Café Garage oct 16 : Elon Musk, génie ou escroc ?

Au menu de ce café garage : le débrief du Mondial de Paris 2016, un débat animé à propos d’Elon Musk, créateur de Tesla et le lancement de La Boutique POA !

Quelles sont les vedettes du dernier salon automobile de Paris ? Sur la stratégie du directeur de Tesla : Musk a-t-il révolutionné l’industrie automobile ou est-il un génie de la communication qui surfe sur la tendance « techno-ecolo » ? Pour enrichir la réflexion de nos trois compères, POA reçoit Michael Oualid, ministre de la recherche et de l’avenir, grand penseur de l’automobile.

Soutenez POA et soyez le plus beau avec le t-shirt POA => https://shop.spreadshirt.fr/boutique-poa/

Café Garage POA, un débat animé par Floriane Brisabois, Cédric Fréour et Renaud Roubaudi.

L’avis des Petits Observateurs !

59 commentaires au sujet de « Café Garage oct 16 : Elon Musk, génie ou escroc ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre Mevel

    Bonjour aux petits observateurs et au gouvernement de POA.
    Le débat sur Tesla n’est pas manichéen mais selon moi ce constructeur, cette marque, ce groupe… on s’y perd un peu parfois, ou plutôt sa place et son réel rayonnement technologique devrait être revus et corrigés. Mon avis se base sur une recherche faite par un groupe nommé Devonshire Research Group (vous pouvez trouver très facilement sur Google, c ‘est une source fiable) que vous pourrez si vous avez un peu de temps et que la langue de Shakespeare ne vous est pas totalement étrangère, trouver ici:
    http://www.devonshireresearch.com/research/Devonshire%20Research%20Group%20-%20Tesla%20Motors%20-%20TSLA%20-%20Public%20Release.pdf
    le remous marketing et financier est à nuancer très fortement et le cours de l’action à revoir !!

    Répondre
  2. eric

    Bonjour a tous,

    Pour ou contre Tesla ? Tesla a t il revoltuionne l’automobile ?

    Je constate juste et, désole Floriane, mais Tesla a bouge tous les constructeurs sur l’électrique.

    Meme a ce jour, a part l’ampera ? La I3 ? jouais …..
    ZOE, une super cinq d’il y a 20 ans (pour crus qui ont connus)
    C’est le meme parcelle qu’avec l’Iphone.
    Souvenez vous. C’est une merde ce telephone ! ok pour aller sur internet et pour le sms ! mais ça ne vaut pas un blackberry ! et les sms ? Pff a part qqn jeunes…. sans intérêt ?
    Resultat des courses…10 ans après….

    Tesla pareil ! Arretera t on enfin d’essayer de nous faire payer 300 euros une mise a jour de gis déjà depsasse lors de son installation ? J’ai mieux et gratuit sur mon smartphone !

    Alors ok pour la partie « bagnole « . Mais une model S ce qu’elle apporte c’est le mariage smartphoen et bagnole !

    DONC oui cette voiture est un tournant dans l histoire de l’automobile !
    Elle pousse les constructeurs a bouger !

    ENFIN les acheteur peuvent dire non on ne veut plus de ça aux constructeurs ! on veut rêver avec de la techno ! et pas des sièges ventiles et un turbo diesel avec beaucoup de révision et une connexion bluetooth qui ne fonctionne qu’une fois sur deux.

    Tesla fait comme l’iphone ! Qui mettra un jour 800 euros dans un telephone ?? hahaha
    Ben …….beaucoup de gens.

    Bien ou mal.. je ne sais pas. mais au moins Tesla fait bouger les choses.

    Et je finirai, j’adore les voitures, aujourd’hui a penser : acheter une 911 neuve, une audi R8 neuve etc….. bof.
    Une telsa S ça me fait rêver !!!! ou une ancienne !

    Mais les productions actuelles modernes n’ont plus de charme… et ne me font plus rêver !
    Et la il y a une place…… une Audi R8 plus blabla…… mouais……. c’est déjà dépasse.

    Voila commentaire personnel sur Tesla. Mais rarement une voiture aura eu un pouvoir d’attraction aussi fort depuis des années…..

    Répondre
  3. Maître Capello

    Je ne sais plus qui disait précédemment, à propos de la marina dans laquelle était filmée le model X, que celle-ci elle était glauque ?
    J’ai vérifié, la bonne orthographe est GLLOQ !
    🙂

    Répondre
  4. Christophe BONNIN

    Elon Musk, Prophète ou Illusionniste ?

    Le film « Le Prestige » de Christopher Nolan présente la structure d’un spectacle d’illusion en trois phases : la promesse, le tour et le prestige.

    1/ Les enjeux de l’énergie mondiale (la promesse) :
    La Promesse d’Elon, c’est que le monde est prêt à passer au tout électrique dés aujourd’hui. On aurait même du déjà le faire depuis longtemps mais les choses ont été entravées par les vieux constructeurs de moteur à explosion. Heureusement… le prophète est là pour guider le monde dans la vérité électrique et nous libérer enfin du pétrole dans lequel nous nous sommes tous tellement englué jusque là

    2/ Tesla dans l’automobile aujourd’hui avec la Model X et la Model S (le tour) :
    Le tour, c’est TESLA (ainsi que tous les autres projets grandioses d’Elon)… qui nécessitent un peu d’argent… toujours plus d’argent d’ailleurs… Et là, on en met plein la vu avec une belle com.

    3 / La conclusion, la Model 3 (Le prestige) :
    Le prestige, c’est quand on révèle la fin. C’est la partie du tour de magie où l’imprévu se produit ( on n’en n’est pas encore là). C’est la surprise (ou la stupeur, selon la tournure des événements). C’est le moment qu’attendent les investisseurs. Nous saurons alors si la face du monde aura belle et bien été transformée par notre ami Elon, devenant alors l’égale d’un demi dieu… Ou bien si il a simplement réussi à faire disparaître quelques millions de dollars tout en sauvant les meubles en revendant sa marque ou ses batteries à d’autres constructeurs… tandis que nous roulerons toujours majoritairement dans des voitures diesels… plus propre que jamais, bien entendu.

    1/ La promesse : L’électricité pour tous

    Roulons électrique plutôt que rouler au pétrole. Mais quand on a dit « électrique », sommes nous tellement plus avancé dans les données du problème quand on sait qu’aujourd’hui encore, prés des 2/3 de l’énergie électrique produite dans le monde le sont à partir… d’énergies fossiles (la France étant une exception, comme vous le savez) ? Et si on fait exploser les besoins en électricité au niveau mondial, comment pensez vous que ce rapport va évoluer ? Tout de suite, là, maintenant ? Et dans le futur, est ce qu’une gouvernance mondiale a déjà défini comment il fallait produire l’électricité de demain pour que le « tout électrique » est un sens ? Tout est claire ? On fait comme on à dit ?

    En tout cas, le bobo citadin, qui ne regarde que sa voiture, est ravie. Sa voiture ne pollue plus dans sa ville. Il respire. Par contre, ce projet de central nucléaire à coté de sa ville, cela lui plaît moins. Notre propriétaire de Tesla est aussi persuadé que l’achat de son véhicule permet de sauver la planète. C’est merveilleux.

    2/ Le tour : Les batteries et Tesla

    Outre la production de l’électricité, se pose le problème de son stockage. Notre prophète se devait de répondre à cela pour rendre la promesse un temps soit peu crédible. A peine les immenses usines à fabriquer les millions de tonnes de batteries nécessaire au projet, sortent de terre… qu’on se pose déjà la question d’où allons nous trouver les ressources mondiales de « Terre Rare » pour soutenir un telle demande (encore des articles aujourd’hui dans l’actualité). Bon début.

    Mais dans le tour, ce que voit avant tout le publique, c’est Tesla et ses voitures de rêves. Aujourd’hui quelques milliers des voitures exclusives (Model S, Model X), fortement saupoudrées de technoloGeek, dotées de performances absolument sans utilités mais qui permettent d’asseoir la marque dans le luxe et de justifier ainsi le prix demandé.

    3/ Le prestige :

    Demain, la model 3 sera le premier début de réponse sur la réussite ou non du grand dessin d’Elon Musk concernant Telsa.

    Elon Musk semble avoir un dont pour faire rêver les investisseurs. Peut être que ces derniers ont trop d’argents à placer, s’ennuient un peu des valeurs sûr ou simplement se disent que pour rapporter gros, il faut être avec des pionniers et prendre des risques. Si on a pu faire durer le tour pendant un long moment avec Model S et Model X, il va être temps de dévoiler une partie du prestige avec la Model 3. Et là, peut être que certains investisseurs commenceront par finir de s’impatienter… à moins qu’on prolonge encore le tour en promettant Model 1 tiré du chapeau et qui sera cette fois ci rentable, assurément. Si les investisseurs commencent à se rendre compte que le point de non retour a été dépassé, ils pourraient encore suivre la fuite en avant comme on le fait depuis longtemps avec notre système financier mondial (autre sujet).

    Mais d’ici là, il peut se passer bien d’autres choses. Est ce que l’affaire « autopilote » va mal tourner, façon boule de neige (encore aujourd’hui, dans l’actualité, des rapports sortent sur le sujet) ? Et si finalement… Le rêve électrique prend, et qu’un géant de l’automobile comme VW se mettait véritablement à l’électrique entre temps… Une Porsche E-Motion ne ferait alors qu’une bouchée de la Model S. La phase d’industrialisation d’un modèle économique ne tarderait pas à rattraper la courte avance de Tesla. Ce ne serait alors que le début de la fin pour Tesla.

    Bon… oublions tout cela. Ce n’est qu’une plaisanterie. A vrai dire, Il suffit de croire. Elon est sans doutes le visionnaire qu’on attendait tous et qui changera la face du monde. Si cela se trouve, les vrais solutions sont peut être même sur Mars. Soyons joueur… Croyons tous en Elon. Quoi qu’il arrive, ce qu’il a déjà fait restera de toute façon hors du commun des mortels.

    PS : l’un des personnages du film de Christopher Nolan « Le prestige » n’est autre que Nikola Tesla, et cela, c’est le vrai prestige de mon article 🙂 .

    Répondre
    1. Chapman

      Respect! Voilà en quelques paragraphes bien illustrés que prends forme ce que je ressent depuis le début.

    2. Nabuchodonosor

      Excellent parallèle et très bon texte Monsieur Bonnin.
      A propos d’illusionnistes de tous poils, l’autoradio m’a martelé sans cesse ce matin entre dodo et boulot les promesses de nos « Musketeers » nationaux qui, d’un bord à l’autre, battent campagne et concourent au prestige de l’après 07 mai prochain… En gaaarde !
      🙂
      Nabuquinedortplusqued’unoeil

  5. Benjamin C

    avoir une autonomie réelle de 300km à 130km/h stabilisé sur autoroute avec plus de 7000 cellules lithium ion qui mettent 2 jours entiers sur une prise 16A à se recharger, ce n’est pas une révolution technique…
    Le diesel a de beaux jours devant lui malheureusement…

    Répondre
  6. Frankreich

    Tesla a t-il révolutionné le secteur auto ou non ? Je vois d’abord 2 précautions à énoncer avant de tenter une réponse :
    1. Je pense qu’il faut retirer de l’équation le génie supposé de Musk. Son histoire d’inventeur, sa galaxie d’entreprises folles et innovantes. Je crois que ça masque le sujet de fond qui ne concerne que l’automobile.
    2. On saura vraiment si Tesla a révolutionné le secteur dans plusieurs années. Là c’est trop tôt, c’est comme si on avait voulu adapter la question à Macintosh en 1986, 2 ans après le lancement du 1er Mac. On y verra clair à la fois par l’élargissement de la gamme par le bas et par l’impact du concept Tesla chez les concurrents et donc tout le secteur.

    Cela étant dit, mon opinion est que Tesla est certainement en voie de conduire cette révolution. Au même titre que Jobs a révolutionné le secteur des ordinateurs personnels puis des produits électroniques types iPod et iPhone, il n’avait pas inventé ni l’informatique, ni le MP3, ni le smartphone. Son génie s’est illustré dans la capacité à concevoir des produits attendus par le public, bien conçus, innovants et valorisants, puis, sur la base de ces produits, à proposer un écosystème complet.
    Je pense qu’on se trompe lorsqu’on bloque sur la Model S sous prétexte qu’elle n’a pas inventé la voiture électrique, il faut voir l’ensemble : le parti-pris 100% électrique et connecté + le réseau de superchargeurs + le mode de commercialisation + la MAJ en continu (tel l’autopilot). Ca fait beaucoup et il me tarde de voir ce que cet écosystème produira avec de gros volumes de diffusion comme la Model3 le promet. Je pense qu’on ne soupçonne pas les offres innovantes qui viendront se greffer à cet ensemble déjà assez complet et qui seront les pierres angulaires de la future offre Tesla. Aujourd’hui on n’achète pas un macbook beaucoup plus cher qu’un Dell juste parce que c’est un bon laptop mais pour tout ce qu’il offre autour.

    Enfin, je reviens sur l’objection principale : ils n’ont rien inventé. Ca ne tient pas, on considère que Citroën a révolutionné l’automobile avec au moins la traction avant… qu’elle n’a pas inventé. Ford n’avait pas inventé l’automobile, pourtant la Ford T a révolutionné l’histoire de l’automobile en la rendant grand public.
    Alors certes il y avait des voitures électriques avant Tesla mais Tesla a été le premier (et reste le seul) à proposer un produit alliant performance / autonomie / recharge rapide.
    Les innovations de rupture ne reposent pas toujours sur des inventions fraiches, mais le plus souvent sur la bonne adaptation de ces inventions aux évolutions technologiques qui les améliorent et la conception d’un mix produit adapté au marché, ni trop tôt ni trop tard. J’ai le sentiment que Tesla a fait tout ça et n’a pas terminé de surprendre grâce à l’avance acquise et l’image en béton.

    Répondre
    1. Maxime

      Bonjour,
      je me permets d’objecter qu’en 1986 tout le monde savait déjà très bien qu’Apple avait révolutionné les ordinateurs. Même si l’entreprise avait coule dans les années 90, c’était déjà fait. Peut être avez vous moins de trente ans, sinon, nous avons vu débarquer un Ordinateur Apple, en 1983 je crois, avec des ´icones’ sur l’écran, à activer avec une flèche (un truc de fou), que l’on déplacait avec une souris (dont Mac venait de racheter le brevet encore en cours à l’époque !). Vous regardez cet ordinateur : vous vous croyez presque devant votre bureau d’aujourd’hui. Rien à voir avec les autres, ou un simple écran noir avec un curseur clignotant (j’avais presque oublié ce mot 🙂 ) , attendait que vous tapiez du texte.

      Tesla c’est pas pareil. Tout m’a semblé logique depuis le début : c’est le seul créneau ou l’électrique pouvait coller depuis une dizaine d’années.
      Avec la technologie des années 90, l’électrique n’est à l’aise que sur des camionnettes de service public, mais avec l’avancée des années 2000 on fait mieux. Donc, on rassemble le tout : poids des batteries, coût élevé du véhicule, autonomie à résoudre, donc mettre ce qu’il faut de batteries dont les technologies plus compactes que dans les années 90s sont accessibles à beaucoup d’entreprises, profiter des atouts de silence, accélérations qui impressionne, tendance Geek informatique (une e-voiture quoi)., tout propre, plus de cambouis, écologie, … Et donc l’évidence est la: depuis 10 ans la technologie électrique est mûre pour une voiture sportive de luxe. Premier segment possible.
      Mettre 30000 euros pour une Twingo ça fait mal , alors t’as aide de l’état, on force le passage… Mais une voiture de luxe est pile dans son élément.
      Encore faut-il être en vue pour en faire parler, bien la développer, et en vendre. Venturi semble moins performant là dessus mais l’idée est la même. Je suis étonné de ne jamais en entendre parler d’ailleurs ?

      A bientôt en auto ! 🙂

  7. Christophe BONNIN

    N’as ton pas là le meilleur café garage de tout les temps ?

    Que j’aime POA. merci pour ce cadeau. C’est toujours un plaisir que de suivre du vrai débat automobile avec vous et les petits observateurs. J’étais occupé ce week end… mais je passerai la commande tea-shirt POA rapidement, c’est promis.

    Pour la première partie, la question m’est posée directement de la façon suivante « N’est-ce pas l’aire du temps que de proposer les écrans et tout le tralala etc… » ?

    Je dirais… sans doutes. Mais cette surenchère de techno-gadgeto-diverstissement en devient pratiquement le premier et le seul argument de vente aujourd’hui pour faire la différence. En cela, je trouve que c’est inquiétant parce que que cela pousse les constructeurs à proposer des solutions contre productives et déconnectées de tout bon sens. Pour illustrer cela, quand je vois que Porsche propose sur la Panaméra de passer par des menus et une interface tactile pour orienter des aérateurs de climatisations motorisés… Je me demande vraiment ce qui se passe dans la tête des ingénieurs et de ceux qui ont valider la solution.

    Je vais vous dire… C’est comme la qualité perçu. Cela sert à quoi, la qualité perçu ? Et bien, quand on entre dans une Audi et que l’on peut percevoir des assemblages parfait, quelque choses de rigoureusement construit avec des matériaux de qualités, on va se dire que tout le reste de la voiture a été conçu avec ce même soucis du détail : La technologie, la fiabilité, les qualités mécaniques et jusque dans l’efficacité des systèmes antipollution (au dieselgates prés, bien entendu).

    J’en reviens à mes aérateurs Porsches. Si personnes ne s’est rendu compte que la solution retenu ne tient pas la route par rapport à un simple aérateur que l’on manipule du bout des doigts, ont ils été capable du du même manque de clairvoyance pour le reste ?

    Tout le temps et l’énergie passé à parler de tout ces sous-système numériques annexe, c’est autant de temps et d’énergie qu’on ne consacre plus au reste… C’est à dire à l’essentiel de ce qu’est une voiture. Maintenant, je peux aussi comprendre la réticence qu’aurait des constructeurs à affirmer que cette fois oui, c’est promis, les diesels sont définitivement propre ! Qui les écouterait de toute façon ?

    Ensuite, Faut il en revenir à la Lancia Bêta ? Peut être pas tout à fait quand même. Les progrès en matière de sécurités sont bon à prendre. Les structures déformables, les airbags, ABS… Tout cela il faut le garder. Un Écran GPS intégrer au tableau de bord, je peux comprendre. La navigation est un vrai intérêt pour le conducteur. Mais quand l’écran fini par s’accaparer toutes les fonctions « automobile » d’une voiture et qu’on en vient à construire de véritables usines à gaz, je dis qu’il est peut être temps de se poser les bonnes questions. N’y a t’il pas eu une surenchère de fonctionnalités qui pousse à cela ? Ne faudrait il pas revenir à des choses simples qui permettent au conducteur de se concentrer sur la tâche qui lui incombe encore aujourd’hui : La conduite ? Est ce que tout ce qui est proposé est utile à cela ?

    Pour la CXperience, rassurez vous… je n’étais pas « furieux » en écrivant mes commentaires, même si évidement, la posture écrite donne sûrement cette impression. Mais pour relativiser tout de même, n’oubliez que je ne l’ai pas vu en vrai, et n’oublier pas non plus que « qui aime bien, châtie bien ». Le fait que j’ai réagit par rapport a ce prototype prouve tout de même que je m’y suis intéressé quelque part. C’est toujours mieux que l’indifférence que suscite le prototype Renault, par exemple.

    Ma déception vient sûrement du fait que je ne ressent pas justement le lignage promis DS, CX, XM (je la met dedans quand même) et surtout… C6. Pour cette dernière, je pense encore que Citroën avait tout compris de sa propre histoire. On peut caractériser la ligne de cette dernière avec 2 coup de crayon, comme une Porsche 911 ! Et là, la CXperience n’est plus aussi simple, plus aussi pure. Pour moi, il y a trop d’artifices dans cette carrosserie et la face avant à perdu la finesse qui était le point commun de ses ancêtres. Mais peut être est il temps de vivre avec son temps, comme vous dites. La nouvelle C3 ne reprends rien de l’ancienne et c’est plutôt bien. Pour ce prototype de voiture haut de gamme, peut être n’aurait il pas fallu l’appelé CXperience. Un nom en « C » avec une connotation prestigieuse aurait été plus adaptée comme… comme… C-Elysée ! Hé Zut ! Mais qui a eu l’idée de donnée ce nom à la C4 4 Portes chinoise ?

    Si vous le voulez, Je reviens demain pour la partie consacrée à notre ami Elon.

    Répondre
  8. Pierre P

    Bonjour à tous et merci pour votre émission,
    Concernant TESLA : Avec le poids des batteries et le prix de l’auto je pense que tous les constructeurs peuvent faire une model S ou X. Reste que Tesla a fait avancer le modèle de production. Je suis étonné de constater que Mercedes était actionnaire de Tesla au début de l’aventure et s’est retiré il y a deux ans. Vu que tous les constructeurs vont faire de l’électrique il y a fort à parier que Musk va vendre. Tesla en soi n’a surement pas grand intérêt pour les autres mais vous ne parlez jamais de son réseau de superchargeurs. A mon sens, c’est ce qui donne la valeur de la marque aujourd’hui. Si jamais Elon Musk ne vend pas les modèles Tesla vont devenir bien désuets d’ici 5 ans avec l’offensive des grandes marques sur l’électrique.
    Longue vie à POA

    Répondre
  9. Gaetan

    Elon Musk, génie ou escroc, bien malin celui peut le dire, il faut attendre encore pour le savoir.

    Par contre, je suis surpris que tout le monde perde son temps sur ce genre de question, car finalement s’il y a bien une observation intéressante à avoir autour de Tesla , elle ne situe pas au niveau du vehicule lui-même, ni à la capacité du bonhomme a gérer son affaire, mais plutôt à la manière dont il challenge le modèle économique d’une industrie vieillissante. Une industrie qui exprime l’idée de modernité essentiellement en mettant des écrans partout dans leur voiture…

    Musk, lui, va plus loin : faire financer une partie du developpement et de la prod de son modele 3 par les futures clients eux-mêmes : le crowdfunding dans l’automobile, et oui. Musk est incompris par l’industrie auto car il s’inspire du monde du digital et des start-ups, pas celui de l’auto, pour faire avancer sa marque. Il « désalourdit » l’industrie lourde, habituellement tres « top down » comme on dit dans le marketing, pour la rendre plus agile et plus participative. Bien sûr, vous allez me dire qu’il n’avait pas le choix car il avait besoin d’argent, mais je pense qu’il y’a une vraie vision derrière tout ça. Dans le monde merveilleux des start-ups, il y a déjà de belles histoires qui se sont écrites de cette manière !

    Je ne sais pas si ça marchera, mais il y a là l’envie de redéfinir totalement la relation client, le marketing, les modes de financement, bref des choses auxquelles les nouvelles générations sont sensibles. Ces générations qui se déplacent avec blablacar, se rencontrent sur tinder, partent en vacances sur Airbnb, financent leur projet sur ulule.

    Répondre
  10. Robert

    Fallait oser
    Le ‘ludicrous mode’ sur une voiture.

    Ludicrous = causing laughter because of absurdity; provoking or deserving derision; ridiculous; laughable

    Après avoir déboursé
    100.000 plaquettes
    on rit plus aisément
    (?)

    Répondre
    1. Sinatra

      Parait que sur le modèle 3, le mode launch s’appelera : « Fly me to march ! »
      Ça va déménager grave…
      🙂

    2. Ronan

      @Robert

      Le mot « ludicrous » n’est pas ici à traduire au sens littéral du terme, en Français cela donnerait quelque chose comme « Mode (de) dingue » ou « Mode (de) fou », voire « Mode hallucinant ».

  11. Rami

    Franchement se qui a fait connaître la telsa c’est juste sont immenses GPS tactile.
    Voila se quil la fait sortir du lot et non pas sont style qui est frôle le néant.

    Répondre
  12. Arnaud T

    Elon Musk est de la même veine que Steve Jobs, Larry Page ou Mark Zuckerberg, il fait partie de ces gens qui voient loin et qui croient dur comme fer en ce qu’ils voient. C’est un pionnier, sans doute un peu fou et mégalomane. La Tesla n’est rien du tout par rapport à son projet d’une ville sur Mars. Mais après tout, on a bien marché sur la lune. Qui l’eut cru au XXème siècle naissant ?

    Répondre
  13. pierre

    si un constructeur français savait faire un Q5 qu’on vend en nombre sur tous les continents………..qu’est ce que nous ramenerait les journalistes français !!!

    Répondre
  14. Régis

    Mon cher Cédric, alors là! J’en ai le souffle coupé! VOUS, qui d’ordinaire faites preuve d’aussi peu d’objectivité dès qu’il s’agit de juger sur pied (ou sur pneus) la moindre Audi qui vient de sortir, VOUS, qui vouez à Audi cette passion irrationnelle comme si cette marque vous avait envoûté, VOUS, à qui il est d’ordinaire inenvisageable de laisser le moindre centimètre quarré sur la première place du podium à un autre constructeur premium qu’Audi (j’exagère un peu) …. voilà que vous rhabillez le pauvre Q5 pour l’hiver en quelques secondes. Je suis déçu et j’en ai la larme à l’oeuil, car c’est une belle histoire d’amour entre vous et la marque qui prend fin, ou en tout cas c’est une infidélité que ce pauvre Q5 à peine sorti d’une gestation un peu longue n’aurait sans doute pas mérité… Vous me décevez beaucoup mon cher Cédric, et je vivais là un grand moment d’émotion à vous écouter, le coeur battant. En fait … il n’en est rien… et c’est avec une grande malice et avec l »oeuil pétillant que je jubile ! Et oui! Et si j’avais été sur le trottoir à vos côtés, je vous aurais embrassé! (Vous méritez du reste la légion d’honneur du gouvernement POA…) Car enfin vous rendez à César ce qui appartient à César, ou plutôt à Wolfburg ce qui appartient à Ingolstadt: cette Q5 a raté son entrée ou plutôt on salon (!), nous sommes d’accord. Pataude, pâle réplique d’un Q7 façon slim pour bobo branché, elle n’a plus l’élégance et les courbes sensuelles (voir sexuelles) de sa devancière, et c’est tout juste si de surcroît elle ne déçoit pas avec un virage stylistique et technologique manqué (cf écran…). Et ce mobilier intérieur? Où est cette qualité prémium qui sautait aux yeux dans les productions des années précédentes? L’effet de surprise n’est plus là. Encore que, concernant cette prétendue qualité des habillages et assemblages, il y a toujours eu matière à débat (ce n’est pas parce que vous avez une commode Boule dans votre pavillon de banlieu que ça en fait Versailles!). Est-ce la fin de l’usurpation? Audi va-t-elle quitter la cour des grands pour continuer à faire de belles tractions avec courroies de distribution (en opposition aux propulsions à chaînes intégrées, parole d’Allemands 😉 ?? Le concept s’essouffle et cela n’aura pas échappé à l’oeuil perçant du journaliste aguerri que vous êtes. Bravo mon cher Cédric pour cet outing de circonstance! Il fallait oser, Cédric l’a fait. La messe est dite, et je vais m’offrir une petite coupe pour fêter l’évènement. Bien à vous… et un grand merci.

    Répondre
    1. Guillaume D.

      Je me permets juste de préciser que vous forcez un peu le trait de la caricature (en même temps, il est vrai que c’est le propre d’une caricature!) concernant les tractions à courroie de distribution puisque, parmi les motorisations proposées sur le nouveau Q5, il n’y a guère que le 2.0l TDI qui ait effectivement une courroie crantée. Le V6 TDI, le 2.0l TFSI et le V6 TFSI utilisent tous des chaînes.
      D’ailleurs, la chaîne peut poser quelques soucis… certaines propulsions dont le motoriste avait jugé utile de déplacer la chaîne à l’arrière du moteur s’en souviennent douloureusement pour certains lorsque la chaîne du prématurément cassée 😉

      D’ailleurs, parlant de propulsion, Audi est-il vraiment dans le faux, commercialement parlant? BMW passe progressivement sa gamme compacte (X1, Série 2, on redoute la prochaine Série 1…) à la traction. Il en va ainsi de Mercedes (Classe A, GLA, CLA,…)

    2. Régis

      Cher Guillaume, c’est vrai, je force un peu le trait, et vous avez amplement raison quant aux gammes d’accès des trois constructeurs premiums d’outre Rhin. En revanche pendant de longues années cela a animé le débat entre puristes: une voiture dite « prémium » peut-elle être une simple traction comme la plus commune des généralistes? A méditer peut-être.

  15. San Francesco d'Assisi

    @RR
    Le proverbe exact est : « Chi va piano va sano e va lontano. Chi va forte va incontro alla morte. »
    S’appliquera t’il à la fusée Musk ?
    Vedremo, Dio solo sa…
    Amen.

    Répondre
  16. Titikun

    Elon est un visionnaire (space X, hyperloop), il a réussi un tout de force marketing pour créer une image/marque automobile en peu de temps mais il n’a pas absolument pas révolutionné l’industrie automobile.

    Il vend des voitures hors de prix à perte…
    Techniquement rien de neuf, même moteur, même batterie, même châssis, même suspension…
    Révolutionner l’outil de production? non plus…
    Il a certes bien intégré les codes/techno issus de chez google ou apple mais pas de révolution pour autant

    Si je caricature une modèle X S ou quelque soit la lettre n’est pour le moment techniquement qu’une grosse Zoe (avec d’énorme batterie pour compenser l’autonomie)
    Demandez lui de faire des voitures rentables et on en reparlera…(ce que font jusqu’à preuve du contraire PSA,Renault,VW,BMW,Toyta etc etc…)

    Enfin quid de la fiabilité d’une modele S/X a plus de 100k€ dans X années… déjà certain propriétaire de S malgré un nombre de vente limité s’en plaigne…
    Une premium de fin 90 est encore utilisable en 2016. Quid des 1er roadster Tesla? c’est hécatombe à 1ère vue… une porsche des années 70 tourne encore comme une horloge…
    (au passage merci Lotus pour chassis/train roulant etc…du Roadster encore point de révolution ici mais de la réutilisation judicieuse)

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Bonjour M’sieurs Dames, , je viens de vous commander un T-shirt marine, c’est la couleur originale n’est-ce-pas, je sens que je vais faire fureur dans ma maison de retraite…
      Euuh, n’auriez vous pas le slip kangourou assorti ? Comprenez, c’est ma femme qui en raffole…
      🙂

  17. Tibo

    Incontestablement Musk est un mec hors normes, à 24 ans il vend Zip2, pour 300 millions de dollars. A cette époque il vit en colocation et roule en Mc laren, il crée PayPal, idée géniale , revendue 1,5 milliards de dollars. Ensuite en 15 ans , il arrive à créer une fusée réutilisable …. et Tesla , alors , il n y a aucun doute pour moi, ce mec est génial et un grand visionnaire.

    Répondre
  18. ALEXANDRE JOZEFOWICZ

    Chers Tous,
    J’ai trouvé le salon un peu en retrait par rapport aux années précédentes.
    Au delà de l’absence de certains constructeurs, je n’ai pas trouvé des actualités fortes mise à part pour les constructeurs français (Renault, Peugeot). Je ne peux pas dire pour autant que ça soit un salon au rabais. C’est une immense fête où l’on a plaisir à se retrouver. Je trouve que l’électrique a franchi un cap. Tavares parlait de 2018 comme année de bascule. A voir donc.
    Je trouve cependant que l’industrie automobile continue gentiillement à ronronner. En cela, je suis tout à d’accord avec Michael Oualid. Il n’a pas de révolution automobile. Les modèles évoluent par petits pas. D’ailleurs, je trouve que l’effort et surtout supporter par les équipementiers et non véritablement par les constructeurs. L’industrie automobile est paresseuse. Les ajustements se font sur des effets de styles et de manière très formelle (les roues/les jantes, le numérique intérieur). Dans le fond, l’industrialisation reste quasi le même d’un modèle et d’une marque à l’autre. La conception technique varie peut (sur des détails). Je rejoins Oualid, sur son analyse d’une vision globale à repenser (l’exemple des 800 kilos est d’ailleurs très parlant).
    J’adore l’automobile mais il serait temps de changer les paradigmes.
    Je vous embrasse fort et j’ai toujours un immense plaisir à vous suivre.
    A très bientôt.

    Répondre
  19. Mat Ador

    A l’instar des GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) qui s’accaparent depuis une bonne dizaine d’années la toile de la consommation mondiale, Tesla, encore à quelques clics de là se verrait bien en devenir le cinquième larron…

    Sa valeur ajoutée, c’est le stockage de l’électricité, qui n’est à ce jour pas une source mais un vecteur que l’on sait mal conserver et mal gérer. Sa stratégie est basée sur le réveil de conscience de l’individu et le développement des énergies renouvelables domestique et notamment le solaire photovoltaïque. Fabriquer et vendre des batteries lithium-ion à grande échelle pour le foyer et pour la mobilité de celui-ci lui, permettront des économies d’échelle qui lui assureront le leadership en ce domaine. L’auto n’est donc qu’une voie de consommation pour la batterie. Intrinsèquement les autos Tesla n’ont rien d’innovant. Alors que les autres constructeurs, réfugiés derrière les profits antédiluviens de leurs modèles thermiques, prônent déjà la mobilité électrique pour tous, Musk a compris, par son business plan, qu’il fallait amorcer la pompe par le haut, parce qu’un Geek autonome, indépendant ou cadre dans l’une de ces GAFA, est un modèle (dans la sphère du capital) qui lui peut gérer sa mobilité et organiser son temps d’attente à la recharge… La question n’est pas d’opposer la ville à sa périphérie, mais d’offrir la meilleure mobilité partout et en tout temps. Et pour les autos autonomes qui constitueront demain le vrai saut technologique, l’automatisme et la gestion de recharge (voir de décharge au profit du foyer, du réseau…) seront plus simple à gérer avec une auto électrique qu’avec une auto thermique voir à PAC. Quant à l’hybride, dans cette vision stratégique, il deviendra rapidement superflu et de fait obsolète…

    Pour moi Musk est un Génie. L’escroquerie serait de ne pas y croire.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      D’ailleurs, le CCFA comme les organisateurs du Mondial de Paris y croient dur comme Musk pour avoir placé Tesla à l’entrée dans le Hall 1, aux côtés de DS et des constructeurs nationaux… Drôle de plan de table du reste, ou VAG et Toyota sont disposés en vis à vis dans le Hall 4 tout en haut (au fond) du salon…
      Par ailleurs, un petit reportage sur les voiturettes du salon ou VSP serait le bienvenu, un marché populaire d’un demi-million d’unités ou les français excellent, où l’excès de vitesse n’existe pas et le retrait de points tout comme la conso de CO² n’alimentent jamais les conversations..
      🙂

  20. Teddy

    Ayant fait le déplacement dans la semaine au Mondial, je l’ai trouvé moins spectaculaire qu’auparavant. Plus sage et moins dans la démonstration de force dans la présentation des stands.
    J’ai été interpellé par une certaine tendance dont personne ne parle: les nouveaux véhicules, même généralistes (Scénic et 3008 par exemple) sont dotés de jantes beaucoup plus grandes qu’auparavant (jusqu’à 20″ maintenant!). Plaisir de designers ou nécessité de grandes roues moins larges pour abaisser les consommations ?
    Déçu également que les grandes promesses de ses dernières années ne se concrétisent pas assez: l’électrique est très peu présent chez les constructeurs généralistes et l’hybride rechargeable est encore majoritairement réservé au premium.

    Ce salon a été également l’occasion pour moi de monter pour la première fois à bord des Tesla. Je pense que Tesla sait vendre et valoriser ses véhicules mais pour le reste, ce ne sont que de « simples » véhicules électriques. Je n’ai pas eu la chance de conduire une Tesla, mais en statique, je n’arrive pas à m’emballer. A mon avis, Tesla a la capacité de pérenniser son activité mais l’image de marque et l’image de Musk sont surfaites.

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Il faut deux conditions pour que l’électrique se développe :

      – l’autonomie des véhicules. Ce point est en passe d’être résolu avec de nouveaux arrivants qui proposent 400 ou 500 km d’autonomie.
      – le réseau de prises à charge rapide pour faire des trajets qui dépassent l’autonomie initiale.

      Imaginez qu’un constructeur doive vendre une voiture à moteur thermique dont l’autonomie serait de 150 km et dont il n’existerait pas de station essence sur le bord des routes.

      Imaginez un fabricant de locomotive à vapeur qui ne prévoirait pas d’implanter des réservoirs d’eau et de charbon le long des voies de chemin de fer.

      Imaginez la Welles Fargo qui ne disposerait pas de stations placées à intervalles réguliers, dans lesquelles on pourrait changer de chevaux et les nourrir.

      Le problème est toujours le même selon les époques dès que l’on veut voyager sur de longues distances : autonomie et recharge rapide.

      Je soutiens l’idée que ce qui a fait le succès de Tesla dans l’esprit des clients, ce sont leur autonomie et surtout les Superchargers. L’autopilot, l’écran de 19 pouces et les portes en aile de mouette ne viennent qu’en second. L’idée géniale de Elon Musk, c’est d’avoir vendu le produit et l’infrastructure de recharge en même temps. le client était pleinement rassuré : pas de risque de pannes.

      Il va être intéressant de voir ce qu’il a prévu de faire avec la montée en puissance prévue de ses ventes sur la Tesla 3, car son modèle n’est alors plus tenable en l’état pour des raisons de coût, de normalisation et de … fiscalité des états.

  21. Piat Georges

    Je comprends bien la nécessité d’évoluer en matière automobile mais pour être honnête, je ne suis pas pressé !
    Les écrans, la voiture connectée, pour moi le plaisir n’est pas là. J’espère seulement que ces autos de demain feront le bonheur de leur propriétaire.
    Quand au Salon de Paris, bravo Citroën avec la C3 et le proto qui évoque la DS19.
    Merci enfin pour ce Café Garage animé comme toujours.

    Répondre
  22. François H

    Je comprends mal que l’on puisse dire que Tesla n’a rien révolutionné dans l’automobile. Elon Musk a compris que pour promouvoir le développement de la voiture électrique, il fallait changer son image. Avant Tesla et malgré les voiture hybrides, les voitures électriques étaient de petite urbaines rigolotes, mais qui ne faisaient rêver personne. A partit du moment ou Tesla propose de très belles voitures prémium, l’image de la voiture électrique est totalement transformée. Du coup les voitures disposant de moteurs thermique, turbo diesel et autres sont ringardisés.

    Répondre
  23. Navigator84

    Musk est avant tout un businessman. Il a co-créé Paypal et a su très bien le vendre. Il réinvestit à fond dans Tesla et son usine à batteries en espérant un jour récupérer ses billes et plus : pour cela il faut coûte que coûte que le cours de l’action Tesla reste élévé et que d’autres constructeurs puissent adopter son système et ses batteries. Là est le nerf de la guerre.

    Répondre
  24. Ronan

    2 POA t-shirts ordered, just because!
    Le genre de fringues qui va te faire marcher en courbant légèrement le dos comme Aldo Maccione, la classe.

    Répondre
  25. Frédéric à Montréal

    Excellent café POA, bravo pour les progrès, vous avez la pêche.
    Je ne comprends pas toujours où veut en venir Michaël Oualid mais ses propos sybillins sont toujours intéressants.
    Je suis très perplexe d’entendre Floriane au sujet d’Elon Musk. On n’est pas obligés d’être un groupie aveugle pour comprendre que sans Tesla, qui n’existe même pas depuis dix ans, toutes les grandes marques ne seraient pas en train de se précipiter, ou au moins de faire semblant, pour essayer de faire de l’électrique. On en serait encore aux prototypes dans les salons, jamais concrétisés. L’annonce de la Model III a été un sacré coup de pied dans la fourmilière. Il est vrai que la Model X est chère et lourde, mais pas plus que les Audi, Mercedes ou BMW qui sont ses concurrentes.
    Et la stratégie de Musk, qui semble fructueuse pour le moment, était de commencer par la haut de gamme pour asseoir sa notoriété et faire rentrer des liquidités. Certes, il a mieux réussi pour le premier volet que pour le second. Mais avec la Model III, que j’attends avec impatience, la révolution va se poursuivre!
    En tout cas, continuez, vous êtes géniaux tous les trois!

    Répondre
    1. Laurent

      Assez d’accord avec Frédéric, je trouve ça très facile de dénigrer les nouveaux entrants quand on voit la vitesse à laquelle Tesla progresse et ce qu’ils ont apporté à l’industrie. Evidemment qu’ils vendent à perte pour se faire une place, la taille des batterie et le poids des voitures n’est que provisoire, leur usine dans le Nevada va bientôt corriger tout ça. Pour moi la révolution est à venir et j’ai du mal à concevoir qu’un groupe européen les rachète. Je ne parierais pas la dessus en tous cas. Un rapprochement avec un GAFA américain par contre me parait plus probable.

    2. Laurent

      J’ajoute qu’en reprenant les arguments de Floriane on peut tout aussi bien dire qu’ Apple n’a jamais révolutionner la téléphonie.

    3. Matthieu B

      En effet Apple n’a jamais révolutionné la téléphonie, Apple a révolutionné le marketing autour de la téléphonie. D’ailleurs Apple n’innove plus depuis longtemps, ils créent un écosystème qui permet de maintenir dépendant une clientèle. Par ailleurs Apple c’est aussi un homme, un gourou, un peu comme Tesla. Néanmoins il faut bien avouer qu’une révolution markéting permet de rendre excitant un produit qui était sans cesse repoussé. Ce qui pousse la concurrence à s’atteler à la production et à l’innovation.
      Toujours un plaisir de vous écouter, de partager vos point de vue, vision et décalage.
      Pour ma part je pense que Musk est un personnage de roman passionnant, un entrepreneur fabuleux. Et il est indispensable pour bousculer cette industrie embourgeoisée. Mais tout ceci manque de créativité et de fantaisie… Et aujourd’hui je pense que nous avons besoin de beaucoup de créativité et de fantaisie. Je pense que d’ailleurs l’avenir aura un goût de passé, il y aura des équipementiers et des motoristes mondiaux, et les autos seront fabriquées par petite quantité chez des carrossiers. Toute une personnalisation libre juste contraint par des normes de sécurité. Avec l’imprimante 3D, une part de l’industrie va redevenir artisanale et une autre part va fabriquer à encore plus grande échelle les pièce moteur et de sécurité. Nous aurons peut-être tous une belle boîte de mécano qui permettra de laissé libre court à notre imagination…

      GO POA…

      PS : très beau T-shirt

      Matthieu B

  26. Chapman

    Floriane et Mickaël bravo pour votre analyse sur Tesla. Je suis enchanté d’entendre des opinions aussi clairvoyantes sur cette surenchère folle qui mène les automobile à devenir toujours plus grandes, toujours plus lourdes et par obligation, toujours plus puissantes. Ce que dit monsieur Oualid est tout à fait exact, le vrai poids d’une auto c’est autour de huit cent kilos. Tout le reste n’est qu’ego…..

    Répondre