Honda NSX 2017 : le passage de relais en image (2/3)

Pour le lancement de la nouvelle Honda NSX, Honda a invité Laurent un collectionneur de la première génération de NSX. Renaud Roubaudi l’interviewe à bord de sa NSX de 1994 avant de se rendre sur le circuit de PAU Arnos pour la rencontre avec la nouvelle Honda NSX de 2017. Une comparaison entre la mère et la fille qui résume 25 ans d’évolution automobile. A suivre l’épisode 2 avec la nouvelle NSX sur la piste et sur la route.

Photos Bernard Asset

HONDA NSX, CIRCUIT DE PAU ARNOS, DECEMBRE 2016. Copyright Bernard Asset pour Honda France. Photo libre de droits pour la presse seulement. Free © Bernard Asset for Honda France, for editorial use only.

HONDA NSX, CIRCUIT DE PAU ARNOS, DECEMBRE 2016. Copyright Bernard Asset pour Honda France. Photo libre de droits pour la presse seulement. Free © Bernard Asset for Honda France, for editorial use only.

HONDA NSX

Lorsque la Honda NSX a vu le jour en 1990, elle troubla le cercle bien fermé des Porsche, Ferrari, Lotus et autres Lamborghini. C’était la première voiture au monde (99% en aluminium) à offrir un châssis monocoque en alliage léger (240 kilos) comprenant des suspensions à double triangulation (sur rotules) dignes des meilleurs Formule 1 de l’époque. Il accueillait un moteur central transversal habillé d’une carrosserie digne d’un fuselage d’un avion de chasse. Que la Honda NSX ait été passée longuement en soufflerie (Cx de 0,31) n’était pas le plus exceptionnel. Avec son avant hyper-court générant une portance quasi nulle lié à un interminable arrière digne des prototypes des 24 Heures du Mans engendrant une forte déportance, elle était d’une étonnante fluidité. Une usine lui avait spécialement dédiée pour que ses 226 employés choisis par les meilleurs, puissent assembler chaque voiture à la main.

HONDA NSX, CIRCUIT DE PAU ARNOS, DECEMBRE 2016. Copyright Bernard Asset pour Honda France. Photo libre de droits pour la presse seulement. Free © Bernard Asset for Honda France, for editorial use only.

Photo Bernard Asset

226 employés dédiés, choisis par les meilleurs.

C’est 18 mois après sa présentation que la Honda NSX fit enfin ses début en France proposée au prix de 480 000 francs qui la mettait en concurrence avec une Lotus Esprit 2,2 l, une Porsche Carrera 2 ou une Venturi. Seule la nouvelle Ferrari 348 pouvait lui être comparée au plan des performances mais à un prix théorique supérieur de 40 % avec le lot de défauts (finition et fiabilité) et qualités qui caractérisaient les voitures au cheval cabré de l’époque.

Tous les essayeurs furent séduits par sa vitesse de pointe (270 km/h), ses accélérations (25 s aux 1000) par son confort assez étonnant pour une sportive et sa tenue de route. Grace à son empattement hyper long (2,53 m), son rapport des masses (43/57), elle était sécurisante ce qui n’excluait un réel plaisir de pilotage. On regretta évidemment que de telles qualités dynamiques n’exploitent pas une mécanique plus puissante. Pourtant, la Honda NSX n’était pas sous motorisée. Son V6 3 litres à 90 degrés atmosphérique dérivé de celui de la berline Légend à distribution variable (VTEC), délivrait tout de même 274 chevaux à 8000 tr/mn dans une belle symphonie mécanique.

Sa tenue de route très équilibrée me bluffa

J’ai eu le bonheur d’essayer une Honda NSX prêtée par un concessionnaire Honda en 1992. Je me souviens avoir été impressionné par son interminable poupe digne d’un prototype évadé des 24 heures du Mans et, de ce fait, m’attendais à maîtriser une voiture très survireuse. Erreur fatale ! Avec son moteur 6 cylindres bien recentré vers l’habitacle, sa tenue de route très équilibrée me bluffa. Il faut préciser qu’elle disposait déjà d’un anti-patinage (déconnectable) ce qui n’était pas banal au début des années 90. La sonorité de son V6 qui miaulait comme un chat en rut dès 5500 tr/mn m’enthousiasma. J’avoue avoir été un poil été déçu par sa planche de bord ressemblant trop, à mon avis à celle d’une voiture de tourisme. J’aurai aimé une multitude de petits cadrans ronds partout. D’ailleurs, j’adressai les mêmes critiques à la géniale Honda CRX. Et chez le constructeur, on me répondait invariablement, que la qualité des mécaniques Honda permettait de supprimer un grand nombre de ces cadrans de contrôle devenus inutiles. Moi, j’aime bien les petits cadrans !

Son habitacle se distinguait par un confort et un équipement (direction assistée sur la version automatique) rare. Radio Bose de série !

Son habitacle se distinguait par un confort et un équipement (direction assistée sur la version automatique) rare. Radio Bose de série !

Moins de succès en Europe

Dès sa présentation, la Honda NSX rencontra un bel accueil au Japon et surtout aux USA puisque toute la production de 1991 fut vendue avant sa mise en production. Ce ne fut pas le cas en Europe encore ancrée dans des habitudes conservatrices quant aux noms d’une sportive. Néanmoins, pour répondre aux passionnés souhaitant une voiture au comportement plus agressif, Honda proposa une version R plus radicale allégée de plus de 120 kilos avec un étagement plus sportif des 5 rapports de sa boîte de vitesses.

La Honda NSX était en avance sur son temps, voici pourquoi Honda attendit 5 ans, pour la faire évoluer. Trop, c’est trop ! Son moteur désormais poussée 3, 2 l développa 20 chevaux supplémentaires, soit 294, tandis qu’elle héritait enfin d’une boîte à 6 rapports et de jantes plus grandes. On notait également l’apparition d’une version Targa NSX-T attendue depuis longtemps. Encore 5 ans passèrent avant que la 3eme série voit le jour, se distinguant esthétiquement par une carrosserie légèrement redessinée. Elle donna le jour à des séries limitées comme la S et la R et la R-GT, chant de cygne de ce modèle équipé d’un impressionnant kit carrosserie.

Honda NSX

En 2002, nouvelle carrosserie avec phares intégrés au xénon habille la NSX

Ultime version R avec carrosserie avec des éléments en carbone notamment l'aileron plus imposant, suspension raffermie, habitacle de couleur rouge

Ultime version R avec carrosserie avec des éléments en carbone notamment l’aileron plus imposant, suspension raffermie, habitacle de couleur rouge

En 2005, la NSX tire sa révérence

Après presque 19 000 exemplaires produits en prés de 15 ans, Honda décida d’arrêter la NSX en 2005. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la NSX s’est taillée un bon palmarès en compétition en participant plusieurs fois aux 24 heures du Mans se soldant notamment par une belle 8eme place au classement scratch en 1995.

Cette voiture fait aujourd’hui l’objet d’une véritable passion. En Europe et surtout au Japon, il y a de nombreux clubs de passionnés qui attendaient depuis longtemps un nouveau modèle. Honda dévoila plusieurs fois des concept-cars symbolisant une nouvelle NSX mais qui restèrent au stade de voiture de salon. Mais cette fois, l’histoire de la NSX est de nouveau en marche ! La suite sur POA si vous le voulez bien.

Grâce à ses deux moteurs électriques de 37 ch situés chacun à l'avant, la nouvelle NSX se mue en traction intégrale lorsque le besoin s'en fait sentir. Au total, sa puissance se monte à 581 ch si on cumule celles des 3 moteurs électriques

Grâce à ses deux moteurs électriques de 37 ch situés chacun à l’avant, la nouvelle NSX se mue en traction intégrale lorsque le besoin s’en fait sentir. Au total, sa puissance se monte à 581 ch si on cumule celles des 3 moteurs électriques

L’avis des Petits Observateurs !

17 commentaires au sujet de « Honda NSX 2017 : le passage de relais en image (2/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bruno Armand

    Super reportage.
    Et bravo pour cette anecdote sur les essuies glaces et leur principe ingénieux.
    Ce qui prouve que la NSX était avant tout une voiture d’ingenieur avec peu de place pour la frime…

    Répondre
  2. Frankreich

    Merci, belle vidéo. Quel son cette NSX vintage !
    Je me souviens des bastons entre elle, la Nissan 300zx et (dans une moindre mesure) la Toyo Supra.

    Répondre
  3. Stéphane.nc

    Bravo!!

    Tout d’abord à Renaud pour la qualité de la vidéo.

    A HONDA qui nous livre une superbe auto. J’accroche vraiment malgré le poids . Cela me rappelle un ami dans mes jeunes années qui roulait en Civic CRX VTEC. Quelle ligne! Quel moteur! Qui n’a jamais vécu les montées en régime d’un VTEC de 100CV/ litre a raté quelque chose
    Sans parler de la fiabilité. Top!

    J’ai eu l’occasion de faire quelques miles en tant que passager dans une Accura NSX en Floride il y a maintenant longtemps. Hélas, aux allures usuelles. Mais quelle bagnole!!

    Honda, une vraie marque d’ingénieurs et de motoristes.
    Vraiment une super peoade

    GO POA

    Ps toujours étonnant de voir l’évolution des pneus. Désormais un Scenic en 20 pouces est mieux chaussé que toutes les super sportives de nos jeunes années.

    Répondre
  4. Philippe

    Pour bien connaitre le marché de la supercar et ses clients, la « new » NSX fera un bide en Europe, beaucoup trop lourde et trop chère. Cette déferlante de technologie n’impressionne pas les acquéreurs de ce type de GT. Il recherche l’agilité, le poids et de plus en plus la simplicité technique, sans parler du prestige de la marque et pour le coup aucun de ces critères n’est réuni avec cette Honda. Si encore la commercialisation se faisait à un tarif décent ou réaliste, ce qui est loin d’être le cas, l’espoir ferait vivre, mais la messe est dite avant même d’avoir commencé. Belle vitrine technologique, rien de plus.

    Répondre
  5. Dubby Tatiff

    Je crains qu’elle ne soit un peu chère par rapport à ses concurrentes établies du moment. Ce qui n’était pas le cas de la première NSX si j’ai bien compris.

    Disons que cette nouvelle NSX offre l’hybridation pour un budget sensiblement équivalent aux leurs.

    Répondre
  6. Chapman

    Laurent est un petit observateur absolu! Un passionné calme et instruit.
    Le petit détail de la pression de l’essuie glace asservi à la vitesse…… C’est juste inouï. La ou d’autres ( que je ne nommerais pas) en ferait tonnes avec forces retours historiques sur la marque et prénom du petit fils du fondateur, nos amis japonais font juste ce qu’il faut pour que ça marche.
    Impatient de voir la suite. Cette nouvelle mouture paraît moins gracieuse mais diablement virile et extrêmement réfléchie. Je l’aime déjà.

    Répondre
  7. Piat Georges

    Waou, le coup de seconde à 80 km/h, génial !
    Je suis émerveillé par le dessin de cette nouvelle NSX !
    Une vraie supercar. A mon sens, l’ancienne était trop discrète. Encore un reportage au top !

    Répondre
    1. JB

      Je trouve au contraire l’ancienne bien plus classe, et à mon avis sa ligne est bien plus marquante que la nouvelle. Après, pour la conduite, je ne sais pas!