Mastroianni et sa Fiat 130

Carte Blanche au petit observateur Adrien Malbosc qui nous parle de « ça n’arrive qu’aux autres » de Nadine Trintignant en 1971, avec Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni qui joue le rôle d’un désigner de voiture et roule en Fiat 130…

Voilà des mois que Marcello Mastroianni est enfermé. Il campe un designer automobile dont le couple est en pleine crise, malgré quelques moments d’évasion…

Photo 1

Il tire les rideaux, regarde la nuit, et lance avec son accent chantant : « allez, on se tire ». Il avance sa berline devant l’immeuble moderne et anonyme. Il est, comme toujours, impeccablement habillé.

Photo 2

Sa voiture sombre pourrait être une Volvo. Quelque chose de massif, long et large. Pas très beau sans être vraiment désagréable. Il charge une quantité impressionnante de belles valises en cuir dans le coffre, ouvre la porte à Deneuve, s’installe dans le confortable fauteuil et charge au son du V6. Caisse que c’est ?

photo 3

Les esthètes connaissent le superbe coupé, coup de génie de Pininfarina, qui recycla le dessin un peu partout, de Lancia (gamma coupé) à Rolls Royce (Camargue). Mais seuls quelques fondus dont la passion pour l’auto relève de la pathologie connaissent la Fiat 130 berline.

4 -Fiat 130

Si je voulais faire le plus gros euphémisme de l’univers et de ses environs, je dirais que quinze mille exemplaires en 8 ans, ce n’est pas beaucoup. Et ce d’autant que quelques années avant en 1966, sur 100 autos italiennes vendues en Italie, 90 étaient des Fiat. 5 étaient des Alfa et 3 seulement des Lancia.

L’histoire n’a pas retenu que la 130 berline était la monture de Charles Bronson dans « the mechanic », qui dans ce film préfère l’échanger contre un… tractopelle ! Rude pour l’image de ce qui aurait dû être la vitrine de la firme…

Photo 5

Elle peut se targuer d’avoir eu un V6 rien que pour elle, ou d’avoir été la base d’un coupé très désirable. Avec la boite automatique, le cuir, quatre vitres électriques, ce doit être un vaisseau autoroutier très honorable. Elle possède même un accélérateur à main qui peut faire (dangereusement) office de régulateur de vitesse lorsqu’il est verrouillé en position ! Et si malgré la climatisation, vos passagers ont encore chaud, deux rideaux sont livrés en série pour les protéger…

Photo 6

Parait-il pas assez aboutie, devant se mesurer à une concurrence féroce, la 130 sera toujours cette berline imposante, tantôt majestueuse tantôt banale, mais toujours trop discrète. Son dessin, âgé de plus de 45 ans, préfigurera celui de toutes les berlines des années 70, comme la Ford Granada ou l’Alfa Sei sortie dix ans plus tard.

Photo 7

Suite à cet échec, Fiat se retirera définitivement du marché des véhicules haut de gamme. Pourtant, la 130 sera la seule berline italienne à 6 cylindres pendant bien longtemps. Il faudra attendre l’Alfa Sei en 1979, qui affrontera elle aussi un destin cruel. Chronologiquement, la 130 sera remplacée par l’attachante Lancia Gamma : une autre berline attachante, peut-être également pas assez aboutie à sa sortie… Curieux paradoxe, pour un pays qui fabrique parmi les plus prestigieuses autos du monde !

large_322322

 

L’avis des Petits Observateurs !

3 commentaires au sujet de « Mastroianni et sa Fiat 130 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Edoardo

    Le film de Mme Trintignant est vraimant tres beau; Mastroianni aimait vraiament la Fiat 130:il etait proprietaire une coupé. Il y a un livre qui parle de tous les films avec Fiat 130 protagoniste (s’apelle « Fiat 130 una protagonista italiana »)

    Répondre