Audi Q2 : est-ce une véritable Audi ?

Cédric Fréour nous emmène à la toute première présentation presse du nouveau Audi Q2 en Allemagne. Il est accompagné du journaliste Jean-Michel Normand du Monde à qui il demande ses premières impressions au volant.

 

L’avis des Petits Observateurs !

53 commentaires au sujet de « Audi Q2 : est-ce une véritable Audi ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nabuchodonosor

    Allez, faute de reportage POA ce soir je vais abonder dans le débat intéressant qui animait hier encore les commentaires ci-dessous.
    On peut supposer qu’un grand constructeur comme le groupe V.A.G, qui construit et vend ses produits dans le monde entier, raisonne en termes de marchés. Dans cette hypothèse, l’Europe, dont le libre échange est régit par un traité, en est assurément un. Ce marché bien que constitué de 28 pays, d’avant Brexit s’entend, est compris et investit par le groupe comme une seule entité économique pourtant constituée d’une mosaïque de particularités nationales et régionales, dont il doit tenir compte… Le groupe dispose d’un éventail de marques pour lesquelles il construit pas à pas une identité propre à chacune et leur affecte une cible clientèle. Audi est la marque généraliste premium du groupe. L’amplitude des prix de vente de ses produits est de 1 à 15 (de 15 à 200 k€ environ) tout comme pour ses concurrentes germaniques (BMW et Mercedes, de 20 à 300 k€ environ). Or, pour une marque généraliste de base cette amplitude ne tourne autour d’un rapport que de 1 à 6 (Seat, Skoda) voir 1 à 10 (VW). On comprend qu’avec un tel écart pour Audi, ce soient les produits du haut, plus exclusifs et mieux dotés, reflétant le savoir-faire de l’entreprise, qui génèrent l’image de la marque. Celle-ci rejaillissant immanquablement sur les produits d’accès, qui, ornés du même logo, doivent cependant se vendre à des prix concurrentiels à ceux pratiqués par les autres généralistes. BMW et Mercedes ne font pas mieux, tous leurs produits portant leurs sceaux sont vendus sous un même toit sous lequel les clients s’attendent à recevoir une qualité de produits et de services identiques. Pour tenir ce pari, ou tenter de le tenir, le groupe doit réaliser d’importantes économies d’échelle à la production en constituant une banque d’organes commune (inter-marques), en élaborant des outils et process similaires, que se partageront en priorité les modèles les plus compétitifs… Voilà pourquoi, selon moi, il peut exister un large delta entre l’image perçue d’une marque et la réalité du produit. Mais il y a d’autres groupes qui, pour mieux coller au marché, qui lui évolue sans cesse, ont scindés leur blason en deux, je pense au couple Toyota-Lexus, Nissan-Infinity, Honda-Acura…etc. Ce qui ne les empêche pas de succomber à la tentation de s’introduire et s’allonger sur les plates de l’autre (GT-R, Lexus CT, Infinity Q30…). On le voit, les choses ne sont pas si simples. Elles se compliquent encore lorsque l’image d’une marque traverse les océans et se retrouve à irradier un autre marché aux attentes toutes différentes. Là, je pense au couple Citroën-DS dont les produits entre continents commencent à différer sérieusement et dont l’image s’écorne ou se magnifie selon que l’on la perçoive de l’Europe ou de l’Asie…
    Nabubavardcesoir.

    Répondre
    1. Sly

      Je ne comprends pas bien pourquoi faire la différence entre la segmentation VW-Audi et Toyota-Lexus ou Nissan-Inifinity alors que c’est exactement la même chose (à part que dans le groupe W ils ont d’avantage de déclinaisons avec Skoda et Seat).
      D’ailleurs je trouve qu’il y a bien plus de différence de qualité perçue entre Audi et VW qu’entre Nissan et Inifnity par exemple.
      De plus en plus de constructeurs font ça, chacun à leur manière: Renault-Dacia + Nissan-Infinity, Fiat-AlfaRomeo, sans parler des alliances entre marques (Infinity-Mercedes-Renault), ou des grands groupes type GM qui échangent les plateformes, les moteurs et autres éléments d’une marque à l’autre.

    2. Mat Ador

      Il y a une différence notable entre les stratégies des marques prémiums germaniques et celles des asiatiques auxquelles s’ajouterait le couple coréen Hyundai-Genesis qui file sur les talons des trois nipponnes citées par Nabu.
      Audi, BMW et Mercedes sont des marques-constructeurs prémiums préexistants qui profitent goulûment de leur notoriété pour se mêler à la compétition de masse avec les généralistes populaires alors que pour les extrêmes orientaux qui ont bâtis leur réputation sur des autos non premium il s’agit de démontrer tout leur savoir-faire sur le haut de gamme.
      L’exception confirmant souvent la règle, le bavarois exploite aujourd’hui la marque Mini dans le prémium qui, souvenons-nous, était roturière à l’origine…

  2. Commandant Chatel

    Merci et bravo à Cédric pour son enthousiasme…
    Et une salutation amicale à Jean-Michel que j’apprécie.
    Je ne connais rien aux voitures modernes… et cette Audi doit être parfaite. Une seule remarque désagréable, je n’arrive pas à comprendre qu’un grand constructeur (Audi n’est pas le seul), se contente d’un écran qui semble collé au double face au centre du tableau de bord… Çe serait quand même plus beau si c’était intégré… Je dis ça, je ne dis rien.

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Ah si c’est prévu mais à gauche, il vous faudra cocher l’option MMI Plus pour bénéficier de l’écran intégré « the virtual cockpit » derrière le volant, mon Commandant !
      Columbo pour vous servir mon Commandant (et pas vous lécher les bottes, hein…) 😉

    2. Arnaud T

      Cet écran, je le vois plutôt comme une sculpture moderne posée sur son socle, un parti pris façon iMac ultra mince sur un bureau ultra dépouillé. Ce qui m’étonne davantage, c’est qu’il ne semble pas rétractable.

    3. Fréour

      Salut Thibaut,

      Merci ! Et concernant la position de l’écran nous sommes du même avis.

      Ce qui me fait dire que ce choix de plus en plus étrange ne devrait pas perdurer… Sur ce point, j’attends avec impatience la présentation de la nouvelle Audi A8 (peut-être son concept sera présent à Paris au Mondial en septembre non loin du nouveau Q5 – Scoop !- qui lui sera bel et bien là…) qui nous éclairera sur le futur…

      Un début d’explication toutefois : les ingénieurs d’Audi avancent que cette position d’écran facilite les « éventuelles mises à jours et upgrade… » En bref, autorise de changer d’écran pour bénéficier du meilleur de la techno au fil des années. Sans doute.

      PS : je réunis mes souvenir…

      Amitiés. Amitiés péoasques à tous ! Quel régal de lire les commentaires.

      Cédric

    4. Mat Ador

      A propos d’écrans et de leur M.A.J, je me suis souvent demandé pourquoi les constructeurs n’incluaient-ils pas tout simplement un porte tablette et/ou smartphone avec la connexion adaptée; Ainsi plus besoin de choix de taille ni de M.A.J pour le constructeur… Si quelqu’un a une réponse ?

  3. Nabuchodonosor

    Comment vous répondre Mister Prem’ Minister sinon que par une exclamation que j’emprunterai à Cambronne qui, de guerre lasse, finit par l’exciper aux oreilles d’un général de la perfide Albion qui le sommait de rendre les armes sur un champ du Brabant wallon.
     » Merde, Audi passe à la couleur !  »
    🙂

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Petite réflexion à propos de ces couleurs vives que semblent proposer d’emblée ce Q2: Ce jaune, ce bleu et ce rouge vifs que l’on voit dans votre reportage, n’étaient-ils pas réservés aux seuls modèles S, il y a quelques années encore ? J’allais ajouter, gris armée mis à part, mais il m’est soudain revenu une image de RS5 gris Luftwaffe…

  4. Amok

    Juste une impression comme ça : on dirait une marque qualifiée premium qui tout d’un coup aurait l’envie de « faire peuple ». Peut-être y-a-t’il des considérations mercantiles, essayer de capter une nouvelle clientèle…
    C’est vrai que l’on constate que les concessions Audi sont de plus en plus séparées des concessions VW, du moins par des locaux différents. Donc il n’est pas idiot d’envisager pour chaque marque d’essayer de séduire toutes les clientèles.
    Il sera intéressant de voir si cela se confirme dans les années à venir.
    Par ailleurs, puisque le débat fait rage dans ces colonnes, la distinction de savoir dans quel pays est fabriqué tel ou tel modèle, s’il est pertinent par certains côtés, me semble incomplet. La question complémentaire est de savoir d’où provient chaque composant dudit modèle. Et là, tout se complique…

    Répondre
  5. Chapman

    C’est curieux que pour une marque qui se veut consensuelle et qui travaille cette »consensualité » modèle après modèle, les commentaires soient toujours aussi passionnés et »clivés »

    Répondre
  6. Piat Georges

    J’ai juste un peu l’impression que Audi a fabriqué un produit. On est loin de la passion…
    Mais j’attends quand même de le voir « en vrai » !

    Répondre
  7. Dubby Tatiff

    En fait, je serais bien curieux d’avoir l’explication du designer d’Audi en ce qui concerne le méplat en forme de losange allongé qui cours le long du haut des deux portes. J’avoue avoir du mal à en comprendre le sens.

    Répondre
  8. Teddy

    Je n’arrive pas à me faire un avis définitif sur ce Q2…
    Hormis quelques coloris « flashy », le montant arrière personnalisable et des pointes de couleur à l’intérieur, il me donne l’impression d’être quand même très sage… Ainsi, se demander si ce Q2 est une véritable Audi, c’est quand même une preuve de l’ultra conservatisme de la firme d’Ingolstadt!

    Répondre
  9. pierre

    avec ce Q2 Audi se Seat…ise !
    du….. branché, ….du jeune, …. du coloré et un joli coté latin !
    ce qui est surtout tres interessant, c’est l’ouverture vers une nouvelle clientèle pour Audi……qui va se rajeunir et certainement davantage se féminiser. Bien que le Q3 par son élégance et son positionnement ait déjà bien défriché dans ce segment en récupérant pas mal d’ex.clients des généralistes. Là on devrait voir entre autres pas mal de clients Seat etre attiré par le Q2. Et au vu de l’agitation qui apparaît chez les marques concurrentes à l’énonciation de ce Q2…..ça risque de faire mal dans les chaumières des généralistes !
    Le meilleur étant pour moi, qu’avec ce coté esthétique nouveau, AUDI a toutefois gardé le niveau de qualité qu’on lui connaît (tableau de bord ….) , une gamme de motorisations élargies, ainsi que des trains roulants perfectionnés habituels de la marque.
    En somme de l’AUDI différent visuellement mais toujours au plus haut niveau .

    Répondre
  10. San Francesco d'Assisi

    Ingolstadt, qui produit déjà le Q2, n’a pas le droit à l’erreur avec son dernier né, ayant déjà dû débarquer l’A2 sur le bord de la chaussée au milieu des années 2000, suite à son échec commercial…
    Spes messis in semine !

    Répondre
    1. Mat Ador

      Là où l’A2 innovait, style bi-corps urbain, carrosserie alu, trappe des fluides… le Q2 se présente sous des contours Audiesques classiques et se contente de la plateforme MQB qu’il partage avec l’A3 et le TT.
      La nouveauté est à chercher du côté des innombrables possibilités de personnalisation, inédite à ce niveau chez le Haut-Bavarois. Les process du Styrien Magna Steyr, où sont produites les Countryman et Paceman du concurrent, ont dû être scrutés à la loupe…

    2. Maître Capello

      Ola Matador, vous exécutez votre faena de muleta en ce lundi matin… 🙂
      Mais comment prononcer correctement Q2 ?
      A l’anglaise, Quiou-Tiou ?
      A l’allemande Cou-Zwaille ?
      A la française Cul-Deux ?

  11. Benjamin C

    le montant de portière, carrosserie visible de l’intérieur porte fermée, est un défaut de finition sur une voiture du segment premium… Même sur une antédiluvienne Golf 4, sur certaines finitions, ce montant était au moins peint en noir mat pour ne pas choquer quand la carrosserie était claire ou rouge… Sur une Audi, ce montant mériterait d’avoir un cache en plastique…

    Autre sujet qui me vient à l’esprit, j’arrive juste de passer mes vacances en Catalogne, et j’ai compris en voyant des trains entiers passer dans la gare ou j’étais que les Seat Léon et les Audi Q3 étaient fabriqués là bas, dans la même usine… Qu’une polo soit fabriquée hors Allemagne ne me choque pas plus que ça, mais qu’une Audi Q3 vendue au minimum à 35k€ soit fabriquée en Catalogne, me choque énormément, et en dit long sur l’usurpation d’appellation « premium » d’Audi. ( Je ne dis pas que le Q3 est mal fabriqué puisque fabriqué par des catalans, en gros pour faire l’analogie avec le luxe, c’est comme acheter des vêtements Dior ou Chanel made in ailleurs qu’en France, aucun intérêt et surtout totalement déplacé…)

    Cette Q2 semble quand à elle, être fabriquée en Allemagne.

    Répondre
    1. Guillaume D.

      La Q2 est effectivement fabriquée à Ingolstadt tandis que le Q3 est en provenance de l’usine Seat de Martorell.
      On pourra toujours aussi arguer que les moteurs sont fabriqués en Hongrie!

      Et je ne pense pas que les maisons de (haute-)couture soient un bon exemple en matière de Made In France/Italy/UK 😉

    2. Mat Ador

      L’attribution de l’usine d’assemblage pour un modèle ne dépend pas seulement du coût de la main d’œuvre indigène dont je ne vois pas le rapport avec le positionnement produit le savoir-faire des Catalans valant à mon sens celui des Bavarois… Rappelons nous de plus que le droit de libre circulation des travailleurs en Europe (art. 45 du traité) permet à tous citoyen de l’union de travailler aussi bien à Martorell qu’à Ingolstadt, Graz ou Győr…

    3. Thierry

      C’est limite raciste comme raisonnement non ? Vuitton fabrique bien en Roumanie ou en Chine et tout le monde s’en fout !

    4. Benjamin C

      Dans l’usine catalane c’est bien des catalans qui y travaillent, rien à voir avec la libre circulation des travailleurs donc. Tant mieux pour les catalans même ! Là n’est pas le sujet… Le Q3 n’est pas une voiture bas de gamme. Il est prouvé que les modèles premiums sont des produits à très forte valeur ajoutée. Donc pourquoi délocaliser sa fabrication dans un pays à faible coût de main d’œuvre? On serait les premiers en France à s’offusquer si les DS étaient fabriquées ailleurs qu’en France.

    5. Benjamin C

      Thierry, je ne vous permet pas de définir mon commentaire de raciste, j’ai bien précisé quelque chose entre parenthèses pour ne pas qu’il n’y ait de confusion justement ! Relisez donc…
      J’ai en horreur le racisme, et je sais très bien que des catalans travaillent aussi soigneusement que des allemands, là n’est pas le sujet… Faire fabriquer hors de ses frontières un produit à très forte valeur ajoutée, est tout simplement pitoyable, et ne pas s’en étonner, l’est encore plus… Ça vaut pour tous les domaines…

    6. Stéphane.nc

      +1 avec Benjamin C avec un encouragement.

      Échange intéressant qui en dit long sur nos mœurs démocratiques.
      Ne surtout pas sortir du prêt à penser auropeiste germanolatre, ne surtout pas donner l’impression, même quand on ne pense pas à mal (surtout quand on ne pense pas à mal ) de sortir du credo insufflé par nos bons éditorialistes sinon l’oukase tombe : raciste, xénophobe, inculte, « Dupont la joie »…..les chiens de garde veillent et hop vous voilà populiste, insulte suprême dans notre beau monde de bisounours.

    7. Mat Ador

      Ouch :
      Un Café-Garage de vulgarisation sur la mondialisation économique actuelle dans le monde automobile serait souhaitable…
      🙂
      Mat Ador (+ que + pitoyable).

    8. Farnaby

      Toutes les grandes marques le savent : après des décennies de délocalisations sauvages et de consommateurs aveugles, le marché est en train de changer, surtout dans le premium. C’est heureux, car il ne me semblait pas sain, pas honnête, pas respectable, de jouer à fond une carte « ancrée » (qualité allemande, style italien, élégance française etc.) en faisant tout produire au Bangladesh ou en Chine. En bref, les marques ont pris les consommateurs pour des imbéciles pendant 40 ans en vendant des sacs à prix d’or parce qu’ils étaient « français » alors qu’ils étaient dessinés par des Belges et consteuits par des Turcs. Aujourd’hui la roue tourne. Apple a rapatrié la production de ses Mac Pros, le haut de gamme, aux USA. FCA.a placé le Made in Italy au coeur de son plan de relance d’Alfa (cf par ex. l’abandon de dernière minute du projet Mazda / Alfa). Et les vrais premiums de la mode comme Hermès continue de made in France (et parfois Italy) exclusif. Donc je crois que Bejamin a parfaitement raison de s’étonner qu’Audi délocalise la production de son Q2 alors même que toute sa communication est sur la germanité et le premium.

    9. Thierry

      Vous ne me permettez pas …… et pourtant il l’est quand même -raciste- ce commentaire !
      Quand dans l’esprit on arrive à penser que seuls les Allemands ont la capacité de fabriquer avec leurs petites mains un produit premium comme vous dites ! … désolé, ça pue ! Ou alors vous en êtes à croire qu’une Audi est un premium qui se mérite ???
      Pas de chance … dans mon entourage ce ne sont que de jeunes diplômés d’école de commerce qui roulent en A4 pour se la péter !
      Ce commentaire clôturera ma modeste participation ici même, me contentant de lire et regarder les vidéos de nos 3 amis.
      Les commentaires n’ont plus, et de loin, la qualité d’il y a 2 ou 3 ans ! certainement la rançon du succès de POA …

    10. Mat Ador

      @Benjamin C et Farnaby :
      Pour ma part je serai un peu plus magnanime que Thierry et crois que vous n’êtes pas sincèrement choqués mais plutôt gênés aux entournures des anneaux du porte-clefs que vous faites glisser entre vos mains devant vos amis, d’apprendre qu’Audi a délocalisé l’assemblage de votre modèle préféré sur le roturier site SEAT de Catalogne et que probablement de fait de ce dumping social légal qui dure depuis 2010, Audi assure à lui seul, bon an mal an, 50% des profits du groupe V.A.G ?
      Et bien rassurez-vous cela ne durera pas. La production du Q3 devrait cesser à Martorell dès 2018… Pour être remplacée par celle de l’A1 produite aujourd’hui à Bruxelles, qui se verra attribuer l’assemblage du futur Q6 et la fabrication de ses batteries. Par un tout aussi vulgaire jeu de chaises musicales ce seront donc les pauvres ouvriers magyars de Györ qui assemblent déjà les berlines et les cabriolets A3, les coupés et roadster TT, qui reprendront la production du Q3. Si Forest (Bruxelles) se destine à l’assemblage des nouvelles plateformes MEB, Martorell est désormais condamné à celles des MQB… Mais vous rendez-vous compte dans quel monde vit-on ? Notre Premium se meurt ! 🙂
      Allez, je terminerais en faisant encore mon + que + pitoyable en vous confiant que, de l’autre côté du détroit de Gibraltar, les algériens restent quant-à-eux absolument ravis d’acheter plus de 80% de la production des Ibiza et Léon qui sortent de Martorell et très fiers de savoir que sur les chaînes voisines on y assemble chaque jour les précieuses petites Audi des français moyens.

    11. Farnaby

      Ni gêné, ni choqué, ni raciste (quoique ce mot ne veuille plus rien dire : la preuve, il est lancé comme une insulte dans une discussion rationalisation mondialisée vs ancrage local et national), simplement heureux que 40 ans de mondialisation ayant conduit à la déconnexion complète entre l’image de marque et la réalité de la production, se voient enfin questionnés et remis en question, et pas par moi, simple consommateur, mais par les marques elles-mêmes. Libre à quiconque de trouver merveilleux qu’une auto allemande, qui se vend sur son image de germanitude pure, soit fabriquée en Espagne ou en Turquie. Personnellement je trouve cela ridicule et scandaleux, et jamais je n’aurais acheté mon Alfa Giulietta si elle avait été construite en Slovénie. Tout ce que je voulais dire, c’est que mon désir de consommateur, qui est fondé sur une concordance entre l’image affichée et la réalité de la production industrielle de l’objet, est de mieux en mieux compris par les marques, en parliculier les marques premium ou dites de luxe, de Bentley à Hermès en passant par Alfa Romeo (depuis le plan de relance).

    12. Benjamin C

      Thierry vous êtes très désagréable et ne savez pas lire… Vous n’avez pas compris le sens de mon commentaire. Je ne vais pas me réexpliquer ça semble ne servir à rien. Je m’excuse d’avoir lancé cette réflexion de gaucho.

      Mat Ador, non je ne roule pas en Audi, et ne le ferai jamais je pense, raté… Non pas que les Audi sont de mauvaises voitures, mais je trouve injustifié de toujours les mettre sur un piédestal juste parce qu’elles ont l’intérieur bien fini quand elles sont neuves… Mais merci pour l’échange intéressant

    13. Mat Ador

      A la bonne heure !
      🙂
      … Mais qui achète donc ces @#’%&* d’Audi ?
      🙂 🙂

      * censuré par le gouvernement

    14. Maître Capello

      Nein Karl, pas « nous foutez ! » oder « fous foutez ! » avec un fé, c’est tans le texte de la krante fatrouille… Ya, ya.
      🙂

    15. martin

      Ce n’est qu’une stratégie industrielle comme une autre, Audi ne peut pas fabriquer tout ces véhicules en Allemagne, d’ailleurs aucun constructeur ne concentre toute sa production dans le même pays.

    16. Mat Ador

      @martin.
      Ceci explique peut-être pourquoi personne ne cherche réellement à tendre vers une harmonisation du droit social en Europe, faussant la compétitivité par un dumping légal à 28 niveaux dans un marché unique; Et après on fait semblant de s’étonner de la montée des nationalismes…

    1. Lieutenant Columbo

      Je pense que Monsieur Tell fait référence au lieu où Monsieur Fréour a tourné le reportage et non aux insertions de séquences fournies par le service Presse d’Audi. Mon petit doigt me dit qu’il sont allés se balader sur les bords de l’Obersee (Zurichsee) du côté de Rapperswil-Jona dans le Canton de Saint-Gall…

    2. Sherlock Holmes

      Il semblerait qu’Audi ait présenté son Q2 au « Musée de l’arbre » de l’architecte-paysagiste Enzo Enea, grand collectionneur d’arbres.
      http://www.enea.ch
      Dites donc votre petit doigt n’a pas perdu la main Columbo…
      🙂

    3. Mat Ador

      @Mat
      Je ne crois pas qu’il soit prévu de produire le Q2 à Martorell…
      Un conseil : Évitez de dire à un Catalan qu’il est Espagnol et que le flamenco est sa culture.