre séjour. Comme ça, vous serez indépendant.

Glurp.

Philippe est très gêné. Laquelle choisir pour ne pas déranger ? Il n’y a que des autos qui valent une fortune… Il se décide à choisir la moins chère par défaut. Et comme il aperçoit tout au bout une Volkswagen Golf GLS décapotable.

Il la désigne du doigt en disant :

  • Celle-ci, la Golf ! (Il a dû dire la « Rabbit »)…

Le Majordome pâlit et prononce ces mots définitifs :

  • Ah, monsieur, je suis totalement navré, mais c’est impossible, c’est la voiture préférée de Monsieur Iglésias !

Conclusion :

Même les stars peuvent avoir des goûts simples.

Philippe a roulé en Cadillac.

Julio a été charmant, disponible.

Le « reportage » a fait un succès à l’antenne.

 

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos… On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

14 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (137) : Touche pas à la caisse de Julio ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Nabuchodonosor

      Allez voir le plan d’urba d’Indian Creek Island à Miami et vous comprendrez à quoi sert une Golf cabrio et pourquoi une Super Car est inutile…
      🙂
      Nabuindex 53,5

  1. Nabuchodonosor

    Gamin, je me souviens dans la bagnole, ma mère parlait souvent, non sans émoi, de ce type dont j’ai cru longtemps que son ballet avait quelque-chose à voir avec les essuie-glaces. Mais j’ai eu beau tout retourner chez feu-Vert, je n’ai jamais trouvé un seul produit de la marque « Roulio » ?
    Ah, vous les femmes !
    🙂

    Répondre
    1. Mat Ador

      La réponse tient en deux mots, Sir Colin :
       » Especulación automóvil « .
      Julio a inspiré les plus grands… Et ce n’est pas notre Président qui dira le contraire…
      🙂

  2. Lieutenant Columbo

    Scrrotch, scrrotch, qui peut donc bien être ce Philippe qui est allé partager la vie trépidante de Julio au début des années 90 ? Philippe Bouvard ? Je crois me souvenir qu’il avait interviewé l’étalon de Madrid un jour dans un palace parisien au milieu de créatures traversant la suite dans leur plus simple appareil et qu’à cette occasion (manquée donc) il regretta de ne pas être chanteur de charme… Et puis Fifi qui n’avait pas la grosse tête aimait les voitures, les grosses voitures et s’il collectionnait entre autres les Ferrari il avait pour habitude de se faire conduire; Je me souviens l’avoir vu descendre d’une XJ un matin alors que je campais devant la façade métallique de Victor Vasarely au 22 de la rue Bayard… Fifi n’aurait pas choisi la Golf, assurément. Il y a bien Drucker qui roule en Golf quand il ne se déplace pas à vélo ou en hélico et qui connait très bien Julio, Michel interviewera plus tard le crooner à Marbella, mais Michel s’appelle Michel et non Philippe, ça ne colle donc pas… Scrrotch, scrrotch, reste alors celui qui a quitté Montauban, parolier de Johnny à ses heures, le Dirlo des programmes de l’époque, le spécialiste des Etats-Unis pour les avoir traversés de long en large durant sa jeunesse et essuyé les bancs de la fac de Lexington en Virginie, Monsieur Philippe Labro… C’est peut-être en compagnie de Julio que Philippe a découvert Manuella ; Allez savoir !
    … Bon ma femme m’attend, où ai-je bien pu fourrer les clefs de ma 403 ?

    Répondre
    1. Commandant Chatel

      Désolé, Lieutenant… ce Philippe en question était un Philippe plus simple… moins proche du star-system… mais très sympathique !

    2. Lieutenant Columbo

      Euh, s’cusez Commandant… Ça me revient, il y avait aussi ce chroniqueur indépendant, le gars de 7h45 à la voix très grave et aux faux airs de moi-même, à l’acide corrosif, à l’esprit caustique, qu’avait sa marionnette aux guignols et qui est pourtant toujours resté éloigné des paillettes et des lumières narcissiques du PAF, Monsieur Philippe Alexandre; Hein, qu’en dites vous commandant ?
      … Z’inquietez pas, mon Commandant, j’ai encore dans la manche quelques connaissances en retraite du FBI et quelques cartouches en réserve… Et M’ame Krissine fait péter la poire et les cahouètes…
      🙂

    3. Mat Ador

      Soyez bon Prince Lieutenant. Vous savez, en investigation c’est comme en amour, il faut toujours un perdant…
      😉

    4. Gérald

      Bouvard aurait choisi la Ferrari, il roulait déjà en F40 à la fin des eighties, on le suivait en 103 de République à la Croisette…