Monteverdi – Salon de Genève 2017 – Petit Bonus

Visitez calmement le salon automobile de Genève 2017 (87ème édition) en compagnie de Renaud Roubaudi et Cédric Fréour. Une visite qui comprend la découverte d’une vingtaine de nouveautés dévoilées pour la première fois, soit plus de deux heures de programme au travers d’une vingtaine de vidéos exclusives. Baladez-vous dans les allées du salon, montez à bord des voitures, inspectez les plastiques moussés, rencontrez des invités de passage, informez-vous des dernières tendances, tant sur le plan du style que des dernières technologies. Cette année 2017 concrétise l’arrivée en masse des écrans digitaux et des assistances à la conduite. Parmi les voitures annoncées, on peut retenir 5 voitures stars : l’Alpine, la DS7, la Porsche Panamera Sport Turismo, le nouveau Volvo XC60 et le Range Rover Velar. Bref, installez-vous confortablement et faites un saut au cœur de la capitale mondiale de l’automobile.

 

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Monteverdi – Salon de Genève 2017 – Petit Bonus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Outdoor74

    Bonjour !
    Merci beaucoup pour ce bonus !
    De mémoire, Monteverdi réalisait également à l’époque une version 4 portes du Range Rover. Travail tellement bien réalisé qu’il aurait servi à Rover pour la production du Range à 4 portes définitif.
    Tout ceci au conditionnel…

    Répondre
  2. HUMBERT JM

    Beaucoup de nostalgie en revoyant ces voitures.
    Petit garçon, je jouais avec des miniatures et dans la gamme Matchbox, il y avait des Monteverdi !

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Elles sont effectivement très belles et très désirables ces autos bâloises mais à défaut d’être un visionnaire éclairé, en choisissant par exemple de commercialiser un 4×4 qui avalait 40l au 100km en 1976, soit trois ans après le premier choc pétrolier, Peter Monteverdi (ne pas confondre avec Claudio), pratiquait beaucoup le « picking » auprès des autres constructeurs, à l’instar de ces feux sochaliens que relèvent Renaud.
    A propos de son 4×4, je voulais savoir comment s’inscrivait le Safari (1977-1982) dans l’histoire de ses congénères et suis allé un peu farfouiller sur le net. J’avais gardé en mémoire qu’il cherchait à faire de l’ombre au Range de 1970 mais en plus haut de gamme avec des moteurs de plus grosses cylindrées (jusqu’à un 7206 cm3 Chrysler) pour offrir plus de puissance. A ma grande surprise j’ai lu que sa carrosserie partait en fait d’une base de Scout (Intl’ Harvest) de 1961… Scout qui lui-même s’était étalonné sur la Willys SW de 1946 avant d’être déjà la cible du Jeep Wagoneer en 1963, puis du Ford Bronco et du Toyota Land Cruiser en 1967… C’est sur cette brochette de baroudeurs américo-japonais, qui lorgnaient sur notre vieux continent, que sera défini le cahier des charges du Range Rover (V8 3,5l), dénommé donc Velar durant son développement…

    Nabucurieux

    Répondre
  4. Jean-nicolas

    En fait monteverdi existe toujours ils font du consulting en design automobile pour un certains nombre de constructeurs.

    Vous n’avez peut être pas remarqué sur la dernière sportive présente sur le stand juste à coté du prototype de 1966, la spécificité de cette sportive deux places est que le moteurs prenait place sous une cloche entre les sièges ce qui était assez surprenant pour l’époque ( et plutôt inconfortable du fait du bruit permanent) .
    Cela reste en tout cas des véhicules avec une ligne pure et sans fioriture assez éloignées de nos design tarabiscotés d’aujourd’hui.

    Force est de constater que c’est très beau…

    Répondre
  5. michaël oualid

    C’est exactement de là qu’il faut repartir, juste avant que la merchandisation aveugle à outrance pervertisse les dessins, les desseins, les moeurs, la nourriture,…
    On reprend là, et on y ajoute:
    . le savoir-faire toujours plus mature des designers et ingénieurs automobiles actuels,
    . les avantages et la puissance numérique des outils de conception,
    . les business models de la nouvelle économie (on oublie le marketing moyenâgeux du toujours plus ie -500kg) ,
    . une considération écologiques globale,

    et nous allons enfin voir apparaître des voitures modernes réellement élégantes et profitables à tous, de la planète aux actionnaires, en commençant par les utilisateurs.
    En vérité, c’est extrêmement simple et rapide. En 2017 nous avons déjà éprouvé tout ce qui est nécessaire pour y arriver.

    Répondre
    1. Fred Sey POA

      Il manque la Berline Monteverdi High Speed 375/4….de toute beauté….so chic….Je ne connaissais pas , par contre leur 4X4…..le Safari!!…belle prise Président! j’adore! 😉