Souvenirs d’Autos (125) : Une Polo sur le toit

Par le Commandant Chatel. Je me rends compte que si j’ai raconté l’accident de mon fils ainé, Jules (Une-twingo-pour-mon-julot) je n’ai pas narré la mésaventure de mon fils cadet, François. Alors voilà…

arlequin-09

 

 

Nous sommes en octobre 2010. Je suis à une projection boulot et j’ai, bien sûr, coupé mon portable. J’en ressors vers 22h et tandis que je me dirige vers le cocktail (statutaire dans ce genre d’événement), je rallume mon iPhone qui se met à vibrer nerveusement dans ma poche.

Plusieurs appels sans réponse. Et une kyrielles de texto de la maman de François me disant : « Rappelle vite !! », « Rappelle, c’est urgent !! », etc. je tremble de stress… quand je vois que ma mère m’a laissé un message.

Il est clair, court et précis :

  • François a eu un accident, il est à l’hôpital en observation, mais ne t’inquiète pas, ça va !

Je ne la remercierai jamais assez pour ce message.

Pas de mystère. Une information !

Mon cher fils François était dans le Périgord avec un copain. Et il avait emprunté la Polo Match 1,4 de mes parents. Une voiture automatique mais très nerveuse.

Roulant sur une petite route, il s’était laissé gagné par la vitesse quand en sortant d’un virage, il s’était retrouvé face à face avec une voiture venant en sens inverse. Là, tout s’était précipité, la sortie de route, les tonneaux (par l’avant…) et le stop sur le toit ! Glurp !

Vive la ceinture de sécurité et les air-bags… François et son copain n’avaient pas une égratignure. Complètement sous le choc, les pompiers les avaient amenés à l’hôpital où les médecins les avaient scannés de la tête aux pieds. Y a pas à dire, la France (éternelle, bien sûr) est un beau pays.

Plus tard dans la soirée, je peux enfin parler à François. Il est secoué, mais ça va. Le lendemain, c’est le casseur du coin qui me propose 100 Euros pour la voiture ce que j’accepte en voyant la photo qu’il m’envoie… (photo que j’ai détruite sur le champ pour cause d’excès de stress) Une Polo qui a le toit écrasé, perdu son pare-brise, sa lunette et ses quatre fenêtres n’a plus aucune allure…

Il restera à acheter une nouvelle voiture à mes parents (achat auquel toute la famille participe et François pour une grosse part sur ses économies) et à prier pour que cela ne se reproduise plus…

L’autre jour, alors qu’il m’empruntait ma chère Jaguar pour partir en week-end avec sa bonne amie, il me confiait :

  • Depuis l’accident, j’ai beaucoup revu ma façon de conduire.

Une très bonne phrase pour rassurer un père inquiet.

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps. Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !Merci.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (125) : Une Polo sur le toit »

  1. Amok

    Où l’on apprend que le Commandant Chatel possède un iPhone.
    Dans sa cuisine, peut-être a-t-il également un Frigidaire ?
    De l’influence des marques sur nos vies quotidiennes…
    C’est juste un clin d’oeil, rien de grave.

    1. Commandant Chatel

      Ça évite également la répétition dans la même phrase…
      Bon, allez, je prends ma Mobylette et je vais faire un tour…
      😉

  2. Nabuchodonosor

    Avec votre rubrique, mon Commandant, vous avez le don de faire remonter mes souvenirs en surface, les bons comme les moins bons…
    La vie m’a donné trois beaux enfants qui sont tous motorisés à ce jour. Si je n’ai jamais eu de soucis avec les deux grands, le petit dernier a compensé, car il a déjà réussi l’exploit de détruire les trois autos que je lui ai remises entre les mains… Et comme il n’a que vingt ans, ma tranquillité ne connait aucun répit…
    Me revient son coup de fil en pleine nuit, passé du fin fond du Portugal où il essayait de m’inventorier les morceaux de carter et les litres d’huile moteur de feu ma belle A4 Quattro qui se répandaient de part et d’autre de l’às lombas (ralentisseur routier) qui, à l’entendre, avait surgit sous les feux des projecteurs sans lui laisser le temps de réagir… Ce qui l’avait stoppé net…
    Depuis, j’ai changé d’assureur…
    :-)
    Mes respects mon Commandant.

  3. Chapman

    Ouuuuuuuh!
    Mon fils aîné (qui lit aussi ce blog, il se reconnaîtra) sait aussi me dire exactement ce que je veux entendre quand il prend la route. J’ai toute confiance dans sa conduite excellente……je sais néanmoins qu’il aime la vitesse…..comme moi à son âge.
    Je relativise en songeant aux quinze mille morts sur les routes de mon époque….. Statistiquement je devrais……je dois être rassuré.
    :-)

  4. Thierry

    Ah les enfants … on aime les voir grandir, savoir qu’ils apprennent ce qu’est la vie, mais on souhaite surtout qu’ils se fassent leur propre expérience sans bobos ! Une chance que la Polo ait été à la hauteur sur le coup !

    1. guy

      cent euros pour une compression c- César n’aurait pas fait mieux – c’est heureusement pas cher payé !