Merci Simca, ou l’histoire d’une marque italo-franco-américaine

Patrice Vergès, spécialiste de l’automobile, nous présente son dernier livre, Les Plus Belles Simca aux éditions ETAI. L’occasion de revenir sur l’histoire d’une marque étonnante au trois nationalités successives (italienne, américaine et française).

Simca était le roi de la communication notamment avec cet autocollant apposé sur toutes leurs voitures

Simca était le roi de la communication notamment avec cet autocollant apposé sur toutes leurs voitures

big-2901529215bellon_1091815975_plan_expo_tag_001

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Horizon-06
$_1
1200-S-015669584086797233016_4a95110316_b

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 commentaires au sujet de « Merci Simca, ou l’histoire d’une marque italo-franco-américaine »

  1. Gérald

    Je l’ai entre les mains je n’ai pas pu m’empêcher de le feuilleter avant de l’offrir à mon père !
    Très belle maquette et de de belles photos, la 1100 TI est splendide ! Bravo M° Verges et félicitations à Cathy Dubuisson pour les photos !

  2. Outdoor74

    Bonjour !
    Incroyable bourde en effet que d’avoir sabordé le nom de Talbot. Je me souviens au lycée que l’on s’était moqué de moi car j’avais dit aimer les Talbot. J’avais en tête les vraies, les élégantes et les sportives ( les bleues et chères !! ). Mes camarades ne connaissaient que la Talbot Horizon.
    Et aujourd’hui, une Talbot haut de gamme aurait sa place s’il n’y avait eu cette Horizon.
    Je crois que le nom Delahaye appartient à PSA, non ?

    Quant aux Simca, je trouvais à l’époque que les moteurs faisaient un bruit de rondelles et d’écrous en train de se faire la malle !
    C’est méchant, mais j’ai ce souvenir là.

  3. RomeoMan

    A la fin des 70’s, PSA venant juste d’absorber Citroën, se retrouve avec un nouveau dilemme en intégrant Simca rebaptisé Talbot (erreur monumentale, ce changement de nom). Effectivement la gamme Peugeot doublonnait avec celle de Simca. Mais le principe premier du marketing est bien de sortir des produits positionnés exactement face à ceux des concurrents ? Des deux ex-rivaux, il fallait qu’il y ait un vainqueur et un vaincu. L’histoire bégaie en 2017 avec le possible rachat d’Opel par le même PSA : on retrouverait donc la 208 en face de la Corsa, la 308 en face de l’Astra, la 508 en face de l’Insignia… Que restera-t-il de tout cela ?

  4. Ruffieux

    Quelle belle époque de l’automobile qui était l’expression de la liberté, peu de limitations de vitesses, facilités de parking, circulation aisée (sauf sur la N7 en été!). Peu de camions sur les routes.
    Mon père avait une 1500, après une Renault frégate, quel luxe!
    Les vitres des voitures modernes sont de plus en plus réduites, à l’époque on pouvait conduire vitres ouvertes, le bras sur la portière.
    Merci à poa de nous faire revrivre les émotions automobiles de notre époque!
    Rru

  5. Gérald

    Vendu ! je vais de ce pas acheter le livre de l’Oncle Pat, que j’offrirai à mon père, ça lui rappellera sa P60, blanche avec le toit rouge…

  6. pablo

    Chouette petit voyage dans mon enfance.
    La « 1000 » en rouge est mon premier souvenir automobile (assez capricieuse).
    Par contre je découvre le coupé 1200 (et sa pub)…

    Merci

  7. Piat Georges

    Je ne savais pas tout cela car à l’époque j’étais un peu jeune et ne occupais pas encore de voiture.
    Mais cet interview est super et puis le cadre pas banal.

  8. Frankreich

    Je vais offrir ce bel ouvrage à mon père qui a possédé deux Simca 1100, dans lesquelles j’ai voyagé une bonne partie de mon enfance.
    J’aime particulièrement la pub pour la 1200s qui est montrée à la fin. D’abord la photo, quand on voit que la simple présence d’hôtesses élégantes aux côtés des nouveaux modèles lors des salons de l’auto de nos jours soulèvent des protestations. Ensuite le texte qui vante le fait de pouvoir faire crisser les pneus au démarrage et de laisser des traces de gomme au sol pour faire s’étouffer de jalousie les voisins de feu rouge. Toute une époque à la Claude Sautet dont je suis nostalgique.

    1. Gérald

      C’est vrai que toutes les pubs d’aujourd’hui nous paraissent bien lisses désormais.
      Fini les bonnes pubs machistes, les vroum vroum, les dérapages, les catapultages depuis l’un de nos deux portes avions, l’émersion d’un sous marin…

      Reviens Jacques !

    2. Tom

      Je ne vois pas en quoi il faudrait regretter les « bonnes pubs machistes », c’est hallucinant ce genre de commentaire.

    3. Gérald

      Ce qui est hallucinant c’est d’être halluciné par un commentaires comme ça, c’est du premier degré…
      Je regrette juste les pubs qui ont marqué mon adolescence les 220 km/h de la CX, le 2 septembre j’enlève le haut, etc…
      Elles ont marqués mon imaginaire et étaient banales même sur la voie publique.
      Désormais on en vient à du puritanisme à l’américaine, ou tout le monde s’offusque de tout, mais les images visibles sur le net son bien pires que certaines pubs de l’époque…
      Imaginez un instant les deux affiches de la simca pour un modèle actuel, impossible…

  9. Thierry

    Tagora la voiture officielle du mariage de Mlle Ligier, en présence de François Mitterand … je n’en avais jamais tant vu !

    Simca une marque différente, un peu comme Panhard, on aimait ou pas. Les acheteurs étaient quand même très compartimentés en ces temps là, les pros Renault plus ouvriers, les Peugeot, plus bourgeois, les Citroenistes, différents etc …

  10. Chapman

    Merci Patrice, c’est le mot que je cherchais pour définir les Simca(s): gaieté!!! C’est exactement ça. Le contraire de l’austérité Peugeot (très bien aussi mais dans un autre genre)…..une espèce d’insouciance.
    Enfin évidemment on pourra rétorquer que c’était les trente glorieuses. Quelles années quand même!

    1. ED

      Que de souvenir avec cette marque bien que je sois né au milieu des années 80. Quand j’étais bébé mes parents avaient deux SIMCA 1100, qui furent remplacées par une SOLARA et une R5. J’ai un vague souvenir de leur 1100 verte mais bizarrement je n’ai pas oublié l’odeur du skaï noir des sièges… Mes arrières grands parents avaient quant à eux une 1100 couleur crème remplacée fin des années 80 par une 305. Enfin mon grand père paternel a gardé très longtemps sa SIMCA 1300 je dirais jusqu’au milieu des années 90.