Monaco nous voilà : la visite des paddocks (3/3)

Vous ne le connaissez pas, mais vous avez déjà vu ses photos. Bernard Asset est photographe de Grand Prix depuis 1979. Il est l’œil de la Formule 1 qui a immortalisé trois décennies de Grand Prix.

Photographe indépendant, Bernard Asset a créé une relation particulière avec l’univers des Grand Prix. Il est l’observateur aux aguets, le témoin de la course, des joies et des frayeurs de ce sport qui, s’il a perdu de sa superbe, n’en reste pas moins celui des chevaliers des temps modernes. Les chevaliers, Bernard Asset les a tous côtoyés de près : de Senna à Schumacher, en passant par Alonso ou Vettel, mais l’homme à l’élégance de la discrétion à la hauteur de son talent. Bernard à l’instinct du chasseur, il sait où il faut planquer pour avoir l’image, il devine le dépassement, anticipe une remontée, comprend les pilotes, ressent la course.

A quelques jours du Grand Prix, POA était à Monaco avec Esso et nous avons a eu la chance de rencontrer Bernard Asset en toute simplicité. Nous lui avons demandé de nous raconter Monaco en images sur la piste au cœur de la ville.

Du 15 juin au 16 juillet 2016, la Mairie de Toulon rend hommage à Bernard Asset en exposant ses photos consacrées à 35 ans de Grand Prix à travers le monde ainsi que plusieurs séries réalisées à Cuba sur les voitures américaines.

visite des paddocks 3

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Monaco nous voilà : la visite des paddocks (3/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Wyers

    Passionnant cette série sur Monaco !
    A mon sens, il n’y a pas a discuter sur l’incartade de notre bien aimé POA dans le monde la F1, le sport automobile est intimement lié la bagnole, depuis toujours. Point. Alfa Romeo, Porsche, Jaguar, Ferrari…
    Là où il y’a des hommes et de la mécanique, des belles tôles et de l’émotion, il y’a POA ! Le bonheur n’est pas uniquement au fond d’une boite à gant capitonnée d’un SUV Volvo nom d’une pipe en bois !
    On se calme 🙂
    Tout ça pour dire, qu’il y’a un autre endroit ou je verrais bien nos joyeux bagnolards c’est Le Mans. Plus précisément l’événement Le Mans Classic me semble tout indiqué (du 8 au 10/07 cette année). Si il y’a bien un événement qui lie étroitement la France Eternnnnellle à la belle bagnole (historiquement la voiture de monsieur « tout le monde » d’ailleurs…), qui raconte des histoires d’Hommes et de bagnole, ce sont bien les 24h du Mans.
    A bon entendeur…

    Répondre
    1. Amok

       » Là où il y’a des hommes et de la mécanique, des belles tôles et de l’émotion, il y’a POA  »
      Bravo, tout est dit.
      Je ne suis pas (plus ?) un fan de F1, mais justement quand l’équipe POA arrive à m’intéresser sur un tel sujet, c’est que cela est fait avec talent et dans une grande ouverture d’esprit. Donc j’adhère.
      Et quant aux trolls que l’on peut lire ici comme sur tous les sites, jolis trolls à sabots à clochettes, ignorons-les, mettons-les en quarantaine. Ils finiront par se lasser…

    2. Jagman

      J’espère tout comme vous qu’ils seront présents au Mans Classic. Nous sommes je pense d’ailleurs plusieurs « petits-observateurs » à habiter la région mancelle.

  2. Frédéric à Montréal

    Bravo pour la commandite, c’est excellent! Il va falloir que je vienne chercher ce gadget!
    Je ne m’intéresse plus tellement à la F1, mais cette série sur Monaco m’a passionné!
    Très bonnes anecdotes du photographe, on apprend énormément de choses.
    Et le montage, avec photos intégrées, est impeccable.
    Cédric a bien raison, on parle bien d’arrêt aux puits ici, plutôt qu’aux stands!
    Contrairement à certains, je trouve cette série totalement dans l’esprit POA.

    Répondre
    1. PIAT Georges

      Tout a fait d’accord avec toi, cette série a bien sa place ici, POA est éclectique et doit le rester. Cette série était parfaite, j’ai beaucoup aimé GO POA.

  3. Samuel (POA Belgique)

    Merci pour ce reportage. Ça change un peu et cette approche plus « soft » en terme de « bagnolite » et plus proche de l’actualité et de confessions d’une personnalité du sport auto est doublement rare. Loin d’être déplaisant, rafraîchissant, sobre.

    Merci !

    Répondre
  4. gallus

    La France se situe au troisième rang des pays ou fleurit le syndrome connu sous son nom anglais de « burn out  » , terme emprunté au vocabulaire de la physique et qui désigne aussi bien les dernières lueurs jetées par une bougie que l’étouffement d’un moteur par épuisement de son carburant …
    c’est une pathologie qui concerne d’abord ceux dont le métier suppose un fort engagement personnel … médecin infirmier professeur ou blogueurs par exemple. ..
    la première manifestation de cette consomption est l’épuisement émotionnel celui que l’on exprime dans le langage courant en déclarant « je suis vidé. .. » et qui va de pair avec une fatigue que le repos ne parvient pas à soulager. ..
    vient ensuite la depersonnalisation qui se traduit par une attitude de plus en plus négative à l’égard de ceux dont on a la charge et enfin un fort sentiment d’échec et une diminution de l’estime de soi ….

    Désolé pour ces remarques …
    Mais ces derniers temps on a eu l’impression de vous perdre !

    Répondre
    1. Thierry

      Alors …. moi je dois être d’un niveau très terre à terre, je n’ai pas compris le message.
      Merci pour ce reportage sur Monaco, et ce côté opérette qui a toujours fasciné …. j’étais à Monaco l’an dernier en fin d’année, il y a un marché de Noël surnaturel devant l’Hôtel de Paris !

    2. Gérald

      Je comprends pas non plus ce commentaire, c’est le placement produit qui dérange ? Ou le fait que le gouvernement P.O.A ne soit pas un spécialiste de la F1 ?
      Pour ma part j’étais passionné dans ma jeunesse, Patrese, Mansell, Boutsen, Prost, Senna…Je connaissait tous les pilotes et toutes les écuries, mêmes celles de fond de grille…mais j’ai laché prise, plus de grand prix de France, moins d’émotions, moins de retransmissions, il est loin le temps ou je branchais mon réveil pour voir le grand prix du Japon. Bernard Asset est un gardien du temple, et le GP de Monaco reste encore un des derniers GP historique, pourvu que ça dure encore un peu…D’ailleurs le GP de Monaco Historique ferait un bon sujet de reportage pour POA.
      Restez comme vous êtes, vous me semblez très très loin du surmenage…et merci M. Asset pour les commentaires passionnants sur ses photos !