Souvenirs d’Autos (130) : La SM du président (première partie)

Par Renaud Roubaudi. À l’heure ou tout le monde se demande dans quelle voiture le Président va remonter les Champs-Élysées, certains rêvent de la SM Présidentielle décapotable. L’occasion de revenir sur ma première voiture de Collection, la fameuse Citroën SM. Un rêve d’adolescent qui démarre en 1985…

1990. La SM, les Persol, mon frère, mon grand ami Léon et Annick.

1990. La SM, les fausses Persol, mon frère, mon grand ami Léon et Annick.

1985. Je découvre à la télévision César et Rosalie de Claude Sautet. Dans ce film de 1972, Yves Montand interprète un riche industriel fantasque qui n’hésite pas à traverser la France à 200 km/h à bord de sa Citroën SM pour reconquérir la belle Romy Schneider.

C’est un double choc. Du haut de mes 18 ans, Montand devient mon idéal et la SM la monture indispensable à tout homme d’exception.

César tente de reconquérir Rosalie qui est partie avec David (Samy Frey) son amour de jeunesse.

César tente de reconquérir Rosalie qui est partie avec David (Samy Frey) son amour de jeunesse.

Je commence alors à tout collectionner sur la SM. Ce n’est pas évident, car il s’agit à l’époque d’une voiture d’occasion, mal aimée, affublée d’une réputation désastreuse.

Les ouvrages à son sujet sont rares.

Heureusement je découvre Auto Rétro (dont j’ai conservé pieusement l’exemplaire de 85) et deux ouvrages visionnaires de Fabien Sabatès.

Auto Retro

Auto Retro de Août 1985 vendu 22 francs

Les années passent. Je deviens une encyclopédie vivante de la SM au grand dam de mes copains qui fantasment plutôt sur la Ferrari Testarossa.

1989. Je dois faire mes 3 jours pour le service militaire. En me rendant au Fort de Vincennes, je passe devant une concession Citroën qui expose une SM de 1973 injection électronique, gris métal, cuir noir, 132 000 km, au prix de 65 000 francs.

Mon cœur bat la chamade. Je tourne longuement autour avant d’oser rentrer m’asseoir à son bord. Étonnement, le vendeur ne me prend pas de haut malgré mon jeune âge. je comprends que ce dernier a la voiture sur les bras depuis pas mal de temps et qu’il est prêt à négocier.

Convaincu que cette auto doit être mienne, j’entreprends le soir même mes parents en leur proposant d’investir dans un placement d’avenir, une affaire à ne pas manquer, une œuvre d’art roulante… À ma grande surprise, eux qui se foutent des bagnoles, acceptent de financer l’aventure !

sm 3

Nous décidons de récupérer la voiture un vendredi soir pour partir en Normandie directement.

Le jour J arrive enfin. Depuis 4 ans, j’ai lu et relu que la direction Diravi devait se manœuvrer avec doigté au risque de partir dans le décor, que la pédale champignon du freinage demandait de la douceur, que le V6 Maserati devait monter calmement en température…

Bref, nous voilà sur le périphérique à 40 km/h tellement je crains de faire une bêtise. Arrivé au tunnel de St Cloud, mon père qui lisait Le Monde sans un mot à mes côtés, baisse le journal et me dit : « bon, c’est une SM ou une 2 CV ta charrette. Je n’ai pas envie d’arriver à minuit moi ! »

Piqué au vif, je rétrograde et  écrase l’accélérateur. La SM monte du nez et prend de la vitesse. Nous voilà frôlant les 200, calé sur la file de gauche, les voitures devant nous se rabattant naturellement.

Arrivés au péage de Mantes, je suis comme Neill Armstrong qui vient de marcher sur la Lune. Je conduis la meilleure voiture du monde.

sm 2

Problème, au moment de repartir du péage, la SM cale et… ne redémarre pas malgré mes dizaines de coup de clé. Je me mets à transpirer. Sans hydraulique, la voiture s’affaisse tandis qu’un concert de klaxons retentit dans mon dos.

Mon père ne dit rien, il lit Le Monde, impassible. Désemparé, je sors demander de l’aide. Deux responsables du péage viennent m’aider à pousser la voiture en riant sous cape.

« Vous avez serré le moteur me dit l’un d’eux, c’est classique sur un vieux moteur qui n’a pas tourné depuis longtemps. Ces voitures c’est de la merde, elle est morte votre bagnole».

Le monde s’écroule sous mes pieds.

… Nous sommes sur le parking à attendre la dépanneuse de nuit. Nous ne disons rien. L’ambiance est surréelle.

Dans le rétroviseur, je vois le girophare du dépanneur. Par réflexe, j’ose un dernier coup de clé et… miracle, la SM redémarre.

Les deux responsables du péage sortent de la guérite et nous regardent avec des yeux ronds. Mon père qui n’avait pas dit un mot jusque-là baisse sa vitre et leur dit : « salut les cons » et se tourne vers moi: « on se tire ! »

Nous nous enfuyons comme des voleurs heureux de leur casse réussi.

Je dois confesser que nous avons calé à chaque péage et que nous sommes arrivés à 3 heures du matin. Chaude, la SM refusait obstinément de redémarrer.

A suivre : La SM du président (deuxième partie)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (130) : La SM du président (première partie) »

  1. Serge

    et moi à cette époque j’admirais celle qui était chez … Renault av Félix Bourquelot à Provins !
    J’ai seulement un bouquin « Grand Tourisme » chez EPA de 1982 sur la SM, et c’est déjà pas mal ! Il y a notamment une superbe SM avec jantes « alu » et persiennes, elle doit être unique !

  2. Stéphane.nc

    C’est top POA
    Une caisse mythique
    J’apprends que Burt Reynolds a conduit une SM
    Et confirmation que les saillies de Roubaudi père (la video en Normandie avec la DS5 offre un moment réjouissant, notamment à l’évocation d’Audi) étaient déjà bien affutées.
    Un petit côté De Niro le Président sur la photo.

  3. Laurent

    Voilà une belle histoire comme on aimerait lire plus souvent.
    En effet la panne qui empêche de redémarrer concerne plus les carbus, comme la mienne, que les injections mais il y a une parade…
    Pour ma part j’etais monté a bord l’année de sa sortie et quand javais demandé à mon père de l’acheter, il m’a simplement répondu qu’il faudrait revendre au moins 5 fois la 204 break fraîchement achetée, j’ai attendu 36 ans et par accident pour en acheter une vraie.
    Pour revenir à cette belle histoire du président je connais la fin mais chut…..

  4. Thierry

    J’ai du faire quelques recherches dans mon passé pour voir le prix d’un auto neuve en 1985 … ça tombe bien je replonge le nez dans les archives et retrouve (bien classée) une facture de Golf II, 1986, la version 1800 – 90cv à 68780 francs. Elle aura été mienne pendant 100.000 kms et 4 ans, mes premières années de travail, ma première vraie voiture, celle des sorties et des voyages en Europe.

    Je trouve hyper raisonnable en fait le prix de cette SM en réfléchissant quelque peu ! Une belle auto, dont les derniers modèles ont été à côté de chez moi, à Vichy.
    Je me souviens de l’essai à sa sortie de la SM par Johnny Hallyday, il me semble dans un « Salut les copains » ?!

    Belle allure notre président, en marche ou à l’arrêt, toujours la classe.

    1. Yannis

      Pareil… j’avais demandé a mes parents de me financer pour une 2Cv, ils en rigolent encore…..

  5. Patrick Godillot

    Si mes souvenirs sont exacts, il y en avait deux avec près de 10.000F d’écart. Ton père et toi étaient arrivés à la conclusion que cette différence de prix ne se justifiait pas.
    Faudrait faire le calcul pour rigoler. C’était quand même une sacrée bagnole!!!

    1. Renaud Roubaudi Auteur de l’article

      Bonne mémoire Patrick, Monsieur Guyou (le spécialiste d’Annebault) nous en proposait une au alentour de 85 000 franc. Par la suite, nous avons regretté…

  6. Frédéric à Montréal

    Magnifique histoire, avec Roubaudi père et ses interventions savoureuses!
    Des parents vraiment sympas pour avoir accepté de financer l’entreprise…
    Seul regret: il faut attendre une semaine pour la suite!
    Merci pour cette tranche de vie!

  7. Thierry

    De la génération du Président, j ai été touché par la grâce de la Sm plus tôt, mes premiers souvenirs datant de 74 ou 75, j ai craque plus tard, en 2003. Plus de 30 000km effectué depuis, elle ne m a jamais laisse en rade, et je l ai toujours: un fabuleux vaisseau .

  8. ques

    Aujourd’hui la France n’a plus de coupé GT.
    Pour ceux qui veulent une SM à petit prix, il suffit d’acheter une XM V6! diravi, 200 km/h, Monobranche, cuir et hayon !
    En avant Citroen !

  9. Pascal MOORE

    De jolis souvenirs et très marquants pour vous, Dear Président. Si j’avais dit à mes parents de me prêter de l’argent pour acheter une Rolls-Royce, ça aurait été très différent, même si c’était un rêve d’enfant ! Tout ça parle de  » l’émotion automobile  » et de ses effets. Vous deviez vous sentir tellement mieux au volant de cette auto !!! Sympa aussi de découvrir votre look EIGHTIES :-)

  10. Christophe BONNIN

    Après une expérience pareil, on comprends mieux les origines intangibles de bagnolard de notre président. Une SM qui a du recevoir beaucoup d’amour par la suite, sans aucun doutes. :-)

    Merci a « Roubaudi Sénior » qui a su théâtraliser ce moment de vie pour son fils. Vive POA.

  11. Chapman

    C’est dommage, pour une injection de caler comme ça et ne pas redémarrer…..J’avais des problèmes de « vapor lock » sur mes DS à carbu mais pas sur les modèles injection.
    Je n’ai jamais possédé de SM à mon grand regret mais, dans les années 80 on trouvait des DS presque gratuites alors que les SM avaient déjà un petite cote et surtout, coûtaient nettement plus cher à l’entretien et même en conso.
    J’ai néanmoins des souvenirs d’enfants dans la SM (mon grand père en avait essayé une avec moi derrière à 200 entre les platanes et une amie de la famille en conduisait une de façon plus placide). C’était une auto très impressionnante à l’époque comparée à n’importe quelle autre.

    1. Alain LE NAVENEC

      J’adore….!!!
      Des situations et des répliques à la Audiard.
      je suis impatient de lire la suite….