Citroën XM V6 24s : Youngtimer à collectionner d’urgence

Avec la complicité de Floriane et Adiren Malbosc, un véritable POA Boy, POA part à la rencontre de Romain, un petit observateur de 21 ans  propriétaire d’une Citroën XM V6 24S. Romain nous présente en détail sa XM qu’il entretient lui même et il nous conseille sur les meilleurs modèles à collectionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 commentaires au sujet de « Citroën XM V6 24s : Youngtimer à collectionner d’urgence »

  1. Youngtimer

    Très bon reportage. La XM commence seulement à être recherchée en France contrairement aux hollandais qui sont fans de la marque aux chevrons. C’est donc le moment pour en acheter une.

  2. Christophe BONNIN

    Mon papa a eu pendant un bon moment une XM 2.0 Turbo CT Break 1993, achetée d’occasion à 25 000 Km avec décote incroyable à l’époque.

    Du point de vu mécanique et châssis, c’était éfféctivement une voiture extraordinaire. L’idée du turbo basse pression était géniale (consommation mise à part). Du point de vue fiabilité, pas mal de choses quand même (premier train de pneus neuf dévoré en moins de 10 000 km suite à un train avant déréglé, à coup à l’accélération que la concession Citroën a mis de nombreux mois à régler, dysfonctionnement électronique en tout genre, joint de culasse etc…).

    J’ai adoré cette voiture.

  3. Franky

    Cette voiture est le témoignage d’une époque où les constructeurs généralistes pensaient encore avoir un avenir dans le haut gamme sans avoir besoin de créer une marque « premium » !
    L’échec de la XM et de C6 a poussé Citroen à créer la griffe DS, maintenant devenu une marque à part entière.

  4. Jérémie VERON

    Retour très sympathique sur des voitures fantastiques et sur cette voiture qui pour moi devait marquer et permettre à Citroën de revenir sur le terrain du très haut de gamme : la Xm. J’ai dès le départ été convaincu par cette caisse, mais en même temps les raisons de son échec sont bien connus et objectivement normaux. Ceux qui ont voulu la sortir en connaissance de cause alors qu’elle n’était pas encore au point porte une responsabilité historique et dont les constructeurs nationaux souffrent encore aujourd’hui selon moi. Cette voiture et plus tard rebelote même gaffe avec la 605 sont arrivés avec une fiabilité déplorable voire dangereuse. Je me souviens au passage d’une copine me décrivant comment la baisse d’une vitre électrique côté conducteur entraînait la baisse ou la remontée de toutes les autres vitres de la voiture sauf la 13ème (une super idée au demeurant). Bref une fiabilité et une electronique catastrophique à une époque où l’automobiliste et les premiers acheteurs d’une nouvelle voiture n’ont plus envie de jouer les cobayes comme c’était plus ou moins accepté au temps d’une DS par exemple. Tout ça a gâché sans doute à jamais la réputation de cette voiture malgré des débuts de ventes très prometteur en France (certains habitués de Mercedes ou BMW abandonnaient leurs allemandes pour une Xm ou une 605) et en Allemagne où l’accueil fut bon également. Je crois me souvenir d’ailleurs que Mercedes craignant une certaine « hémorragie » de ses ventes avaient répliqué (cas unique sans doute dans son histoire relativement récente) par une refonte de sa gamme E et par l’adoption de moteurs capables de rivaliser notamment avec le fameux V6 24s et ses 200Ch. Bref, échec cuisant pour fiabilité catastrophique et qui a définitivement fâché la bourgeoisie française avec le haut de gamme automobile français qui ne l’a plus regardé qu’avec condescendance et mépris. D’où les échecs suivants de la 607, la Vel Satis puis hélas la C6 malgré une fiabilité cette fois dans la norme et des qualités de roulement et de confort encore unique aujourd’hui. Bref, ce désamour des français pour le haut de gamme date de cette époque, nous verrons bien ce que donnera la marque DS mais le fait qu’elle soit passé à côté de la suspension hydraulique, comment comprendre ????? Reconnaître ses erreurs, c’est d’actualité en ce moment, c’est une preuve d’intelligence surtout quand la technologie existe encore sur la vieillissante C5. Qu’attend PSA pour mettre à jour ce savoir-faire bon sang ? Que les allemand s’y attellent sans doute ? Pitoyable choix stratégique ! En tout cas, merci de participer d’une si belle manière à la réhabilitation du haut de gamme automobile français récent et plus ancien. Une dernière chose, la présence de bois dans la Xm était en effet marquant par son abondance et aussi par son essence particulière il ne s’agissait pas de noyer comme sur les Jaguars mais venait je crois d’Afrique et était très spécifique pour l’époque. Pour autant, en effet la Xm n’est pas la première Citroën a avoir du bois dans son intérieur (sans parler de certaines Citroën d’avant-guerre), les CX notamment les versions longues Prestige et Limousine avaient du bois certes en moindre quantité mais en avaient sur l’intérieur des portières. Amitiés citroënistes, et vive POA.

  5. Arnaud T

    Rouler en ancienne pour s’offrir un V6 ou du haut de gamme à pas cher est un choix malin. Un pied de nez à la mode qui devient… à la mode. Fort heureusement, Romain est motoriste, je me vois mal en XM. Mieux en C6…

  6. Denis L.

    J’ai quand même du mal à voir un avenir à la XM en collection. Pas de charisme. C’était la voiture du bourgeois catho qui ne voulait surtout pas faire voir son statut tout en sachant qu’il serait reconnu de ses pairs. De ce côté là elle fut réussie.
    Sans doute de grandes qualités mais bien cachées sous un physique ingrat comparé à la DS, la CX et la C6. En plus peu fiable et plus compliquée à entretenir qu’une CX, c’est dire… Une auto pour masochiste!!! Je plaisante bien sûr.
    Pas de place pour un turbo.?!! Ben oui mais si ils avait mis le moteur dans le bon sens il y en aurait eu de la place!!! Pfff

    1. Denis L.

      Je suis un peu péremptoire c’est vrai mais ce n’est que mon avis, on est pas obligé de le partager. Il y a des aficionados pour chaque auto.

    2. Boyenval

      Si on peut considérer, avec une certaine commisération, que les Peugeot 605 et 607 ont été des voitures de « bourgeois catho » (vous avez d’ailleurs oublié « de province » dans votre commentaire), je ne vois vraiment pas comment on peut en dire de même pour la XM, coup de crayon génial de Marc Deschamps pour le studio Bertone et seul exemple roulant de berline ayant adopté le wedge design des années 80… (si on excepte la Lagonda V8, beaucoup moins réussie à mon sens).
      C’est une période ou Citroën essaye encore, contre vents et marées, de vendre autre chose que du sous-Mercedes ou du sous-Audi, ce à quoi tous les constructeurs sont obligés désormais s’ils veulent vendre, hélas.
      Hélas les problèmes de fiabilité (tout relatif) de l’électronique des premières années ont ruiné ses espoirs, alors qu’elle était bien partie, étant même un succès de vente en Allemagne.
      Et elle inaugure l’hydractive, première suspension pilotée au Monde, 10 ans avant la version Mercedes sur les classes S W220 (d’une fiabilité désastreuses, encore aujourd’hui, et d’un coût de maintenance sans commune mesure avec celui de la marque aux chevrons…).
      Reste aujourd’hui une voiture fiable, disponible pour une poignée de cacahuète, au moteurs increvables, et aux suspensions sans égales…

  7. Piat Georges

    C’est quand même embêtant ces voitures qu’on trouve géniales… Longtemps après. Parce qu’elles sont géniales, ça c’est sûr.
    Bravo encore à Romain et à vous tous pour le reportage. Marrant le coup de la double vitre arrière, je l’apprends ce soir en regardant la vidéo.

  8. Stéphane.nc

    Renaud fait somme toute de la prospective « traditionnelle », à savoir qu’il prolonge les tendances passées. Cela s’est passé comme cela pour DS, CX, cela se passera ainsi pour XM…..

    Le hic d’un tel raisonnement, parfaitement recevable au demeurant, (tenu régulièrement par les économistes) c’est qu’il ne tient pas compte des ruptures. Il ne fonctionne que toutes choses égales par ailleurs….bref en laboratoire, pas dans la vraie vie.

    Et si nous vivions une rupture?

    Et si l’hybride et l’électrique rebattaient les cartes de l’ancienne? Si les normes antipollution (dont je fais le pari qu’elles vont se durcir sévèrement) tuaient les yougtimers (concept sur lequel j’ai eu ici l’occasion de partager mes -gros-doutes) ? Yougtimers, ne serait ce pas qu’un simple nom destiné à relooker et marketer ce que nous avons toujours connu : des caisses sorties de la cote, pas chères, peu sures et polluantes qu’on cherche à rendre sexy et donc plus chères à vendre….le vieux principe des vessies pour les lanternes, n’est pas voiture de collection qui veut.

    Prise de vue sur le Quai de Javel?

    1. kris

      Oui. L’ hybridation, le contenu technologique prônée par nos constructeurs pour redynamiser les ventes forment effectivement une rupture certaine – le terme est bien choisis! -…

  9. Stéphane

    Une poade riche d’informations comme je les aimes. De la découverte et de l’information. Merci !
    Et merci Adrien pour ces petits compléments judicieux que je trouvent jubilatoires.
    C’est ça qui est bon, cet art de trouver des passionnés intéressant sachant parler de leur(s) voiture(s) ou sachant apporter des anecdotes sur celles des autres.

  10. olivier

    très bon reportage, et il faut être monté à l’arrière d’une xm pour en mesurer le confort, un canapé cuir, la xm, avec son hydraulique et ses V6 néssécite cependant des connaissances techniques ou un bon carnet d’adresse pour l’entretenir, les pièces sont désormais toutes indisponibles chez Citroen, donc système D de rigueur. Choisi en priorité un modèle dont l’hydraulique est impécable. 3000 € est le prix pour une v6 en bon état, en carbu ou injection on peut faire des affaires à moins de 1000 € pour des autos aptes à prendre la route.

    1. Michel

      je confirme les dires d’Olivier, il faut un garage ou un local et de sérieuses connaissances technique pour entretenir ce genre de vehicule