Cœurs de Saabistes (deuxième partie)

Par Patrice Vergès. Julien, Robert et Daniel évoquent pour nous la passion pour leurs Saab avec lesquelles ils partagent leur existence. Quand on roule en Saab, c’est au moins pour la vie (à lire aussi Saab, le dernier des Mohicans).

Julien, à son tour, s'est passionné pour les Saab dont il possède quatre exemplaires

Julien, à son tour, s’est passionné pour les Saab dont il possède quatre exemplaires.

Julien qui a pris la suite de son père à la tête du garage des Dômes ne répare pas que les Saab, il en est devenu accro. Il roule au quotidien en Saab 900 qu’il partage avec une 9-3 plus récente, une 9-5 Aéro, une 900 série spéciale Carlsson et une 96 V4. Aujourd’hui, il nous montre le cabriolet 900 Turbo 16 S de 185 ch d’un ami. C’est la plus désirable des Saab 900 produites de 1984 à 1994 à 48 888 exemplaires sur les 880 000 modèles 900 fabriqués entre 1979 et 1994. C’est une version très rare baptisée Monte Carlo reconnaissable à sa livrée jaune vif qui n’a été vendue qu’en 1992 qu’à 300 exemplaires au prix très élevé de 300 000 francs. Les Saab n’étaient pas données !

La série Spéciale Monte Carlo n'a été produite qu'en 1992 de couleur jaune

La série Spéciale Monte Carlo n’a été produite qu’en 1992 de couleur jaune

Pour le Saabiste, c’est la plus désirable des Saab, avec son pare- brise quasi-vertical qui se termine par une minuscule meurtrière de capote à l’arrière. Son intérieur est aussi craquant avec sa planche de bord abrupte au dessin si original dont la clé du démarreur est repoussée sur la boîte, trait qui a toujours caractérisé les Saab. C’est aujourd’hui la Saab la plus recherchée comme l’explique Julien  » Le prix des Saab est actuellement au creux de la vague pour les modèles récents des années 2000. Mais on assiste à une remontée des cours pour les plus anciennes qui deviennent des voitures de collectionneurs. Une Monte-Carlo dans cette état se vend de 20 à 25 000 euros en France et plus de 30 000 euros dans les autres pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne où elle est très recherchée « . Par ailleurs, Julien s’est aussi spécialisé dans la préparation du moteur Ford V4 qui anime les 96 et leur entretien en procédant à quelques modifications pour améliorer leur fonctionnement.

La célèbre planche de bord verticale de la 900 qui séduisit tant les Saabistes

La célèbre planche de bord verticale de la 900 qui séduisit tant les Saabistes

Produite qu'à 300 exemplaires, la Monte Carlo recevait une plaque numérotée sur la planche de bord

Produite qu’à 300 exemplaires, la Monte Carlo recevait une plaque numérotée sur la planche de bord

Robert : Cabriolet 900 2 litres

La 900 décapotable 1997 de Robert est animée par le 2 litres atmosphérique Saab en version 130 ch

La 900 décapotable 1997 de Robert est animée par le 2 litres atmosphérique Saab en version 130 ch

Depuis 10 ans, Rober roule quotidiennement au rythme de 15 000 km par an au volant de cette Saab 900 atmosphérique datant de 1997. Depuis 30 ans, il ne roule qu’en Saab et son cabriolet noir intérieur cuir gris clair qui ne totalise que 150 000 km, succède à une 900 GLI, 9000 CSE, et 900 S Turbo. Robert sait que sa 900 est la moins aimée de la famille Saab puisqu’elle est réalisée sur la base de l’Opel Vectra. Mais c’est encore une vraie Saab par son moteur 2 litres atmosphérique dont les 130 chevaux tonnent lourdement par la grosse sortie d’échappement. La mécanique Saab lâchait un son épais très particulier apprécié par tous les Saabistes qui ont moins aimé les mécaniques Opel, voire Holden ou GM-Fiat (diesel) qui ont propulsé les dernières 9-3 et 9-5.  » Rouler en Saab, c’est comme faire partie d’une religion.

La 900 " made in Opel" avait heureusement conservé la fameuse planche de bord et la clé de démarrage sur le levier de vitesses

La 900  » made in Opel » avait heureusement conservé la fameuse planche de bord et la clé de démarrage sur le levier de vitesses

Quand on se croise avec des Saabistes on se dit bonjour » avoue Robert. Étonnant hasard de la vie, au moment où il prononce ces paroles, une Saab 900 cabriolet du même type que la sienne se pointe à l’horizon, conduite par des Allemands qui nous adressent un bonjour amical. Robert poursuit  » Tout me plait dans une Saab : sa ligne, son bruit, sa solidité, ses spécificités. Je préfère un cabriolet car rouler décapoté me rappelle la moto que j’ai beaucoup pratiquée dans ma jeunesse ». Robert sait qu’il roulera avec sa 900 tant que Daniel continuera à lui donner la vie mais jusqu’à présent, hormis quelques menues bricoles, sa voiture n’a jamais connu d’incident mécaniques. C’est connu, les Saab, c’est du béton. La vue du cabriolet jaune qui nous rejoint excite son œil.  » Je ne dis pas que si je trouvais une 900 cabrio pas trop kilométrée que je ne me ferai pas une petite douceur ! « 

Robert roule en Saab depuis 30 ans et ce n'est pas fini !

Robert roule en Saab depuis 30 ans et ce n’est pas fini !

Daniel : Saab 96 course

La Saab 96 issue de la 92 avait été passée en soufflerie ce qui explique ses rondeurs. Entre 1949 et 1980, elle a été produite à 730 593 exemplaires en comptant le break 95

La Saab 96 issue de la 92 avait été passée en soufflerie ce qui explique ses rondeurs. Entre 1949 et 1980, elle a été produite à 730 593 exemplaires en comptant le break 95

Pas discrète la Saab 96 de Daniel dont l’échappement lâche un grondement épais. Sa voiture est préparée pour participer à des rallyes historiques dont il assure l’assistance pour des clients qui courent avec ce type de voiture. Fabriquée de 1949 à 1980, ce modèle rond comme un œuf était mu par un original moteur 2 temps refroidi par eau avant de recevoir un gros 4 cylindres 4 temps 1500 cm3 en 1967. « Saab vendait beaucoup aux USA et les moteurs 2 temps ne passaient plus les normes de pollution. Après avoir essayé beaucoup de moteur, Saab a choisi le petit V4 Ford très compact qui rentrait sous le capot sans modification  » explique Daniel. Ce moteur qui a aussi animé les Matra 530 délivrait 65 chevaux en 1500 cm3. Sur la monture de Daniel, en version 1700 cm3, stage 1, il aligne 100 chevaux et peut même atteindre 120 chevaux grâce à une admission plus généreuse confiée à deux doubles carburateurs. « Ce qui caractérise les Saab 96, c’est d’abord son ahurissante tenue de route. C’est ce qui a fait son succès en rallye de même que sa fiabilité. C’est incassable ! « .

En 1967, la 96 a troqué son 3 cylindres 2 temps de 850 cm3 contre le petit V4 1,5 l des Ford Taunus. Ici, il s'agit d'un moteur de 1,7 l poussé à 100 chevaux.

En 1967, la 96 a troqué son 3 cylindres 2 temps de 850 cm3 contre le petit V4 1,5 l des Ford Taunus. Ici, il s’agit d’un moteur de 1,7 l poussé à 100 chevaux.

Daniel qui a revêtu son uniforme de Saabiste pour l'occasion, a toujours été passionné par la personnalité attachante des voitures suédoises.

Daniel qui a revêtu son uniforme de Saabiste pour l’occasion, a toujours été passionné par la personnalité attachante des voitures suédoises.

Aux mains de Carlsson puis de Blomqvist, les Saab 96 autant 2 temps que 4 temps ont remporté de nombreuses victoires notamment deux fois le rallye de Monte Carlo, huit fois le RAC et dix fois le rallye de Finlande. Les Saab 96 étaient équipées d’une « roue libre » qui coupait l’entraînement de la boîte dès qu’on lâchait l’accélérateur. Ce gadget était destiné à abaisser la consommation du moteur 2 temps assez glouton surtout sur la version GT à trois carburateurs. Les versions 4 temps à moteur Ford l’avaient conservée. Pour avoir essayé des Saab 96 2 temps pour des revues rétro, je peux vous dire que la sensation de se sentir au point mort lorsqu’on arrive dans un virage est assez angoissante et incite à enfoncer l’accélérer plutôt qu’à le lâcher. Et explique en partie les excellentes performances du regretté Erik Carlsson et aussi sa propension à faire des tonneaux. Resté ambassadeur Saab jusqu’à la fin des sa vie, j’ai eu le bonheur de le côtoyer et c’était un type adorable.

Dans le petit habitacle envahi par le bruit de tracteur du V4, Daniel n’amuse pas le terrain. Le train avant de la 96 s’accroche au sol gramouillé avec obstination. Il me regarde en manœuvrant l’original levier de vitesses monté au volant qui détonne sur une voiture destinée à la course et lâche, l’œil extatique  » c’est génial ». Effectivement c’est génial.

La branche droite du volant laisse deviner le levier de vitesses montée sur la colonne de direction

La branche droite du volant laisse deviner le levier de vitesses montée sur la colonne de direction

Voici en règle générale ce que les Saabistes pensent de la Général Motors

Voici en règle générale ce que les Saabistes pensent de la Général Motors

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « Cœurs de Saabistes (deuxième partie) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Stephane CVS

    J’oubliais, y aura-t-il un troisième épisode? Je l’espère vivement ….. (Avec une vidéo qu’on puisse entendre le son si particulier d’une T16)

    Répondre
    1. Stephane CVS

      Merci, superbe clip qui met bien en valeur la T16, il faudra juste qu’il pense à changer son ciel de toit (la maladie des classique)

  2. Alain

    J’écris de nouveau. je viens de rechercher des cabrios d’occasion. on en trouve de très beau à moins de 10 000 euros; Du coup, je crois que je vais plutôt me recentrer sur une 9-3 plus récente des années 2005/2008. C’est encore une super voiture avec laquelle on peur rouler ( certaines ) en E85 à 0,60 cts le litre de carburant !

    Répondre
  3. tibo

    Mon épouse a plié sa 206 CC contre une boule d’un gros 4X4. Elle voudrait un cabriolet, je tente de la convaincre sur la Saab, c’est quand meme plus chic qu’une 206….Il y a encore des résistances, les pièces, l’age, les réparations..je roule en XJ40 daimler et même si elle est fiable, elle est quand meme souvent au garage pour des bricoles, ca n’aide pas… je lache pas l’affaire, je l’aurais à l’usure.

    Répondre
  4. Thierry

    Ce sont des voisins du 63 …. Monsieur Vergès traine souvent dans les volcans !

    Mais je vais peut-être dire une connerie, c’est un logo Wolfsburg sur le premier volant ? enfin il me rappelle grave celui que j’avais sur ma polo en 1979.

    Répondre
    1. Amok

      On dirait bien le volant Karmann monté sur les Golf GTi 1ère série.
      Ce n’est assurément pas un volant Saab.

  5. Alain

    J’adorais les Saab. J’ai possédé une 9000 qui m’a apporté beaucoup de plaisir. Comme Robert je ne dis pas que si je trouvais un cabrio turbo 900 à un prix raisonnable, je ne replongerai pas à condition d’être assuré de continuer à trouver des pièces et des réparateurs comme Daniel le proprio de l’étonnante 96 rallye

    Répondre
  6. Pierre Quiroul

    C’est vrai qu’il y a eu la La Saab 9-7X pour nous faire regretter les Saab du bon vieux tepms… Le Saab 9-7x etait un SUV réservé au marché nord américain, fabriqué aux États-Unis sur base du Chevrolet TrailBlazer entre 2005 et 2009…

    Répondre
  7. Frédéric à Montréal

    Quelle merveille de lire ça, mais… Drôle de volant sur cette Monte-Carlo…
    C’est vrai que maintenant, les Saabistes se saluent quand ils se croisent, en tout cas les conducteurs de classiques… J’en vois d’ailleurs de moins en moins d’année en année. Pendant longtemps, il y en a eu énormément en Nouvelle-Angleterre, au Vermont, à Boston, au New Hampshire. Elles ont bien souvent été remplacées par des Subaru…
    J’espère garder la mienne encore quelques décennies, je ne vois pas par quoi je la remplacerais. Complément idéal d’une Tesla Model 3!

    Répondre
  8. Marc

    Génial la ligne de la 961 Et dire que ça gagnait les rallyes. Je ne savais pas qu’une 900 cabrio coûtait autant. Merci de parler des Saab !

    Répondre
  9. Piat Georges

    Formidables ces passionnés. Perso c’est BMW depuis qu’un copain ma prêté sa 2002 tii en 78 et c’est pour cela que peux comprendre cette passion pour Saab.
    Merci POA.

    Répondre
    1. Stéphane CVS

      Ah, je l’attendais avec impatience ce second reportage…. merci, mais je suis un chouïa déçu…. pas de vidéo?????