Les raisons du retour du Grand Prix de France de Formule 1

Le Grand Prix de France de Formule 1 fera son retour à l’été 2018 sur le circuit Paul Ricard au Castellet. Stéphane Barbe, journaliste à l’Equipe, nous explique les raisons de ce retour en grâce de la Formule 1 en France après plusieurs années d’absence de la discipline.

 

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Les raisons du retour du Grand Prix de France de Formule 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Velam

    le problème de ces événements est bien plus vaste. les CIO et autres FIFA demandent plus aux états et donc aux contribuables de plus en plus d’efforts financiers pour garantir leurs propres bénéfices engendrés par la publicité et les droits de retransmissions privatisés sur des chaines à péage.
    Je vois difficilement mon boulanger de quartier demander à ses clients de lui acheter sa boutique et la farine pour ensuite leur demander de payer une baguette à un prix exorbitant.
    Ces pourtant ce que font ces organismes financiers.
    je ne veux pas passer pour le marxiste de base mais il me semble que l’on touche là aux limites du libéralisme.
    De plus il y a quelques années la formule 1 était une sorte de banc d’essai technologique. qui a permis à la voiture de monsieur tout le monde d’évoluer. Est-ce toujours le cas pour ce type de compétition ?

    Répondre
  2. Breton

    On pense vraiment que ça a un intérêt, la F1, à part pour quelques uns, au moment où la transition écologique est une priorité ? Vive la bagnole, pourquoi pas, mais surtout VIVRE la bagnole.

    Répondre
    1. kris

      Le circuit dispose-t-il de parcs d’ activités pour recevoir des entreprises tpe / PME du secteur auto et nouvelle technologies ??

  3. Henri

    Ces explications sont sûrement vraies mais la première raison est le propre intérêt d’Ecclecstone !!! . La société Excelis, contrôlée par l’argentier de la formule 1 (Bernie Ecclestone) a racheté le circuit pour environ 43 millions d’euros. Entre 1999 et 2002, on construit un hôtel de luxe et un parcours de golf. L’aérodrome est transformé en aéroport. Le circuit subit un lifting. Des investissements qui auraient coûté, de l’ordre de 250 et 300 millions d’euros. Et c’est bien là que repose l’intérêt d’Ecclestone : renforcer la notoriété du circuit pour augmenter l’activité et au passage amortir plus vite les investissements. Bref de la finance élémentaire …. alors si en plus de l’argent public garantit le risque en cas de pertes …. la boucle est bouclée pour ce cher Ecclestone.
    Cheers.

    Répondre
  4. Vincent

    La F1 est la pierre philosophale de l’économie locale : pour 1€ dépensé, 5 gagnés !
    Moi, candidat (à toutes les) primaire(s), je propose que chaque ville de plus de 250 000 habitants reçoivent un grand prix par mois à 30 millions pour dynamiser l’économie de sa région…. Voyons si j’ai bien compris : 15 millions de garantie contre 60 millions, soit 45 millions nets multipliés par 12 = 540 millions par an. CQFD !

    Répondre
  5. Frédéric à Montréal

    La formule 1 est devenue un formidable aspirateur à fonds publics.
    Il faut toujours plus de subventions, de travaux sur les circuits, dans les stands, dans les tribunes. Le chantage ne s’arrête jamais.
    On vit ça à Montréal depuis des années. À chaque renouvellement de contrat, et même entre les renouvellements, c’est la menace de partir pour une autre ville plus généreuse. Ce n’est pas pour rien que les grands prix se retrouvent aujourd’hui au Bahrein, au Kazakhstan, etc., où il n’y a aucun contrôle des fonds publics.
    Les retombées économiques? Oui, il y a plus de touristes pendant quelques jours, qui dépensent beaucoup en chambres d’hôtel, champagne et produits de luxe. Mais les études sérieuses démontrent qu’elles n’atteignent jamais les sommes promises.
    Pour moi, la F1 ne présente plus aucun intérêt et son image est vraiment très abîmée. L’avidité de Bernie Ecclestone et de son entourage a tout gâché, c’est bien triste.

    Répondre
    1. Frankreich

      C’est vrai que depuis que la F1 a migré sur Canal, ça a perdu en France de son audience passée. Et Canal c’est cher, très cher même.
      Mais je dois reconnaître que la couverture qu’en fait Canal est assez remarquable. Les présentateurs, consultants et la retransmission des essais libres, qualificatifs, les magazines, le fameux « On board » qui reprend la course presque intégralement en vue subjective sans aucun commentaire audio, tout cela concourt à une parfaite immersion dans la saison. Malgré la suprématie Mercedes qui tue le suspens, j’ai encore pris un grand plaisir cette année.

  6. olivier

    Un grand prix de F1 au Castelet c’est rentable,…,sûr, promis…! oui mais bon, …faut quand même la caution de la puissance publique ! Mort de rire. Avec les économies que Fillon et Estrosi feront les suppressions de postes de fonctionnaires (nationaux ou territoriaux), il restera bien quelques sous sous pour que le motard Estrosi et le pilote Fillon soient dans la tribune VIP du Grand Prix. Puisque c’est bon pour l’économie on vous dit !

    Répondre
    1. olivier

      Privatiser les gains, mutualiser les pertes. Doctrine libérale élémentaire. Un Euro de fonds publics dans le grand prix = 5 euros de retombées économiques pour la région (dixit les audits des pro-grand prix). Que n’y avait-on pensé plus tôt ?! La ministre socialiste (Mme Fournéron) qui avait refusé le projet est une bien piètre économiste ! 1 € = 5 € ! c’est pourtant simple !

    2. Stéphane.nc

      Effectivement loufoque. Mais hélas tellement habituel.
      Les audiences baissent régulièrement depuis plusieurs années (source L’Equipe)
      Un sport gavé de fric que l’argent public (comme pour les analphabètes en short qui tapent dans un ballon rond) pourtant si précieux va arroser………
      Mais cela a permis de profiter un peu plus de la NSX.

    3. Michel

      Si la rentabilité d’une epreuve de F1 est de 1 pour 5, je ne comprends pas pourquoi M ECCLESTONE se borde autant pour rentrer dans ses fonds !!!!!
      Ce monsieur est plus prés de ses sous (de preference des livres sterlings) que du lamentable spectacle qu’il propose avec son « F1 CIRCUS »

    1. Frederic

      Les etudes de retombées n’ont aucune signification car elles sont systématiquement biaisées. A part l’ego d’Estrosi, qui va gagner quoi que ce soit a cette histoire promise á une affluence moyenne ? Personne !