Une Simca 1301 et rien d’autre !

Patrice Vergès. Depuis son permis en poche, il y a 16 ans, Jérôme ne roule qu’en Simca 1301 au quotidien. Le dimanche, en tant qu’animateur du club Simca France de sa région, il conduit encore des Simca mais d’un modèle plus ancien.

La Simca 1301 étonne aujourd'hui par sa vaste surface vitrée et la finesse de son élégante silhouette

La Simca 1301 étonne aujourd’hui par sa vaste surface vitrée et la finesse de son élégante silhouette

La 1301 se distinguait de la 1300 par sa malle arrière allongée et ses feux horizontaux débordants élargissant visuellement la voiture

La 1301 se distinguait de la 1300 par sa malle arrière allongée et ses feux horizontaux débordants élargissant visuellement la voiture

 » C’est un ami qui m’a fait découvrir cette marque, adolescent. Je trouve que les Simca sont plus belles que les concurrentes de leur époque, plus excitantes et parfois plus modernes comme la Simca 1100. Pour aller travailler, j’utilise une Simca 1100 Spécial 1975 ou une Talbot Solara SX 1983 qui marchent encore très bien au quotidien et sont aussi sûres que bien des voitures actuelles »

Une dizaine de Simca

À 34 ans, Jérôme a peu connu la marque française Simca qui a produit des voitures de 1934 à 1986 d’abord sous son nom puis Chrysler et enfin Talbot lorsqu’elle a été rachetée par PSA en 1979 et qui fut son fossoyeur. Au total, il additionne une bonne dizaine de Simca (plusieurs 1100 dont un pick-up, Rallye 2, Simca P60, Versailles, Simca 1500 break) et particulièrement cette très belle Simca 1301 Spéciale qui affiche un noir Onyx d’origine plutôt rare.

Une petite piqure de rappel sur l’histoire de ce modèle fabriqué de 1963 à 1975 à 1,343 millions d’exemplaires. Pas si mal ! Lorsque Simca l’a arrêtée, il se vendait encore bien mais il n’y avait plus suffisamment de place à Poissy pour fabriquer la 1308 déjà évoquée dans POA en 2016.

La planche de bord de la Spécial se voulait sportive avec un compte-tours et un volant à trois branches dont le plastique imitait plutôt bien le bois

La planche de bord de la Spécial se voulait sportive avec un compte-tours et un volant à trois branches dont le plastique imitait plutôt bien le bois

Autoradio d'époque avec deux gammes d'ondes sans FM

Autoradio d’époque avec deux gammes d’ondes sans FM

                                             De la 1300 à la 1301

Née 1300/1500, cette berline à la silhouette élégante a été allongée de plus de 20 cm en 1967 (4,45 m) pour lui donner un aspect plus cossu et surtout pour agrandir son coffre à bagages jugé trop petit. Elle a été, alors, rebaptisée 1301 en motorisation 1300 cm3 7 CV et 1501 en 1500 cm3 équipée d’une mécanique plus moderne que celle de la 1300 dont le moteur remontait à l’Aronde et même aux Fiat d’avant guerre, marque dont était issue Simca.

En 1970, la Spécial a hérité d'un bloc moteur 1300 cm3 plus moderne qui remplaçait celui issu de l'Aronde

En 1970, la Spécial a hérité d’un bloc moteur 1300 cm3 plus moderne qui remplaçait celui issu de l’Aronde

En 1970, désormais siglée Spécial, la 1301 adopte la mécanique plus moderne de la 1500 redescendu à 1300 cm3. Avec désormais 70 ch Din contre 54 précédemment, la 1301 Spécial devient l’une des 7 CV les plus rapides du marché (150 km/h), la plus spacieuses et aussi la plus pimpante face à ses concurrentes hexagonales nommées Peugeot 304, Renault 12 et Citroën GS. En effet, les Simca avaient un petit quelque chose en plus au niveau de la présentation plus flatteuse. Particulièrement, la Spécial qui a fait appel pour sa planche de bord à du faux bois très mode en 1970, en option un pavillon recouvert de vinyle très tendance. Les Simca n’étaient pas les plus solides, ni les plus confortables car la 1301offre encore un bel essieu rigide mais c’étaient les plus excitantes de par leur origine italo américaine et généralement proposées à des tarifs très compétitifs.

Les sièges séparés offrent un bon confort avec un moelleux étonnant aujourd'hui

Les sièges séparés offrent un bon confort avec un moelleux étonnant aujourd’hui

Étonnante visibilité

Nous descendons, car elle est plus basse que les véhicules actuels, dans sa 1301 1971 qui a bénéfice d’une peinture neuve et d’un moteur changé depuis qu’il l’a achetée il y a une quinzaine d’années. Elle se distingue du modèle d’époque par ses roues élargies (185X13) qui améliorent la tenue de route sans trop défigurer sa silhouette montée en 165X13 d’origine et d’une calandre de 1974. Ce qui étonne aujourd’hui, c’est l’étonnante visibilité qui donne l’impression d’être un poisson rouge dans un bocal. Ensuite, c’est le moelleux des sièges par rapport à ce qui se fait en 2017. Bien sûr la direction à galets assez douce n’est pas assistée et le moteur est plus présent au niveau du son que de nos jours. Mais la 1301 est encore capable d’avaler l’autoroute à un bon 120 km/h dans des conditions honnêtes de confort et de sécurité avec un freinage efficace. Il l’utilise ainsi que la P60 dans les sorties organisées avec les amis du Club Simca France Gironde (06 28 32 68 05)

La calandre de la Spécial intégrait des longues portées (ceux de la 1100 Spécial)

La calandre de la Spécial intégrait des longues portées (ceux de la 1100 Spécial)

Chez Simca, le sigle Spécial caractérisait les versions les plus sportives. La 1301 Spécial délivrait 70 ch contre 60 pour la version normale qui n'eut aucun succès

Chez Simca, le sigle Spécial caractérisait les versions les plus sportives. La 1301 Spécial délivrait 70 ch contre 60 pour la version normale qui n’eut aucun succès

Rêver de …. Simca

Son virus est transmissible puisqu’il est en train de peaufiner une petite Talbot Samba que sa compagne Maïlys conduira dans quelque temps. Pas question d’abandonner cette marque dont les prix en collection commencent à monter après avoir connu un gros creux. Les Simca de ses rêves commencent à valoir trop cher pour son portefeuille et il a la crainte que les coupé sur base Aronde produits par Facel, 1200 S ou coupé Simca 8 restent au stade du rêve. En attendant la réalité s’appelle Simca Versailles V8 assez fatiguée à laquelle il s’attellera un jour. Mais il ne faut jamais dire jamais.

Depuis son permis en poche, Jérôme ne roule qu'en Simca

Depuis son permis en poche, Jérôme ne roule qu’en Simca

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Une Simca 1301 et rien d’autre ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Rivas

    Bonjour, pour moi, ce fût ma première voiture achetée d’occasion pour 5000 francs en 1979. Modèle plus ancien, donc pas « spécial » de 1968. Que de très bons souvenirs, pas de problème majeurs. Motorisation convenable avec le 90 (au cul) comme on disait à l’époque. Un peu « Fangio », oscar + devant la calandre…
    Nostalgiquement.
    Philippe.

    Répondre
  2. Outdoor74

    Bonjour !
    Les gros « gommards » lui vont bien. Sur cette première image, quand on masque l’avant, on dirait presque une Mercedes 600 !

    Répondre
  3. Ricky Bobby

    Ce que j’aime dans cette voiture c’est sa face avant.
    Avec son capot incurvé et ses clignotant mordants sur les ailes avants et ses 2 phares ronds, on a l’impression qu’elle vous sourit !

    Répondre
  4. DG

    J’adhère complètement … sacré bagnole
    Eh oui !!! …. fallait bien éliminer les concurrents gênant .. Peugeot pour Simca et Citroen pour Panhard – Sans les soucis financiers de l epoque on ne parlerait peut-être plus de PSA aujourd’hui. . . . .

    Répondre
  5. Piat Georges

    Magnifique et très sportive d’apparence. J’aime beaucoup cette ligne légère par rapport au SUV actuels par exemple…

    Répondre
  6. Chapman

    C’est la marque de mon enfance (papa)…..avec Citroën (grand père).
    Arronde, P60, 1100 Spéciale, 1500 Break (ah la vitre descendante), Horizon, 1308 GT……que de bons souvenirs.

    Et une rouille galopante!

    Répondre